BOLLAND ADRIENNE (1895-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aviatrice française. Septième et dernier enfant d’une famille d’origine belge, Adrienne Bolland est née le 25 novembre 1895 à Arcueil (Val-de-Marne) où son père, Henri Bolland, avait fini par s’installer après avoir fui un temps à Guernesey à cause d’ennuis d’ordre politico-financier en 1883. La mort, en 1909, de Henri Bolland, notamment écrivain géographe pour les éditions Hachette, plonge dans un profond désarroi, tant moral que matériel, sa femme Joséphine et leurs enfants. Consciente de cette situation, Adrienne Bolland décide qu’elle ne vivra pas à la charge de sa mère ; admirant les exploits des aviateurs de la Grande Guerre, elle annonce résolument à sa famille, stupéfaite, qu’elle volera aussi.

Le 23 novembre 1919, Adrienne Bolland rejoint l’école d’aviation des frères Caudron au Crotoy, dans la baie de Somme, et commence à apprendre à piloter à bord du Caudron G.3. Elle obtient son brevet de pilote-aviateur le 29 janvier 1920. Première femme pilote d’essais embauchée chez René Caudron, elle aiguise son appétit aérien. Le 25 août 1920, elle traverse la Manche à partir de la France, le premier vol réalisé dans ce sens par une femme pilote. En effet, en 1912, Harriet Quimby avait réussi cette traversée mais en partant d’Angleterre.

En 1921, nommée représentante de Caudron en Amérique du Sud, elle décide de franchir les Andes entre Mendoza, en Argentine, et Santiago au Chili, un parcours terrifiant de 300 kilomètres où les sommets culminent à plus de 6 000 mètres. Le 1er avril, elle réussit, avec son Caudron G.3, sans oxygène et sans instrument de navigation, cette traversée aérienne des Andes, en 4 heures et 17 minutes.

De retour en France, l’intrépide aviatrice n’en reste pas là. Le 27 mai 1924, elle enchaîne 212 loopings en 72 minutes, s’attribuant un record mondial. Avec son Caudron C.127, lors des meetings, elle séduit les foules puis l’aviateur Ernest Vinchon, qu’elle épouse le 15 mars 1930. Ensemble, ils rejoignent la Résistance française, mais ils tairont cet épisode, estimant n’avoir fait que leur devoir. 

Adrienne Bolland allait demeurer ainsi, modeste mais toujours entière, jusqu’à sa disparition survenue, à Paris, le 18 mars 1975, au terme d'une vie mouvementée et curieusement protégée : cette femme n’avait-elle pas survécu à sept accidents d’avion ?

—  Bernard MARCK

Écrit par :

  • : historien de l'aviation, membre de l'Académie de l'air et de l'espace

Classification

Pour citer l’article

Bernard MARCK, « BOLLAND ADRIENNE - (1895-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrienne-bolland/