MAGNANI ANNA (1908-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Anna Magnani

Anna Magnani
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Le Carrosse d'or, J. Renoir

Le Carrosse d'or, J. Renoir
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Une incarnation du tragique

La relative minceur qualitative de la filmographie n'a pas empêché Anna Magnani d'accéder au rang d'actrice mythique, le talent de la comédienne ayant suppléé à la fragilité de certains rôles. Magnani n'avait pas son pareil pour s'approprier un personnage, si modeste soit-il, pour en faire une création dans laquelle la femme faisait voler en éclats ce que les scénaristes et les dialoguistes avaient pu mettre de conventionnel. Anna Magnani, surtout, eut la chance, qui ne touche que quelques comédiennes, de rencontrer un rôle auquel l'âme d'un pays allait s'identifier, en d'autres termes d'être à un moment de sa carrière le visage non d'une actrice mais d'une femme qui exprimait la douleur et la fermeté d'un peuple : ce moment ce fut évidemment celui de Rome ville ouverte. La veuve Pina, avec son courage quotidien, son abnégation, sa volonté intacte d'aimer et d'être aimée, représente une figure unique, une de ces figures, comme l'écrit Alphonse Dupront, dans lesquelles « une époque cristallise son ambition d'être et son idéal d'accomplissement humain ». En septembre 1945, lorsque le film sort sur les écrans, la tragique histoire de Pina, Don Pietro et Manfredi va bien au-delà de trois destinées individuelles, elle est l'emblème de la Résistance italienne.

D'une certaine façon, Anna Magnani sera définitivement marquée par le rôle de Pina. Sa carrière se fera non sous le signe du bonheur mais de la souffrance, non de l'épanouissement amoureux mais de la frustration ou de l'amour déçu. De là est née la complexité du personnage : Magnani représente une figure d'une vitalité inébranlable, un roc que rien n'entame et que les échecs renforcent au lieu de le fracturer. Magnani traverse une vie orageuse faite de violentes passions, d'attachements viscéraux, de dons de soi extrêmes. Cette générosité de la vie privée influe à l'évidence sur la conception des rôles : Magnani est particulièrement sublime lorsqu'elle exprime le sacrifice, le deuil, le dépouillement. Dans Le Carrosse d'or, la Colombine, qui a su gagner les faveurs du vice-roi et qui en a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « MAGNANI ANNA - (1908-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-magnani/