LIBERIA, chronologie contemporaine

 

2017

26 décembre 2017
Liberia. Élection de George Weah à la présidence.

L’ancien footballeur et sénateur George Weah, candidat du Congrès pour un changement démocratique, remporte le second tour de l’élection présidentielle avec 61,5 p. 100 des suffrages. Il était opposé au vice-président sortant Joseph Boakai, candidat du Parti de l’unité. Le scrutin a été reporté de sept semaines en raison des recours déposés par deux candidats après le premier tour, en octobre. Ori […] Lire la suite

10 octobre 2017
Liberia. Premier tour des élections générales.

L’ancien footballeur George Weah, candidat du Congrès pour un changement démocratique, arrive en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 38,4 p. 100 des suffrages. Il doit être opposé au second tour au vice-président Joseph Boakai, candidat du Parti de l’unité, au pouvoir, qui recueille 28,8 p. 100 des voix. Arrivé troisième avec 9,6 p. 100 des suffrages, Charles Brumskine, candidat […] Lire la suite

2015

9 mai 2015
Liberia. Annonce de la fin de l’épidémie d’Ebola.

Le représentant de l’Organisation mondiale de la santé au Liberia annonce la fin de l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola dans le pays, où elle a fait plus de quatre mille sept cents morts depuis mars 2014. L’épidémie est encore active en Guinée et en Sierra Leone.  […] Lire la suite

2014

2-25 septembre 2014
Afrique de l'Ouest. Mobilisation internationale contre le virus Ebola.

Le 2, la présidente de l'O.N.G. Médecins sans frontières Joanne Liu dénonce devant l'Assemblée générale des Nations unies une « coalition mondiale de l'inaction » face à la propagation du virus Ebola. L'O.N.G., très présente sur le terrain, critique le retard de la prise en compte de ce fléau par l’O.M.S. et l'insuffisance de son action contre une épidémie qui a débuté en mars et a déjà fait près  […] Lire la suite

8-28 août 2014
Afrique de l'Ouest. Aggravation de l'épidémie de fièvre Ebola.

Le 8, l'O.M.S. décrète que la lutte contre l'épidémie de fièvre hémorragique causée par le virus Ebola, qui sévit en Afrique de l'Ouest depuis le mois de mars, constitue une « urgence de santé publique de portée internationale » appelant « une réponse internationale coordonnée ». Les quatre pays touchés – la Guinée, le Liberia, le Nigeria et la Sierra Leone – décrètent l'état d'urgence sanitaire a […] Lire la suite

2-3 juillet 2014
Afrique de l'Ouest. Épidémie de fièvre Ebola.

Les 2 et 3, les représentants de onze pays d'Afrique de l'Ouest, réunis à Accra, au Ghana, sur l'initiative de l'Organisation mondiale de la santé, conviennent d'une stratégie commune face à l'épidémie de fièvre Ebola. Depuis mars, celle-ci a déjà contaminé sept cent cinquante personnes, dont quatre cent quarante-cinq sont décédées, en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Il n'existe ni vaccin n […] Lire la suite

2012

26 avril 2012
Liberia. Charles Taylor reconnu coupable par le T.P.I.

Le Tribunal pénal international (T.P.I.) de La Haye reconnaît l'ancien président du Liberia Charles Taylor coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité en Sierra Leone de 1996 à 2002. Sous sa présidence, le Liberia avait armé et financé les rebelles sierra-léonais du Front révolutionnaire uni, qui se sont livrés à de nombreuses exactions au cours de la guerre civile, de 1991 à 2002. […] Lire la suite

2011

8 novembre 2011
Liberia. Réélection de la présidente Ellen Johnson-Sirleaf.

La présidente Ellen Johnson-Sirleaf, distinguée en octobre par le prix Nobel de la paix, est réélue à la tête de l'État avec 90,8 p. 100 des voix – mais le taux de participation (37,4 p. 100) est faible. Le second tour de scrutin était boycotté par son challenger Winston Tubman, candidat du Congrès pour un changement démocratique, qui conteste l'utilisation abusive des moyens de l'État par la prés […] Lire la suite

7 octobre 2011
Yémen – Liberia. La Yéménite Tawakul Karman et les Libériennes Ellen Johnson-Sirleaf et Leymah Gbowee lauréates du prix Nobel de la paix.

Le comité suédois du prix Nobel de la paix attribue sa distinction à la militante féministe islamiste yéménite Tawakul Karman, figure de proue de l'opposition au président Ali Abdallah Saleh, ainsi qu'à la présidente du Liberia Ellen Johnson-Sirleaf et à sa compatriote, la militante pacifiste Leymah Gbowee, pour « leur lutte non violente en faveur de la sécurité des femmes et de leurs droits à par […] Lire la suite

2006

27 mars-3 avril 2006
Liberia – Sierra Leone. Arrestation de Charles Taylor.

Le 27, le président nigérian Olusegun Obasanjo accepte d'extrader Charles Taylor, réfugié au Nigeria depuis août 2003. L'ancien président libérien, qui fait l'objet de mandats d'arrêt délivrés par la justice de la Sierra Leone pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis entre 1997 et 2000, prend la fuite.Le 29, Charles Taylor est arrêté et extradé vers le Liberia. Il est aussi […] Lire la suite

2005

8-11 novembre 2005
Liberia. Élection contestée d'Ellen Johnson Sirleaf à la présidence.

Le 8, l'économiste et ancien ministre Ellen Johnson Sirleaf, candidate du Parti de l'unité, remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 59,4 p. 100 des suffrages, devançant l'ancien footballeur George Weah, candidat du Congrès pour un changement démocratique. Le taux de participation est de 59,3 p. 100. George Weah, arrivé largement en tête au premier tour, le 11 octobre, dénonce des […] Lire la suite

2003

14 octobre 2003
Liberia. Investiture de Gyude Bryant comme président de transition.

Deux mois après le départ de Charles Taylor, Gyude Bryant, homme d'affaires sans étiquette politique, choisi par l'ensemble des partis et factions, est investi comme président pour une période de vingt-huit mois au terme de laquelle doivent se tenir des élections. […] Lire la suite

1er-24 août 2003
Liberia. Mise en place d'un gouvernement de transition.

Le 1er, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 1497, d'inspiration américaine, qui autorise le déploiement d'une force d'interposition de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest au Liberia, l'Ecomil. En raison d'une clause exemptant les soldats de cette force de toute poursuite pénale en cas de violation des droits de l'homme, la France […] Lire la suite

3-21 juillet 2003
Liberia. Départ annoncé de Charles Taylor et reprise des combats.

Le 3, Washington, sollicité pour intervenir dans le pays en proie à la guerre civile, conditionne l'envoi de troupes américaines au départ du président Charles Taylor.Le 6, le président nigérian Olusegun Obasanjo vient à Monrovia « inviter » le président Taylor à se réfugier au Nigeria, où il se trouverait à l'abri des mandats d'arrêt pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité lancés contre […] Lire la suite

4-28 juin 2003
Liberia. Combats et pression internationale en faveur de la paix.

Le 4, le Tribunal spécial pour la Sierra Leone, mis en place en janvier 2002 par l'O.N.U. et Freetown en vue de juger les auteurs de crimes commis pendant la guerre civile, rend publique l'inculpation pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité du président libérien Charles Taylor, accusé d'avoir soutenu la rébellion du Front révolutionnaire uni.Le 8, le principal mouvement rebelle, les Libé […] Lire la suite

1997

19 juillet 1997
Liberia. Élection de Charles Taylor à la présidence de la République.

Charles Taylor remporte l'élection présidentielle dès le premier tour, avec 75 p. 100 des suffrages. C'est lui qui avait déclenché, en décembre 1989, une guerre civile dont le bilan s'est élevé à plus de cent cinquante mille morts. Sa formation, le Nouveau Parti patriotique, obtient également la majorité absolue au sein du nouveau Parlement bicaméral. Ces scrutins marquent la fin du processus de p […] Lire la suite

1996

17 août 1996
Liberia. Nouvel accord de paix et nouvelle présidente du Conseil d'État.

Les dirigeants des pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (C.E.D.E.A.O.) réunis à Abuja (Nigeria) adoptent le calendrier du processus de paix qui doit aboutir, en mai 1997, à l'élection du chef de l'État. Les combats entre factions avaient repris en avril malgré l'accord de paix signé dans la capitale nigeriane en août 1995. Le désarmement des combattants, qui doit être […] Lire la suite

6-19 avril 1996
Liberia. Reprise des combats entre factions rivales.

Le 6, des affrontements accompagnés de pillages éclatent à Monrovia, au lendemain de la décision du Conseil d'État – la présidence collégiale du pays – de faire arrêter Roosevelt Johnson, chef de la branche krahn du Mouvement uni de libération (Ulimo-k), afin de le traduire en justice à la suite des assassinats perpétrés par ses hommes dans la capitale. En août 1995, les factions rivales avaient s […] Lire la suite

1995

19 août-2 septembre 1995
Liberia. Nouvel accord de paix.

Le 19, les chefs de factions libériens, réunis sous l'égide de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (C.E.D.E.A.O.), signent à Abuja, capitale du Nigeria, un accord de paix qui prévoit l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu et l'instauration d'institutions de transition chargées de désarmer les quelque 60 000 combattants et d'organiser des élections dans un délai d'un an. Présidé […] Lire la suite

1993

17-25 juillet 1993
Liberia. Signature d'un accord de paix entre les factions rebelles et le gouvernement.

Le 17, le Front national patriotique du Liberia de Charles Taylor et le Mouvement uni de libération d'Alhaji Kromah, composé de soldats de l'ancien président Samuel Doe, concluent un accord de paix avec le gouvernement intérimaire d'Amos Sawyer, à Genève, sous l'égide des Nations unies, de l'Organisation de l'unité africaine et de la Communauté économique des États d'Afrique de […] Lire la suite

1992

15-20 octobre 1992
Liberia. Reprise des combats.

Le 15, Monrovia est bombardée pour la première fois depuis l'accord de cessez-le-feu conclu en novembre 1990 entre les diverses branches de la rébellion et le gouvernement intérimaire d'Amos Sawyer. Mis en place après la chute du régime de Samuel Doe en septembre 1990, il ne contrôle que la capitale. Il met en cause le Front national patriotique du Liberia (F.N.P.L.) de Charles Taylor, qui impute  […] Lire la suite

1991

16-17 septembre 1991
Liberia. Désarmement accepté par le chef rebelle Charles Taylor.

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (C.E.D.E.A.O.) tient son troisième sommet consacré au Liberia, à Yamoussoukro (Côte-d'Ivoire), afin de convaincre les rebelles du Front national patriotique du Liberia (F.N.P.L.) de Charles Taylor, qui contrôlent depuis plus d'un an 90 p. 100 du territoire libérien, de reconnaître l'autorité du gouvernement intérimaire, présidé par Amos Sa […] Lire la suite

1990

28 novembre 1990
Liberia. Conclusion d'un cessez-le-feu.

Le 28, au terme d'un sommet extraordinaire de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, réuni depuis la veille à Bamako au Mali, un accord de cessez-le-feu est signé par tous les belligérants. […] Lire la suite

3-24 octobre 1990
Liberia. Baisse d'intensité des combats mais recrudescence de la famine.

Le 3, la force ouest-africaine d'interposition parvient à prendre le contrôle de Monrovia, la capitale, après avoir repoussé les rebelles du Front national patriotique du Liberia de Charles Taylor.Le 11, alors que la faim devient la principale cause de mortalité dans la région de Monrovia où une cinquantaine de personnes meurent quotidiennement, on apprend que le Programme alimentaire mondial va e […] Lire la suite

1er-21 septembre 1990
Liberia. Assassinat du président Samuel Doe et poursuite des combats.

Le 1er, la force d'interposition de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (C.E.D.E.A.O.) prend le contrôle du centre de Monrovia après de violents combats contre les rebelles du Front national patriotique du Liberia (N.P.F.L.) de Charles Taylor.Le 9, le président Samuel Doe, au pouvoir depuis avril 1980, est capturé et tué par les partisans du rebelle Pr […] Lire la suite

5-31 août 1990
Liberia. Envoi de « casques bleus » par la C.E.D.E.A.O.

Le 5, deux cent vingt-cinq marines américains débarquent à Monrovia et commencent à évacuer plusieurs dizaines de ressortissants américains et occidentaux, alors que la guerre civile fait rage dans la capitale.Le 7, les sept pays (Gambie, Ghana, Guinée, Mali, Nigeria, Sierra Leone et Togo) membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (C.E.D.E.A.O.), réunis depuis la veille […] Lire la suite

6-31 juillet 1990
Liberia. Escalade de la guerre civile.

Le 6, le président Samuel Doe accepte d'envisager son départ de Monrovia, mais en posant des conditions inacceptables pour les Américains. Les États-Unis et la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (C.E.D.E.A.O.) tentent en effet d'obtenir le départ du président Doe, retranché dans son palais, et la formation d'un gouvernement de transition, pour mettre fin à la guerre civile qui ra […] Lire la suite

1er-30 juin 1990
Liberia. Encerclement de Monrovia par les rebelles.

Le 1er, alors que les rebelles du Front national patriotique du Liberia (N.P.F.L.), dirigés par Charles Taylor, campent aux portes de la capitale, Monrovia, le président Samuel Doe, en poste depuis son coup d'État sanglant d'avril 1980, se contente d'annoncer, au cours d'une conférence de presse, qu'il ne se représentera pas aux élections de 1991.Le 4, le département d'État  […] Lire la suite

19 mai 1990
Liberia. Avancée des rebelles vers Monrovia.

À partir du 19, les rebelles du Front national patriotique du Liberia (N.P.F.L.), dirigé par Charles Taylor, en lutte contre le gouvernement du président Samuel Doe, attaquent le port de Buchanan, situé à moins de trois heures de route de Monrovia, la capitale. Buchanan, qui est le théâtre de violents combats, finit par tomber sous le contrôle du N.P.F.L. qui s'apprête à attaquer Monrovia. […] Lire la suite

9-17 janvier 1990
Liberia. Violents affrontements entre l'armée et les forces rebelles.

Le 9, Jenkins Scott, ministre de la Justice, reconnaît lors d'une conférence de presse que des militaires ont massacré des civils dans le nord-est du pays au cours de combats qui se poursuivent depuis le 24 décembre entre l'armée libérienne et des rebelles qui auraient cherché à renverser le régime du président Samuel K. Doe.Le 17, le gouvernement ivoirien lance un appel à l'aide internationale al […] Lire la suite

1985

12-15 novembre 1985
Liberia. Échec d'une tentative de coup d'État

Le 12, un communiqué diffusé par la radio assure que des « forces patriotiques » dirigées par le général Thomas Qwiwonkpa, ancien commandant en chef de l'armée réfugié aux États-Unis, ont pris le pouvoir. Ce coup d'État intervient moins d'un mois après les élections du 15 octobre, élections contestées par l'opposition. Mais une partie de l'armée reste fidèle au général Samuel K. Doe, au pouvoir de […] Lire la suite

15 octobre 1985
Liberia. Élection du général Samuel K. Doe à la présidence de la République

Le général Samuel K. Doe, au pouvoir depuis le coup d'État militaire d'avril 1980, organise des élections destinées à marquer le retour à un régime démocratique. Samuel K. Doe, chef du National Democratic Party of Liberia (N.D.P.L.), est élu président de la République avec 51,05 p. 100 des suffrages exprimés. Son principal rival, Jackson Doe, du Liberia Action Party (L.A.P.), recueille 26,39 p. 10 […] Lire la suite

1983

13-25 août 1983
Israël – Liberia. Reprise des relations diplomatiques

Le 13, Monrovia annonce la reprise des relations diplomatiques avec Israël. La plupart des pays d'Afrique noire avaient rompu avec Israël en 1973, lors de la guerre du Kippour, à la demande des États arabes. Avant le Liberia, le Zaïre a rouvert son ambassade en mai 1982, après la restitution du Sinaï à l'Égypte.Du 22 au 25, le président libérien Samuel K. Doe effectue une visite officielle à Jérus […] Lire la suite

— Universalis