ROSENBERG ALFRED (1893-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théoricien nazi et homme politique allemand, né en Estonie, Rosenberg appartient à la communauté allemande des pays baltes. En 1917, il se rend en Allemagne où, par l'intermédiaire de Dietrich Eckart, il fait la connaissance d'Adolf Hitler. Dès 1921, il prend la direction du Völkischer Beobachter, organe du Parti national-socialiste ; il est dès lors le principal conseiller de Hitler en matière doctrinale. Rosenberg est sans doute le « philosophe » qui a le mieux exprimé la pensée de Hitler, selon ce que le Führer affirmait lui-même : « C'est l'œuvre la plus puissante du genre, plus grande que celle de H. S. Chamberlain. » L'œuvre de Chamberlain constitue d'ailleurs l'une des sources de Rosenberg, avec les écrits politiques et l'œuvre musicale de Richard Wagner, les œuvres de Gobineau et d'Oswald Spengler. C'est dans son sang, porteur d'une « vérité organique », que l'individu doit chercher, au-delà de sa vie consciente, les mythes ancestraux qui le conduiront sur le chemin de sa réalisation totale : « Aujourd'hui s'éveille une nouvelle foi, le mythe du sang, la foi de défendre avec le sang également l'essence divine de l'homme en général. Foi faisant corps avec le savoir le plus clair de ce que le sang nordique représente le mystère qui a remplacé [...] les anciens sacrements. » Cette recherche de la « vérité du sang aryen et par-dessus tout aryen-nordique » conduit à considérer les autres races comme inférieures, donc vouées à l'esclavage si l'on veut éviter la dégénérescence d'un peuple et d'une civilisation supérieure.

Comme les autres nationaux-socialistes, Rosenberg ressent douloureusement l'abaissement de l'Allemagne après sa défaite de 1918 et la disparition des valeurs proprement allemandes au profit d'une idéologie cosmopolite. C'est en réaction contre cette tendance qu'il développe sa théorie « anti-universaliste ». Chaque peuple, pense Rosenberg, doit vi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROSENBERG ALFRED (1893-1946)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Adhésion et résistance au nazisme »  : […] À l'égard d'un régime totalitaire où un seul parti est autorisé – tous les autres se sont dissous ou ont été supprimés en 1933 – il ne peut exister, semble-t-il, qu'une adhésion ou une opposition totales. En fait, la question est plus complexe et les difficultés en sont apparues après 1945 lorsque les occupants, puis les Allemands eux-mêmes, s'attelèrent à la « dénazification ». Si l'on admet que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_11002

SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

  • Écrit par 
  • Didier SCHULMANN
  •  • 4 764 mots

Dans le chapitre « Les spoliations, les agissements de l'E.R.R. »  : […] Forts de tous ces préparatifs, au cœur de l'été de 1940, les nazis peuvent commencer leurs entreprises de spoliations à une très vaste échelle. Deux services concurrents interviennent dans un premier temps : la Gestapo, utilisée par l'ambassadeur Otto Abetz, et le très correct Kunstschutz, dépendant de la Wehrmacht et dirigé par le comte Metternich. Ces militaires sont chargés de localiser, d'inv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spoliation-des-oeuvres-d-art-france/#i_11002

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « ROSENBERG ALFRED - (1893-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-rosenberg/