SHAWQĪ AḤMAD (1868-1932)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né au Caire d'une famille très aisée, Aḥmad Shawqī commence, de 1885 à 1887, des études de droit qu'il va poursuivre comme boursier à Montpellier et à Paris. Passionné de poésie arabe aussi bien que de poésie française, il ne se « lasse pas de lire Victor Hugo » et Musset. Il traduit Le Lac de Lamartine. En 1891, de retour au Caire, il entre au service des khédives Tawfiq puis d'Abbās Hilmi II. Très vite il se fait remarquer par l'ampleur de sa production de poète, de romancier et de dramaturge. Il se spécialise d'abord dans les panégyriques et les poèmes de circonstance adressés à ses protecteurs. Il publie en 1897 son premier roman historique, Riwāyat ‘Adhrā' al-Hind aw tamaddun al-Farā'ina (Le Roman de la vierge de l'Inde ou la Civilisation des pharaons). Deux autres romans suivront, en 1899 et 1914.

Son hostilité envers les Anglais, bien que timidement exprimée, et sa germanophilie le font exiler en Espagne de 1914 à 1919. À la fin de la Première Guerre mondiale, Shawqī retourne au Caire où, après avoir longtemps été le « poète des princes », il devient le chantre du changement et publie des poèmes patriotiques, politiques et sociaux dans les revues et les journaux. Il s'attache un jeune chanteur encore inconnu mais bientôt célèbre, ‘Abd al-Wahhab qui orchestrera, chantera et diffusera ses poèmes à partir de 1924. Le poète reprend ainsi l'antique tradition des « récitants » rāwi qui servaient de média entre poète et public.

En 1927, connu et chanté dans le monde arabe entier, Shawqī reçoit le titre de « Prince des poètes ». Quand il meurt, en octobre 1932, il est au sommet de la gloire.

Son œuvre poétique est regroupée dans un recueil en quatre volumes, les Shawqiyyāt (1964). Elle est de facture traditionnelle par les mètres, les rimes et par la forme de la qasīda classique et du muwashshah andalou auxquels le poète n'apporte que de timides modifications. Les thèmes sont également très classiques : panégyriques, thrènes, descriptions de sites, poésie amoureuse, fables (ḥikāyāt), Fir‘awniyyāt en l'honneur de l'Égypte, Islāmiyyāt pour l'Islam, Turkiyyāt, la Turquie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée, docteur ès lettres, professeur des Universités, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  SHAWQI AHMAD (1868-1932)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 289 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La recherche d'une adéquation »  : […] La littérature arabe moderne naît au xix e siècle, période où se manifeste le renouveau de la pensée arabe, dans une confrontation avec l'Occident que les écrivains évoqueront à maintes reprises. On a coutume de faire remonter cette rencontre à 1798, lors de l'expédition égyptienne de Bonaparte qui marque la fin d'une ère dominée par la puissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_15105

BĀRŪDĪ AL- (1839-1904)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 241 mots

Poète et officier égyptien, Maḥmūd Sāmī al-Bārūdī se couvre de gloire dans les guerres de Crète (1865) et de Russie (1877). Il réorganise l'état-major de l'armée égyptienne ; ministre de la Guerre en 1882, il se rallie à Aḥmad ‘Urābī quand celui-ci se révolte contre le khédive. Lorsque ce dernier, avec l'aide des Anglais, écrase ‘Urābī, al-Bārūdī e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-barudi/#i_15105

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre dans le monde arabe

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 4 295 mots

Dans le chapitre « Une littérature dramatique »  : […] Alors que le théâtre populaire continue à avoir la faveur des masses, il est méprisé par les intellectuels qui lui reprochent son manque d'originalité. En effet, les « auteurs » pillent sans vergogne les dramaturges étrangers en les « arabisant » un tant soit peu. Point d'effort personnel, le talent consistant moins à s'exprimer hors des sentiers b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-dans-le-monde-arabe/#i_15105

Pour citer l’article

Nada TOMICHE, « SHAWQĪ AḤMAD - (1868-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmad-shawqi/