HOUSMAN ALFRED EDWARD (1859-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète et érudit anglais. On discerne chez Housman une sincérité exigeante, scrupuleuse, intensifiée et maîtrisée à la fois par un pessimisme stoïque et par une réserve orgueilleuse, mais aussi les frustrations d'un tempérament homosexuel. Son demi-échec comme étudiant à Oxford s'explique par une concentration excessive sur la critique textuelle, où il trouva la consécration de dons exceptionnels qui l'arrachèrent au fonctionnariat et firent de lui un latiniste de réputation internationale, à l'université de Londres puis à Cambridge ; mais son acharnement à éditer, à côté de Juvénal et de Lucain, le poète le plus abstrus, Manilius, apparaît comme un moyen paradoxal de répression contre l'expression de sa vraie richesse intérieure de poète avide d'amitié et de beauté. La discipline du classicisme a renforcé en lui un goût spontané de la concision épigrammatique, de la pureté de la forme, d'une musique très savante qui interdit au sentiment tout débordement facile, mais favorise une nostalgie poignante et confère une valeur universelle, rappelant l'Anthologie grecque, à l'évocation des scènes et des paysages pourtant si typiquement anglais de A Shropshire Lad (1896). Ces quelque cent poèmes ont joui d'une popularité immédiate qui n'est pas épuisée et qu'entretiendront deux autres recueils, Last Poems (1922) et More Poems (1936). Il faut signaler, dans le sillage de sa vocation poétique, sa très belle conférence The Name and Nature of Poetry, curieuse profession de foi en faveur d'une poésie où l'inspiration toute physique est opposée à la poésie difficile, alors redécouverte, des « métaphysiques ».

—  Louis BONNEROT

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  HOUSMAN ALFRED EDWARD (1859-1936)  » est également traité dans :

GEORGIENS POÈTES

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 2 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les poètes »  : […] Il n'est guère possible ici de rendre à chacun des georgiens la justice poétique qui lui est due. Les anthologies de Marsh contiennent trente-six noms, celle de Monro, soixante-dix-sept (pas tous du cru), une plus récente, celle de James Reeves, en retient une vingtaine, mais on peut en contester les lacunes. On se contentera de citer quelques noms […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-georgiens/#i_6290

Pour citer l’article

Louis BONNEROT, « HOUSMAN ALFRED EDWARD - (1859-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-edward-housman/