198168e Tour de France

Départ

Nice, 25 juin

Arrivée

Paris (Champs-Élysées), 19 juillet

Nombre d'équipes au départ

15

Nombre de coureurs au départ

150

Nombre de coureurs classés

121

Nombre d'étapes

24

Distance totale

3 758 km

Moyenne du vainqueur

37,844 km/h

Podium

1. Bernard Hinault (équipe Renault-Elf, France), 96 h 19 min 38 s 2. Lucien Van Impe (équipe Boston Mavic, Belgique), à 14 min 34 s 3. Robert Alban (équipe La Redoute, France), à 17 min 4 s

Classement par points

Freddy Maertens (équipe Sunair, Belgique)

Meilleur grimpeur

Lucien Van Impe (équipe Boston Mavic, Belgique)

Classement par équipes

Peugeot-Esso

La course

C'est un Bernard Hinault revanchard et au sommet de sa forme qui se présente au départ du Tour. Le Français porte le maillot arc-en-ciel de champion du monde. Par défi, il a remporté au printemps la course qu'il déteste le plus, Paris-Roubaix, et il vient d'humilier ses concurrents lors du Critérium du Dauphiné libéré.

Bernard Hinault remporte le prologue. Il cède le maillot jaune au Néerlandais Gerrie Knetemann à l'issue de la deuxième étape (un contre la montre par équipes Nice-Antibes-Nice de 40 km), qui voit la victoire de la formation Ti-Raleigh. La première étape pyrénéenne (sixième étape, Saint-Gaudens - Saint-Lary-Soulan, 117,5 km) est gagnée par le grimpeur belge Lucien Van Impe, Bernard Hinault se classant deuxième, devant l'étonnant Phil Anderson, qui devient le premier Australien à revêtir le maillot jaune ; mais Bernard Hinault a nettement distancé ses principaux rivaux (le Néerlandais Hennie Kuiper lui concède 4 min 15 s, son compatriote Joop Zoetemelk, 6 min 24 s).

Le lendemain, entre Nay et Pau (26,7 km contre la montre), Bernard Hinault s'impose et retrouve le maillot jaune, qu'il conservera jusqu'à Paris.

Bernard Hinault remporte le contre la montre à Mulhouse (seizième étape, 38,5 km), domine avec panache les grimpeurs lors de la vingtième étape (L'Alpe-d'Huez - Le Peynet, 134 km), s'impose encore dans l'exercice de l'effort solitaire à Saint-Priest (vingt-deuxième étape, circuit de 46,5 km contre la montre). À Paris, il relègue le deuxième, Lucien Van Impe, à près d'un quart d'heure. Son troisième succès dans le Tour est le plus net.

Vainqueur de cinq étapes, le Belge Freddy Maertens, qui avait disparu du peloton depuis 1978, englué dans des affaires de dopage, reçoit le maillot vert. Mais la suspicion à son égard est générale...

Le cyclisme cette année-là

Stephen Roche (Irlande) gagne Paris-Nice.

Bernard Hinault (France) remporte Paris-Roubaix.

Hennie Kuiper (Pays-Bas) gagne le Tour des Flandres et le Tour de Lombardie.

Herman Van Springel (Belgique) remporte Bordeaux-Paris pour la septième et dernière fois.

Giovanni Battaglin (Italie) gagne la Vuelta et le Giro.

À Prague (Tchécoslovaquie), Freddy Maertens (Belgique) est champion du monde sur route pour la seconde fois.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1981 - 68e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1981-68e-tour-de-france/