193933e Tour de France

Départ

Paris (Le Vésinet), 10 juillet

Arrivée

Paris (Parc des Princes), 30 juillet

Nombre d'équipes au départ

10

Nombre de coureurs au départ

79

Nombre de coureurs classés

49

Nombre d'étapes

18

Distance totale

4 225 km

Moyenne du vainqueur

31,994 km/h

Podium

1. Sylvère Maes (Belgique), 132 h 3 min 17 s 2. René Vietto (équipe Sud-Est, France), à 30 min 38 s 3. Lucien Vlaemynck (équipe Belgique B, Belgique), à 32 min 8 s

Meilleur grimpeur

Sylvère Maes (Belgique)

Classement par équipes

Belgique B

La course

En ces temps troublés, la présence des Italiens, donc de Gino Bartali, au départ du trente-troisième Tour de France est impossible. Les Espagnols sont retenus dans leur pays par Franco. Pour que le peloton ne soit pas famélique, Henri Desgrange a invité une équipe de Belgique « B » et institué, pour les Français, des formations régionales. Ainsi, Maurice Archambaud porte les couleurs de l'équipe Nord-Est - Île-de-France, René Vietto est engagé dans l'équipe du Sud-Est, René Le Grevès dans celle de l'Ouest.

Les « régionaux » animent le début d'un Tour où René Vietto, qui semble avoir retrouvé sa meilleure condition, s'empare du maillot jaune à l'issue de la quatrième étape (Brest-Lorient, 174 km), remportée par le Français Raymond Louviot. Dans les Pyrénées, au cours de la neuvième étape (Pau-Toulouse, 311 km), le Belge Édouard Vissers déclenche une attaque, qui mécontente au plus haut point son leader, Sylvère Maes. Celui-ci va unir ses efforts à ceux de Vietto pour limiter autant qu'il est possible l'avance de son coéquipier ; ce dernier s'impose, mais Vietto n'a concédé que 4 minutes et conserve son maillot jaune.

Au matin de la première étape alpestre (quinzième étape, Digne-Briançon, 219 km), René Vietto porte toujours le maillot jaune, mais il ne précède que d'1 min 49 s Sylvère Maes. Celui-ci attaque dans l'Izoard, et Vietto est distancé ; au sommet du col, son retard se monte déjà à près de 6 minutes ; Sylvère Maes s'impose, René Vietto (quinzième) arrive avec un retard de 19 min 1 s. Il a une nouvelle fois perdu le Tour. Le lendemain, le deuxième tronçon de la seizième étape (qui en compte trois !) propose un contre la montre individuel de 64,5 km entre Bonneval et Bourg-Saint-Maurice, avec l'ascension de l'Iseran. Sylvère Maes confirme sa supériorité en s'imposant avec 4 min 3 s d'avance sur son compatriote Édouard Vissers. Le handicap de Vietto (dix-septième) s'augmente de 9 min 48 s.

Sylvère Maes, âgé de trente ans, remporte son second Tour de France. Mais, à l'arrivée, il déclare qu'il a trop souffert et qu'il ne participera plus au Tour. Effectivement, on ne le reverra pas sur la Grande Boucle. Quant à René Vietto, vingt-cinq ans, il estime que tous les espoirs lui sont permis. Mais il devra attendre 1947 pour participer de nouveau au Tour...

Le cyclisme cette année-là

Maurice Archambaud (France) gagne Paris-Nice.

Gino Bartali (Italie) remporte Milan-San Remo et le Tour de Lombardie.

Giovanni Valetti (Italie) gagne le Giro (pour la seconde fois consécutivement).

Le Championnat du monde sur route est annulé.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1939 - 33e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1939-33e-tour-de-france/