BARBIER AUGUSTE (1805-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Coups d'essai qui étaient vraiment des coups de maître, quelques poèmes inspirés par la révolution de Juillet, publiés à partir d'août 1830 dans La Revue de Paris et d'autres journaux, rendirent soudain célèbre un poète de vingt-cinq ans. Dix-neuf pièces, bientôt réunies en volume sous le titre, emprunté à Chénier, d'Iambes. Ni classiques ni romantiques ne savaient dans quel camp ranger ce protestataire. Républicain indigné de voir les Trois Glorieuses escamotées par Louis-Philippe, Barbier dénonçait dans Quatre-vingt-treize la déchéance des fils, incapables de faire une révolution aussi radicale que celle de leurs pères ; dans Le Lion, la facilité avec laquelle le peuple vainqueur s'était laissé enchaîner à nouveau ; dans La Curée, la saisie du pouvoir, des honneurs et des bénéfices par ceux qui n'avaient pas combattu en personne et pour lesquels une révolution n'était qu'un brigandage ; dans L'Idole, il osait même s'attaquer à Napoléon, ce « Corse à cheveux plats », idole des jeunes libéraux, qu'il rendait responsable de la domestication, de la dégénérescence des Français. Barbier n'était plus, comme Chénier, un homme seul clouant au pilori les hommes au pouvoir ; il se voulait le porte-parole de toute une jeunesse, et singulièrement des éléments les plus populaires et les plus démocratiques de cette jeunesse : d'où l'écho aussitôt obtenu. Le poète se révélait musclé, direct, véhément, avec une langue aussi drue que sobre, des images percutantes (la France, cavale asservie par le cavalier Bonaparte dans L'Idole), un maniement spontané du vers frappé en médaille et de la coulée rythmique de la strophe.

Il reste encore à Barbier plus de cinquante ans à vivre, et il n'y a presque plus rien à dire de la suite de son œuvre. Un seul de ses multiples recueils suivants, Lazare (1837), inspiré par un voyage en Angleterre, offre encore de la vigueur dans sa dénonciation du monde britannique de l'industrie et du négoce. Les autres sont de plus en plus mous quant à la forme et mièvres quant à la pensée. Doit-on supposer qu'un écriv [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « BARBIER AUGUSTE - (1805-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-barbier/