195946e Tour de France

Départ

Mulhouse, 25 juin

Arrivée

Paris (Parc des Princes), 18 juillet

Nombre d'équipes au départ

10

Nombre de coureurs au départ

120

Nombre de coureurs classés

65

Nombre d'étapes

22

Distance totale

4 358 km

Moyenne du vainqueur

35,474 km/h

Podium

1. Federico Bahamontes (Espagne), 123 h 46 min 45 s 2. Henry Anglade (équipe Centre-Midi, France), à 4 min 1 s 3. Jacques Anquetil (France), à 5 min 5 s

Classement par points

André Darrigade (France)

Meilleur grimpeur

Federico Bahamontes (Espagne)

Classement par équipes

Belgique

La course

L'équipe de France composée par Marcel Bidot a fière allure : Jacques Anquetil, Louison Bobet, Raphaël Geminiani, Roger Rivière... autant de vainqueurs potentiels ; trop sans doute, d'autant que la rivalité entre Anquetil et Rivière est plus que vive.

La première confrontation a lieu lors de l'étape disputée contre la montre entre Blain et Nantes (sixième étape, 45,3 km) : Rivière s'impose, Anquetil concède plus d'une minute. Le lendemain, entre Nantes et La Rochelle (190 km), le « régional » français de la formation Centre-Midi Henry Anglade s'inscrit dans une échappée, ce qui lui assure une avance de 5 min 8 s sur ses principaux concurrents. Henry Anglade remporte la treizième étape (Albi-Aurillac, 219 km) devant Jacques Anquetil, alors que le Luxembourgeois Charly Gaul concède plus de 20 minutes et perd toutes ses chances de victoire finale. Charly Gaul va néanmoins chercher à obtenir un succès de prestige : lors de la dix-septième étape (Saint-Étienne - Grenoble, 197 km), il attaque au sommet du col de Romeyère ; l'Espagnol Federico Bahamontes l'accompagne ; l'« Ange de la montagne » et l'« Aigle de Tolède » unissent leurs efforts, le Luxembourgeois remporte l'étape, l'Espagnol endosse le maillot jaune. Au classement général, Anglade est rejeté à 3 min 40 s, Anquetil à 9 min 16 s, Rivière à 11 min 36 s.

Le lendemain, l'étape le Lautaret - Saint-Vincent-d'Aoste (243 km) se dispute dans la pluie et le froid. Au sommet de l'Iseran, Louison Bobet abandonne et quitte pour toujours le Tour. Dans la descente vers Val-d'Isère, Bahamontes se trouve en difficulté ; son retard sur les hommes de tête (Anglade, Anquetil, Rivière...) atteint vite 5 minutes ; mais ni Anquetil ni Rivière, englués dans leur rivalité, ne veulent collaborer pour donner vie à cette échappée, qui aurait pu permettre au « régional » Henry Anglade de remporter le Tour ; peu avant le col du Petit-Saint-Bernard, Bahamontes est revenu ; il remporte la Grande Boucle.

Au Parc des Princes, Jacques Anquetil, troisième, et Roger Rivière, quatrième (à 5 min 17 s), sont copieusement sifflés par le public.

Le cyclisme cette année-là

Rik Van Looy (Belgique) gagne le Tour des Flandres, Paris-Tours et le Tour de Lombardie.

Alfred De Bruyne (Belgique) remporte Liège-Bastogne-Liège (pour la troisième fois).

Charly Gaul (Luxembourg) gagne le Giro.

Louison Bobet (France) remporte Bordeaux-Paris, son dernier succès d'envergure.

À Zandvoort (Belgique), André Darrigade (France) devient champion du monde sur route.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1959 - 46e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1959-46e-tour-de-france/