197360e Tour de France

Départ

Scheveningen (Pays-Bas), 30 juin

Arrivée

Paris (La Cipale, Vincennes), 22 juillet

Nombre d'équipes au départ

12

Nombre de coureurs au départ

132

Nombre de coureurs classés

87

Nombre d'étapes

20

Distance totale

4 150 km

Moyenne du vainqueur

33,407 km/h

Podium

1. Luis Ocaña (équipe Bic, Espagne), 122 h 25 min 34 s 2. Bernard Thévenet (équipe Peugeot-B.P., France), à 15 min 51 s 3. Jose Manuel Fuente (équipe Kas, Espagne), à 17 min 15 s

Classement par points

Herman Van Springel (équipe Rokado, Belgique)

Meilleur grimpeur

Pedro Torres (équipe La Casera-Bahamontes, Espagne)

Classement par équipes

Bic

La course

Le Belge Eddy Merckx a décidé de ne pas participer au Tour de France. De nouvelles ambitions vont donc pouvoir s'affirmer, notamment celles de l'Espagnol Luis Ocaña, qui fait figure de favori.

Le Néerlandais Joop Zoetemelk remporte le prologue avec 80 centièmes de seconde d'avance sur Raymond Poulidor, qui ne connaîtra donc pas la joie de porter enfin le maillot jaune. Luis Ocaña n'attend pas la montagne pour attaquer : lors de la troisième étape (Roubaix-Reims, 226 km), il s'échappe au sein d'un groupe d'une douzaine d'hommes ; le Français Cyrille Guimard, qui va remporter l'étape, figure parmi eux, mais tous les autres favoris sont distancés et concèdent 2 min 30 s. Vainqueur du premier tronçon de la septième étape (Divonne-les-Bains - Aspro-Gaillard, 86,5 km), Luis Ocaña revêt le maillot jaune, porté jusque-là par un de ses coéquipiers de la formation Bic, le Français José Catieau.

Luis Ocaña assoit définitivement sa domination dès la huitième étape (Méribel-les-Allues - Les Orres, 237,5 km). Il attaque dans le col du Télégraphe, à 170 kilomètres du but. Son compatriote Jose Manuel Fuente, les Français Bernard Thévenet, Mariano Martinez et Michel Perrin parviennent à l'accompagner. Luis Ocaña augmente la cadence dans le Galibier, et seul Fuente le suit. Ce dernier ne lui accordera aucun relais et sera finalement distancé sur crevaison à 30 kilomètres du but. Tous les autres avaient renoncé : l'avant-garde du peloton, menée par Joop Zoetemelk, rejoint Les Orres plus de 20 minutes après Luis Ocaña.

Luis Ocaña s'impose encore à Thuir (premier tronçon de la douzième étape, 28,3 km contre la montre), Luchon (treizième étape), au sommet du Puy de Dôme (dix-huitième étape) et dans le contre la montre autour de Versailles (premier tronçon de la dernière étape, 16 km). Bernard Thévenet fait un brillant dauphin, mais il a concédé plus d'un quart d'heure à l'Espagnol !

Le cyclisme cette année-là

Raymond Poulidor (France) remporte Paris-Nice pour la seconde fois consécutivement.

Roger De Vlaeminck (Belgique) gagne Milan-San Remo.

Eddy Merckx (Belgique) remporte la Vuelta, le Giro, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Paris-Bruxelles, l'Amstel Gold Race et le Grand Prix des nations.

Eric Leman (Belgique) remporte le Tour des Flandres pour la troisième fois.

À Montjuich (Espagne), Felice Gimondi (Italie) devient champion du monde sur route. Il remporte également le Tour de Lombardie.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1973 - 60e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1973-60e-tour-de-france/