193529e Tour de France

Départ

Paris (Le Vésinet), 4 juillet

Arrivée

Paris (Parc des Princes), 28 juillet

Nombre d'équipes au départ

10 (dont 5 équipes nationales)

Nombre de coureurs au départ

93 (40 nationaux, 20 individuels, 33 touristes-routiers)

Nombre de coureurs classés

46

Nombre d'étapes

21

Distance totale

4 338 km

Moyenne du vainqueur

30,650 km/h

Podium

1. Romain Maes (Belgique), 141 h 32 min 2. Ambrogio Morelli (individuel, Italie), à 17 min 52 s 3. Félicien Vervaecke (Belgique), à 24 min 6 s

Meilleur grimpeur

Félicien Vervaecke (Belgique)

Classement par équipes

Belgique

La course

Le Tour prend une importance de plus en plus grande. Parallèlement, la technologie de la transmission sans fil (T.S.F.) progresse. Cette année, Jean Antoine bénéficie de moyens plus conséquents pour faire vivre la course aux auditeurs : un car de 7 tonnes, une voiture automobile et un service de motocyclettes. La T.S.F. propose désormais quatre rendez-vous quotidiens pour rendre compte des péripéties de l'épreuve.

Sur le plan sportif, Henri Desgrange avait été convaincu de l'utilité du « contre la montre » inauguré l'an passé, qui permet au meilleur de s'imposer. Aussi, six secteurs se dérouleront de cette façon (3 de manière individuelle, 3 par équipes), pour un total de 322 kilomètres.

La première étape (Paris-Lille, 262 km) est remportée par le Belge Romain Maes. Plusieurs favoris sont distancés, dont le Français René Vietto, qui concède 19 minutes. L'équipe de France ne s'inquiète guère de la position de Romain Maes, un coureur peu connu, d'autant qu'Antonin Magne, fin tacticien, n'accuse qu'un faible retard et mesure ses efforts avant la montagne. Mais, entre Aix-les-Bains et Grenoble (septième étape, 229 km), Antonin Magne est heurté par une voiture vers Chambéry. Blessé, il lui faut abandonner.

Romain Maes, de plus en plus étonnant, remporte la onzième étape (Nice-Cannes, 126 km) et porte son avance sur le deuxième du classement général, l'Italien Francesco Camusso, à 6 min 11 s, alors que le Français Georges Speicher, troisième, se trouve à 10 min 24 s. Dans les Pyrénées, Romain Maes confirme sa solidité, bien épaulé par ses coéquipiers belges, Félicien Vervaecke et Sylvère Maes notamment. Romain Maes remporte la dernière étape (Caen-Paris, 221 km), donnant un peu plus de relief à son succès. Romain Maes, coureur méconnu de vingt-deux ans, gagne le Tour de France. Il aura porté le maillot jaune du premier au dernier jour.

Le cyclisme cette année-là

René Vietto (France) gagne Paris-Nice.

Gaston Rebry (Belgique) remporte Paris-Roubaix (pour la troisième fois).

René Le Grevès (France) gagne Paris-Tours.

Edgar De Caluwé (Belgique) remporte Bordeaux-Paris et Paris-Bruxelles.

Antonin Magne (France) gagne le Grand Prix des nations.

Création du Tour d'Espagne, la Vuelta : victoire de Gustaaf Deloor (Belgique).

À Floreffe (Belgique), Jean Aerts (Belgique) est champion du monde sur route.

Le 31 octobre au Vigorelli de Milan, Giuseppe Olmo (Italie) bat le record de l'heure (45,090 km).

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1935 - 29e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1935-29e-tour-de-france/