POLOGNE, chronologie contemporaine

 

2019

8-20 août 2019
Pologne. Démission du président de la Diète et du vice-ministre de la Justice.

Le 8, le président de la Diète Marek Kuchciński, membre du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir, annonce sa démission à la suite de révélations de la presse relatives à son utilisation répétée d’avions officiels à des fins personnelles. Le président du PiS Jaroslaw Kaczyński cède exceptionnellement à la pression de l’opinion et des médias. Des élections législatives doivent se tenir en octobre. […] Lire la suite

21 février-4 mars 2019
France – Pologne. Perturbation d’un colloque sur l’histoire de la Shoah en Pologne.

Les 21 et 22, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Paris, organise un colloque sur « la nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah ». Celui-ci est perturbé par une trentaine de personnes identifiées comme des nationalistes polonais proches du magazine d’extrême droite polonais Gazeta Polska. L’EHESS effectuera un signalement auprès  […] Lire la suite

14-18 février 2019
Israël – Pologne. Crise diplomatique.

Le 14, en marge de la conférence internationale sur le Moyen-Orient qui se tient à Varsovie, le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou affirme que « des Polonais ont collaboré avec les nazis », ajoutant : « Je ne connais personne qui a été poursuivi pour une telle déclaration. » La loi mémorielle de février 2018 à laquelle Benyamin Nétanyahou fait allusion interdit d’attribuer « à la natio […] Lire la suite

13-19 janvier 2019
Pologne. Assassinat du maire de Gdańsk.

Le 13, le maire de Gdańsk Pawel Adamowicz (indépendant) est mortellement blessé à l’arme blanche, alors qu’il participait à une manifestation de charité dans sa ville. Le meurtrier, qui venait d’être libéré de prison où il purgeait une peine pour divers braquages, affirme avoir voulu se venger de la Plateforme civique (PO, libéral) dont Pawel Adamowicz était l’un des fondateurs.Le 14, à la suite d […] Lire la suite

2018

10 octobre-17 décembre 2018
Union européenne – Pologne. Demande par la CJUE de la suspension de la loi sur la Cour suprême.

Le 10 octobre, le président Andrzej Duda nomme vingt-sept nouveaux juges à la Cour suprême, en remplacement de ceux, âgés de plus de soixante-cinq ans, que la réforme controversée de la Cour suprême adoptée en juillet prévoit de mettre à la retraite.Le 19, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), saisie en septembre par la Commission européenne, ordonne au gouvernement polonais de suspendr […] Lire la suite

2-25 juillet 2018
Pologne – Union européenne. Entrée en application de la loi réformant la Cour suprême.

Le 2, la Commission européenne engage en urgence une nouvelle procédure d’infraction à l’encontre de la Pologne où doit entrer en application, le lendemain, la loi réformant la Cour suprême. Selon Bruxelles, cette réforme, qui prévoit la mise à la retraite des juges âgés de plus de soixante-cinq ans, et notamment de la première présidente de la Cour Malgorzata Gersdorf, enfreint « le principe de l […] Lire la suite

27 juin-5 juillet 2018
Pologne. Amendement de la loi mémorielle sur la Seconde Guerre mondiale.

Le Parlement amende la loi adoptée en février qui punit de prison le fait d’attribuer « à la nation ou à l’État polonais, de façon publique et en dépit des faits, la responsabilité ou la coresponsabilité des crimes nazis commis par le IIIe Reich allemand […], de crimes de guerre ou d’autres crimes contre la paix et l’humanité ». Ces faits ne seront plus criminalisés, mais po […] Lire la suite

1er-6 février 2018
Pologne. Adoption d’une loi niant la coresponsabilité du pays dans les crimes nazis.

Le 1er, le Parlement adopte un projet de loi qui prévoit de punir d’une peine de trois ans de prison le fait d’attribuer « à la nation ou à l’État polonais, de façon publique et en dépit des faits, la responsabilité ou la coresponsabilité des crimes nazis commis par le IIIe Reich allemand […], de crimes de guerre ou d’autres crimes contre la paix et l’ […] Lire la suite

9-16 janvier 2018
Pologne. Limogeage de ministres et réforme du code électoral.

Le 9, avant de rencontrer à Bruxelles le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le Premier ministre Mateusz Morawiecki, en fonction depuis décembre 2017, limoge les ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de la Santé et de l’Environnement. Leurs prises de position avaient contribué à alimenter l’accusation de violation des valeurs de l’Union européenne portée par la C […] Lire la suite

2017

7-20 décembre 2017
Union européenne – Pologne. Engagement d’une procédure de sanction à l’encontre de Varsovie.

Le 7, le parti Droit et Justice (PiS), au pouvoir, annonce le remplacement de Beata Szydło au poste de Premier ministre par le ministre de l’Économie Mateusz Morawiecki. Ce technocrate offre une image plus modérée sur la scène internationale que la précédente titulaire du poste.Le 8, le Parlement dominé par le PiS adopte définitivement les réformes, légèrement remaniées, du Conseil national de la  […] Lire la suite

15 juillet-29 août 2017
Pologne – Union européenne. Menace de la Commission européenne à l’encontre de Varsovie concernant la réforme du pouvoir judiciaire.

Le 15, le Parlement adopte deux projets de loi controversés relatifs au pouvoir judiciaire. L’un confère au ministre de la Justice le pouvoir de nommer et de révoquer tous les présidents de tribunaux ; l’autre met fin au mandat des membres du Conseil national de la magistrature, qui nomme les juges, et confie au Parlement – dominé par le parti Droit et Justice (PiS) – le soin de nommer leurs rempl […] Lire la suite

3-6 mai 2017
Pologne. Manifestation de l’opposition.

Le 3, date anniversaire de la Constitution de 1791, le président Andrzej Duda indique sa volonté d’organiser un référendum, d’ici à novembre 2018, sur la nature du régime politique. Le parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir souhaite modifier la Constitution entrée en vigueur en octobre 1997.Le 6, une « marche pour la liberté » réunit près de quatre-vingt-dix mille manifestants à Varsovie, à l’app […] Lire la suite

2016

16-20 décembre 2016
Pologne. Aggravation de la crise entre le pouvoir et l’opposition.

Le 16, des centaines de personnes rejointes par des députés d’opposition de la Plate-forme civique bloquent temporairement les sorties du Parlement, empêchant notamment la Première ministre Beata Szydło et le chef du parti Droit et justice (PiS) Jaroslaw Kaczyński de quitter le bâtiment. Les manifestants protestent, à l’appel du Comité de défense de la démocratie, contre le nouveau règlement du Pa […] Lire la suite

3-5 octobre 2016
Pologne. Rejet d’une proposition d’interdiction totale de l’avortement.

Le 3, environ cent mille femmes font grève et manifestent à travers le pays, à l’appel d’organisations féministes, contre une proposition de loi initiée par des organisations « pro-vie » qui vise à interdire totalement l’avortement. Objet d’une des législations les plus strictes d’Europe, celui-ci n’est autorisé qu’en cas de viol ou d’inceste, de graves pathologies du fœtus ou de risques pour la v […] Lire la suite

27-31 juillet 2016
Vatican – Pologne. Participation du pape François aux Journées mondiales de la jeunesse.

Le 27, le pape François arrive à Cracovie où se tiennent les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) qui rassemblent des centaines de milliers de jeunes catholiques du monde entier. Au lendemain de l’attentat islamiste visant un prêtre en France, il déclare que « le monde est en guerre », mais qu’il ne s’agit « pas d’une guerre de religions ». Commentant la crise des réfugiés, François enjoint les […] Lire la suite

27 juillet 2016
Union européenne – Pologne. Poursuite de la procédure pour « sauvegarde de l’État de droit ».

La Commission européenne met en œuvre la deuxième phase de la procédure de « sauvegarde de l’État de droit » engagée à l’encontre de la Pologne en janvier. Elle accorde un délai de trois mois au gouvernement conservateur pour restaurer et garantir le fonctionnement du Tribunal constitutionnel. Le principal litige porte sur le blocage de la nomination de trois juges désignés par la majorité précéde […] Lire la suite

7 mai 2016
Pologne. Manifestation en faveur des valeurs européennes.

Un rassemblement organisé à l’occasion de la Journée de l’Europe par le Comité de défense de la démocratie, avec le soutien des partis d’opposition, réunit deux cent quarante mille personnes dans les rues de Varsovie pour la défense des valeurs européennes et contre « l’appropriation de l’État » par le parti Droit et justice de Jaroslaw Kaczyński. Il s’agit de l’une des plus importantes manifestat […] Lire la suite

13-19 janvier 2016
Union européenne – Pologne. Lancement d’une procédure à l’encontre de la Pologne.

Le 13, la Commission européenne annonce le lancement d’une procédure de « sauvegarde de l’État de droit » à l’encontre de la Pologne dont le gouvernement a fait adopter, en décembre 2015, des lois controversées sur la réforme du Tribunal constitutionnel et sur la nomination des dirigeants des médias publics. Cette procédure instaurée en mars 2014, et encore jamais appliquée, vise à établir un dial […] Lire la suite

2015

8-31 décembre 2015
Pologne. Tentative de mainmise du pouvoir sur le Tribunal constitutionnel et les médias.

Le 8, le président Andrzej Duda rejette l’avis du Tribunal constitutionnel relatif à l’investiture à cette cour suprême de trois juges élus par le Parlement précédent. Le lendemain, il entérine la nomination de cinq nouveaux juges au Tribunal constitutionnel désignés par la Diète à majorité conservatrice élue en octobre. L’opposition et de nombreux constitutionnalistes dénoncent un coup de force o […] Lire la suite

25 octobre 2015
Pologne. Victoire de Droit et justice aux élections législatives.

Le parti Droit et justice (P.i.S., conservateur) mené par Beata Szydło remporte une nette victoire aux élections législatives avec 37,6 p. 100 des suffrages et 235 sièges sur 460. Le P.i.S. est le premier parti à obtenir la majorité absolue au Parlement depuis la fin du régime communiste. La Plate-forme civique (libéral) du Premier ministre Ewa Kopacz enregistre un fort recul avec 24,1 p. 100 des  […] Lire la suite

8-10 juin 2015
Pologne. Démission de personnalités politiques liée à un scandale d’écoutes.

Le 8, l’homme d’affaires et blogueur Zbigniew Stonoga publie en ligne l’ensemble du dossier d’instruction visant plusieurs personnalités proches de la Plate-forme civique (P.O.) au pouvoir, dans lequel figurent des transcriptions d’enregistrements compromettants pour les intéressés. Ce dossier porte sur l’affaire des écoutes réalisées clandestinement dans deux restaurants de Varsovie fréquentés pa […] Lire la suite

10-24 mai 2015
Pologne. Élection d’Andrzej Duda à la présidence.

Le 10, le candidat du parti Droit et Justice (conservateur et eurosceptique) Andrzej Duda arrive en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 34,8 p. 100 des suffrages. Le chef de l’État sortant Bronislaw Komorowski, candidat de la Plate-forme civique (libérale), obtient 33,8 p. 100 des voix. Le chanteur Paweł Kukiz arrive en troisième position avec 20,8 p. 100 des suffrages. La candi […] Lire la suite

2012

16 novembre 2012
France – Pologne. Visite du président François Hollande à Varsovie.

Le président François Hollande se rend en visite à Varsovie, où il s'exprime devant le Parlement. Il s'engage à défendre la place de la Pologne dans l'Union européenne ainsi que dans la zone euro à laquelle celle-ci souhaite adhérer. Dans la perspective du débat sur le prochain budget européen, les dirigeants français et polonais s'accordent à ne pas vouloir choisir entre le maintien des fonds str […] Lire la suite

2011

9 octobre 2011
Pologne. Victoire du Premier ministre libéral aux élections législatives.

Le 9, la Plate-Forme civique du Premier ministre libéral Donald Tusk remporte les élections législatives, avec 39,2 p. 100 des suffrages et 207 sièges sur 460. Il devance le parti conservateur Droit et Justice de l'ancien Premier ministre Jaroslaw Kaczynski, qui obtient 29,9 p. 100 des voix et 157 élus. La principale surprise du scrutin vient du score réalisé par le Mouvement Palikot – du nom de s […] Lire la suite

2010

4 juillet 2010
Pologne. Élection de Bronislaw Komorowski à la présidence.

Le 4, le président par intérim et ancien président de la Chambre basse du Parlement Bronislaw Komorowski, candidat de la Plate-forme civique (P.O., centre droit) au pouvoir, remporte le second tour de l'élection présidentielle anticipée, avec 53 p. 100 des suffrages. Il devance le candidat du parti Droit et Justice (droite conservatrice), l'ancien Premier ministre Jaroslaw Kaczyński, frère jumeau  […] Lire la suite

10-26 avril 2010
Pologne. Mort accidentelle du président Lech Kaczyński.

Le 10, l'avion du président polonais Lech Kaczyński, qui allait, à la suite de son Premier ministre, honorer la mémoire des victimes de Katyn, s'écrase à l'approche de l'aéroport de Smolensk, en Russie. L'accident est dû aux mauvaises conditions météorologiques. Il n'y a aucun rescapé parmi les quatre-vingt-seize occupants de l'appareil. Outre le chef de l'État et son épouse, l'avion transportait  […] Lire la suite

7 avril 2010
Russie – Pologne. Commémoration des victimes de Katyn.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine et son homologue polonais Donald Tusk participent, dans la forêt de Katyn, dans l'ouest de la Russie, à une cérémonie commune sans précédent organisée à l'occasion du soixante-dixième anniversaire de l'assassinat de vingt-deux mille officiers polonais par les Soviétiques, en ce même lieu, sur ordre de Staline. L'U.R.S.S. avait longtemps accusé l'Allemagne […] Lire la suite

2009

10 octobre 2009
Pologne – Union européenne. Ratification du traité de Lisbonne.

Le président polonais Lech Kaczynski signe, à Varsovie, le traité de Lisbonne sur la réforme des institutions européennes, parachevant ainsi sa ratification. Maintenant que les Irlandais ont voté en faveur du traité lors du second référendum qui s'est tenu le 3 octobre, seul le président tchèque Václav Klaus doit encore ratifier le traité européen pour qu'il puisse entrer en vigueur.  […] Lire la suite

2008

14-20 août 2008
Pologne – États-Unis. Accord sur l'implantation du bouclier antimissile américain.

Le 14, les négociateurs polonais et américains concluent l'accord relatif à l'installation sur le territoire polonais, d'ici à 2012, de dix sites de missiles destinés à intercepter en vol des missiles balistiques de longue portée tirés depuis des pays hostiles – l'Iran est particulièrement visé. Cet accord comprend aussi la fourniture à la Pologne d'une batterie antiaérienne de dernière génération […] Lire la suite

28 mai 2008
France – Pologne. Visite du président Nicolas Sarkozy en Pologne.

Le 28, le président français Nicolas Sarkozy poursuit sa tournée des capitales d'Europe centrale et orientale en se rendant à Varsovie, où il signe un accord de « partenariat stratégique » avec son homologue Lech Kaczynski et s'exprime devant les deux chambres du Parlement. Il confirme la levée, à compter du 1er juillet, des restrictions à l'activité en France des travailleu […] Lire la suite

2-24 avril 2008
Pologne – Autriche – Slovaquie – Portugal – Union européenne. Ratifications nationales du traité de Lisbonne.

Le 2, le Parlement polonais approuve par 384 voix contre 56 la ratification du traité de Lisbonne. Seul le parti Droit et Justice a voté contre. Ce résultat est obtenu grâce à un accord entre le Premier ministre Donald Tusk et le président Lech Kaczynski, qui prévoit l'adoption par le Parlement d'une résolution affirmant la supériorité de la Constitution polonaise sur les lois européennes.Le 9, le […] Lire la suite

2007

21-30 octobre 2007
Pologne. Victoire des libéraux de Donald Tusk aux élections législatives.

Le 21, les libéraux pro-européens de la Plate-forme civique (P.O.), dirigée par Donald Tusk, remportent les élections législatives avec 41,5 p. 100 des suffrages et 209 sièges sur 460 à la Diète (+ 76 par rapport au scrutin de septembre 2005). Ils devancent les conservateurs sortants du Parti Droit et Justice (PiS) des frères Lech et Jaroslaw Kaczynski, respectivement président et Premier ministre […] Lire la suite

7 septembre 2007
Pologne. Auto-dissolution de la Diète.

La Diète vote massivement en faveur de sa propre dissolution, mettant un terme à la crise politique née de l'éclatement de la coalition gouvernementale en août. Cette décision était soutenue par les conservateurs de Droit et Justice, les libéraux de la Plate-forme civique, le Parti social-démocrate et le Parti paysan. Le président Lech Kaczynski fixe au 21 octobre la tenue des élections législativ […] Lire la suite

5-30 août 2007
Pologne. Éclatement de la coalition gouvernementale.

Le 5, Andrzej Lepper, chef de file de la formation populiste Samoobrona (Autodéfense) annonce que son parti se désengage de la coalition gouvernementale, qui devient ainsi minoritaire. Le Premier ministre Jaroslaw Kaczynski l'avait destitué, le 9 juillet, de ses fonctions de vice-Premier ministre et de ministre de l'Agriculture alors que l'intéressé faisait l'objet d'une enquête du Bureau central  […] Lire la suite

11-15 mai 2007
Pologne. Invalidation partielle de la loi de lustration.

Le 11, le Tribunal constitutionnel invalide les articles clés de la loi de lustration, adoptée en mars, qui impose à environ sept cent mille Polonais exerçant des responsabilités publiques de certifier qu'ils n'ont pas collaboré avec la police politique de l'ancien régime communiste. La liste des professions concernées est réduite, la notion de « collaboration » est restreinte, la publication de l […] Lire la suite

25-26 avril 2007
Pologne. Opposition à la loi de lustration.

Le 25, le député européen Bronislaw Geremek, ancien dissident au régime communiste et figure du syndicat Solidarité, informe la presse qu'il refuse de remplir la « déclaration de lustration » qu'impose une loi polonaise adoptée en mars, et qu'il rejette la décision conséquente de la commission électorale polonaise de le démettre de son mandat européen. Cette loi de « décommunisation » exige de tou […] Lire la suite

4-12 janvier 2007
Pologne. Débat sur l'attitude de membres de l'Église polonaise au temps du communisme.

Le 4, le nouvel archevêque de Varsovie, Mgr Stanisław Wielgus, qui doit prendre ses fonctions le 7 en remplacement du cardinal Józef Glemp, avoue, après l'avoir nié, avoir collaboré autrefois avec l'U.B., la police secrète du régime communiste. Les accusations portées par l'hebdomadaire de droite Gazeta Polska, qui a révélé l'affaire au moment de la nomin […] Lire la suite

2006

21 septembre-16 octobre 2006
Pologne. Limogeage du vice-Premier ministre.

Le 21, le Premier ministre Jaroslaw Kaczinski annonce le limogeage du vice-Premier ministre Andrzej Lepper, chef du parti Samoobrona (droite populiste). En désaccord avec certaines décisions gouvernementales, celui-ci menaçait de ne pas voter le budget 2007. La coalition gouvernementale formée en mai, à présent réduite au parti Droit et Justice (conservateurs) et à la Ligue des familles polonaises […] Lire la suite

7-19 juillet 2006
Pologne. Nomination de Jaroslaw Kaczyński au poste de Premier ministre.

Le 7, le Premier ministre Kazimierz Marcinkiewicz présente sa démission. Les ministre des Affaires étrangères et de l'Économie avaient démissionné au printemps pour marquer leur désaccord avec la politique conduite par la coalition gouvernementale constituée par le Parti Droit et Justice (PiS), les populistes de Samoobrona et les nationalistes de la Ligue des familles. Le 10, le président Lech Kac […] Lire la suite

25-31 mai 2006
Vatican – Pologne. Visite du pape Benoît XVI en Pologne.

Le 25, le pape Benoît XVI entame un voyage apostolique en Pologne, pays natal de son prédécesseur Jean-Paul II. Après le soutien apporté par la radio intégriste Radio Marya à la récente entrée dans le gouvernement des populistes et des ultracatholiques, il met en garde le clergé polonais contre toute collusion avec le monde politique. Concernant l'affaire de la dénonciation de prêtres collaborateu […] Lire la suite

5 mai 2006
Pologne. Entrée des populistes et des ultracatholiques au gouvernement.

Aux termes d'un accord ébauché en avril, les populistes antilibéraux de Samoobrona (Autodéfense) et les nationalistes ultracatholiques de la Ligue des familles polonaises (L.P.R.) font leur entrée au gouvernement avec, respectivement, trois et deux ministères. Jusque-là minoritaire, le gouvernement issu des élections législatives de septembre 2005 était contrôlé par le seul parti conservateur Droi […] Lire la suite

2005

3-10 novembre 2005
Pologne. Investiture du gouvernement minoritaire.

Le 3, les libéraux de la Plate-Forme civique annoncent leur entrée dans l'opposition après l'échec des négociations pour la constitution d'un gouvernement de coalition avec les conservateurs catholiques de Droit et Justice, vainqueurs des élections législatives en septembre et de la présidentielle en octobre.Le 10, le gouvernement de Kazimierz Marcinkiewicz est investi par le Parlement grâce aux v […] Lire la suite

9-31 octobre 2005
Pologne. Élection du conservateur Lech Kaczyński à la présidence.

Le 9, le candidat libéral de la Plate-Forme civique (P.O., centre droit) Donald Tusk devance de peu son adversaire conservateur de la formation Droit et Justice (P.i.S.) Lech Kaczynski au premier tour de l'élection présidentielle – 36,3 p. 100 des suffrages contre 33,1 p. 100. Le populiste Andrzej Lepper obtient 15,1 p. 100 des voix et le social-démocrate Marek Borowski, 10,3 p. 100. Le taux d'abs […] Lire la suite

25 septembre 2005
Pologne. Victoire des conservateurs aux élections législatives.

La formation Droit et Justice (conservateurs catholiques) de Jaroslaw Kaczynski arrive en tête lors des élections législatives, avec 27 p. 100 des suffrages et 155 sièges sur 460 (+ 111 par rapport au Parlement sortant). Elle devance la Plate-Forme civique (centre droit) de Donald Tusk, qui obtient 24,1 p. 100 des voix et a 133 élus (+ 68). Le parti Samoobrona (populiste) d'Andrzej Lepper arrive e […] Lire la suite

7-11 août 2005
Pologne – Russie – Biélorussie. Dégradation des relations entre Varsovie et ses voisins.

Le 7, un employé de l'ambassade de Pologne à Moscou est agressé par des inconnus dans la capitale russe. Une semaine plus tôt, à Varsovie, trois enfants de diplomates russes ainsi qu'un jeune Kazakh avaient été tabassés par des voyous.Le 10, le numéro deux des services économiques de l'ambassade polonaise à Moscou est victime de la même mésaventure.Le 11, le correspondant à Moscou d'un quotidien p […] Lire la suite

2004

10-27 septembre 2004
Allemagne – Pologne. Résurgence des revendications liées à la Seconde Guerre mondiale.

Le 10, la Diète polonaise adopte une résolution qui somme le gouvernement de Varsovie de demander réparation à l'Allemagne pour les « énormes destructions matérielles et immatérielles provoquées par l'agression, l'occupation et le génocide allemands ». Cette initiative répond à celle de la Preussische Treuhand, organisation qui défend les intérêts des Allemands ayant dû quitter les territoires dev […] Lire la suite

24 juin 2004
Pologne. Confirmation de Marek Belka à la tête du gouvernement.

Le 24, le Parlement accorde sa confiance au gouvernement social-démocrate de Marek Belka qui était soutenu par le président Alexandre Kwasniewski. Marek Belka était Premier ministre par intérim depuis la démission de Leszek Miller au lendemain de l'adhésion du pays à l'Union européenne, en mai. Il obtient le soutien d'une majorité divisée, formée principalement de l'Alliance de la gauche démocrati […] Lire la suite

2-14 mai 2004
Pologne. Crise politique.

Le 2, le Premier ministre Leszek Miller démissionne de ses fonctions, comme il l'avait annoncé en mars.Le 14, les députés refusent leur confiance au nouveau gouvernement formé par Marek Belka, candidat de la coalition de gauche au pouvoir depuis octobre 2001, mais minoritaire au Parlement, qui a été présenté par le président Aleksander Kwaśniewski. […] Lire la suite

1er mai 2004
Union européenne. Naissance de l'Europe des Vingt-Cinq.

Les chefs d'État et de gouvernement des pays de l'Union européenne participent, à Dublin, à la cérémonie marquant l'entrée officielle de dix nouveaux membres dans l'Union: Chypre, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Slovénie. Intervenant au terme d'un processus long de quinze ans, ce cinquième élargissement, sans précédent p […] Lire la suite

26 mars 2004
Pologne. Annonce de la démission du Premier ministre Leszek Miller.

Le 26, le Premier ministre Leszek Miller, de retour du Conseil européen de Bruxelles, annonce qu'il quittera ses fonctions au lendemain de l'entrée officielle de son pays dans l'Union, le 1er mai. La veille, une fraction du Parti social-démocrate au pouvoir, avait annoncé sa scission en vue de former un parti pro-européen. En outre, Leszek Miller se retrouve isolé en Europe, […] Lire la suite

2003

7-14 juin 2003
Union européenne – Pologne – République tchèque. Référendums sur l'adhésion à l'Union en Pologne et en République tchèque.

Les 7 et 8, les électeurs polonais approuvent par référendum, avec 77,5 p. 100 des suffrages, l'adhésion de leur pays à l'Union européenne, comme le pape Jean-Paul II les y avait encouragés lors de sa visite, en mai. Le taux de participation atteint 59 p. 100.Les 13 et 14, les électeurs tchèques se prononcent à leur tour, par 77,3 p. 100 des voix, en faveur de l'adhésion de leur pays à l'Union eur […] Lire la suite

16 avril 2003
Union européenne. Signature du traité d'adhésion des dix nouveaux membres.

Les chefs d'État et de gouvernement des Quinze, réunis à Athènes, signent le traité d'adhésion à l'Union européenne de l'Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Hongrie, de la Pologne, de la République tchèque, de la Slovaquie, de la Slovénie, de Chypre et de Malte. Décidées au sommet de Copenhague en décembre 2002, ces adhésions seront effectives le 1er mai 2004. Les […] Lire la suite

2002

16-19 août 2002
Vatican – Pologne. Voyage du pape Jean-Paul II en Pologne.

Du 16 au 19, Jean-Paul II effectue son huitième voyage en Pologne, son pays natal. Dans sa ville de Cracovie, où il célèbre la messe, le 18, devant 2,5 millions de fidèles, le pape soutient la candidature de la Pologne à l'Union européenne. Elle doit, selon lui, y adhérer avec ses « valeurs » propres, compte tenu de sa position de « pont » entre l'Orient et l'Occident, de son histoire tragique et  […] Lire la suite

2001

23 septembre 2001
Pologne. Victoire de la gauche postcommuniste aux élections législatives.

La coalition formée de l'Alliance de la gauche démocratique (ex-communiste) de Leszek Miller et de l'Union du travail de Marek Pol remporte une victoire annoncée aux élections législatives, augmentant considérablement son audience sans toutefois obtenir la majorité à la Diète. Elle réunit 41 p. 100 des suffrages et 216 élus sur 460, précédant de loin la Plate-Forme civique (centre droit) d'Andrezj […] Lire la suite

2000

8 octobre 2000
Pologne. Réélection du président Alexandre Kwaśniewski.

Alexandre Kwaśniewski est réélu dès le premier tour de l'élection présidentielle avec 56 p. 100 des suffrages. Le candidat libéral indépendant Andrzej Olechowski, ancien ministre des Affaires étrangères, arrive en deuxième position, avec 18,5 p. 100 des voix, devant Marian Krzaklewski, candidat de l'Action électorale Solidarité, qui obtient 13 p. 100 des suffrages. Ce résultat constitue un sérieux […] Lire la suite

1999

4-17 juin 1999
Vatican – Pologne. Visite du pape Jean-Paul II en Pologne.

Du 4 au 17, le pape Jean-Paul II effectue sa septième visite dans son pays natal, vingt ans après un premier retour qui avait contribué au déclenchement des bouleversements politiques en Pologne. À toutes ses étapes, il est accueilli avec ferveur par des foules nombreuses. Il réaffirme les principaux thèmes de son pontificat et invite l'Église polonaise, qui est traversée par des courants conserva […] Lire la suite

12 mars 1999
O.T.A.N. Adhésion à l'O.T.A.N. de trois membres de l'ancien pacte de Varsovie.

Les ministres des Affaires étrangères de la Pologne, de la Hongrie et de la République tchèque remettent à leur homologue américain, gardien du traité de l'Atlantique nord, à Independence (Missouri), les instruments de ratification de leur adhésion votés par leurs Parlements respectifs. La décision de leur adhésion à l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (O.T.A.N.) avait été prise en juill […] Lire la suite

1997

17-29 octobre 1997
Pologne. Nomination du candidat de Solidarité, Jerzy Buzek, au poste de Premier ministre.

Le 17, à la suite de la victoire de l'opposition aux élections législatives de septembre, le président Alexander Kwasniewski nomme Premier ministre le libéral Jerzy Buzek, candidat de l'Action électorale Solidarité (chrétien-démocrate) et de l'Union de la liberté (centristes libéraux).Le 29, Jerzy Buzek présente son gouvernement. La nomination du libéral Leszek Balcerowicz, président de l'Union de […] Lire la suite

21-29 septembre 1997
Pologne. Victoire de l'opposition de droite aux élections législatives.

Le 21, la coalition de droite Action électorale Solidarité (A.W.S., chrétienne-démocrate), conduite par le syndicat Solidarité, remporte les élections législatives, avec 33,8 p. 100 des suffrages et deux cent un sièges sur quatre cent soixante à la Diète. Elle bat le Parti social-démocrate (S.L.D., ex-communiste), au pouvoir, qui obtient 27,1 p. 100 des voix (+ 6,7 p. 100 par rapport au précédent  […] Lire la suite

8-9 juillet 1997
O.T.A.N. Adhésion de trois anciens membres du pacte de Varsovie à l'O.T.A.N.

Les 8 et 9 se tient à Madrid le sommet atlantique consacré à l'élargissement de l'O.T.A.N. vers l'Est, auquel la Russie reste hostile. Sous la pression des États-Unis, les seize membres de l'Alliance limitent l'ouverture de celle-ci à trois candidats, la Pologne, la Hongrie et la République tchèque, anciens membres du pacte de Varsovie. Le communiqué final place la Roumanie et la Slovénie, dont l' […] Lire la suite

31 mai-10 juin 1997
Vatican – Pologne. Visite du pape Jean-Paul II en Pologne.

Le 31, Jean-Paul II entame son septième voyage pontifical dans son pays natal, à un moment où celui-ci est divisé sur des questions qui concernent l'Église : place des valeurs chrétiennes dans la nouvelle Constitution, loi sur l'avortement, ratification du concordat signé entre Varsovie et le Vatican. Au cours de sa visite, le pape souligne les progrès accomplis par la démocratie et l'économie pol […] Lire la suite

25 mai 1997
Pologne. Adoption de la Constitution par référendum.

Les Polonais approuvent par référendum, à 52,71 p. 100 des électeurs, la nouvelle Constitution, déjà adoptée par le Parlement en mars, qui remplace le texte de 1952 plusieurs fois amendé depuis la chute du régime communiste. Le taux de participation n'est que de 42,86 p. 100. Soutenue par la coalition des sociaux-démocrates (ex-communistes) et des paysans au pouvoir ainsi que par deux partis d'opp […] Lire la suite

1996

11-13 septembre 1996
France – Pologne. Visite d'État du président Jacques Chirac en Pologne.

Du 11 au 13, le président Chirac effectue une visite d'État en Pologne, pays où il appelle les industriels français à investir. Le 12, à Varsovie, devant les deux chambres du Parlement réunies, il se prononce en faveur de l'engagement du processus d'intégration de la Pologne dans l'O.T.A.N. en 1997 et prône l'adhésion du pays à l'Union européenne « dès l'an 2000 ». Le 13, Jacques Chirac se rend au […] Lire la suite

1er-7 février 1996
Pologne. Formation d'un nouveau gouvernement par Włodzimierz Cimoszewicz.

Le 1er, le président Aleksander Kwaśniewski charge Włodzimierz Cimoszewicz de former un gouvernement. Son nom avait été proposé par le Parti social-démocrate (S.L.D., ex-communiste) de Jozef Oleksy, Premier ministre démissionnaire, et le Parti paysan de Waldemar Pawlak, qui composent la coalition au pouvoir. Włodzimierz Cimoszewicz, connu pour son indépendance d'esprit, repr […] Lire la suite

24-27 janvier 1996
Pologne. Démission du Premier ministre Jozef Oleksy, accusé d'espionnage.

Le 24, Jozef Oleksy, membre du Parti social-démocrate (S.L.D., ex-communiste) et Premier ministre depuis février 1995, présente sa démission au président Aleksander Kwaśniewski. Celle-ci intervient à la suite de la décision du parquet militaire d'ouvrir une enquête au sujet des accusations d'espionnage au profit de l'U.R.S.S. puis de la Russie portées publiquement contre Jozef Oleksy par son ancie […] Lire la suite

1995

5-19 novembre 1995
Pologne. Élection de l'ex-communiste Aleksander Kwaśniewski à la présidence.

Le 5, Aleksander Kwaśniewski, ancien ministre du régime communiste et candidat du Parti social-démocrate (ex-communiste), arrive en tête du premier tour de l'élection présidentielle, avec 35,11 p. 100 des suffrages. Il devance de peu Lech Wałęsa, président depuis décembre 1990 et candidat de Solidarité, qui obtient 33,11 p. 100 des voix. L'ancien dissident Jacek Kuroń, candidat de l'Union pour la  […] Lire la suite

20-30 mai 1995
Vatican – République tchèque – Pologne. Visite du pape Jean-Paul II en République tchèque et en Pologne et publication d'une encyclique sur l'œcuménisme.

Du 20 au 22, le pape Jean-Paul II se rend en République tchèque dans un climat de relative indifférence dû à la désaffection religieuse que connaît le pays. Il canonise le prêtre Jan Sarkander, un artisan de la « recatholisation » de la Moravie au XVIIe siècle, avant de demander pardon aux non-catholiques pour les excès de la Contre-Réforme.Le 22, il effectue une visite rapi […] Lire la suite

7 février-6 mars 1995
Pologne. Changement de Premier ministre.

Le 7, les deux formations de la coalition au pouvoir s'accordent sur le transfert du poste de Premier ministre de Waldemar Pawlak, membre du Parti paysan, à Jozef Oleksy, membre du Parti social-démocrate (ex-communiste).Le 1er mars, la Diète entérine cet accord.Le 4, elle investit le gouvernement présenté par Jozef Oleksy, dont trois ministres, ceux des Affaires étrangères,  […] Lire la suite

26-27 janvier 1995
Pologne. Polémique autour de la célébration du cinquantième anniversaire de la libération des camps nazis.

Le 26, les survivants, les descendants des victimes et diverses organisations juives célèbrent indépendamment de la cérémonie officielle le cinquantième anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. Ils protestent ainsi contre le programme polonais officiel de la commémoration qui prévoyait, sur place, un seul discours, celui du président Lech Wałęsa, et accordait aux […] Lire la suite

1993

18-26 octobre 1993
Pologne. Nomination de Waldemar Pawlak au poste de Premier ministre.

Le 18, le président Lech Wałęsa nomme Premier ministre Waldemar Pawlak, candidat présenté par la coalition formée par les vainqueurs des élections de septembre, l'Alliance de la gauche démocratique (S.L.D., ex-communiste) et le Parti paysan, dont Waldemar Pawlak est président.Le 26, le gouvernement, dont la composition a donné lieu à de longues tractations entre les deux formations alliées, prête  […] Lire la suite

19 septembre 1993
Pologne. Victoire des communistes aux élections législatives.

Les élections législatives anticipées organisées à la suite de la censure du gouvernement de Hanna Suchocka, en mai, sont marquées par la victoire de l'Alliance de la gauche démocratique (S.L.D.) d'Aleksander Kwaśnieswki, et du Parti paysan (P.S.L.) de Waldemar Pawlak, respectivement héritier et allié des ex-communistes de l'ancien Parti ouvrier unifié (P.O.U.P.). L'instauration d'un seuil de 5 p. […] Lire la suite

17 septembre 1993
Pologne. Retrait du territoire des derniers soldats russes.

Les derniers soldats de l'ex-Armée rouge quittent le territoire polonais où ils avaient pénétré cinquante-quatre ans auparavant, jour pour jour. Ce retrait avait fait l'objet, en octobre 1991, après de longues négociations entre Varsovie et Moscou, d'un accord dont l'échéance, initialement prévue pour la fin de 1992, a par la suite été repoussée. Le même jour, le président Lech Wałęsa assiste à l' […] Lire la suite

24-26 août 1993
Russie – Europe de l'Est. Visite du président Boris Eltsine à Varsovie, Prague et Bratislava.

Du 24 au 26, le président russe Boris Eltsine effectue son premier voyage officiel en Pologne, un peu plus d'un an après la visite à Moscou du président polonais Lech Wałęsa. Le principal résultat de cette visite est la signature d'un accord sur la construction d'un gazoduc à travers la Pologne, qui reliera le gisement de la région de Iamal, en Sibérie, à l'Allemagne. Ce projet suscite de nombreus […] Lire la suite

28-31 mai 1993
Pologne. Vote d'une motion de censure et dissolution du Parlement.

Le 28, le Parlement adopte à l'exacte majorité requise – deux cent vingt-trois voix contre cent quatre-vingt-dix-huit et vingt-quatre abstentions – une motion de censure déposée par le groupe parlementaire du syndicat Solidarité. Le gouvernement de Hanna Suchocka est mis en cause au sujet de la politique de restriction budgétaire qui frappe les enseignants et les personnels de santé en grève tourn […] Lire la suite

1er-19 avril 1993
Pologne. Apaisement des tensions au sujet du carmel d'Auschwitz et commémoration de l'insurrection du ghetto de Varsovie.

Le 1er, le Vatican ordonne le transfert du couvent de carmélites installé depuis 1984 dans l'enceinte du camp de concentration d'Auschwitz, où sont morts un million et demi de juifs. Cette décision met fin à une polémique entre juifs et chrétiens, que l'accord conclu à Genève le 22 février 1987 n'avait pu clore en raison des résistances de l'Église polonaise.Le 13, le cardin […] Lire la suite

1992

2-11 juillet 1992
Pologne. Élection d'Hanna Suchocka au poste de Premier ministre.

Le 2, Waldemar Pawlak, nommé Premier ministre le 5 juin, démissionne en raison de son échec à former un gouvernement.Le 10, la Diète élit Hanna Suchocka au poste de Premier ministre, par deux cent trente-trois voix contre soixante et une et cent treize abstentions. Candidate des partis issus de Solidarité, ce professeur de droit est membre de l'Union démocratique de Tadeusz Mazowiecki.Le 11, la Di […] Lire la suite

4-5 juin 1992
Pologne. Le gouvernement de Jan Olszewski renversé.

Le 4, la Diète renverse, par deux cent soixante-treize voix contre cent dix-neuf et trente-trois abstentions, le gouvernement de centre droit dirigé par Jan Olszewski, dont la décision de diffuser la liste des collaborateurs de l'ancienne sécurité d'État communiste était critiquée. Nommé à contrecœur par Lech Wałşsa le 5 décembre 1991, Jan Olszewski était confronté à la double opposition du présid […] Lire la suite

1991

5-23 décembre 1991
Pologne. Nomination de Jan Olszewski au poste de Premier ministre.

Le 5, le président Lech Wałęsa nomme Premier ministre Jan Olszewski, catholique modéré, ancien avocat de Solidarité âgé de soixante et un ans, qui est soutenu par une coalition de cinq partis du centre droit, dont l'Alliance du centre à laquelle il appartient. Cette désignation intervient plus d'un mois après les élections législatives du 27 octobre, qui n'avaient dégagé aucune majorité. Lech Wałę […] Lire la suite

22 novembre 1991
C.E.E. – Hongrie – Pologne – Tchécoslovaquie. Accords d'association entre la C.E.E. et trois pays d'Europe de l'Est.

Au terme de négociations engagées depuis 1990, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et la Pologne paraphent des « accords européens » les liant à la C.E.E. et constituant une étape sur la voie de l'adhésion, dont la perspective est mentionnée. Ces nouveaux accords d'association comportent un volet commercial, avec la réduction des droits de douane, et un volet politique, avec l'harmonisation progressive […] Lire la suite

27 octobre 1991
Pologne. Premières élections législatives totalement libres.

Le 27, 43,2 p. 100 seulement des 27 millions d'électeurs se rendent aux urnes pour renouveler les 460 sièges de la Diète. La multiplicité (110) des « organisations » – le mot parti est banni depuis la chute du communisme – en présence, la perspective d'un Parlement morcelé à l'extrême en raison de l'application de la proportionnelle intégrale et, plus généralement, la mauvaise situation économique […] Lire la suite

13-20 août 1991
Pologne – Hongrie. Visite du pape Jean-Paul II en Pologne.

Le 13, Jean-Paul II entame à Cracovie, son ancien siège épiscopal, sa cinquième visite dans son pays natal.Les 14 et 15, il est au sanctuaire marial de Czestochowa pour la Sixième Journée internationale de la jeunesse, dont la dernière édition a eu lieu en août 1989 à Saint-Jacques-de-Compostelle. Pour la première fois depuis sa création par Jean-Paul II en 1984, ce rassemblement peut recevoir des […] Lire la suite

17 juin 1991
Allemagne – Pologne. Signature d'un traité de bon voisinage.

Le chancelier Helmut Kohl et le Premier ministre polonais Krzysztof Bielecki signent, à Bonn, un traité de « bon voisinage et de coopération ». Après la consécration par l'accord « 2 + 4 » de septembre 1990 de l'intangibilité de la frontière Oder-Neisse, prix exigé par les anciens Alliés de la Seconde Guerre mondiale pour l'unification allemande, il ne restait plus à résoudre que le problème de la […] Lire la suite

1er-9 juin 1991
Vatican – Pologne. Quatrième voyage du pape Jean-Paul II dans son pays natal.

Le 1er, le pape est accueilli à son arrivée en Pologne par le président Lech Wałęsa et le cardinal Glemp, primat du pays : il salue aussitôt l'« énorme processus historique » accompli depuis sa dernière visite, en 1987. Le 4, à Radom, Jean-Paul II prononce une homélie consacrée à l'avortement. Le parallèle qu'il fait entre le cimetière des victimes des camps de concentration […] Lire la suite

20-23 mai 1991
Pologne – Israël. Visite du président Lech Wałęsa en Israël.

Lech Wałęsa effectue une visite officielle en Israël, la première d'un chef de l'État polonais. Invité le 20 à s'exprimer devant la Knesset, honneur jusqu'alors réservé seulement à Anouar el-Sadate, Jimmy Carter et François Mitterrand, il demande solennellement « pardon » pour la participation de Polonais à l'extermination de juifs par les nazis au cours de la dernière guerre mondiale. Cette décla […] Lire la suite

9-11 avril 1991
Pologne – France. Visite officielle du président Lech Wałęsa en France.

Lech Wałęsa, chef de l'État polonais, est à Paris pour une visite d'État. Avec François Mitterrand, le 9, à l'Élysée, il signe un traité « d'amitié et de solidarité », le premier du genre entre la Pologne et un pays occidental, ainsi qu'entre la France et un ancien pays de l'Est. Dans son discours, l'ancien leader syndical souhaite l'instauration d'« un nouvel ordre politique et économique durable […] Lire la suite

15 mars 1991
Pologne. Annulation d'une partie de la dette publique.

Le Club de Paris, réunissant les principaux pays créanciers, annonce la réduction de 50 p. 100 de la dette publique polonaise (33 milliards de dollars). Cette décision confirme l'engagement pris lors des réunions monétaires de New York, en janvier. À la faveur de la visite de Lech Wałęsa à Washington, les États-Unis annoncent même, le 20, qu'ils portent à 70 p. 100 l'annulation des créances publiq […] Lire la suite

5-12 janvier 1991
Pologne. Formation d'un nouveau gouvernement par Jan Krzysztof Bielecki.

Le 5, Jan Krzysztof Bielecki, Premier ministre désigné à la fin de décembre par le président Wałęsa, rend publique la composition de son cabinet. Sur dix-neuf portefeuilles, huit sont attribués à des membres de l'équipe précédente, dirigée par Tadeusz Mazowiecki. Parmi ceux-ci, celui des Finances est conservé par Leszek Balcerowicz qui, seul vice-Premier ministre, devient ainsi le numéro deux du g […] Lire la suite

1990

9-30 décembre 1990
Pologne. Élection de Lech Wałęsa à la présidence de la République.

Le 9, 53,4 p. 100 des électeurs participent au second tour de l'élection présidentielle. Lech Wałęsa est élu avec 74,25 p. 100 des voix, contre 25,75 p. 100 à l'homme d'affaires polono-canado-péruvien Stanislaw Tyminski. Le président de Solidarité a bénéficié du désistement du Premier ministre Tadeusz Mazowiecki, éliminé après le premier tour du 25 novembre.Le 11, le premier président de l'ère pos […] Lire la suite

25-26 novembre 1990
Pologne. Candidat surprise au premier tour de l'élection présidentielle.

Le 25, les électeurs polonais se rendent aux urnes pour désigner le successeur du général Wojciech Jaruzelski, qui a accepté d'écourter son mandat, à la présidence de la République. Au cours de la campagne, le duel entre Lech Wałęsa et le Premier ministre Tadeusz Mazowiecki a illustré la division existant au sein du mouvement Solidarité, tandis que l'émergence, dans les intentions de vote, d'un ca […] Lire la suite

8-14 novembre 1990
Allemagne – Pologne. Signature du traité sur la frontière germano-polonaise.

Le 8, dans la ville frontalière de Francfort-sur-l'Oder, le chancelier Helmut Kohl rencontre le Premier ministre polonais, Tadeusz Mazowiecki, pour discuter des dispositions du traité sur le tracé de la frontière entre les deux pays.Le 14, à Varsovie, le ministre polonais des Affaires étrangères, Krzysztof Skubiszewski, et son homologue allemand, Hans-Dietrich Genscher, paraphent le traité donnant […] Lire la suite

17 septembre-4 octobre 1990
Pologne. Avance de la date de l'élection présidentielle.

Le 17, Lech Wałęsa annonce officiellement sa candidature à la présidence de la République, afin de « mener à son terme la réalisation du serment fait » en 1980, lors de la création de Solidarité, de construire une Pologne démocratique.Le 18, le général Jaruzelski, élu en 1989 pour six ans, accepte le principe d'une réduction de son mandat de président de la République. Cette décision est entérinée […] Lire la suite

1er-29 juillet 1990
Pologne. Scission au sein de Solidarité.

Le 1er, convoqués par le Premier ministre Tadeusz Mazowiecki, les délégués des comités civiques, infrastructure politique internationale de Solidarité, se réunissent à Varsovie comme ils l'ont fait la veille avec Lech Wałęsa. Ils souhaitent que les deux hommes trouvent rapidement « des objectifs communs » et clarifient le malaise qui divise Solidarité en deux tendances : cel […] Lire la suite

27 mai 1990
Pologne. Victoire de Solidarité aux élections municipales.

Le 27, les élections municipales, qui constituent le premier scrutin totalement libre en Pologne depuis la guerre, ne drainent vers les urnes que 42 p. 100 des électeurs inscrits. La sévérité du plan d'austérité du gouvernement de Tadeusz Mazowiecki explique sans doute que Solidarité ne remporte que 41,5 p. 100 des cinquante-deux mille sièges de conseillers locaux, alors que les sondages lui en at […] Lire la suite

19-25 avril 1990
Pologne. Réélection de Lech Wałęsa à la présidence de Solidarité.

Le 19 s'ouvre à Gdansk le second congrès de Solidarité, après celui de 1981. C'est l'occasion pour les quatre cent quatre-vingt-sept délégués du premier syndicat libre du monde communiste de s'interroger sur le rôle de leur mouvement après les bouleversements historiques dont il a été le moteur.Le 21, malgré les reproches d'autoritarisme qui lui sont adressés, Lech Wałęsa est réélu triomphalement  […] Lire la suite

13-14 avril 1990
Pologne – U.R.S.S. Reconnaissance par l'U.R.S.S. de sa responsabilité dans le massacre de Katyn.

Le 13, Moscou reconnaît la responsabilité de l'U.R.S.S. dans le massacre, en 1940, à Katyn, alors territoire polonais, des quinze mille officiers polonais qui avaient été faits prisonniers par l'Armée rouge lorsqu'elle avait envahi la Pologne. Cet aveu, qui intervient alors que le général Jaruzelski est à Moscou en visite officielle, met fin à cinquante ans de mensonge, les Partis communistes sovi […] Lire la suite

6-23 mars 1990
Allemagne – Pologne – C.E.E. La frontière germano-polonaise en question.

Le 6, au terme d'une « session de crise » entre les trois partis au pouvoir (C.D.U., C.S.U. et F.D.P.), un compromis intervient au sein de la coalition gouvernementale sur la question de la frontière germano-polonaise : une motion, présentée le 8 devant le Bundestag et votée à l'unanimité moins cinq abstentions, appelle la future Allemagne unifiée à reconnaître la ligne Oder-Neisse comme la fronti […] Lire la suite

28-29 janvier 1990
Pologne. Transformation du Parti communiste en un parti social-démocrate.

Le 28, le Parti communiste (Parti ouvrier unifié polonais, P.O.U.P.), réuni en congrès à Varsovie, vote sa dissolution et sa transformation en un nouveau parti, la Social-Démocratie de la république de Pologne (S.D.R.P.). Seul un courant réformateur, mené par Tadeusz Fiszbach, fait scission pour créer l'Union social-démocrate (U.S.D.).Le 29, Alexander Kwasniewski est élu président de la S.D.R.P.,  […] Lire la suite

1989

29 décembre 1989
Pologne. Réformes constitutionnelles et abolition du rôle dirigeant du P.C.

Le Parlement vote une série d'amendements réformant la Constitution : le rôle dirigeant du P.C. est aboli ; les mentions du caractère « populaire » et « socialiste » de l'État sont supprimées ; le nom de République de Pologne est rétabli pour le pays, ainsi que la couronne royale sur la tête de l'aigle figurant sur le blason national. Ces décisions, dont le sens symbolique est très fort, entérinen […] Lire la suite

9-25 novembre 1989
Pologne. Intense activité diplomatique.

Le 9, le chancelier Helmut Kohl arrive à Varsovie pour une visite officielle de six jours, cinquante ans après l'attaque nazie et dix ans après la visite du chancelier Helmut Schmidt. Malgré son interruption, le 10, après l'annonce de l'ouverture des frontières est-allemandes – le chancelier regagne Bonn et Berlin pour deux jours –, le voyage est un succès : en échange d'une aide de 3 milliards de […] Lire la suite

19-21 septembre 1989
Pologne – Vatican. Apaisement de la polémique autour du carmel d'Auschwitz.

Le 19, le Vatican prend pour la première fois position dans l'affaire du carmel d'Auschwitz en se prononçant en faveur du transfert des carmélites, installées depuis 1984 dans un des bâtiments de l'ancien camp de concentration nazi, vers le centre de rencontres et de prière prévu par les accords signés le 22 février 1987 à Genève par les représentants des communautés juives et catholiques.Le 21, l […] Lire la suite

12 septembre 1989
Pologne. Formation du gouvernement par Tadeusz Mazowiecki.

La Diète approuve à la quasi-unanimité (402 voix pour, 13 abstentions et aucune voix contre) le nouveau gouvernement formé par Tadeusz Mazowiecki. Treize ministres sur vingt-quatre sont membres de Solidarité ; ils détiennent la plupart des portefeuilles économiques, ainsi que les Affaires étrangères. Le P.O.U.P. (communiste) obtient quatre ministères « sensibles » : l'Intérieur, la Défense, les Tr […] Lire la suite

10-26 août 1989
Pologne. Polémiques autour de la présence de carmélites à Auschwitz.

Le 10, le cardinal Macharski, archevêque de Cracovie, annonce la suspension des travaux d'aménagement du centre judéo-chrétien qui doit se substituer, selon l'accord signé le 22 février 1987 à Genève entre juifs et catholiques, au carmel installé en août 1984 dans un bâtiment dépendant de l'ancien camp de concentration nazi d'Auschwitz. Cette décision fait suite aux incidents qui se sont produits, […] Lire la suite

1er-24 août 1989
Pologne. Tadeusz Mazowiecki premier chef de gouvernement non communiste dans un pays de l'Est.

Le 1er, le plan de libération partielle des prix du secteur agro-alimentaire entre en vigueur. Les vives hausses qui en résultent (300 p. 100 pour certains produits) ne font qu'aggraver la situation de la population et provoquent, les jours suivants, de nouvelles grèves.Le 2, le général Czesław Kiszczak, ministre de l'Intérieur du gouvernement sortant, est désigné comme nouv […] Lire la suite

9-17 juillet 1989
États-Unis. Voyage du président George Bush en Europe.

Le 9, George Bush commence par Varsovie – où il est chaleureusement accueilli – sa visite dans les deux pays du bloc socialiste où les réformes politiques et économiques récemment entreprises contribuent, selon lui, à rendre possible la « réconciliation européenne » : la Pologne et la Hongrie.Le 10, il rencontre des représentants du pouvoir et de Solidarité et présente devant la Diète polonaise un […] Lire la suite

4-30 juillet 1989
Pologne. Élection du général Jaruzelski à la présidence de la République avec une voix de majorité.

Le 4, les deux Chambres du nouveau Parlement se réunissent en séance inaugurale. Le général Jaruzelski et Lech Wałęsa assistent à la cérémonie.Le 14, alors que le général Jaruzelski semble hésiter à se présenter à l'élection présidentielle, Lech Wałęsa déclare ne pas être opposé à sa candidature, pas plus qu'à celle d'un autre représentant de la coalition gouvernementale. Il exclut toutefois toute […] Lire la suite

14-16 juin 1989
France – Pologne. Visite du président François Mitterrand en Pologne.

Le 14, François Mitterrand arrive à Varsovie pour sa première visite officielle en Pologne. Intervenant entre les deux tours des élections législatives, ce voyage est placé sous le signe de l'équité entre le pouvoir et l'opposition. S'entretenant d'abord avec le général Jaruzelski, le président de la République annonce un plan d'aide à la Pologne de l'ordre de 800 millions à un milliard de francs, […] Lire la suite

4-18 juin 1989
Pologne. Victoire de Solidarité aux premières élections législatives partiellement démocratiques.

Le 4, pour la première fois depuis l'instauration du régime communiste, les électeurs polonais sont appelés, en application de l'accord conclu en avril autour de la « table ronde », à élire un parlement dans lequel l'opposition est représentée. À la Diète, le P.O.U.P. (Parti communiste) et ses alliés se sont réservé 65 p. 100 des sièges, mais, au Sénat, il n'y a pas de limitation. Mille sept cent  […] Lire la suite

5-20 avril 1989
Pologne. Accord entre le pouvoir et Solidarité sur les réformes politiques, économiques et syndicales.

Le 5, au terme de deux mois de négociations autour de la « table ronde », un accord est signé entre le général Czeslaw Kiszczak, ministre de l'Intérieur, et Lech Wałęsa. Le pluralisme syndical est reconnu avec la légalisation prévue de Solidarité, Solidarité rurale et l'Association indépendante des étudiants (N.Z.S.), dissoutes en 1981. Les institutions politiques vont être démocratisées, grâce à  […] Lire la suite

6-16 février 1989
Pologne. Ouverture de la « table ronde » entre le pouvoir et Solidarité.

Le 6, cinquante-sept représentants du pouvoir, de l'opposition et de l'Église se réunissent autour d'une table ronde au siège du gouvernement, à Varsovie. Face au général Czesław Kiszczak, ministre de l'Intérieur, Lech Wałęsa dirige la délégation des vingt-quatre membres de Solidarité. Au premier, qui lie le rétablissement du pluralisme syndical à la participation de l'opposition à des élections l […] Lire la suite

16-30 janvier 1989
Pologne. Rapprochement entre le pouvoir et Solidarité.

Les 16 et 17, le comité central du Parti communiste polonais (P.O.U.P.) se réunit à Varsovie pour examiner les propositions de l'équipe dirigeante sur les relations avec le syndicat Solidarité, formellement dissous en 1982.Le 18, à l'issue de vives discussions et après que le général Jaruzelski eut menacé, avec plusieurs autres membres du bureau politique, de démissionner, le P.O.U.P. adopte une r […] Lire la suite

1988

18-24 décembre 1988
Pologne. Réactions de l'opposition face aux tentatives d'« ouverture » du pouvoir

Le 18, le « comité des soixante », comprenant les dirigeants de Solidarność et des intellectuels représentant l'opposition modérée, décide de créer un « comité civique » auprès de Lech Wałęsa. Véritable « cabinet fantôme », ce comité comprend quinze commissions chargées des principaux dossiers.Le 21, le plénum du comité central du Parti communiste, le P.O.U.P., s'achève sur des promesses d'ouvertu […] Lire la suite

30 novembre 1988
Pologne. Intervention de Lech Wałęsa à la télévision

Le 30, un débat télévisé en direct sans précédent confronte Alfred Miodowicz, président du syndicat officiel O.P.Z.Z., à Lech Wałęsa, président du syndicat dissous et illégal Solidarność. C'est l'occasion pour ce dernier de plaider pour le pluralisme économique, social et politique, alors que le dialogue avec le pouvoir est complètement dans l'impasse. […] Lire la suite

13-31 octobre 1988
Pologne. Blocage du dialogue entre le pouvoir et l'opposition

Le 13, Mieczysław Rakowski présente au Parlement son gouvernement. Le nouveau Premier ministre n'est pas parvenu à faire entrer dans son cabinet des personnalités « représentant plus ou moins clairement la nouvelle opposition constructive ».Le 28, le Premier ministre entérine l'immobilisme en déclarant que la « table ronde » (promise à la fin d'août et prévue d'abord pour la mi-octobre) avec l'opp […] Lire la suite

6-27 septembre 1988
Pologne. Nouveaux entretiens de Lech Wałęsa avec le pouvoir et démission du gouvernement

Le 6, les syndicats officiels (O.P.Z.Z.) demandent à la Diète de déposer le Premier ministre Zbigniew Messner. Cette démarche sans précédent en Pologne paraît destinée à préparer l'opinion à un changement de gouvernement.Le 8, au cours d'une conférence de presse, Lech Wałęsa annonce qu'il abandonnera la direction de Solidarność s'il n'obtient pas la légalisation du syndicat dissous.Les 10 et 11, l […] Lire la suite

15-31 août 1988
Pologne. Nouvelle épreuve de force entre le pouvoir et Solidarność

Le 15, trois mille à quatre mille mineurs de charbon de Jastrzebie (Haute-Silésie) se mettent en grève. Ils réclament la légalisation de Solidarność et une augmentation de 50 p. 100 de leurs salaires.À partir du 17, le mouvement s'étend à d'autres centres miniers, tandis que plusieurs centaines de dockers arrêtent le travail dans le port de Szczecin sur la mer Baltique. Les forces de sécurité ence […] Lire la suite

11-16 juillet 1988
U.R.S.S. – Pologne. Visite de Mikhaïl Gorbatchev en Pologne

Le 11, Mikhaïl Gorbatchev entame à Varsovie une visite officielle de quatre jours en Pologne. À l'heure de la glasnost et de la perestroïka, c'est avec intérêt que les Polonais observent cette venue, et même, pour Solidarnośé, avec « espoir ». Prononçant le jour même un discours devant la Diète, il présente trois nouvelles propositions dans le domaine du dés […] Lire la suite

19 juin 1988
Pologne. Abstention record pour les élections locales

Les élections locales ont lieu en Pologne. Malgré la présence, pour la première fois, de plusieurs candidats par poste à pourvoir, Solidarność préconise le boycottage du scrutin, les listes électorales ayant été composées par des officiels inféodés au pouvoir, ce que le syndicat juge « antidémocratique ». Le mot d'ordre d'abstention est massivement suivi par le corps électoral : la participation n […] Lire la suite

1er-11 mai 1988
Pologne. Vague de grèves contre les hausses de prix

Le 1er, des manifestations illégales et des heurts parfois violents avec les forces de l'ordre marquent les célébrations de la fête du travail dans les principales villes du pays, où la tension sociale est grande depuis le 26 avril, date à laquelle a commencé une grève aux aciéries Lénine de Nowa Huta, près de Cracovie, pour protester contre les hausses de prix.Le 2, les ouv […] Lire la suite

1er-2 février 1988
Pologne. Hausse massive des prix de détail

Le 1er s'appliquent des hausses massives et généralisées des prix de détail, annoncées l'avant-veille par le gouvernement. Ces hausses (40 p. 100 en moyenne) touchent les denrées alimentaires et tabacs (40 p. 100), l'alcool (46 p. 100), les transports, les loyers, les tarifs postaux (50 p. 100), l'essence (60 p. 100), le gazole (100 p. 100) et le charbon (200 p. 100). Ces me […] Lire la suite

1987

29-30 novembre 1987
Pologne. Échec pour le régime au référendum

Le 29, 67 p. 100 des électeurs polonais participent au double référendum organisé par le pouvoir. À défaut de connaître exactement les réformes politiques sur lesquelles porte la seconde question, ils peuvent exprimer leur opinion, dans la première question, sur des réformes économiques qui devraient provoquer des hausses exorbitantes des prix alimentaires (110 p. 100 pour certains produits).Le 30 […] Lire la suite

2-30 octobre 1987
Pologne. Annonce d'un référendum sur des réformes et rééchelonnement de la dette

Le 2, le général Jaruzelski annonce, devant un congrès de journalistes à Varsovie, que des propositions de « profondes réformes » vont être bientôt soumises au parti.Le 6, le porte-parole du gouvernement, Jerzy Urban, confirme ces propos : les réformes proposées seront à la fois politiques et économiques. Face à une opinion publique désabusée, le pouvoir cherche à profiter du contexte nouveau créé […] Lire la suite

26-29 septembre 1987
États-Unis – Pologne. Visite du vice-président George Bush en Pologne et soutien américain à Solidarność

Du 26 au 29, venant de Rome, George Bush, vice-président américain, au cours d'une tournée européenne qui le mène, à un an de l'élection présidentielle où il briguera la succession de Ronald Reagan, à Bonn, Paris, Londres et Bruxelles, se rend en Pologne. Cette visite, la première à ce niveau depuis dix ans, confirme la nette amélioration des relations entre Varsovie et Washington. Mais George Bus […] Lire la suite

8-14 juin 1987
Vatican – Pologne. Visite du pape Jean-Paul II en Pologne

Le 8, Jean-Paul II entame, à Varsovie, son troisième voyage dans son pays natal après ceux de 1979 et de 1983. Dès son arrivée, le pape s'entretient plus d'une heure avec le général Jaruzelski.Le 9, après s'être recueilli dans l'ancien camp de concentration nazi de Majdanek, Jean-Paul II se rend à l'université catholique de Lublin, la seule de ce genre à l'Est. Les réunions de foules immenses sont […] Lire la suite

10-11 avril 1987
France – Pologne. Visite à Varsovie de Jean-Bernard Raimond, ministre français des Affaires étrangères

Les 10 et 11, Jean-Bernard Raimond se rend à Varsovie pour la première visite en Pologne d'un ministre français des Affaires étrangères depuis l'instauration de l'état de guerre en décembre 1981. Cette normalisation des relations franco-polonaises, qui se traduit pour Jean-Bernard Raimond par des entretiens avec son homologue polonais, avec le Premier ministre ainsi que, le 11, avec le général Jar […] Lire la suite

19 février 1987
États-Unis – Pologne. Levée des dernières sanctions économiques

Ronald Reagan annonce la levée des sanctions économiques encore en vigueur contre la Pologne. Prises à la suite de la déclaration de l'état de guerre en décembre 1981, elles avaient été progressivement abandonnées depuis lors, à l'exception du retrait de la clause de la nation la plus favorisée, et de l'interdiction de l'attribution de crédits garantis. Cette mesure, demandée par Lech Wasa lui-mêm […] Lire la suite

12-14 janvier 1987
Pologne – Italie. Visite officielle du général Jaruzelski à Rome

Le 12, le général Jaruzelski arrive à Rome pour une visite officielle de trois jours. La première en Europe occidentale depuis l'instauration de l'état de guerre en décembre 1981, puisque sa visite parisienne de décembre 1985 n'était qualifiée que d'« escale technique ». Reçu par le chef du gouvernement, Bettino Craxi, s'entretenant avec le président de la République (démocrate-chrétien) Francesco […] Lire la suite

1986

28-30 septembre 1986
Pologne – Chine. Visite du général Jaruzelski à Pékin

Le 28, le général Jaruzelski, chef de l'État polonais, arrive à Pékin pour une visite de travail à l'invitation du gouvernement chinois. Il est le premier dirigeant d'un pays du pacte de Varsovie reçu officiellement en Chine depuis la rupture entre Pékin et Moscou au début des années soixante.Le 29, l'agence Tass souligne l'importance de cette reprise des relations entre les deux pays.Le 30, à l'i […] Lire la suite

11-30 septembre 1986
Pologne. Libération des détenus politiques, et création d'un « conseil provisoire » de Solidarność

Le 11, le général Czeslaw Kiszczak, ministre de l'Intérieur, annonce la libération imminente de tous les détenus politiques encore incarcérés. Seules feront exception à cet élargissement les personnes coupables de « terrorisme, espionnage, sabotage ou divulgation de secrets d'État ». Bien qu'amorcée depuis l'adoption, le 22 juillet, d'une loi d'amnistie qui avait rendu possible la libération progr […] Lire la suite

31 mai 1986
Pologne. Arrestation du principal dirigeant clandestin de Solidarność

Le 31, la police politique polonaise annonce l'arrestation de Zbigniew Bujak, ancien dirigeant élu de Solidarność pour la région de Varsovie, qui vivait dans la clandestinité depuis l'instauration de l'état de guerre en décembre 1981.Arrêté officiellement pour « activités visant à renverser le régime constitutionnel de la Pologne populaire », il était le seul membre de la direction clandestine de  […] Lire la suite

1985

4-9 décembre 1985
Pologne – France. Visite du général Jaruzelski à Paris

Le 4, le général Jaruzelski, chef du parti et de l'État polonais, est reçu pendant plus d'une heure, à sa demande, par François Mitterrand, au cours d'une visite de vingt-quatre heures à Paris. Le numéro un polonais, qui qualifie cette rencontre de « très importante » pour lui, fait une entrée discrète à l'Élysée, par une porte de la grille du jardin. Cette réception, la première accordée par un d […] Lire la suite

6 novembre 1985
Pologne. Accession du général Jaruzelski à la tête de l'État

Le général Jaruzelski, premier secrétaire du parti, quitte la présidence du gouvernement, où Zbigniew Messner lui succède, pour la présidence du Conseil d'État occupée précédemment par Henryk Jablonski. En ajoutant cette fonction honorifique, qui correspond à celle de chef de l'État, à celle de la direction du parti, le général Jaruzelski se conforme aux usages de la plupart des pays socialistes. […] Lire la suite

13-18 octobre 1985
Pologne. Élections législatives

Le 13, les électeurs polonais sont appelés à renouveler les 460 membres du Parlement. En l'absence de toute surprise possible quant aux résultats, malgré la timide innovation du pouvoir proposant au choix des électeurs deux noms par circonscription au lieu d'un, l'intérêt se porte sur le taux de participation, Solidarność ayant prôné l'abstention. Les résultats officiels, publiés le 15, annoncent  […] Lire la suite

3-14 juin 1985
Pologne. Sévère condamnation pour trois opposants à Gdańsk

Le 3, le procès de deux responsables de Solidarność, Wladyslaw Frasyniuk et Bogdan Lis, et d'Adam Michnik, ancien membre du K.O.R. (Comité de défense des ouvriers), qui avait débuté le 23 mai, reprend devant le tribunal de Gdańsk. Arrêtés le 13 février, les trois hommes sont accusés d'avoir appelé à la grève et d'avoir participé aux activités de la direction clandestine de Solidarność. À part les  […] Lire la suite

25-26 avril 1985
Pologne. Reconduction pour vingt ans du pacte de Varsovie

Le 25, les dirigeants des pays signataires, le 14 mai 1955, du pacte de Varsovie (U.R.S.S., Pologne, R.D.A., Tchécoslovaquie, Roumanie et Bulgarie) se réunissent, à Varsovie, pour reconduire pour vingt ans le traité politique et militaire conclu à l'époque pour faire pendant à l'O.T.A.N. Mikhaïl Gorbatchev, qui conduit la délégation soviétique, est accueilli, pour sa première visite hors d'U.R.S.S […] Lire la suite

7-26 février 1985
Pologne. Condamnation des assassins du père Popieluszko et nouvelles arrestations d'opposants

Le 7, le tribunal de Toruń rend son verdict dans l'affaire de l'enlèvement et de l'assassinat du père Jerzy Popieluszko, le 19 octobre 1984. Le capitaine de la police politique Grzegorz Piotrowski, qui avait dirigé l'opération, et le colonel Adam Pietruska, son supérieur hiérarchique, considéré comme l'instigateur du crime, sont tous deux condamnés à vingt-cinq ans de prison. Le procureur avait ré […] Lire la suite

1984

20 novembre 1984
République fédérale d'Allemagne – Pologne. Ajournement de la visite de Hans Dietrich Genscher à Varsovie

La visite que devait effectuer à partir du lendemain en Pologne le ministre ouest-allemand des Affaires étrangères, Hans Dietrich Genscher, est reportée sine die, à la demande de Bonn. Le ministre devait déposer une gerbe sur la tombe d'un soldat allemand reposant en Pologne et s'incliner sur celle du père Popieluszko. Les réserves des autorités polonaises à l'égard de ces deux gestes semblent êtr […] Lire la suite

3-13 novembre 1984
Pologne. Participation massive aux obsèques du père Popieluszko

Le 3 se déroulent à Varsovie les obsèques du père Jerzy Popieluszko. La cérémonie donne lieu au plus grand rassemblement populaire qu'ait connu la Pologne depuis la visite du pape Jean-Paul II en juin 1983 : des centaines de milliers de personnes, arborant l'emblème de Solidarność, se rassemblent autour de l'église Saint-Stanislas où le prêtre est inhumé. L'homélie est prononcée par le cardinal Gl […] Lire la suite

19-30 octobre 1984
Pologne. Enlèvement et assassinat du père Popieluszko

Le 19, le père Jerzy Popieluszko, aumônier des aciéries de Varsovie, un des prêtres polonais les plus engagés aux côtés de Solidarność, et qui, dans sa paroisse de Saint-Stanislas à Varsovie, prononçait tous les derniers dimanches du mois des « messes pour la patrie » réunissant des milliers de personnes, est enlevé, sur la route de Torun, au nord de Varsovie, par trois hommes, dont l'un est revêt […] Lire la suite

13-31 août 1984
Pologne. Quatrième anniversaire des accords de Gdańsk

Le 13, Henryk Wujec, ancien membre du K.O.R. (Comité d'autodéfense social), est libéré de la prison où il était détenu depuis l'instauration de l'état de guerre, en décembre 1981. Les dix autres dirigeants de l'opposition emprisonnés ont tous recouvré la liberté, en application de l'amnistie du 21 juillet.Le 31, aucun incident majeur ne marque la célébration du quatrième anniversaire des accords d […] Lire la suite

13-24 juillet 1984
Pologne. Amnistie pour les prisonniers politiques

Le 13 s'ouvre à Varsovie le procès des quatre dirigeants du K.O.R. (Comité de défense des ouvriers), mouvement fondé en septembre 1976 et dont l'action comme instrument de liaison entre les ouvriers et les intellectuels a favorisé l'éclosion de Solidarność. Jacek Kuron, Adam Michnik, Zbigniew Romaszewski et Henryk Wujec sont accusés d'avoir voulu renverser par la violence le régime de la Pologne.  […] Lire la suite

17-24 juin 1984
Pologne. Polémique sur le taux de participation aux élections locales

Le 17, ont lieu les élections locales. Il s'agit de renouveler quelque cent dix mille conseillers municipaux et départementaux. L'intérêt se porte sur le taux de participation, Solidarność ayant prôné le boycottage. Avec un chiffre officiel de 75 p. 100 de votants (au lieu de 98 p. 100 aux dernières élections), le pouvoir annonce l'échec du mot d'ordre du syndicat dissous.Le 24, Lech Wałęsa rend p […] Lire la suite

1er-6 mai 1984
Pologne. Nouvelles manifestations de Solidarność et visite du général Jaruzelski à Moscou

Le 1er, plusieurs dizaines de milliers de personnes réussissent, malgré un important dispositif policier, à manifester leur attachement à la cause de Solidarność. À Gdańsk, Lech Wałęsa réussit à déjouer la surveillance dont il est l'objet pour se joindre au défilé officiel. Il parvient à échapper aux rafles des zomos qui interpellent près de sept cents pe […] Lire la suite

7-18 mars 1984
Pologne. Confirmation d'un nouveau durcissement de la ligne politique

Le 7, quatre cents élèves d'un lycée agricole de Garwolin, à soixante-dix kilomètres de Varsovie, occupent les locaux de leur établissement pour protester contre le retrait, à la demande des autorités, des crucifix qui se trouvaient aux murs des salles de classe. D'importantes forces de police font évacuer le bâtiment. Tandis que Lech Wałęsa adresse son soutien aux élèves, le secrétaire de l'épisc […] Lire la suite

5-30 janvier 1984
Pologne. Entrée en vigueur des hausses de prix

Le 5, le général Wojciech Jaruzelski reçoit pendant plus de quatre heures le cardinal Josef Glemp, primat de Pologne. Cet entretien, le premier depuis juin 1973, à la veille de la visite pontificale, donne lieu à un communiqué qui peut laisser penser que le pouvoir songe à établir des relations diplomatiques entre Varsovie et le Vatican.Le 6, Mgr Glemp, dans son homélie de l […] Lire la suite

1983

6-30 décembre 1983
Pologne. Maintien de la fermeté gouvernementale

Le 6, le général Jaruzelski, agissant en tant que président du nouveau « comité de défense du pays », annonce la mise en place, à travers toute la Pologne, de « groupes opérationnels de l'armée » chargés de faire un diagnostic sur l'état du pays.Le 8, l'agence P.A.P. annonce le report sine die des élections législatives qui devaient se tenir au printemps de 1984.Le 10, à Oslo, Danuta Wałęsa, accom […] Lire la suite

12-22 novembre 1983
Pologne. Difficultés économiques et remaniement gouvernemental

Le 12, les autorités polonaises annoncent les hausses de prix prévues pour le 1er janvier 1984 : elles s'échelonnent entre 10 et 50 p. 100 et touchent presque tous les produits de base.Le 18, le comité central du Parti ouvrier unifié polonais (P.O.U.P.) évoque les problèmes économiques et met en lumière l'inquiétude suscitée par l'annonce des hausses de prix.Les 19 et 20, Le […] Lire la suite

5-15 octobre 1983
Pologne. Attribution du prix Nobel de la paix à Lech Wałęsa

Le 5, le Parlement norvégien attribue le prix Nobel de la paix à Lech Wałęsa, président du syndicat Solidarité dissous en octobre 1982. Les autorités polonaises, embarrassées, retardent de six heures l'annonce de la nouvelle, tandis que Moscou la qualifie de « provocation ».Le 6, dans une conférence de presse qu'il tient à Gdańsk, Lech Wałęsa exprime sa reconnaissance au comité du prix Nobel d'avo […] Lire la suite

3-31 août 1983
Pologne. Montée de la tension pour le troisième anniversaire des accords de Gdańsk

Le 3, est rendue publique une déclaration-programme de la direction clandestine de Solidarité, datée du 28 juillet, appelant à un boycottage des transports publics le 31 août, jour anniversaire de la signature des accords de Gdańsk en 1980.Le 4, Lech Wałęsa, dans une déclaration solennelle aux autorités polonaises, exige l'application des vingt et un points des accords de Gdańsk.Le 8, il appelle à […] Lire la suite

5-31 juillet 1983
Pologne. De « l'état de guerre » à « l'état de crise »

Le 5, moins de quinze jours après la visite du pape Jean-Paul II en Pologne, le général Jaruzelski reçoit l'ordre de Lénine, la plus haute distinction soviétique, à l'occasion de son soixantième anniversaire.Le 11, de retour d'un voyage de onze jours au Vatican, Mgr Josef Glemp, cardinal primat de Pologne, laisse entendre que la levée de l'état de guerre, instauré le 13 déce […] Lire la suite

16-23 juin 1983
Vatican – Pologne. Visite du pape Jean-Paul II en Pologne

Deux jours avant la visite du pape, le ministère de l'Intérieur polonais a lancé une mise en garde contre d'éventuelles manifestations politiques. Parallèlement, la surveillance policière de Lech Wałęsa, qui compte rencontrer Jean-Paul II à Czestochowa, est renforcée.Le 16, le pape arrive à l'aéroport de Varsovie. Immédiatement, citant un poète polonais, il déclare : « Mon cri sera le cri de toute […] Lire la suite

1er-22 mai 1983
Pologne. Tensions dans le pays et avec Moscou

Le 1er, de nombreux manifestants répondent au mot d'ordre de défilé de Solidarité, dans une vingtaine de villes polonaises. Se déroulant parallèlement aux manifestations officielles pour la fête du Travail, ces défilés sont marqués, en particulier à Nowa Huta où un jeune homme trouve la mort, par des affrontements violents avec les forces de l'ordre. Il s'agit toutefois d'un […] Lire la suite

10-27 avril 1983
Pologne. Nervosité des autorités et mobilisation de Solidarność

Le 10, à l'occasion d'une messe célébrée pour le quarantième anniversaire de l'insurrection du ghetto de Varsovie, Mgr Josef Glemp, cardinal-primat de Pologne, dénonce « toutes les formes de persécution ». Les autorités entendent célébrer avec éclat cet anniversaire. Marek Edelman, commandant en second de l'insurrection, ancien membre de Solidarité, refuse pour sa part son concours à ces cérémonie […] Lire la suite

23 février-1er mars 1983
Pologne. Rappel à l'ordre de l'Église par le pouvoir

Le 23, pour la première fois depuis l'instauration de l'état de guerre, la police procède à des interpellations à l'intérieur d'une église de Katowice alors que s'y déroule une messe à l'intention des militants de Solidarité « morts, arrêtés ou condamnés ».Le 26, dans un discours prononcé devant la section de Varsovie du P.O.U.P., le général Jaruzelski dénonce les intellectuels « hostiles » et les […] Lire la suite

1982

1er-31 décembre 1982
Pologne. Suspension de l'état de guerre

Le 1er, l'épiscopat se réunit pour la première fois depuis la mise hors la loi de Solidarité. Il demande à la population de garantir l'« ordre nécessaire » au voyage du pape, prévu à partir du 18 juin 1983.Le 10, le président Ronald Reagan lance un appel aux dirigeants polonais pour qu'ils prennent des mesures « significatives » de libéralisation.Le 12, dans un discours radi […] Lire la suite

8-27 novembre 1982
Pologne. Libération de Lech Wałęsa

Le 8, Mgr Joseph Glemp, primat de Pologne, s'entretient avec le général Jaruzelski. Tous deux fixent au 18 juin 1983 la date de la visite que fera Jean-Paul II dans son pays natal. L'annonce de cette visite est manifestement destinée à calmer les esprits à la veille de la journée de grève décrétée par la direction clandestine de Solidarité. Le pouvoir, de son côté, multiplie […] Lire la suite

8-28 octobre 1982
Pologne. Mise hors la loi du syndicat Solidarność

Le 8, la Diète adopte la loi mettant fin aux activités du syndicat Solidarność (Solidarité). Seuls, dix députés ont voté contre, et neuf se sont abstenus. Les réactions sont immédiates à travers le monde : Paris exprime sa « totale réprobation » ; Washington étudie des sanctions économiques.Le 10, le pape Jean-Paul II condamne cette interdiction. Le même jour, les dirigeants clandestins du syndica […] Lire la suite

6-9 septembre 1982
Suisse – Pologne. Prise d'otages à l'ambassade de Pologne à Berne

Le 6, un commando se réclamant de l'« Armée patriotique révolutionnaire polonaise » occupe l'ambassade de Pologne à Berne et prend treize personnes en otage, menaçant de les tuer si le pouvoir militaire ne lève pas l'état de guerre et ne relâche pas tous les internés. Immédiatement, la police suisse encercle le bâtiment et entame les négociations, tandis qu'un porte-parole de Solidarité à Zurich s […] Lire la suite

1er-30 septembre 1982
Pologne. Nouvelles manifestations contre le pouvoir militaire

Les 1er, 2 et 3, les violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre qui s'étaient produits le 31 août se poursuivent à Lubin où ils font quatre morts ainsi que de nombreux blessés.Le 3, quatre dirigeants du K.O.R. (comité d'autodéfense sociale) sont mis en état d'arrestation : bien qu'internés depuis le 13 décembre 1981, ils sont rendus responsables des manif […] Lire la suite

1er-31 août 1982
Pologne. Réactions du pouvoir aux manifestations de rue

Le 1er, au cours d'une cérémonie réunissant une foule considérable au cimetière de Powazki à Varsovie en souvenir du trente-huitième anniversaire de l'insurrection d'août 1944 contre l'occupant nazi, la direction clandestine de Solidarité diffuse un appel à « manifester davantage la présence du syndicat dans la vie du pays ».Le 3, l'organe du Parti ouvrier polonais (P.O.U.P. […] Lire la suite

15-21 juillet 1982
Pologne. Situation tendue malgré un assouplissement de l'état de guerre

Les 15 et 16, le IXe plénum du comité central du Parti ouvrier unifié polonais se réunit à Varsovie. Outre l'adoption à l'unanimité d'une résolution sur les problèmes de la jeunesse, cette réunion est marquée par un remaniement à la tête du Parti ouvrier unifié polonais : trois secrétaires quittent leur poste (dont Stefan Olszowski, représentant éminent de la tendance « dure […] Lire la suite

13-27 juin 1982
Pologne. Nouvelles manifestations contre l'état de guerre

Le 13, à Wrocław et à Cracovie, de violentes manifestations marquent le début du septième mois d'« état de guerre » : 238 arrestations sont opérées.Le 16, Solidarité réussit à organiser une grève d'un quart d'heure à Gdansk, tandis que de nouveaux troubles éclatent à Wrocław.Le 25, à Ursus, dans la banlieue de Varsovie, plusieurs centaines d'ouvriers célèbrent l'anniversaire des grèves de 1976.Le  […] Lire la suite

1er-28 mai 1982
Pologne. Manifestations d'hostilité au régime

Le 1er, tandis que se déroulent les cérémonies officielles de la fête du travail, des dizaines de milliers de contre-manifestants arborant le badge de Solidarité se réunissent dans les rues de Varsovie, de Gdańsk et d'autres villes de province. La milice n'intervient pas. Le soir même, pour la deuxième fois, Radio-Solidarność émet, mais l'émission est rapidement brouillée.Le […] Lire la suite

6-28 avril 1982
Pologne. Difficultés économiques, rôle de Solidarność et de l'Église, annonce d'un assouplissement de l'état de guerre

Le 6, Marian Krzak, ministre polonais des Finances, signe à Francfort l'accord sur le rééchelonnement de la dette polonaise envers les banques occidentales. Plusieurs d'entre elles passent par profits et pertes une partie de leurs créances non garanties.Le 12 au soir, le syndicat indépendant Solidarność (Solidarité) diffuse une émission pirate pendant huit minutes : il est demandé à la population  […] Lire la suite

1er-29 mars 1982
Pologne. Lancement d'une campagne d'épuration

Le 1er et le 2, le général Wojciech Jaruzelski se rend à Moscou. Il s'entretient à deux reprises avec Leonid Brejnev, venu en personne à l'aéroport pour l'accueillir. Approuvant l'orientation nouvelle de la politique polonaise, ce dernier insiste toutefois sur la nécessité de lutter « contre l'anarchie » et sur le « rétablissement du rôle d'avant-garde du parti de la classe  […] Lire la suite

1er-27 février 1982
Pologne. Poursuite de la « normalisation »

Le 1er, les autorités militaires décident une série de hausses qui font tripler les prix du beurre, du sucre, de la viande et du charbon. Pour certains salariés, des compensations sont prévues. Tous les régimes polonais depuis 1956 ont dû, sous la pression de manifestations, renoncer aux fortes hausses de prix qu'ils avaient tenté d'imposer.Le 4, Mgr J […] Lire la suite

4-30 janvier 1982
Pologne. Sur la voie de la « normalisation »

Le 4, le travail reprend dans les quelques grandes entreprises dont l'activité était encore « suspendue » après les grèves de décembre. Les écoles rouvrent également leurs portes tandis que la militarisation du pays et les rigueurs de l'hiver ont apparemment eu raison des vélléités d'opposition organisée.Le 6, dans son homélie pour l'Épiphanie, le primat de Pologne, Mgr Jóse […] Lire la suite

4-31 janvier 1982
États-Unis – U.R.S.S. Tension accrue dans les rapports Est-Ouest et remise en question du modèle soviétique par les P.C. italien et espagnol

Le 4, les ministres des Affaires étrangères des dix pays membres de la Communauté européenne, réunis à Bruxelles, « lancent un appel pressant pour que les autorités polonaises lèvent la loi martiale, libèrent les personnes arrêtées et restaurent un dialogue réel avec l'Église et Solidarité ». Le passage de la déclaration des Dix dénonçant « l'incapacité des systèmes totalitaires, tels que ceux de  […] Lire la suite

1981

13-31 décembre 1981
Pologne. Réactions internationales à l'instauration de l'état de guerre

Le 13, dès l'annonce de l'état de guerre, le président Ronald Reagan indique que les États-Unis considéreraient « avec sérieux toute ingérence en Pologne ». L'agence Tass, pour sa part, approuve le coup de force, soulignant qu'il s'agit d'une « affaire intérieure ».Le 14, les États-Unis suspendent leur aide alimentaire à Varsovie, « jusqu'à ce que la situation se clarifie ». Les P.C. italien et es […] Lire la suite

2-31 décembre 1981
Pologne. Proclamation de l'état de guerre et mise en place d'un conseil militaire

Le 2, les forces de l'ordre font évacuer l'école des officiers de pompiers de Varsovie, occupée depuis le 18 novembre. Les élèves demandaient leur rattachement au ministère de l'Enseignement (et non à celui de l'Intérieur). Solidarité proclame l'« alerte immédiate à la grève ».Le 7, Mgr Josef Glemp, primat de Pologne, adresse des lettres prônant la modération à Lech Wałesa,  […] Lire la suite

4-28 novembre 1981
Pologne. À la recherche de l'entente nationale

Le 4, à Gdańsk, la commission nationale de Solidarité demande la cessation des grèves jusqu'à la fin de janvier 1982, afin de rechercher un « accord social ». Le même jour a lieu la rencontre entre le général Wojciech Jaruzełski, Premier secrétaire du parti ouvrier (P.O.U.P.), Mgr Josef Glemp, primat de Pologne, et Lech Wałesa, président de Solidarité. D'autres réunions doiv […] Lire la suite

2-30 octobre 1981
Pologne. Fin du congrès du syndicat Solidarność et remaniement ministériel

Le 2, Solidarność (Solidarité), réuni en congrès à Gdańsk, élit Lech Wałesa président du syndicat avec 55 p. 100 des voix. Après que le 5, Marian Krzak, ministre des Finances, a tenté – en vain – de justifier les hausses de prix (dont celle du tabac), le congrès se sépare le 7 en adoptant un vaste programme qui, sans remettre en cause le régime socialiste, n'en comporte pas moins des objectifs tra […] Lire la suite

5-29 septembre 1981
Pologne. Ier congrès du syndicat Solidarność

Le 5, s'ouvre à Gdańsk la première phase des travaux du premier congrès de Solidarność (Solidarité), réunissant 912 délégués, Mgr Josef Glemp, primat de Pologne, célèbre la messe d'ouverture et déclare aux congressistes : « Vous entreprenez aujourd'hui une œuvre historique, décisive pour la formation de l'avenir national. »Le 6, le pape Jean-Paul II évoque, de Castelgandolfo […] Lire la suite

3-24 août 1981
Pologne. Situation sociale explosive

Le mouvement de protestation contre la pénurie alimentaire s'intensifie. À partir du 3, le centre de la capitale est bloqué par plusieurs centaines de camions. Débrayages largement suivis et « marches de la faim » ont lieu dans plusieurs régions pour réclamer l'annulation de la diminution des rations mensuelles de viande et des augmentations prévues du prix des denrées alimentaires.Le 7, les ponts […] Lire la suite

3-31 juillet 1981
Pologne. Visite d'Andreï Gromyko et congrès du P.O.U.P.

Le 3, Andreï Gromyko, ministre soviétique des Affaires étrangères, se rend à Varsovie. Cette visite, entourée d'une particulière discrétion, coïncide avec la ratification par la Diète du remaniement ministériel se traduisant par le départ de huit ministres et l'arrivée de cinq nouveaux. Plusieurs ministères techniques sont par ailleurs supprimés.Le 5, un communiqué commun est publié à l'issue des  […] Lire la suite

1er-25 juin 1981
Pologne – U.R.S.S. Pressions soviétiques

Le 1er est annoncée la constitution du « comité fondateur » d'un syndicat « indépendant et autogéré » regroupant les policiers.Le 2, la Pravda publie la déclaration adoptée au « forum de Katowice » par le groupe de communistes « durs » critiquant la direction du Parti ouvrier unifié polonais (P.O.U.P.) pour son manque de fermeté envers les adversaires du  […] Lire la suite

28 mai 1981
Pologne. Mort du cardinal Wyszynski

Le cardinal Stefan Wyszynski, primat de Pologne, s'éteint à Varsovie. Âge de soixante-dix-neuf ans, il souffrait depuis deux mois d'une grave maladie. Depuis plus de trente ans, il dirigeait l'Église de son pays, et avait joué un grand rôle, depuis l'été 1980, dans la crise politique et sociale que traverse la Pologne.L'agence officielle P.A.P. estime que « c'est la société polonaise dans son ense […] Lire la suite

6-30 avril 1981
Pologne – Europe de l'Est. Fin des manœuvres des forces du pacte de Varsovie

Le 6, Gustav Husak, chef de l'État tchécoslovaque, demande une nouvelle réunion des partis communistes afin d'examiner le problème polonais. Cette déclaration a lieu devant le XVIe congrès du P.C. tchécoslovaque, auquel assiste également Leonid Brejnev.Le 7, ce dernier évoque lui aussi la Pologne en espérant que les communistes polonais pourront soutenir la cause du socialis […] Lire la suite

4-31 mars 1981
Pologne. Persistance de la tension, manifestation antisémite, manœuvres des forces du pacte de Varsovie

Le 4, à l'issue du XXVIe congrès du parti communiste soviétique, la délégation polonaise rencontre, au Kremlin, les dirigeants du P.C.U.S. Le communiqué final exprime la certitude qu'ont les Soviétiques « que les communistes polonais ont les possibilités et les forces de renverser le cours des événements ». Il est d'autre part rappelé que « la protection de la communauté soc […] Lire la suite

4-26 février 1981
Pologne. Persistance des tensions sociales et remplacement du chef de gouvernement

Le 4, la tension s'aggrave à nouveau en Pologne à la suite de la rupture des négociations entre une délégation gouvernementale et les grévistes de la région de Bielsko-Biala, dans le sud du pays, qui réclament la révocation d'une vingtaine de directeurs d'entreprise et de fonctionnaires qu'ils accusent de corruption. Lech Wałesa, leader du syndicat Solidarité, lance un appel à l'occupation des usi […] Lire la suite

7-31 janvier 1981
Pologne. Visite de Lech Wałesa au Vatican et compromis sur la semaine de cinq jours

Le 7, la commission de coordination du syndicat Solidarité décrète unilatéralement la semaine de cinq jours, sans modification de la durée quotidienne du travail, des salaires et des congés. Le principe du samedi libre avait été inscrit dans les accords de Gdańsk du 31 août 1980, mais n'avait fait l'objet d'aucune proposition gouvernementale depuis. Le soir même, à la télévision, Mieczysław Jagiel […] Lire la suite

— Universalis