NICARAGUA, chronologie contemporaine

 

2020

21 décembre 2020
Nicaragua. Adoption d’une loi excluant des élections les « traîtres à la patrie ».

Le Parlement adopte une loi qui interdit aux « traîtres à la patrie » de se présenter aux élections, notamment ceux qui « exigent, soutiennent et se félicitent de l’imposition de sanctions contre l’État du Nicaragua », ceux qui « incitent à l’ingérence étrangère dans les affaires internes, demandent des interventions militaires » ou « proposent et organisent des blocus économiques ». Cette législa […] Lire la suite

2019

16-20 mars 2019
Nicaragua. Suspension des négociations entre l’opposition et le pouvoir.

Le 16, à Managua, la police réprime une manifestation en faveur de la libération des prisonniers politiques, arrêtant, avant de les relâcher, cent soixante-quatre personnes parmi lesquelles des figures de l’opposition. Contesté dans la rue depuis avril 2018, le régime du président Daniel Ortega a interdit les manifestations en septembre de la même année.Le 18, l’Alliance civique pour la justice et […] Lire la suite

27 février 2019
Nicaragua. Accord sur une reprise du dialogue avec l’opposition.

Le régime du président Daniel Ortega, soumis à la dégradation de la situation économique et aux pressions internationales, conclut un accord sur la reprise des négociations avec l’Alliance civique pour la justice et la démocratie, la plateforme de l’opposition. Les tentatives de dialogue engagées en 2018 avaient échoué. Une centaine d’opposants emprisonnés depuis le début du mouvement de la contes […] Lire la suite

2018

17 juillet 2018
Nicaragua. Assaut contre la ville insurgée de Masaya.

La police et les forces paramilitaires reprennent le contrôle de la ville de Masaya, au sud de Managua, épicentre du mouvement de contestation dirigé contre le président Daniel Ortega qui secoue le pays depuis avril. Masaya était également le bastion de la révolution sandiniste de 1979 menée par Daniel Ortega. La répression de la contestation a fait près de trois cents morts en trois mois. […] Lire la suite

18-28 avril 2018
Nicaragua. Vague de contestation.

Le 18, des manifestations menées par des étudiants, à Managua et dans les grandes villes, dénoncent la réforme des retraites imposée par décret présidentiel, qui prévoit d’augmenter les cotisations salariales et patronales et de réduire les pensions. La contestation continue les jours suivants en dépit de sa brutale répression.Le 22, le président Daniel Ortega annonce l’annulation de la réforme, a […] Lire la suite

2016

6 novembre 2016
Nicaragua. Réélection du président Daniel Ortega.

Le président Daniel Ortega, candidat du Front sandiniste de libération nationale (FSLN), est réélu pour un troisième mandat consécutif avec 72,4 p. 100 des suffrages. Son épouse Rosario Murillo est élue vice-présidente. Le candidat du Parti libéral constitutionnaliste (PLC, droite) Maximino Rodríguez obtient 15 p. 100 des voix. L’opposition, qui avait appelé au boycottage du scrutin, dénonce une « […] Lire la suite

2011

6 novembre 2011
Nicaragua. Réélection du président Daniel Ortega.

Le 6, le président Daniel Ortega est réélu à la tête de l'État dès le premier tour de scrutin, avec 62,5 p. 100 des suffrages, devant Fabio Gadea Mantilla, chef du Parti libéral indépendant (P.L.I.), qui recueille 31 p. 100 des voix. Lors du même scrutin, le Front sandiniste de libération nationale de Daniel Ortega remporte 60,9 p. 100 des voix et 63 sièges sur 92 au Parlement, contre 31,6 p. 100  […] Lire la suite

2006

5 novembre 2006
Nicaragua. Élection de Daniel Ortega à la présidence.

Le candidat du Front sandiniste de libération nationale (F.S.L.N.), Daniel Ortega, déjà président de 1985 à 1990, remporte l'élection présidentielle dès le premier tour avec 38 p. 100 des suffrages. Il devance le candidat de droite de l'Alliance libérale nicaraguayenne, Eduardo Montealegre, qui recueille 29 p. 100 des voix. Daniel Ortega, cependant, ne disposera pas de majorité parlementaire. Aux  […] Lire la suite

2001

4 novembre 2001
Nicaragua. Victoire du Parti libéral au pouvoir aux élections générales.

En dépit d'un bilan marqué par la progression de la corruption et l'incapacité à juguler la crise économique, le Parti libéral au pouvoir remporte les élections générales. Son candidat, Enrique Bolanos, est élu président, avec 56,3 p. 100 des suffrages, contre 42,3 p. 100 pour Daniel Ortega, chef du Front sandiniste de libération nationale (F.S.L.N.), qui avait dirigé le pays de 1979 à 1990. Aux é […] Lire la suite

1998

12-16 novembre 1998
France. Visite du président Jacques Chirac en Amérique centrale.

Le 12, Jacques Chirac entame par le Mexique sa visite d'État dans la région centro-américaine. Devant les deux chambres réunies en Congrès, à Mexico, il rend hommage au régime du président Ernesto Zedillo. Évoquant la « fin de l'ordre bipolaire », il appelle à la « reconstruction de l'ordre mondial » qui passe par de « nouvelles relations [...] entre puissances installées et puissances émergentes  […] Lire la suite

1996

20 octobre 1996
Nicaragua. Élection d'Arnoldo Aleman à la présidence.

Le 20, avec 51,02 p. 100 des suffrages, le candidat de l'Alliance libérale (conservateur) Arnoldo Aleman remporte l'élection présidentielle dès le premier tour (un score d'au moins 45 p. 100 des voix suffit). Son principal adversaire, l'ancien président Daniel Ortega, représentant du Front sandiniste de libération nationale (F.S.L.N.), obtient 37,75 p. 100 des suffrages. Le F.S.L.N. avait renversé […] Lire la suite

5-11 février 1996
Vatican. Visite du pape Jean-Paul II en Amérique centrale et au Venezuela.

Le 5, le pape Jean-Paul II arrive au Guatemala, première étape de sa visite en Amérique centrale, où il défend la cause des Indiens. Il s'était déjà rendu dans la région en mars 1983, alors que les violences y étaient nombreuses. Les guerres civiles étant terminées, il faut combattre « les plaies de la pauvreté et de l'ignorance », affirme le pape qui en rend responsables les luttes idéologiques.  […] Lire la suite

1993

19-26 août 1993
Nicaragua. Menaces sur le pouvoir de Violeta Chamorro.

Le 19, un commando de recontras, anciens opposants au régime sandiniste ayant repris les armes, retient prisonniers les trente-huit membres d'une délégation gouvernementale venue négocier les conditions de leur désarmement près de Quilali, à proximité de la frontière hondurienne. Ils réclament la démission du commandant en chef de l'armée, le général Humberto Ortega, et de l'« homme fort » du régi […] Lire la suite

1990

19-25 avril 1990
Nicaragua. La démobilisation de la Contra compromise.

Le 19, les guérilleros de la Contra signent un accord de cessez-le-feu avec l'armée sandiniste. Celui-ci constituait le préalable à l'exécution du plan de « démobilisation » conclu par la Contra avec les futurs dirigeants nicaraguayens le 23 mars. Selon les termes de ce plan, les douze mille combattants antisandinistes doivent déposer leurs armes entre les mains des « casques bleus » de l'O.N.U. a […] Lire la suite

9-28 février 1990
Nicaragua. Défaite de Daniel Ortega à l'élection présidentielle.

Le 9, le gouvernement nicaraguayen remet en liberté la totalité des prisonniers politiques, au nombre de onze cent quatre-vingt-dix, membres présumés de la Contra ou de la garde nationale de l'ancien dictateur Anastasio Somoza.Le 18, l'Union nationale de l'opposition (U.N.O.), coalition de quatorze partis, depuis les communistes jusqu'aux conservateurs, rassemble plus de cent mille personnes dans  […] Lire la suite

1989

1er-21 novembre 1989
Nicaragua. Suspension du cessez-le-feu avec la Contra.

Le 1er, le président Ortega annonce la suspension du cessez-le-feu – effectif depuis le 1er avril 1988 – jusqu'au démantèlement de la Contra prévu par les accords de Tela (Honduras), signés le 7 août. L'armée lance parallèlement une vaste offensive contre les rebelles.Le 9, les délégations du gouvernement sandiniste et de la Contra entament, au siège d […] Lire la suite

27-28 octobre 1989
Nicaragua. Le Nicaragua isolé au « sommet des Amériques ».

Les 27 et 28 se tient à San José le « sommet des Amériques » convoqué par le président Oscar Arías pour célébrer le centenaire de l'avènement de la démocratie au Costa Rica. Seize chefs d'État du continent y assistent, dont George Bush et Brian Mulroney, qui annonce la demande d'adhésion du Canada à l'Organisation des États américains (O.E.A.) dont il deviendra le trente-deuxième membre. De son cô […] Lire la suite

7 août 1989
Nicaragua. Plan de démobilisation des Contras nicaraguayens.

Les cinq chefs d'État centre-américains, réunis depuis le 5 à Tela (Honduras), approuvent un plan de démobilisation volontaire des Contras nicaraguayens regroupés dans des camps au Honduras. Ces derniers devront remettre leurs armes à une commission internationale avant la fin de l'année. Traditionnel soutien des « combattants de la liberté », les États-Unis se résignent à cet accord dont la concl […] Lire la suite

24 mars 1989
États-Unis – Nicaragua. Reconduction de l'aide humanitaire à la Contra.

Le président George Bush et les leaders démocrates et républicains du Congrès parviennent à un accord sur la reconduction de l'aide « humanitaire » à la Contra antisandiniste basée au Honduras. Cette aide, instaurée après le refus du Congrès, en février 1988, de voter la poursuite des crédits militaires aux rebelles nicaraguayens, sera maintenue au rythme de 4,5 millions de dollars par mois jusqu' […] Lire la suite

13-14 février 1989
Nicaragua. Relance du processus de paix au Nicaragua.

Le 13 s'ouvre à Costa del Sol (Salvador) la réunion des cinq chefs d'État d'Amérique centrale (Costa Rica, Guatemala, Honduras, Nicaragua, El Salvador), essentiellement consacrée à la situation politique au Nicaragua.Le 14, le président nicaraguayen Daniel Ortega annonce que les élections générales dans son pays, initialement prévues en novembre 1990, seront avancées au 25 février de la même année […] Lire la suite

1988

1er-30 avril 1988
Nicaragua. Piétinement des négociations entre sandinistes et Contra après le cessez-le-feu

Le 1er, les combats cessent entre l'armée sandiniste et les forces rebelles de la Contra, conformément à l'accord du 23 mars conclu à Sapoa. Mais deux séries de négociations, du 15 au 18 puis du 28 au 30, à Managua, ne permettent pas de progresser sur les modalités pratiques de cet accord et la conclusion d'un cessez-le-feu définitif. Les divergences concernent surtout la vo […] Lire la suite

16-31 mars 1988
Nicaragua. Accord de cessez-le-feu entre les sandinistes et la Contra

Le 16, au lendemain d'une importante offensive des troupes sandinistes contre les bases de la Contra le long de la frontière avec le Honduras, le gouvernement américain, répondant à la demande d'assistance de ce pays, décide d'y envoyer un contingent de 3 200 soldats pour un « exercice de déploiement d'urgence ».Le 21 s'ouvre à Sapoa, dans le sud du Nicaragua, la première journée de négociation di […] Lire la suite

3 février 1988
États-Unis. Refus par le Congrès d'une nouvelle aide à la Contra demandée par le président Ronald Reagan

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, inflige une sévère défaite au président Reagan en rejetant par 219 voix contre 211 sa demande de 36 millions de dollars d'aide (dont 10 p. 100 de nature militaire) à la Contra nicaraguayenne, la résistance armée antisandiniste. Cette dernière a reçu en six ans 200 millions de dollars d'aide du gouvernement américain. […] Lire la suite

15-29 janvier 1988
Nicaragua. Lente application du plan de paix

Le 15, les présidents des cinq pays d'Amérique centrale (Costa Rica, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Salvador) se réunissent à San José de Costa Rica, pour dresser un premier bilan du processus de paix engagé le 7 août 1987.Le 16, à la fin du sommet, le président nicaraguayen Daniel Ortega crée la surprise en s'engageant à lever l'état d'urgence en vigueur dans son pays depuis plus de six ans, à o […] Lire la suite

1987

5-27 août 1987
Amérique latine – États-Unis. Adoption d'un plan de paix pour l'Amérique centrale

Le 5, la Maison-Blanche présente un « plan de paix » pour le Nicaragua, élaboré avec le concours de Jim Wright, président démocrate de la Chambre des représentants. Ce plan, assez contraignant pour les sandinistes au pouvoir à Managua, suppose que le processus de négociations avec la résistance nicaraguayenne soit achevé d'ici au 30 septembre. L'objectif du président Reagan est en réalité de prouv […] Lire la suite

1986

5-20 octobre 1986
États-Unis – Nicaragua. Capture d'un Américain par l'armée nicaraguayenne

Le 5, un avion civil américain est abattu au-dessus du Nicaragua. Deux ressortissants américains et un latino-américain sont tués, mais un Américain, Eugene Hasenfus, est capturé, le 6, par l'armée nicaraguayenne. À bord de l'appareil abattu est retrouvée une cargaison d'armes, apparemment destinée à la guérilla antisandiniste. Alors que Managua dénonce une « participation ouverte des États-Unis à […] Lire la suite

24-27 juin 1986
États-Unis – Nicaragua. Durcissement du gouvernement sandiniste après le vote d'une aide militaire aux « contras » par les représentants américains

Le 24, Ronald Reagan prononce une allocution télévisée pour demander à la Chambre des représentants de voter le projet d'aide financière aux rebelles nicaraguayens qu'elle a repoussé en mars. Cette aide s'élèverait à 100 millions de dollars, dont 70 millions à titre militaire. « J'ai besoin de votre aide », déclare-t-il, pour empêcher qu'une « tête de pont soviétique » ne s'installe « à l'intérieu […] Lire la suite

7-28 mars 1986
États-Unis – Nicaragua. Demande du président Ronald Reagan au Congrès pour une aide militaire aux « contras »

Le 7, le président Reagan nomme Philip Habib envoyé spécial pour l'Amérique centrale. Chargé de « parvenir à une solution diplomatique au Nicaragua », celui-ci se rend, du 12 au 14, au Salvador, au Honduras, au Guatemala et au Costa Rica.Le 14, Ronald Reagan adresse au Congrès, à l'appui de sa demande de crédits d'assistance militaire en faveur de la guérilla antisandiniste, un document qui précis […] Lire la suite

1985

15 octobre 1985
Nicaragua. Suspension des libertés fondamentales

Le 15, l'état d'urgence est proclamé : le président Daniel Ortega explique, dans une allocution solennelle à la télévision, les raisons de la suspension pour un an des libertés individuelles, en particulier des libertés d'expression, d'information et de libre circulation. Le droit de grève est également supprimé. Le commandant Ortega affirme que ces mesures sont devenues nécessaires pour lutter co […] Lire la suite

12-13 juin 1985
États-Unis – Nicaragua. Vote des représentants américains en faveur d'une aide « civile » à la guérilla antisandiniste

Le 12, la Chambre des représentants, qui avait repoussé, le 24 avril, toute forme de financement en faveur de la guérilla qui lutte contre le gouvernement sandiniste de Managua, accorde, par 248 voix contre 184, une aide, théoriquement « civile », aux « contras ». Ce revirement spectaculaire, dont se félicite publiquement le président Reagan, est en partie dû à l'irritation des représentants, en m […] Lire la suite

1er-20 mai 1985
États-Unis – Nicaragua. Embargo américain contre le Nicaragua

Le 1er, Ronald Reagan, en visite officielle en Allemagne fédérale, annonce que les États-Unis vont imposer un embargo commercial contre le Nicaragua. À partir du 7, les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Nicaragua seront complètement interrompus et les relations aériennes suspendues. Ces mesures sont critiquées par les alliées occidentaux de Washington, réunis d […] Lire la suite

23-24 avril 1985
États-Unis – Nicaragua. Refus du Congrès américain pour les crédits à la guérilla antisandiniste demandés par le président Ronald Reagan

Le 23, le Sénat vote par 53 voix contre 46 une aide « humanitaire » de 14 millions de dollars aux groupes armés qui luttent contre le régime sandiniste au pouvoir au Nicaragua. Le président Reagan, pour obtenir que sa demande soit acceptée par les sénateurs, a dû faire une concession importante : l'argent accordé ne pourra être utilisé pour l'achat d'armes comme il était prévu, mais devra servir à […] Lire la suite

21-27 février 1985
États-Unis – Nicaragua. Nouvelle escalade verbale entre Washington et Managua

Le 21, Ronald Reagan déclare, au cours d'une conférence de presse : « nous essayons, par ce que nous disons, de chasser les sandinistes » du pouvoir au Nicaragua, car ils y ont instauré un régime « communiste totalitaire » et « nous voulons que [les Nicaraguayens] aient une chance de vivre en démocratie ». Cette escalade verbale survient alors que la Maison-Blanche tente d'inciter le Congrès à vot […] Lire la suite

1984

4-13 novembre 1984
Nicaragua. Tension avec les États-Unis après les élections

Le 4, 75,4 p. 100 des électeurs votent dans le calme et la régularité pour élire un président, un vice-président et les quatre-vingt-seize membres d'une Assemblée à la fois législative et constituante. Ce taux de participation est un succès pour les sandinistes, puisque plusieurs formations de l'opposition, en particulier la Coordination démocratique d'Arturo Cruz, avaient renoncé à participer fau […] Lire la suite

17-25 juillet 1984
Nicaragua. Monopole sandiniste pour l'élection présidentielle

Le 17, Daniel Ortega, coordonnateur de la junte du gouvernement sandiniste, est désigné pour être le candidat officiel à la présidence pour les élections du 4 novembre. Sergio Ramirez, stratège politique du régime sandiniste, sera le candidat à la vice-présidence.Le 25, l'opposition, qui avait désigné Arturo Cruz, ancien ambassadeur du régime sandiniste à Washington, pour être son candidat à l'éle […] Lire la suite

4-25 avril 1984
Nicaragua. Condamnation à l'O.N.U. du minage des ports nicaraguayens et renforcement de l'offensive antisandiniste

Le 4, le Conseil de sécurité des Nations unies vote sur une résolution présentée par le Nicaragua et condamnant le minage des ports de ce pays. Ce texte recueille treize voix et une abstention, la Grande-Bretagne, mais les États-Unis opposent leur veto. Depuis le début de mars, plusieurs navires étrangers et bateaux nicaraguayens ont été endommagés par ces opérations de sabotage qui ne peuvent avo […] Lire la suite

21 février 1984
Nicaragua. Fixation de la date des élections générales

Daniel Ortega, coordonnateur de la junte de gouvernement au pouvoir depuis juillet 1979, prononce un discours à Managua devant deux cent mille personnes, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la mort d'Augusto Cesar Sandino, héros de la lutte contre l'occupation américaine, assassiné sur ordre de la famille Somoza. Daniel Ortega annonce que les élections réclamées par l'opposition et par Wa […] Lire la suite

1983

10-20 octobre 1983
Amérique latine – États-Unis. Nouvelles propositions de paix du Nicaragua

Le 10, un commando antisandiniste détruit plusieurs entrepôts de carburant, à Puerto Corinto, principal port pétrolier du Nicaragua. L'incendie provoqué par cet attentat exige l'évacuation de quarante mille personnes. Managua rend les États-Unis directement responsables de cet incendie.Le 20, Managua propose à Washington un nouveau plan de paix pour l'Amérique centrale. Il prévoit que le Nicaragua […] Lire la suite

16-31 juillet 1983
États-Unis – Amérique latine. Initiatives diplomatiques pour éviter un conflit armé en Amérique centrale

Les 16 et 17, les présidents des quatre pays du « groupe de Contadora » (Mexique, Colombie, Panamá et Venezuela) se réunissent à Cancún au Mexique. À l'issue de leur rencontre est publiée une « déclaration sur la paix en Amérique centrale » : il s'agit d'une liste de « suggestions » pour faire naître un « processus de négociations efficace ».Le 18, Henry Kissinger est nommé à la tête d'une commiss […] Lire la suite

7-21 juin 1983
États-Unis – Nicaragua. Nouvelles tensions entre Washington et Managua

Le 7, le Nicaragua expulse trois diplomates américains accusés d'activités visant à la déstabilisation du gouvernement sandiniste. Washington réplique en fermant six consulats nicaraguayens et en déclarant indésirables vingt et un fonctionnaires qui y travaillaient.Le 21, deux journalistes américains sont tués par l'explosion d'une mine sur laquelle leur voiture était passée, dans la zone frontali […] Lire la suite

2-19 mai 1983
Nicaragua – États-Unis. Intensification des mesures prises par les États-Unis contre le Nicaragua

Le 4, alors que le Nicaragua a dénoncé, le 2, une « invasion de grande envergure » par des « anciens gardes somozistes appuyés par des troupes honduriennes », Ronald Reagan qualifie les maquisards nicaraguayens de « combattants de la liberté » et reconnaît implicitement que les États-Unis soutiennent financièrement les rebelles antisandinistes – qui seraient près de sept mille – opérant à partir d […] Lire la suite

27-28 avril 1983
États-Unis – Amérique latine. Discours du président Ronald Reagan sur sa politique centre-américaine

Le 27, Ronald Reagan prononce un important discours sur la situation en Amérique centrale, et, pour lui donner davantage de solennité, il le prononce devant les deux Chambres, réunies en séance extraordinaire. Le président américain, assurant que « l'incendie est dans le jardin » des États-Unis, accuse le Nicaragua d'aider « les Soviétiques et Cuba à déstabiliser la région, du canal de Panamá au M […] Lire la suite

22-29 mars 1983
Nicaragua. Accroissement des incursions de commandos somozistes

Le 22, le Nicaragua demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies en raison du « sérieux accroissement des agressions » contre son territoire et afin d'analyser cette situation qui « menace la paix internationale ». En effet, deux mille « contre-révolutionnaires », partisans de l'ancien dictateur Somoza, auraient pénétré au Nicaragua, venant du Honduras voisin.Du 23 au 29, […] Lire la suite

2-9 mars 1983
Vatican – Amérique latine. Visite du pape Jean-Paul II en Amérique centrale

Le 2, Jean-Paul II quitte Rome pour une visite dans sept pays d'Amérique centrale et en Haïti. Ce voyage présente des risques importants aussi bien en raison du climat de violence dans cette région que des possibilités de manipulation à des fins politiques comme l'affirme l'Osservatore romano, journal du Vatican. Dès ses premières allocutions, à San José de Costa Rica, Jean-Pau […] Lire la suite

1982

19 octobre 1982
Nicaragua – O.N.U. Élection du Nicaragua au Conseil de sécurité

L'Assemblée des Nations unies désigne, par 104 voix contre 50, le Nicaragua comme membre non permanent du Conseil de sécurité à partir du 1er janvier 1983 et pour deux ans. Les autres pays élus sont Malte, les Pays-Bas, le Pakistan et le Zimbabwe. Washington avait tenté de s'opposer à cette élection en soutenant la candidature de la République dominicaine au siège traditionn […] Lire la suite

12-13 juillet 1982
Nicaragua – France. Visite du commandant Daniel Ortega à Paris

Le 12, Daniel Ortega, coordinateur de la junte nicaraguayenne, arrive à Paris pour une visite officielle de travail de quarante-huit heures. Il est reçu par le président François Mitterrand qui souligne « la nécessité de sauvegarder l'originalité de la démarche sandiniste » et insiste sur l'importance d'un « non-alignement authentique » de Managua. Le commandant Ortega s'entretient également avec  […] Lire la suite

9 mars-2 avril 1982
États-Unis – Nicaragua. Hausse de la tension entre Washington et Managua

Le 9, à Washington, l'amiral Inman, directeur adjoint de la C.I.A., présente aux journalistes des documents sur le renforcement du potentiel militaire au Nicaragua et affirme que le régime sandiniste « a mis en place la force militaire la plus puissante d'Amérique centrale » avec l'aide de conseillers cubains et soviétiques.Un plan de déstabilisation du Nicaragua élaboré par la C.I.A. est révélé p […] Lire la suite

7-29 janvier 1982
France – Nicaragua. Différend franco-américain sur la vente d'armes françaises au Nicaragua

Le 7, un article de L'Express révèle qu'un contrat d'armement a été signé en décembre 1981 entre la France et le Nicaragua. Charles Hernu, en visite officielle aux États-Unis depuis le 6, explique aux autorités américaines qu'il s'agit d'éviter que le Nicaragua sandiniste ne se fournisse en armes qu'auprès de l'U.R.S.S. ou de ses satellites et affirme que les armements vendus n […] Lire la suite

1981

5-12 novembre 1981
États-Unis – Cuba – Nicaragua. Intensification de la campagne américaine contre Cuba et le Nicaragua

Le 5, le New York Times affirme que le général Haig, secrétaire d'État américain, a demandé au Pentagone d'envisager une série d'options pour d'« éventuelles actions militaires » contre Cuba et le Nicaragua. On apprend les jours suivants qu'une réunion de responsables militaires de vingt pays latino-américains a eu lieu à huis clos, du 3 au 5, à Washington pour examiner les con […] Lire la suite

22 octobre 1981
Nicaragua. Durcissement du régime

Une vague d'arrestations frappe aussi bien les milieux de droite que ceux de gauche. Vingt-quatre membres influents du Parti communiste et vingt-six autres personnes sont arrêtés dont Enrique Dreyfus, président du Conseil supérieur des entreprises privées (Cosep), et plusieurs autres dirigeants de cet organisme. Tous sont accusés de participer à l'« offensive contre-révolutionnaire », alors que de […] Lire la suite

1er-5 août 1981
France – Costa Rica – Nicaragua – Honduras. Visite de Claude Cheysson en Amérique centrale

Le 1er, Claude Cheysson, ministre français des Relations extérieures, est à Cancún pour la réunion préparatoire des ministres des Affaires étrangères des vingt-deux pays qui doivent participer au sommet Nord-Sud des 22 et 23 octobre.Du 2 au 5, Claude Cheysson se rend successivement au Costa Rica, au Nicaragua et au Honduras. Il estime, à l'issue de ce voyage, que « tous les  […] Lire la suite

2-27 février 1981
États-Unis – Amérique latine. Offensive des États-Unis contre les ingérences communistes au Salvador

Le 2, Robert White, ambassadeur des États-Unis à San Salvador nommé par l'administration Carter, est révoqué pour avoir publiquement critiqué la politique américaine.Le 3, le général Alexander Haig, secrétaire d'État américain, s'entretient avec sept ministres des Affaires étrangères de l'O.E.A. réunis à Washington. Il déclare à son homologue du Venezuela que des armes destinées à la guérilla salv […] Lire la suite

— Universalis