197865e Tour de France

Départ

Leyde (Pays-Bas), 29 juin

Arrivée

Paris (Champs-Élysées), 23 juillet

Nombre d'équipes au départ

11

Nombre de coureurs au départ

110

Nombre de coureurs classés

78

Nombre d'étapes

22

Distance totale

3 908 km

Moyenne du vainqueur

36,084 km/h

Podium

1. Bernard Hinault (équipe Renault-Gitane, France), 108 h 18 min 2. Joop Zoetemelk (équipe Miko-Mercier, Pays-Bas), à 3 min 56 s 3. Joaquim Agostinho (équipe Velda-Flandria, Portugal), à 6 min 54 s

Classement par points

Freddy Maertens (équipe Velda-Flandria, Belgique)

Meilleur grimpeur

Mariano Martinez (équipe Jobo-Superia, France)

Classement par équipes

Miko-Mercier

La course

Chose rare, le principal favori de ce Tour de France est un néophyte : le Français Bernard Hinault. Il possède déjà un beau palmarès et a remporté la Vuelta. Il lui reste à démontrer ses capacités dans cette épreuve d'un autre calibre que constitue le Tour de France.

Jusqu'à la septième étape, la course est l'affaire des routiers-sprinters. Bernard Hinault avait annoncé que le premier rendez-vous d'importance aurait lieu à l'occasion de la huitième étape (un contre la montre de 59,3 km entre Saint-Émilion et Sainte-Foy-la-Grande). Il répond présent en remportant l'étape, alors que le Belge Joseph Bruyère endosse le maillot jaune.

Bernard Hinault va s'affirmer plus encore comme le maître du peloton au cours d'un épisode qui ne concerne pas la compétition proprement dite. Les coureurs ont décidé de protester contre la multiplication des demi-étapes et des transferts par la route qui réduisent leur temps de récupération ; Bernard Hinault a pris la tête du mouvement. Malgré les démarches et les menaces de Jacques Goddet, le peloton, en grève, ne dispute pas la demi-étape Tarbes - Valence-d'Agen.

Le Néerlandais Joop Zoetemelk s'impose brillamment au sommet du Puy de Dôme (quatorzième étape) ; Bernard Hinault domine les sprinters à Saint-Étienne (quinzième étape) ; les Alpes se profilent. Au cours de la seizième étape (Saint-Étienne - L'Alpe-d'Huez, 240,5 km), le Belge Michel Pollentier attaque dans la côte de Chamrousse, profite du marquage auquel se livrent Hinault et Zoetemelk, s'assure 3 minutes d'avance avant d'aborder les lacets de la montée finale ; il fléchit quelque peu, mais remporte l'étape et endosse le maillot jaune. Cependant, pris en flagrant délit de fraude lors du contrôle antidopage (il a dissimulé une poire en caoutchouc remplie d'urine sous son aisselle), il est immédiatement mis hors course. Le maillot jaune revient donc à Joop Zoetemelk.

Le Tour livre son verdict lors de la vingtième étape (Metz-Nancy, 72 km contre la montre) : Bernard Hinault domine largement Joop Zoetemelk, qu'il devance de 4 min 10 s. Comme l'Italien Fausto Coppi, le Français Jacques Anquetil et le Belge Eddy Merckx, Bernard Hinault remporte le Tour de France dès sa première participation.

Le cyclisme cette année-là

Roger De Vlaeminck (Belgique) remporte Milan San-Remo.

Francesco Moser (Italie) gagne Paris-Roubaix et le Tour de Lombardie.

Walter Godefroot (Belgique) remporte le Tour des Flandres.

Bernard Hinault (France) gagne la Vuelta et le Grand Prix des nations.

Sur le circuit du Nürburgring (Allemagne), Gerrie Knetemann (Pays-Bas) devient champion du monde sur route.

Le 18 mai, Eddy Merckx (Belgique) annonce sa retraite sportive.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1978 - 65e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1978-65e-tour-de-france/