199986e Tour de France

Départ

Le Puy-du-Fou (Vendée), 3 juillet

Arrivée

Paris (Champs-Élysées), 25 juillet

Nombre d'équipes au départ

20

Nombre de coureurs au départ

180

Nombre de coureurs classés

141

Nombre d'étapes

20

Distance totale

3 686,8 km

Moyenne du vainqueur

40,276 km (moyenne de Lance Armstrong)

Podium

1. Pas de vainqueur (Lance Armstrong, équipe U.S. Postal, États-Unis, premier en 91 h 32 min 16 s, a été disqualifié en 2012 et sa victoire n’a pas été réattribuée) 2. Alex Zülle (équipe Banesto, Suisse), à 7 min 37 s 3. Fernando Escartin (équipe Kelme, Espagne), à 10 min 26 s

Classement par points

Erik Zabel (équipe Telekom, Allemagne)

Meilleur grimpeur

Richard Virenque (équipe Polti, France)

Classement par équipes

Banesto

La course

La quatre-vingt-sixième édition du Tour de France débute dans un climat délétère et confus. L'Italien Marco Pantani, qui pour beaucoup avait « sauvé » le Tour en 1998 par son panache, vient d'être exclu du Giro, dont il était le leader, après un contrôle sanguin révélant un taux hématocrite supérieur à 50 p. 100, signe de la prise d'EPO. La Société du Tour de France, par la voix de Jean-Marie Leblanc, a annoncé le 17 juin que plusieurs coureurs et équipes n'étaient pas « les bienvenus sur le Tour ». Parmi eux, le Français Richard Virenque, « qui cristallise sur son nom, sur son image, les problèmes de dopage ». Le 30 juin, l'Union cycliste internationale la désavoue et impose la présence du Varois au départ de la Grande Boucle.

L'Américain Lance Armstrong, victime d'un cancer d'un testicule diagnostiqué à la fin de 1996 et qui a subi une chimiothérapie lourde, a repris le sport cycliste à la fin de 1998. Il fait un surprenant vainqueur du prologue.

La première semaine de course est l'affaire des sprinters, notamment de l'Italien Mario Cipollini, qui remporte quatre étapes consécutivement, alors que le Suisse Alex Zülle a perdu 6 min 3 s lors d'une chute au passage du Gois, durant la deuxième étape, Challans - Saint-Nazaire (176 km).

Lance Armstrong remporte la huitième étape (un circuit de 56,5 km contre la montre autour de Metz), reléguant Alex Zülle à 58 secondes et le Français Christophe Moreau, troisième, à 2 min 5 s. Lors de la première étape alpestre (neuvième étape, Le Grand-Bornand - Sestrières, 213,5 km), Lance Armstrong s'impose de nouveau, devant Zülle à 31 secondes, alors que ses principaux rivaux ont concédé 3 minutes et plus. L'Américain confirme sa domination lors du dernier contre la montre (dix-neuvième étape, un circuit de 57 km autour du Futuroscope).

Lance Armstrong remporte facilement ce Tour de France. Mais, dans ce contexte, la victoire d'un coureur victime d'un cancer, qui est parvenu à reprendre le sport et, de plus, a montré de nouvelles qualités (une supériorité lors de l'exercice de l'effort solitaire et en montagne) ne peut manquer d'alimenter rumeurs et polémiques.

En octobre 2012, à la suite du rapport de l’Agence américaine antidopage (Usada) démontrant que Lance Armstrong s’était dopé, l’Américain sera disqualifié par l’U.C.I. et sa victoire ne sera pas réattribuée.

Le cyclisme cette année-là

Andreï Tchmil (Belgique), vainqueur de Milan-San Remo, remporte la Coupe du monde.

Jan Ullrich (Allemagne) gagne la Vuelta.

À Vérone (Italie), Oscar Freire (Espagne) devient champion du monde sur route.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1999 - 86e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1999-86e-tour-de-france/