198875e Tour de France

Départ

La Baule (Loire-Atlantique), 4 juillet

Arrivée

Paris (Champs-Élysées), 24 juillet

Nombre d'équipes au départ

22

Nombre de coureurs au départ

198

Nombre de coureurs classés

151

Nombre d'étapes

22

Distance totale

3 286 km

Moyenne du vainqueur

38,909 km/h

Podium

1. Pedro Delgado (équipe Reynolds, Espagne), 84 h 27 min 53 s 2. Steven Rooks (équipe P.D.M., Pays-Bas), à 7 min 13 s 3. Fabio Parra (équipe Kelme, Colombie), à 9 min 58 s

Classement par points

Eddy Planckaert (équipe A.D.R., Belgique)

Meilleur grimpeur

Steven Rooks (équipe P.D.M., Pays-Bas)

Classement par équipes

P.D.M.

La course

Jacques Goddet, quatre-vingt-trois ans, abandonne sa fonction de directeur du Tour de France, qu'il assumait depuis 1936. Jean-Pierre Courcol lui succède.

Le dernier vainqueur, l'Irlandais Stephen Roche, touché à un genou, est absent ; tout comme l'Américain Greg LeMond, qui se remet doucement de l'accident de chasse qui a failli lui coûter la vie en 1987. La forme de nombreux autres protagonistes (les Français Laurent Fignon, Charly Mottet et Jean-François Bernard, le Colombien Luis Herrera, l'Américain Andrew Hampsten) semble précaire. Cette soixante-quinzième édition du Tour de France ne se présente pas sous les meilleurs auspices.

Si la douzième étape (Morzine - L'Alpe-d'Huez, 227 km) voit la victoire du Néerlandais Steven Rooks, l'Espagnol Pedro Delgado s'empare du maillot jaune et devient l'incontestable favori du Tour : tous ses adversaires déclarés concèdent un temps considérable. Le lendemain, l'Espagnol remporte l'étape Grenoble - Villard-de-Lans (38 km contre la montre) et assoit sa position de leader. La traversée des Pyrénées est plus que calme pour Delgado, ses rivaux se battant désormais pour les accessits.

Son succès semble néanmoins remis en cause à Bordeaux (19 juillet, au soir de la dix-septième étape). Une rumeur commence à croître : Pedro Delgado aurait subi un contrôle antidopage positif le jour de sa victoire à Villard-de-Lans ; le produit incriminé est la probénécide, un médicament permettant de masquer la prise d'anabolisants. Quarante-huit heures plus tard, la contre-expertise confirme l'information. Mais la probénécide, inscrite sur la liste des produits interdits du Comité international olympique, ne l'est pas encore sur celle des substances prohibées de l'Union cycliste internationale (elle le sera le mois suivant). S'il est donc certain que Pedro Delgado s'est dopé, il n'en demeure pas moins qu'il n'a pas enfreint le règlement. À situation absurde, réponse absurde : Pedro Delgado est blanchi par le jury des commissaires et remporte le Tour de France.

Le cyclisme cette année-là

Sean Kelly (Irlande) gagne Paris-Nice (pour la septième fois consécutivement) et la Vuelta.

Laurent Fignon (France) remporte Milan-San Remo.

Charly Mottet (France) gagne le Grand Prix des nations (pour la troisième fois) et le Tour de Lombardie.

Dernière édition de Bordeaux-Paris : victoire du Français Jean-François Rault.

À Renaix (Belgique) Maurizio Fondriest (Italie) devient champion du monde sur route.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1988 - 75e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/1988-75e-tour-de-france/