199885e Tour de France

Départ

Dublin (Irlande), 11 juillet

Arrivée

Paris (Champs-Élysées), 2 août

Nombre d'équipes au départ

21

Nombre de coureurs au départ

189

Nombre de coureurs classés

96

Nombre d'étapes

21

Distance totale

3 875 km

Moyenne du vainqueur

39,983 km/h

Podium

1. Marco Pantani (équipe Mercatone-Uno, Italie), 92 h 49 min 46 s 2. Jan Ullrich (équipe Telekom, Allemagne), à 3 min 21 s 3. Bobby Julich (équipe Cofidis, États-Unis), à 4 min 8 s

Classement par points

Erik Zabel (équipe Telekom, Allemagne)

Meilleur grimpeur

Christophe Rinero (équipe Cofidis, France)

Classement par équipes

Cofidis

La course

Cette quatre-vingt-cinquième édition du Tour de France, dont le départ est donné pour la première fois en Irlande, à Dublin, le 11 juillet, commence en réalité le 8 juillet, près de la frontière belge, à Neuville-en-Ferrain (Nord). Ce jour-là, Willy Voet, le soigneur de la formation Festina, l'équipe du Français Richard Virenque, est intercepté par les douanes en possession de 400 produits dopants. Le plus grand scandale de l'histoire du cyclisme, connu sous la dénomination d'« affaire Festina » et qui va révéler l'ampleur du dopage organisé dans le peloton, vient d'éclater. Le 10 juillet, Willy Voet est mis en examen par le juge Patrick Keil pour « importation et contrebande de marchandises prohibées... ». Le 14 juillet, il déclare avoir agi sur ordre des responsables de l'équipe Festina. Le 17 juillet, Bruno Roussel, directeur sportif de l'équipe, et Eric Ryckaert, médecin de la formation, sont mis en examen. Bruno Roussel reconnaît que ses coureurs se dopent sous surveillance médicale. L'équipe Festina est exclue du Tour. Richard Virenque, en pleurs, clame son innocence.

Sur la route, l'Allemand Jan Ullrich, grand favori, s'empare du maillot jaune le 18 juillet lors de la septième étape (Meyrignac-l'Église - Corrèze, 58 km contre la montre). Il semble s'acheminer facilement vers un second succès dans la Grande Boucle. Mais, le 27 juillet, lors de l'étape Grenoble-Les Deux-Alpes (quinzième étape, 189 km), le grimpeur italien Marco Pantani attaque à 48 kilomètres du but, à 5,5 km du sommet du Galibier. En haut du col, Jan Ullrich accuse un retard de 2 min 50 s sur l'Italien. Au pied de la montée finale, il est distancé de 4 min 6 s. À l'arrivée, il concède 8 min 57 s à Marco Pantani, qui revêt le maillot jaune. Le lendemain, entre Vizille et Albertville (204 km), Jan Ullrich tente sans succès de lâcher Marco Pantani. L'Allemand remporte l'étape devant l'Italien ; ils ont distancé l'Américain Bobby Julich, alors deuxième du classement général, d'1 min 49 s.

Mais le Tour n'est pas terminé. Le 29 juillet, les coureurs mettent pied à terre 32 kilomètres après le départ d'Albertville pour protester contre les contrôles policiers. Ils menacent d'arrêter le Tour. L'étape est annulée, mais Jean-Marie Leblanc, le directeur de l'épreuve, parvient à convaincre une partie du peloton de poursuivre la course. Trois équipes abandonnent néanmoins.

Le lendemain, les deux dernières formations espagnoles encore en course se retirent, alors que l'Italien Rodolfo Massi, qui porte le maillot à pois de meilleur grimpeur, est placé en garde à vue, diverses substances, dont des corticoïdes, ayant été trouvées dans sa chambre.

Le 2 août s'achève l'un des Tours de France les plus sombres de l'histoire. Néanmoins, chacun veut voir dans le succès de Marco Pantani, qui réalise le doublé Giro-Tour, une lueur d'espoir. Il est le premier pur grimpeur, aux moyens limités lors de l'exercice du contre la montre, à être vainqueur du Tour de France depuis le succès de l'Espagnol Federico Bahamontes en 1959.

Le cyclisme cette année-là

Michele Bartoli (Italie), vainqueur de Liège-Bastogne-Liège et du Grand Prix suisse, remporte la Coupe du monde pour la seconde fois consécutivement.

Sur le circuit du Valkenburg (Pays-Bas), Oscar Camenzind (Suisse) devient champion du monde sur route. Il gagne également le Tour de Lombardie.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1998 - 85e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1998-85e-tour-de-france/