192923e Tour de France

Départ

Paris (Le Vésinet), 30 juin

Arrivée

Paris (Parc des Princes), 28 juillet

Nombre de coureurs au départ

155 (53 as, 102 touristes-routiers)

Nombre de coureurs classés

60

Nombre d'étapes

22

Distance totale

5 276 km

Moyenne du vainqueur

28,320 km/h

Podium

1. Maurice Dewaele (Belgique, équipe Alcyon), 186 h 39 min 15 s 2. Giuseppe Pancera (Italie, équipe La Rafale), à 44 min 23 s 3. Joseph Demuysère (Belgique, équipe Lucifer), à 57 min 10 s

La course

La formule des départs séparés (contre la montre par équipes) a définitivement montré ses limites l'an passé. On en revient aux départs groupés. Un point de règlement précise néanmoins que la direction de course peut rétablir les départs séparés si la moyenne chute au-dessous de 30 km/h lors des étapes de plaine. La course est de nouveau « strictement individuelle ».

Lors de la première étape pyrénéenne (neuvième étape, Bayonne-Luchon, 363 km), le Français Victor Fontan (trente-sept ans) attaque dans le Tourmalet en compagnie de l'Espagnol Salvador Cardona (coéquipier de Fontan au sein de la formation... Fontan) et du Belge Maurice Dewaele. Cardona remporte l'étape avec la bénédiction de son patron, et Fontan hérite du maillot jaune, avec une avance de 9 min 54 s sur Dewaele. Au cours de la dixième étape (Luchon-Perpignan, 323 km), Victor Fontan est victime d'une chute ; il poursuit néanmoins son chemin, mais son retard augmente ; au sommet du Portet-d'Aspet, il est de 36 minutes ; épuisé, Fontan abandonne. Le Belge Joseph Demuysère s'impose, son compatriote Maurice Dewaele (troisième) reçoit le maillot jaune.

Dès lors, le Tour est joué. En effet, Maurice Dewaele appartient à la puissante formation Alcyon, et tous ses coéquipiers se mettent à son service, bien que la course soit « strictement individuelle ». Ils n'hésitent pas à employer tous les moyens, poussant Maurice Dewaele dans les cols, formant un barrage devant Antonin Magne à Grenoble (quinzième étape) pour l'empêcher d'attaquer. De plus, Alcyon se trouve des alliés, Joseph Demuysère notamment, qui s'interdit de tenter sa chance même quand Dewaele, malade, semble défaillant. À la suite de ces événements, Henri Desgrange aura cette phrase : « On a fait gagner un cadavre ! »

Il est devenu évident qu'il faut désormais trouver une formule révolutionnaire pour sauver le Tour de France.

Le cyclisme cette année-là

À Zurich (Suisse), Georges Ronsse (Belgique) est champion du monde sur route pour la seconde fois consécutivement. Il gagne également Bordeaux-Paris.

Alfredo Binda (Italie) remporte Milan-San Remo et le Giro (pour la quatrième fois).

Nicholas Frantz (Luxembourg) gagne Paris-Tours.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1929 - 23e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1929-23e-tour-de-france/