195643e Tour de France

Départ

Reims, 5 juillet

Arrivée

Paris (Parc des Princes), 28 juillet

Nombre d'équipes au départ

12

Nombre de coureurs au départ

120

Nombre de coureurs classés

88

Nombre d'étapes

22

Distance totale

4 527 km

Moyenne du vainqueur

36,268 km/h

Podium

1. Roger Walkowiak (équipe Nord-Est - Centre, France), 124 h 1 min 16 s 2. Gilbert Bauvin (France), à 1 min 25 s 3. Jan Andriaenssens (Belgique), à 3 min 44 s

Classement par points

Constant Ockers (Belgique)

Meilleur grimpeur

Charly Gaul (équipe Luxembourg-Mixte, Luxembourg)

Classement par équipes

Belgique

La course

Ce quarante-troisième Tour de France s'annonce décousu : aucun ancien vainqueur de l'épreuve ne se trouve au départ. Le Français Louison Bobet, blessé, a dû lui aussi renoncer. De plus, l'influence des groupes sportifs (qui réunissent un constructeur de cycles et une marque étrangère au monde du sport) grandit. Aucun leader ne se dégage réellement au sein des diverses formations, à l'exception peut-être de Charly Gaul (équipe Luxembourg-Mixte). Du côté de l'équipe de France, les ambitions de Raphaël Geminiani se voient contestées par celles de Gilbert Bauvin.

Le rapide Landais André Darrigade, vainqueur de la première étape (Reims-Liège, 223 km), porte le maillot jaune au terme de la sixième, après un intérim du Belge Gilbert Desmet. Lors de la septième étape (Lorient-Angers, 244 km), trente et un concurrents s'échappent ; le peloton ne réagit pas, et les fuyards s'octroient un avantage de 18 minutes. Un seul des dix membres de l'équipe de France s'est glissé dans l'échappée : Gilbert Bauvin, qui devient le leader naturel des Tricolores. Roger Walkowiak (équipe Nord-Est - Centre) est le nouveau maillot jaune. Darrigade récupère son bien à Toulouse (treizième étape), le Belge Jan Andriaenssens lui succède le lendemain, le Néerlandais Wout Wagtmans s'en empare à Aix-en-Provence (quinzième étape), mais Walkowiak demeure bien placé. Dans les Alpes, Charly Gaul se lance à l'attaque entre Turin et Grenoble (dix-huitième étape, 234 km), distance ses rivaux dans le col de la Croix-de-Fer et s'impose. Mais Roger Walkowiak limite son retard (7 minutes), alors qu'Andriaenssens concède 13 minutes et que Wagtmans montre plus encore ses limites. Roger Walkowiak retrouve le maillot jaune et le conserve jusqu'à Paris. Il est l'un des plus surprenants vainqueurs de la Grande Boucle, mais son mérite n'en est pas moins grand.

Le cyclisme cette année-là

Alfred De Bruyne (Belgique) remporte Paris-Nice, Milan-San Remo et Liège-Bastogne-Liège.

Jean Forestier (France) gagne le Tour des Flandres.

Louison Bobet (France) remporte Paris-Roubaix.

Rik Van Looy (Belgique) gagne Paris-Bruxelles.

Charly Gaul (Luxembourg) remporte le Giro.

À Copenhague, Rik Van Steenbergen (Belgique) devient champion du monde sur route pour la deuxième fois.

André Darrigade (France) remporte le Tour de Lombardie.

Le 29 juin, au Vigorelli de Milan, Jacques Anquetil (France) bat le record de l'heure (46,159 km), détenu depuis 1942 par l'Italien Fausto Coppi.

Le 19 septembre, au Vigorelli de Milan, Ercole Baldini (Italie) bat le record de l'heure (46,393 km).

Le 1er octobre, Constant Ockers (Belgique) se tue lors d'une course sur piste.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1956 - 43e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1956-43e-tour-de-france/