BUCHAN ALASTAIR F. (1918-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alastair Francis Buchan fut le premier directeur de l'International Institute for Strategic Studies à Londres, poste qu'il occupa de 1958 à 1969. Rétrospectivement, ces années semblent être celles où son influence s'exerça de la façon la plus nette tant sur le contenu que sur la manière d'analyser le rôle de la puissance en politique internationale et d'en débattre. Bien que remplie par une grande variété de fonctions et de responsabilités, sa vie professionnelle présente une continuité remarquable à deux égards : celui de la curiosité intellectuelle et celui de la méthode. Sa curiosité intellectuelle, refusant d'entériner les idées reçues, lui permit de garder une certaine ouverture d'esprit grâce à laquelle il sut comprendre les changements radicaux qui survinrent dans les affaires internationales et dont il fut le témoin. Quant à sa méthode, elle fut celle d'un homme de plume et d'un adepte du dialogue entre interlocuteurs venant d'horizons professionnels et politiques différents.

Buchan était le plus jeune fils du romancier John Buchan, devenu plus tard lord Tweedsmuir. Il fit ses études à Eton et à la Christ Church d'Oxford. À la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, alors que son père était gouverneur général du Canada, il rejoignit l'armée canadienne et y servit tout au long du conflit. Il la quitta en 1945 avec le grade de major. Pendant les treize années qui suivirent, il travailla comme journaliste : d'abord à l'hebdomadaire londonien The Economist, dont il fut correspondant à Washington de 1951 à 1955, puis au journal anglais du dimanche The Observer, où il traita des sujets de défense et de diplomatie.

C'est au cours de cette période que ses talents s'affermirent : un style clair, une fidélité aux faits, le sens de la lourde responsabilité de ceux qui prennent les décisions à l'époque nucléaire, une aptitude à se sentir impliqué dans le récent débat américain concernant l'armement atomique et le problème de la dissuasion et, ce qui est non moins important, le souci d'entretenir de bonnes relations, voire des relations d'amitié, avec de jeunes universitaires américains – tels Henry Kissinger, Albert Wohlstetter et Marshal Shulman – qui devaient peser beaucoup dans l'élucidation des concepts de dissuasion, de contrôle et de puissance des armements, ces concepts qui allaient régir la politique internationale des décennies suivantes.

Quand Buchan devint directeur de l'Institute for Strategic Studies, nouvellement créé, celui-ci devait répondre à plusieurs impératifs.

Il devait être indépendant : Buchan assura cette indépendance en veillant à ce que le financement fût assuré par des fondations ; à ce jour encore, l'Institut ne reçoit pas de subventions de gouvernements. Ce devait être un vrai centre de recherche : Buchan attira nombre de jeunes étudiants afin de créer l'ambiance intellectuelle et le dynamisme qui furent bientôt caractéristiques de l'Institut – avec Leonard Beaton, Philip Windsor, Hedley Bull et Curt Gasteyger – et il mit sur pied un programme pour Research Associates, qui rassemblait à Londres des chercheurs de divers pays. Il fallait que l'Institut fût un lieu de rencontre pour des débats francs et informés ; aussi Buchan organisa-t-il des groupes d'études réunissant universitaires, officiels, hommes politiques et militaires pour travailler sur des projets importants (par exemple, son projet sur « L'O.T.A.N. dans les années 1960 » ou celui de Hedley Bull, intitulé « Le Contrôle de la course aux armements ») ; et, une fois l'an, il rassemblait à l'Institut un nombre croissant de membres de l'Institut de tous les pays à l'occasion d'une Conférence consacrée à des débats sur la politique, la puissance et les conflits à l'échelle internationale. L'Institut devait finalement fournir des informations et des thèmes de discussion ; or, ce sont là deux objectifs que reflète bien le programme de publications établi par Buchan.

Cet éventail de préoccupations témoigne de l'apport intellectuel dont Buchan a fait bénéficier l'Institut, mais aussi de sa propre position en matière de sécurité et de politique internationales. D'abord, il ne s'agissait pas pour lui d'une analyse apolitique et superficielle de l'impact de la puissance et des moyens militaires sur les relations entre les États mais d'une forme d'engagement visant à influencer non seulement les théoriciens mais aussi les responsables des décisions politiques. En deuxième lieu, son analyse, au lieu d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : director of the International Institute for Strategic Studies, Londres

Classification

Pour citer l’article

Christoph BERTRAM, « BUCHAN ALASTAIR F. - (1918-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alastair-f-buchan/