POIROT-DELPECH BERTRAND (1929-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et journaliste français. D'une famille de médecins et d'universitaires, orphelin de père à onze ans, Bertrand Poirot-Delpech, après un passage par la faculté des lettres, entre au journal Le Monde en 1951. Il y accomplira l'essentiel de sa carrière de journaliste, passant de la rubrique universitaire à la chronique judiciaire (1955), avant de succéder en 1959 à Robert Kemp comme critique de théâtre (ses chroniques seront recueillies dans Au soir le soir. Théâtre, 1960-1970, 1969) puis, en 1972, à Pierre-Henri Simon comme feuilletoniste du Monde des livres (Feuilletons 1972-1982, 1982). Après son élection à l'Académie française (1986), il continue de tenir au Monde une libre chronique (« Diagonales »). Tenté par l'écriture, Bertrand Poirot-Delpech est l'auteur d'une vingtaine de romans et d'essais, dont Le Grand Dadais (1958, prix Interallié), La Folle de Lituanie (1970, grand prix du roman de l'Académie française), La Légende du siècle (1981), L'Été 36 (1985), J'écris Paludes (2001), ainsi que d'adaptations pour le cinéma et la télévision. Ses véritables débuts en littérature avaient eu lieu un an plus tôt, sous la signature de Bertrand Mézières, avec la publication en 1957 de Portés disparus, 99e volume de la collection Signe de piste.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« POIROT-DELPECH BERTRAND - (1929-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-poirot-delpech/