19075e Tour de France

Départ

Paris (pont Bineau), 8 juillet

Arrivée

Paris (Parc des Princes), 4 août

Nombre de coureurs au départ

93

Nombre de coureurs classés

33

Nombre d'étapes

14

Distance totale

4 488 km

Moyenne du vainqueur

28,470 km/h

Podium

1. Petit-Breton (France), 47 points 2. Gustave Garrigou (France), 66 points 3. Émile Georget (France), 74 points

La course

De nouvelles difficultés au programme de cette cinquième édition du Tour de France : les cols de la Chartreuse. Mais un absent au départ : le Français René Pottier, premier « roi de la montagne » et vainqueur l'année précédente, qui s'est donné la mort le 25 janvier 1907.

Le Français Émile Georget, équipé par Peugeot, s'impose comme l'homme fort en début de Tour de France : il remporte la deuxième étape (Roubaix-Metz, 398 km, ex aequo avec son compatriote Louis Trousselier, de la marque Alcyon), puis la troisième (Metz-Belfort, 259 km), où il domine ses adversaires dans le ballon d'Alsace.

Les coureurs affrontent le massif de la Chartreuse à l'occasion de la cinquième étape (Lyon-Grenoble, 311 km) : dans le col de Porte, Émile Georget distance ses adversaires un à un ; seul le Luxembourgeois François Faber réussit à s'accrocher ; dans la descente, Émile Georget, dont la machine est équipée d'une roue libre, distance François Faber, qui n'en possède pas ; Georget s'impose devant Faber, à 7 minutes. Son succès dans la Grande Boucle semble se dessiner.

Lors de la neuvième étape (Toulouse-Bayonne, 299 km), le Français Lucien Mazan, dit Petit-Breton, s'impose. Émile Georget, quatrième, demeure un solide leader, mais il a commis plusieurs infractions au règlement, notamment en effectuant des changements de vélo non autorisés pour limiter son retard. La formation Alcyon dépose réclamation. Émile Georget se voit pénalisé d'une amende de 500 francs. Trouvant la sanction bien légère, tous les coureurs équipés par Alcyon, dont Louis Trousselier, qui possédait encore de bonnes chances de victoire, se retirent de l'épreuve. L'affaire ne se dénoue que le lendemain : Henri Desgrange trouve à son tour que les fautes de Georget méritent une sanction plus lourde ; il est déclassé à la dernière place de cette étape, ce qui le relègue à la troisième place du classement général, dont le nouveau leader est Petit-Breton, lui aussi équipé par Peugeot.

Petit-Breton n'est dès lors plus inquiété et remporte le Tour de France.

Le cyclisme cette année-là

Georges Passerieu (France) remporte Paris-Roubaix et Paris-Tours.

Cyrille Van Hauwaert est le premier Belge vainqueur de Bordeaux-Paris.

Création de Milan-San Remo : victoire de Petit-Breton (France).

Gustave Garrigou (France) gagne Paris-Bruxelles et le Tour de Lombardie.

Le 20 juin, au vélodrome Buffalo (Paris), Marcel Berthet (France) bat le record de l'heure (41,520 km).

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1907 - 5e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/1907-5e-tour-de-france/