KOWEÏT, chronologie contemporaine

 

2016

26-30 novembre 2016
Koweït. Élections législatives.

Le 26, les élections législatives sont marquées par un retour en force de l’opposition, islamiste, libérale ou nationaliste, qui remporte 24 des 50 sièges au Parlement, dont une moitié sont proches des Frères musulmans ou des salafistes. L’opposition boycottait le Parlement depuis une révision de la loi électorale favorisant le pouvoir, en octobre 2012. Une seule femme est élue ; la minorité chiit […] Lire la suite

2015

26 juin 2015
Koweït. Attentat de l’État islamique contre une mosquée chiite.

Le 26, à Koweït City, un attentat-suicide cause la mort de vingt-sept fidèles dans la mosquée chiite de l’imam Sadeq. Il est revendiqué par la Province de Nadj, branche saoudienne du groupe État islamique (E.I.). Celle-ci avait déjà visé des mosquées chiites en Arabie Saoudite, en mai. Le Koweït appartient, comme l’Arabie Saoudite, à la coalition internationale contre l’E.I. conduite par les États […] Lire la suite

2013

27 juillet 2013
Koweït. Élections législatives.

De nouvelles élections législatives sont organisées à la suite de l'annulation par la Cour constitutionnelle, en juin, du précédent scrutin de décembre 2012. Les partis politiques sont interdits et peu d'opposants participent au scrutin. La minorité chiite, dont est issue la famille régnante des al-Sabah, perd 9 des 17 sièges sur 50 qu'elle détenait au profit des libéraux, qui obtiennent 3 élus, e […] Lire la suite

2012

1er décembre 2012
Koweït. Boycottage des élections législatives par l'opposition.

Les nouvelles élections législatives, convoquées à la suite de l'invalidation, par la Cour constitutionnelle, le 20 juin, du scrutin de février, sont boycottées par l'opposition sunnite et libérale qui proteste contre la réforme de la loi électorale. À l'issue du scrutin, la représentation de celle-ci au Parlement décroît au profit de la minorité chiite. Les tribus bédouines perdent également des  […] Lire la suite

2 février 2012
Koweït. Victoire des islamistes aux élections législatives.

Le 2, l'opposition, dominée par les islamistes, remporte 34 sièges sur 50 au Parlement lors des élections législatives anticipées. Celles-ci avaient été convoquées à la suite de la démission du gouvernement, en novembre 2011, suscitée par une vague de manifestations populaires. L'opposition ne disposait que de 20 élus dans le Parlement sortant. La minorité chiite et les libéraux perdent des sièges […] Lire la suite

2006

29 juin 2006
Koweït. Victoire de l'opposition aux élections législatives.

Le 29, l'alliance d'opposition, regroupant des libéraux et des islamistes, remporte les élections législatives anticipées qui avaient été décidées à la suite d'un désaccord entre le gouvernement et le Parlement sur le projet de redécoupage des circonscriptions électorales. Elle obtient 35 sièges sur 50. Pour la première fois, des femmes, auxquelles des droits politiques ont été reconnus en mai 200 […] Lire la suite

15-24 janvier 2006
Koweït. Succession sur le trône.

Le 15, l'émir Jaber al-Ahmad al-Sabah, au pouvoir depuis décembre 1977, meurt. Le prince héritier Saad al-Abdallah al-Salem al-Sabah lui succède. Ce dernier dirigeait de fait l'émirat depuis l'accident cérébral qui avait affecté Cheikh Jaber en septembre 2001. Lui-même, toutefois, est de santé très fragile.Le 24, le Parlement unanime destitue pour incapacité médicale Cheikh Saad, qui devait encore […] Lire la suite

2002

8 octobre 2002
Koweït – États-Unis. Attentat contre des soldats américains.

Deux Koweïtiens fondamentalistes ouvrent le feu sur des marines participant à des manœuvres américano-koweïtiennes sur une île au large de la ville de Koweït. Un soldat américain est tué. Le gouvernement koweïtien dénonce un « acte terroriste ». […] Lire la suite

1999

3 juillet 1999
Koweït. Élections législatives anticipées.

Les élections législatives anticipées sont marquées par le net renforcement de l'opposition libérale au détriment de l'opposition islamiste. Les résultats sont considérés comme un désaveu du gouvernement, qui est accusé de corruption et de mauvaise gestion. L'émir Jaber El Ahmed El Sabah avait dissous le Parlement en mai pour éviter un vote de défiance. Durant la campagne, le gouvernement a annonc […] Lire la suite

1994

10-16 novembre 1994
Irak – Koweït. Reconnaissance du Koweït par Bagdad.

Le 10, comme l'avait annoncé Moscou le 8, le Conseil de commandement de la révolution présidé par Saddam Hussein entérine la proposition du Parlement de reconnaître « la souveraineté de l'État du Koweït et son intégrité territoriale », et de « respecter l'inviolabilité » de ses frontières imposées par l'O.N.U. au lendemain de la guerre du Golfe. Il indique également la « volonté de la république d […] Lire la suite

1992

5 octobre 1992
Koweït. Entrée de l'opposition au gouvernement après sa victoire aux élections.

Dix-neuf mois après la libération du pays ont lieu les premières élections depuis la suspension de la Constitution de 1961 et la dissolution du dernier Parlement élu en 1986. Réclamée par l'opposition, la consultation avait été promise par l'émir Jaber al-Ahmad al-Sabah durant l'occupation irakienne. Le Koweït est l'unique monarchie parlementaire du Golfe. Seuls votent les hommes âgés d'au moins v […] Lire la suite

1991

6 novembre 1991
Koweït. Extinction des derniers puits de pétrole incendiés.

Le dernier des sept cent trente-deux puits de pétrole incendiés par les Irakiens juste avant leur retrait du Koweït, en février, est éteint au cours d'une cérémonie à laquelle assiste l'émir Jaber. Commencées dès la fin de la guerre du Golfe, les opérations d'extinction, qui ont mobilisé jusqu'à vingt-sept équipes spécialisées, ont été beaucoup plus rapides que prévu. […] Lire la suite

2-26 juin 1991
Koweït. Peines sévères pour des « collaborateurs » de l'occupant irakien.

Le 2, agissant à l'encontre des souhaits de l'opposition, l'émir Jaber el-Sabah fixe les élections législatives à octobre 1992 et décide de réactiver le Conseil national transitoire, organe consultatif institué en juin 1990 en remplacement du Parlement dissous en 1986. Le 4, pour la première fois depuis la fin de la guerre, un millier d'opposants manifestent en faveur de la démocratie, bien que la […] Lire la suite

20-31 mai 1991
Guerre du Golfe. Création par l'O.N.U. d'un fonds d'indemnisation des dommages de guerre alimenté par l'Irak.

Le 20, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte, par quatorze voix et une abstention (Cuba), la résolution 692, d'inspiration anglo-américaine, qui crée un fonds de compensation alimenté par l'Irak et destiné à réparer les dommages de la guerre du Golfe.Le 31, le secrétaire général de l'O.N.U., Javier Pérez de Cuéllar, recommande à la commission chargée de gérer le fonds de compensation de limite […] Lire la suite

7-20 avril 1991
Koweït. Critique de l'opposition contre l'immobilisme de la famille régnante.

Le 7, alors que les revendications démocratiques continuent à s'exprimer et que la contestation à l'égard de la famille régnante s'accroît, l'émir Jaber promet des élections parlementaires pour 1992.Le 13, les autorités se fixent sept mois pour colmater les puits de pétrole sabotés par les Irakiens, au nombre de cinq cent cinquante environ, qui brûlent ou déversent quotidiennement 1 million de bar […] Lire la suite

3-10 avril 1991
Guerre du Golfe. Entrée en vigueur du cessez-le-feu définitif dans le Golfe.

Le 3, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte la résolution 687 qui fixe les conditions d'un cessez-le-feu définitif dans le Golfe. Le texte prévoit notamment la destruction par l'Irak de toutes ses armes biologiques et chimiques ainsi que de tous ses missiles à moyenne et longue portée. Des observateurs de l'O.N.U. vont se déployer dans une zone démilitarisée créée à la frontière irako-koweïtie […] Lire la suite

4-14 mars 1991
Koweït. Difficultés de l'après-guerre.

Le 4, cheikh Saad al-Abdallah al-Sabah, prince héritier et Premier ministre, exilé en Arabie Saoudite depuis le début de l'invasion irakienne le 2 août 1990, regagne l'émirat où la plupart des ambassades occidentales ont rouvert le 28 février, date de l'entrée en vigueur du cessez-le-feu provisoire. Saccagé, pillé et désorganisé, le pays ne dispose plus ni d'eau, ni d'électricité, ni de télécommun […] Lire la suite

2-7 mars 1991
Guerre du Golfe. Mise en place du cessez-le-feu et de la sécurité militaire dans la région du Golfe.

Le 2, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte la résolution 686 qui fixe le cadre général – très strict – des modalités du cessez-le-feu entre les forces coalisées et l'armée irakienne.Le 3, sur la base aérienne irakienne occupée de Safwan, une délégation des commandements alliés notifie à leurs homologues irakiens les conditions militaires du cessez-le-feu. Précisées lors de rencontres suivante […] Lire la suite

4-28 février 1991
Guerre du Golfe. Libération du Koweït par la force multinationale.

Le 4, le président iranien Hachemi Rafsandjani propose sa médiation. Cette initiative est accueillie avec réserve par Washington et avec intérêt par Moscou. En outre, les autorités israéliennes estiment que 50 p. 100 des capacités nucléaires mais aussi bactériologiques et chimiques de l'Irak ont été détruites.Le 6, James Baker, secrétaire d'État américain, déclare que l'offensive terrestre à venir […] Lire la suite

16-31 janvier 1991
Guerre du Golfe. Début de l'opération Tempête du désert.

Le 16, à 0 heure, heure de New York, s'achève le délai accordé à l'Irak le 29 novembre 1990 par la résolution 678 du Conseil de sécurité de l'O.N.U. pour évacuer le Koweït. La mise en œuvre de « tous les moyens nécessaires » pour obtenir l'application des résolutions relatives à la crise du Golfe est désormais autorisée.Le 17, la coalition anti-irakienne engage l'opération « Tempête du désert ». À […] Lire la suite

3-15 janvier 1991
Crise du Golfe. Échec des dernières tentatives pour un règlement négocié dans la crise du Golfe.

Le 3, le porte-parole de la Maison-Blanche propose une « rencontre de la dernière chance » à Genève entre le secrétaire d'État américain James Baker et le ministre irakien des Affaires étrangères Tarek Aziz, avant le 15 janvier. C'est à partir de cette date que la résolution 678 du Conseil de sécurité de l'O.N.U. du 29 novembre 1990 autorise le recours à la force pour libérer le Koweït envahi par  […] Lire la suite

1990

1er-22 décembre 1990
Crise du Golfe. Libération des otages par l'Irak mais échec du dialogue.

Le 1er, l'Irak accepte l'offre de discussion lancée la veille par le président George Bush, tout en affirmant sa volonté d'étendre les « négociations » à l'ensemble des problèmes du Proche-Orient. Mais, une semaine plus tard, la Maison-Blanche estime que la date du 12 janvier 1991, proposée le 8 par l'Irak, pour la venue du secrétaire d'État américain à Bagdad est trop tardi […] Lire la suite

4-30 novembre 1990
Crise du Golfe. Le recours à la force contre l'Irak autorisé par l'O.N.U.

Le 4, le secrétaire d'État américain James Baker entreprend une tournée de huit jours au Proche-Orient et en Europe afin de s'assurer du soutien de la coalition anti-irakienne à une éventuelle intervention armée des États-Unis.Le 5, l'envol pour Bagdad de l'ancien chancelier Willy Brandt suscite des réactions parmi les pays de la C.E.E. qui s'étaient engagés, lors du Conseil européen de Rome, le 2 […] Lire la suite

1er-31 octobre 1990
Crise du Golfe. Pression croissante des États-Unis.

Le 1er, le président George Bush répète devant l'Assemblée générale des Nations unies que l'annexion du Koweït ne saurait être tolérée.Cependant, il déclare que le retrait inconditionnel des troupes irakiennes pourrait ouvrir la voie à un règlement global du conflit du Proche-Orient. Tandis que les cours du pétrole s'orientent à la baisse, les marchés boursiers enregistrent  […] Lire la suite

1er-30 septembre 1990
Crise du Golfe. Échec des tentatives de négociation et renforcement des pressions internationales militaires et diplomatiques contre l'Irak.

Le 1er, les autorités irakiennes autorisent environ sept cents ressortissants occidentaux et japonais – des femmes et des enfants pour la plupart – à quitter le pays, avant d'interdire aux avions étrangers d'atterrir en Irak. Plusieurs centaines d'otages sont évacués au cours du mois, mais des milliers d'autres ne peuvent quitter l'Irak.Le 2, Javier Perez de Cuellar, secréta […] Lire la suite

1er-31 août 1990
Crise du Golfe. Crise internationale déclenchée par l'Irak.

Le 1er, les pourparlers entamés la veille à Djeddah (Arabie Saoudite) par l'Irak et le Koweït en vue de résoudre leur différend frontalier et pétrolier échouent en raison de la position dure adoptée par Bagdad.Le 2, des troupes irakiennes fortes d'au moins cent mille hommes, qui avaient été massées à la frontière depuis le 24 juillet, envahissent le Koweït et occupent la cap […] Lire la suite

17-27 juillet 1990
Crise du Golfe. Pressions de l'Irak sur l'O.P.E.P. pour augmenter le prix du pétrole.

Le 17, dans un discours radiotélévisé, le président irakien Saddam Hussein menace de représailles « certains gouvernements » des pays arabes du Golfe qui pratiquent une politique pétrolière « pro-américaine » en dépassant leurs quotas de production, ce qui fait baisser le prix du brut. L'Irak a contracté auprès des États du Golfe une dette de 30 milliards de dollars au moins, dont il réclame l'ann […] Lire la suite

10 juin 1990
Koweït. Élection du Conseil national transitoire.

Élection du Conseil national transitoire destiné à remplacer l'Assemblée nationale dissoute en 1986 : cet organe consultatif, chargé pendant quatre ans « d'évaluer l'expérience parlementaire passée et de suggérer des garde-fous pour préserver l'unité nationale », tend à rapprocher le régime koweïtien de celui des autres monarchies conservatrices du Golfe. Sa mise en place avait été annoncée en avr […] Lire la suite

1989

5-7 juin 1989
Arabie Saoudite – Koweït. Désaccord au sein de l'O.P.E.P. entre l'Arabie Saoudite et le Koweït.

Le 5 s'ouvre à Vienne la conférence ordinaire semestrielle de l'O.P.E.P. Celle-ci est dominée par l'opposition entre l'Arabie Saoudite et le Koweït. La première souhaite que le cartel renonce à défendre un prix « cible » de 18 dollars le baril pour laisser le marché fixer les cours à la hausse grâce à un strict respect des quotas de production. Le second, favorable au contraire à la baisse des cou […] Lire la suite

1988

5-20 avril 1988
Proche-Orient. Détournement d'un Boeing koweïtien par des pirates pro-iraniens

Le 5, un Boeing-747 des Kuwait Airlines effectuant la liaison Bangkok-Koweït avec cent douze passagers à son bord, dont plusieurs membres de la famille royale koweïtienne, est détourné sur l'aéroport de Mechhed, en Iran. Les pirates exigent que soient libérés dix-sept extrémistes pro-iraniens emprisonnés au Koweït pour y avoir participé à la vague d'attentats de 1983. Le Koweït s'y refuse.Le 8, le […] Lire la suite

1981

24 février 1981
Koweït. Élection d'une Assemblée nationale

Les cinquante députés du nouveau Parlement sont élus par 90 p. 100 des 42 000 électeurs inscrits, qui doivent être âgés d'au moins vingt et un ans et de sexe masculin. La Constitution de 1962 avait été suspendue le 29 août 1976 par l'émir du Koweit après l'obstruction des députés progressistes et nationalistes arabes. Ces derniers n'obtiennent plus aucun siège dans la nouvelle Assemblée. La famill […] Lire la suite

— Universalis