Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALLEGRO BARBARO. BÉLA BARTÓK ET LA MODERNITÉ HONGROISE 1905-1920 (exposition)

Rupture et innovation

L’exposition Allegro barbaro rend ainsi hommage à l’un des principaux artisans de la modernité musicale tout en saluant les efforts de l’avant-garde hongroise au matin du xxe siècle. Car c’est dans un même esprit de rupture et d’innovation qu’ont travaillé, à cette époque, les romanciers, essayistes, poètes, peintres, sculpteurs, architectes, voire philosophes et psychanalystes hongrois. Cet immense effort collectif transparaît dans l’étonnante variété des œuvres proposées : tableaux, illustrations, partitions, photographies, films, enregistrements, etc. Leur principal mérite est de mettre en lumière le formidable éventail des correspondances, interactions ou associations entre les grandes formes de l’expression sensible, la finalité de leur fusion renvoyant toujours à l’utopie déjà ancienne de l’œuvre d’art totale comme idéal de civilisation.

— Gérard DENIZEAU

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de musicologie à l'université de Paris-Sorbonne, professeur d'esthétique au conservatoire à rayonnement régional de Paris

Classification

Pour citer cet article

Gérard DENIZEAU. ALLEGRO BARBARO. BÉLA BARTÓK ET LA MODERNITÉ HONGROISE 1905-1920 (exposition) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi