192721e Tour de France

Départ

Paris (Le Vésinet), 19 juin

Arrivée

Paris (Parc des Princes), 17 juillet

Nombre de coureurs au départ

142 (37 coureurs groupés, 105 coureurs isolés)

Nombre de coureurs classés

39

Nombre d'étapes

24

Distance totale

5 321 km

Moyenne du vainqueur

27,224 km/h

Podium

1. Nicholas Frantz (Luxembourg, équipe Alcyon), 198 h 16 min 42 s 2. Maurice Dewaele (Belgique, équipe Labor), à 1 h 48 min 21 s 3. Julien Vervaecke (Belgique, équipe Armor), à 2 h 25 min 6 s

La course

Le déroulement du Tour 1926 a profondément déçu Henri Desgrange. Dans la seule étape Bayonne-Luchon (326 km, par les cols d'Aubisque et du Tourmalet), le Belge Lucien Buysse s'est octroyé une telle avance sur ses rivaux que cela lui a suffi pour remporter la Grande Boucle. Henri Desgrange décide donc de modifier radicalement la formule du Tour : le nombre d'étapes passe de dix-sept à vingt-quatre ; mais seules huit d'entre elles (dont les six étapes montagneuses) se disputent selon la formule classique (départ groupé), les seize autres se courent en départs séparés, autrement dit contre la montre ; en fait, il s'agit de véritables courses contre la montre par équipes, mais avec classement individuel, une des célèbres formules ambiguës proposées par Henri Desgrange.

Le vainqueur des éditions de 1924 et 1925, l'Italien Ottavio Bottecchia, est mort dans d'obscures circonstances. Le tenant du titre, le Belge Lucien Buysse, ne participe pas à l'épreuve, car son constructeur de cycles, Automoto, préfère s'abstenir. Dans ces nouvelles conditions, la puissance des différentes équipes se révèle encore plus importante. La marque Alcyon (le Luxembourgeois Nicholas Frantz, le Belge Adelin Benoît...), alliée à ses filiales Armor (le Belge Julien Vervaecke), Labor (le Belge Maurice Dewaele) et Thomann (le Français André Leducq), présente une escouade impressionnante.

En début de Tour, néanmoins, les hommes de l'équipe Dilecta se mettent en évidence : le Français Francis Pélissier remporte la première étape (Paris-Dieppe, 180 km). Il conserve le maillot jaune jusqu'au terme de la sixième étape (Dinan-Brest, 206 km), remportée par André Leducq, où il le cède à un de ses coéquipiers, le Français Ferdinand Le Drogo. Puis la formation Louvet, avec le Belge Hector Martin, maillot jaune de la septième à la dixième étape, fait un moment illusion.

Mais l'équipe Alcyon, qui a jusque-là mesuré ses efforts, entre en action dans les Pyrénées : dès la première étape montagneuse (onzième étape, Bayonne-Luchon, 326 km), Nicholas Frantz, qui s'impose, endosse le maillot jaune. Il le conserve jusqu'à Paris. Les cinq premiers du classement général appartiennent à l'équipe Alcyon ou à une de ses filiales. Le jeune Français Antonin Magne, de la modeste formation Alléluia, est sixième à 4 h 48 min 23 s.

Le cyclisme cette année-là

Georges Ronsse (Belgique) remporte Paris-Roubaix et Bordeaux-Paris.

Première édition du Championnat du monde sur route. Sur le circuit du Nürburgring (Allemagne), Alfredo Binda (Italie) s'impose. Il gagne également le Giro et, pour la troisième fois consécutivement, le Tour de Lombardie.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1927 - 21e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1927-21e-tour-de-france/