ITALIE, chronologie contemporaine

 

2020

4-19 mars 2020
Italie. Lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Le 4, alors que l’épidémie de Covid-19 a déjà causé plus de cent morts, notamment dans le nord du pays, le gouvernement ordonne la fermeture, à compter du lendemain, des établissements scolaires et universitaires, ainsi que l’interdiction des manifestations ne permettant pas de maintenir une distance interpersonnelle suffisante.Le 8, le gouvernement ordonne l’isolement de la Lombardie et de quator […] Lire la suite

12 février 2020
Italie. Autorisation du Sénat pour le renvoi devant la justice de Matteo Salvini.

Le Sénat rejette par 152 voix contre 76 un texte introduit par Forza Italia (droite) et Fratelli d’Italia (postfasciste), qui visait à empêcher le renvoi devant la justice de Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite). L’ancien ministre de l’Intérieur est accusé de séquestration de personnes à la suite du refus qu’il avait opposé au débarquement de cent trente et un migrants dans le port de […] Lire la suite

19-26 janvier 2020
Italie. Échec de la Ligue en Émilie-Romagne.

Le 19, des dizaines de milliers de partisans du mouvement des « sardines » se réunissent à Bologne (Émilie-Romagne) pour conjurer le risque de victoire de la Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini aux élections régionales à venir.Le 22, le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio, tirant les leçons de la baisse d’audience du Mouvement 5 étoiles (M5S), annonce son retrait de la présidence d […] Lire la suite

2019

14 décembre 2019
Italie. Manifestation du mouvement des « sardines ».

Des dizaines de milliers de partisans du mouvement antifasciste des « sardines » manifestent à Rome contre l’extrême droite. Le mouvement est né en novembre, lors d’une contre-manifestation qui avait réuni quinze mille personnes en marge d’un meeting de Matteo Salvini (Ligue) à Bologne. Depuis lors, d’autres manifestations ont rassemblé quelque trois cent mille « sardines » dans plusieurs grandes  […] Lire la suite

15 novembre 2019
France – Italie. Remise en liberté de Vincenzo Vecchi.

La cour d’appel de Rennes (Ille-et-Vilaine) ordonne la remise en liberté du militant altermondialiste italien Vincenzo Vecchi, arrêté en août dans le Morbihan. Elle pointe l’« irrégularité » du mandat d’arrêt européen émis par la justice italienne concernant la participation du militant aux violences qui avaient marqué la réunion du G8 à Gênes en 2001. En octobre, la cour avait déjà rejeté l’autre […] Lire la suite

31 octobre 2019
France – Italie – États-Unis. Annonce de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler.

Les constructeurs français PSA et italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCA) annoncent un accord sur une fusion paritaire des deux groupes qui doit aboutir rapidement. Cette alliance doit donner naissance au numéro quatre mondial du secteur en nombre d’unités vendues. Carlos Tavares, président de PSA, doit devenir directeur général du nouveau groupe et John Elkann, président de FCA, doit en p […] Lire la suite

19-27 octobre 2019
Italie. Succès de la coalition des droites.

Le 19, un mois et demi après sa sortie du gouvernement, Matteo Salvini organise à Rome une manifestation rassemblant plusieurs dizaines de milliers de militants de la coalition des droites arrivée en tête aux élections législatives de mars 2018, qui regroupe la Ligue (extrême droite), Forza Italia (conservateur) et Fratelli d’Italia (postfasciste). Le 27, lors des élections régionales en Ombrie, l […] Lire la suite

8 octobre 2019
Italie. Adoption de la réduction du nombre des parlementaires.

Le Parlement adopte massivement une loi, défendue par le Mouvement 5 étoiles, qui prévoit la diminution de plus d’un tiers des effectifs des deux chambres parlementaires – de six cent trente à quatre cents députés et de trois cent quinze à deux cents sénateurs.  […] Lire la suite

18 septembre 2019
France – Italie. Visite du président Emmanuel Macron à Rome.

Le président français Emmanuel Macron effectue une visite à Rome, alors que Giuseppe Conte a formé au début du mois un gouvernement de coalition regroupant le Mouvement 5 étoiles (M5S) et le Parti démocrate (PD). L’éviction du pouvoir de la Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini permet un redémarrage des relations bilatérales. Emmanuel Macron et Giuseppe Conte évoquent notamment le dossier migra […] Lire la suite

14 septembre 2019
Italie. Autorisation du débarquement de migrants à Lampedusa.

Rompant avec la politique de son prédécesseur, le nouveau gouvernement de Giuseppe Conte autorise le débarquement sur l’île de Lampedusa de quatre-vingt-deux migrants secourus par l’OceanViking, le navire humanitaire des ONG Médecins du monde et SOS Méditerranée. Ceux-ci doivent être répartis dans cinq pays européens.  […] Lire la suite

4-17 septembre 2019
Italie. Formation du nouveau gouvernement de Giuseppe Conte.

Le 4, Giuseppe Conte présente la composition de son gouvernement. Il avait été chargé de former une nouvelle équipe après avoir démissionné de son poste de Premier ministre, en août, à la suite de l’éclatement, provoqué par Matteo Salvini, de la coalition entre la Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 étoiles (M5S). Le gouvernement compte autant de ministres du M5S que du centre gauche. L’ancie […] Lire la suite

7-29 août 2019
Italie. Éclatement de la coalition gouvernementale.

Le 7, à la suite du rejet par le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), membre de la coalition gouvernementale, d’une motion favorable à la construction de la ligne ferroviaire Lyon-Turin, le vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite), demande au président du Conseil Giuseppe Conte de remanier son gouvernement, menaçant de provoquer des  […] Lire la suite

5-23 août 2019
Italie. Nouveau blocage des activités de sauvetage en Méditerranée.

Le 5, le Parlement valide le nouveau « décret sécurité » pris par le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, qui renforce les mesures de lutte contre les migrants et les ONG qui leur viennent en aide.Le 13, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés demande que les quelque cinq cents personnes récemment secourues en Méditerranée par les navires humanitaires Open Arms […] Lire la suite

15 juin-2 juillet 2019
Italie. Accostage de force du Sea-Watch 3 à Lampedusa.

Le 15, le « décret sécurité bis » pris par le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini (Ligue, extrême droite) entre en vigueur. Il interdit notamment l’entrée des navires humanitaires dans les eaux territoriales italiennes.Le 26, la capitaine du navire humanitaire Sea-Watch 3, Carola Rackete, force le blocus des autorités italiennes et pén […] Lire la suite

9 mai 2019
Italie. Accord amiable entre l’administration fiscale et le groupe Kering.

Le groupe français de luxe Kering signe un accord amiable avec l’administration fiscale afin de mettre fin à la procédure pour évasion fiscale engagée en 2017 contre sa filiale italienne Gucci. Le total du redressement et des dommages et intérêts s’élève à 1,25 milliard d’euros, un montant record pour un litige fiscal dans le pays. […] Lire la suite

29-31 mars 2019
Italie. Réunion du Congrès mondial des familles à Vérone.

Du 29 au 31 se déroule à Vérone (Vénétie) la treizième édition du Congrès mondial des familles (WCF), une organisation chrétienne américaine qui défend la « famille naturelle » contre l’avortement, le divorce, le mariage entre personnes de même sexe et les revendications LGBT. Pour la première fois, un rassemblement du WCF en Europe est soutenu par un gouvernement – le vice-Premier ministre Matteo […] Lire la suite

23 mars 2019
Italie. Aveux de Cesare Battisti.

L’ancien membre des Prolétaires armés pour le communisme Cesare Battisti, condamné par contumace en décembre 1988 pour deux assassinats et deux tentatives d’assassinats en 1978 et 1979, arrêté en Bolivie et extradé vers l’Italie en janvier, avoue sa participation aux faits qui lui sont reprochés et qu’il niait jusque-là, et présente ses excuses aux familles des victimes. […] Lire la suite

5-15 février 2019
France – Italie. Crise diplomatique entre Paris et Rome.

Le 5, le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio, chef du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), rencontre à Montargis (Loiret) une délégation de « gilets jaunes » français. Cette visite tenue secrète suscite les protestations du ministère français des Affaires étrangères.Le 7, le Quai d’Orsay rappelle l’ambassadeur de France à Rome pour consultation, dénonçant notamment des « ingérences » de […] Lire la suite

12-13 janvier 2019
Bolivie – Italie. Extradition de Cesare Battisti.

Le 12, l’écrivain et ancien activiste italien d’extrême gauche Cesare Battisti est interpellé à Santa Cruz de la Sierra, en Bolivie. Il avait fui le Brésil en décembre 2018 après que ce pays, où il s’était réfugié en 2004, avait autorisé son extradition vers l’Italie.Le 13, il est extradé vers l’Italie où il a été condamné à perpétuité par contumace, en décembre 1988, pour deux assassinats et deux […] Lire la suite

9 janvier-1er février 2019
Malte – Italie. Répartition de migrants sauvés en Méditerranée.

Le 9, La Valette et Bruxelles annoncent la conclusion d’un accord sur la répartition dans neuf pays de l’Union européenne de près de deux cents migrants sauvés en Méditerranée en décembre 2018, dont cent cinquante par les garde-côtes et quarante-neuf par deux navires humanitaires affrétés par les ONG allemandes Sea-Watch et Sea-Eye, que les autorités refusaient jusque-là de laisser aborder.Le 29,  […] Lire la suite

2018

12-19 décembre 2018
Union européenne – Italie. Renoncement à la procédure pour déficit excessif à l’encontre de Rome.

Le 12, le président italien Giuseppe Conte, en visite à Bruxelles, propose au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker de réduire le déficit budgétaire de son pays pour 2019 de 2,4 p. 100 à 2,04 p. 100 du PIB. Giuseppe Conte assure que la réforme des retraites et l’instauration d’un revenu de citoyenneté, mesures phares du budget 2019, sont préservées. En octobre, la Commission a  […] Lire la suite

5 décembre 2018
Italie – Union européenne. Vaste opération antimafia.

Une vaste opération baptisée « Pollina », dirigée contre la mafia calabraise, la ‘Ndrangheta, est menée simultanément en Calabre (sud de l’Italie), aux Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique, ainsi qu’au Suriname, sous l’égide d’Eurojust, l’unité de coopération judiciaire de l’Union européenne. Elle permet l’interpellation de quatre-vingt-dix personnes et la saisie d’importantes quantités de drogue […] Lire la suite

21-26 novembre 2018
Union européenne – Italie. Annonce de l’engagement d’une procédure pour endettement excessif contre l’Italie.

Le 21, la Commission européenne annonce l’engagement d’une procédure pour déficit excessif à l’encontre de l’Italie. Le gouvernement italien n’a pas apporté de modifications à son projet de budget 2019 rejeté par Bruxelles en octobre. Cette procédure est justifiée par le montant prévu de la dette publique italienne qui doit représenter environ 131 p. 100 du PIB en 2019 alors que le pacte de stabil […] Lire la suite

15-26 octobre 2018
Union européenne – Italie. Rejet du budget italien par la Commission.

Le 15, l’Italie, comme tous les pays de la zone euro, soumet à la Commission européenne son budget prévisionnel pour 2019. Celui-ci est marqué par un déficit de 2,4 p. 100 du PIB, très supérieur à l’objectif de 0,8 p. 100 auquel s’était engagé le gouvernement précédent.Le 18, la Commission demande au gouvernement italien de s’expliquer sur la « déviation sans précédent » de son budget par rapport  […] Lire la suite

3 octobre 2018
Italie. Condamnation de l’auteur de la fusillade de Macerata.

La cour d’assises de Macerata (Marches) condamne Luca Traini, auteur de coups de feu contre des migrants africains dans cette même ville, en février, à douze ans de prison pour fusillade aggravée par la haine raciale. […] Lire la suite

1er-13 octobre 2018
Italie. Arrestation du maire de Riace.

Le 1er, le maire de la commune de Riace (Calabre), Domenico Lucano, est arrêté et placé aux arrêts domiciliaires, soupçonné d’aide à l’immigration clandestine et d’irrégularités dans la gestion financière de sa commune. Ce sympathisant communiste applique depuis plusieurs années une politique d’accueil des migrants visant à revivifier sa ville où résident aujourd’hui quelque […] Lire la suite

27 septembre 2018
Italie. Présentation du plan de programmation budgétaire.

Le gouvernement présente son plan de programmation budgétaire pour la période 2019-2021. Afin de financer la baisse des impôts défendue par la Ligue, le revenu de citoyenneté porté par le Mouvement 5 étoiles et la révision de la réforme des retraites de décembre 2011 promise par les deux formations au pouvoir, le déficit budgétaire prévisionnel retenu atteint 2,4 p. 100 du PIB dès 2019 et pour les […] Lire la suite

14-26 août 2018
Malte – Italie. Nouvelle répartition de migrants secourus en mer.

Le 14, le gouvernement maltais autorise l’accostage à La Valette du navire Aquarius, affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, avec à son bord cent quarante et un migrants secourus les jours précédents au large de la Libye. Ceux-ci doivent être répartis entre la France, l’Allemagne, le Luxembourg, le Portugal, l’Espagne et l’Italie.Le […] Lire la suite

14-18 août 2018
Italie. Effondrement d’un viaduc autoroutier à Gênes.

Le 14, le viaduc autoroutier Morandi, haut de quarante-cinq mètres, qui traverse le fleuve Polcevera à Gênes (Ligurie), s’effondre sur une longueur de plus de deux cents mètres. La catastrophe fait quarante-trois morts. Le gouvernement décrète l’état d’urgence dans la ville pour un an. Les défauts de structure de ce pont construit à la fin des années 1960 étaient connus. La construction d’une voie […] Lire la suite

15 juillet 2018
Italie. Débarquement en Sicile de migrants accueillis par cinq pays européens.

Le gouvernement autorise le débarquement dans le port de Pozzallo, en Sicile, de quatre cent cinquante migrants, originaires principalement d’Érythrée et de Somalie, secourus la veille par deux navires militaires italien et britannique, après avoir obtenu l’engagement de la France, de l’Espagne, du Portugal, de Malte et de l’Allemagne d’accueillir chacun cinquante migrants. « Aujourd’hui, pour la  […] Lire la suite

1er-29 juin 2018
Italie. Durcissement de la politique migratoire.

Le 1er, jour de sa prestation de serment comme ministre de l’Intérieur, le chef de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini indique sa volonté de « faire de belles coupes » dans les « 5 milliards d’euros consacrés à la subsistance de ces milliers de migrants ».Le 10, Matteo Salvini interdit l’accès aux ports italiens au bateau de secours aux migrants Aquarius […] Lire la suite

9-31 mai 2018
Italie. Investiture de Giuseppe Conte à la présidence du conseil.

Le 9, alors que le pays ne dispose toujours pas de gouvernement, l’ancien président du conseil et chef de Forza Italia, Silvio Berlusconi, déclare ne plus s’opposer à la formation d’une coalition entre le Mouvement 5 étoiles (M5S, populiste eurosceptique « antisystème ») et la Ligue (extrême droite) – son alliée électorale –, qui sont arrivés en tête aux élections législatives de mars.Le 21, le M5 […] Lire la suite

29 avril 2018
Italie. Victoire de la Ligue dans le Frioul-Vénétie Julienne.

Alors que les tractations en vue de la formation d’un gouvernement se poursuivent à Rome, la coalition de droite menée par la Ligue (populiste eurosceptique xénophobe) remporte les élections régionales dans le Frioul-Vénétie Julienne, avec 57,1 p. 100 des suffrages. La coalition de gauche obtient 26,8 p. 100 des voix et le Mouvement 5 étoiles (M5S, populiste eurosceptique « antisystème ») 11,7 p.  […] Lire la suite

17 mars 2018
Italie. Placement sous séquestre du bateau d’une ONG d’aide aux migrants.

Le 17, l’équipage du bateau Open-Arms affrété par l’organisation non gouvernementale (ONG) espagnole Proactiva débarque dans le port sicilien de Pozzallo plus de deux cents migrants secourus en mer, qu’il avait refusé de remettre aux garde-côtes libyens.Le 18, la police place sous séquestre l’Open-Arms. La justice annonce l’engagement de poursuites contre le […] Lire la suite

4-24 mars 2018
Italie. Victoire des formations antisystème aux élections législatives.

Le 4, les résultats des élections législatives bouleversent le paysage politique du pays en promouvant des forces politiques antisystème. La Coalition de centre droit, qui regroupe principalement la Ligue (populiste eurosceptique xénophobe) – ex-Ligue du Nord – de Matteo Salvini et Forza Italia (centre droit) de Silvio Berlusconi, arrive en tête avec 37 p. 100 des suffrages et 265 sièges sur 630 – […] Lire la suite

3-24 février 2018
Italie. Attentat contre des migrants.

Le 3, un jeune homme, Luca Traini, ouvre le feu sur un groupe de migrants africains à Macerata (Marches), blessant six d’entre eux, avant de se rendre aux forces de l’ordre. Il affirmait vouloir venger l’assassinat d’une jeune fille de la ville dont un Nigérian sans papiers est suspecté d’être l’auteur. Luca Traini est un militant néofasciste qui a des liens avec la Ligue (ancienne Ligue du Nord,  […] Lire la suite

10-11 janvier 2018
France – Italie. Visite du président français Emmanuel Macron à Rome.

Le président français Emmanuel Macron se rend en visite à Rome. Il y soutient notamment la politique migratoire du gouvernement de Paolo Gentiloni dont il fait l’éloge, à deux mois des élections législatives. Emmanuel Macron évoque la signature en 2018 d’un « traité du Quirinal », équivalent franco-italien du traité de l’Élysée de janvier 1963 pour la relation franco-allemande – il affirme que cel […] Lire la suite

2017

31 décembre 2017
Italie. Baisse du nombre de migrants.

Le ministère de l’Intérieur indique que les arrivées de migrants dans le pays pendant l’année ont diminué d’un tiers par rapport à 2016 : cent dix-neuf mille personnes au lieu de cent quatre-vingt-un mille. La baisse s’est accentuée au second semestre. L’Italie et la Libye ont signé un accord migratoire en février. […] Lire la suite

28 décembre 2017
Italie. Dissolution du Parlement.

Le président Sergio Mattarella dissout le Parlement. Les élections législatives programmées pour mars 2018 se dérouleront selon la nouvelle loi électorale adoptée en octobre. Cette dissolution précoce empêche l’adoption de la réforme du Code de la nationalité, défendue par la gauche et dénoncée par la droite, qui instaurait le droit du sol. […] Lire la suite

26 octobre 2017
Italie. Adoption de la nouvelle loi électorale.

Le Parlement adopte définitivement le projet de loi électorale, grâce à un recours répété à la procédure du vote de confiance. Le nouveau mode de scrutin, qui s’applique aux députés comme aux sénateurs, mêle le scrutin uninominal majoritaire à un tour, pour un tiers des sièges, et le scrutin proportionnel, pour les deux tiers restants. Cette règle, qui n’accorde plus de prime majoritaire au parti  […] Lire la suite

22 octobre 2017
Italie. Référendums consultatifs en Vénétie et Lombardie.

Les électeurs vénètes et lombards participent à des référendums consultatifs initiés par la Ligue du Nord, au pouvoir à Milan et Venise, qui réclament plus de compétences pour ces régions et un reversement plus important des recettes fiscales perçues par l’État. Le « oui » l’emporte de façon quasi unanime. Le taux de participation est de 57 p. 100 en Vénétie et de 39 p. 100 en Lombardie. […] Lire la suite

27 septembre 2017
France – Italie. Prise de contrôle des chantiers navals de Saint-Nazaire par l’Italien Fincantieri.

Lors du sommet franco-italien réuni à Lyon, le président français Emmanuel Macron et le président du Conseil des ministres italien Paolo Gentiloni officialisent la reprise des chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) par le groupe italien Fincantieri, numéro un européen de la construction navale, qui était l’objet d’un différend entre Paris et Rome. L’accord prévoit que Fincantieri […] Lire la suite

1er-13 août 2017
Italie – Libye. Suspension des opérations de sauvetage de migrants au large des côtes libyennes.

Le 1er entre en vigueur le « code de bonne conduite » édicté par le gouvernement italien, qui vise à encadrer strictement les opérations de sauvetage de migrants opérées par des organisations non gouvernementales (ONG) dans les eaux territoriales italiennes. Six des neuf ONG concernées refusent de signer ce texte. Depuis le début de l’année, près de quatre-vingt-quinze mille […] Lire la suite

29 mai-8 juin 2017
Italie. Accord des partis politiques sur la révision de la loi électorale.

Le 29, le Parti démocrate (centre gauche) de Matteo Renzi, au pouvoir, le Mouvement 5 étoiles (populiste) de Beppe Grillo et Forza Italia (centre droit) de Silvio Berlusconi approuvent un projet de révision de la loi électorale qui garantit une représentation proportionnelle, à la Chambre des députés, à tout parti obtenant plus de 5 p. 100 des suffrages. Ce projet doit être adopté par le Parlement […] Lire la suite

30 avril 2017
Italie. Réélection de Matteo Renzi à la tête du Parti démocrate.

L’ancien président du Conseil Matteo Renzi, qui avait démissionné de son poste en décembre 2016 après l’échec du référendum constitutionnel et qui avait quitté la tête du Parti démocrate (centre gauche) en février, est réélu à la direction de sa formation à l’issue de primaires ouvertes, en vue de conduire les prochaines élections législatives. […] Lire la suite

19 février 2017
Italie. Démission de Matteo Renzi de la direction du Parti démocrate.

L’ancien Premier ministre Matteo Renzi annonce sa démission du poste de secrétaire du Parti démocrate (PD). Cette manœuvre est destinée à provoquer la tenue d’un congrès du PD à l’occasion duquel Matteo Renzi espère reprendre la main sur la formation menacée d’éclatement par la fronde de son aile gauche. […] Lire la suite

3 février 2017
Union européenne – Italie – Libye. Accord en vue d’endiguer la crise migratoire en Libye.

Les Vingt-Huit réunis en sommet à Malte valident l’accord de principe conclu la veille entre l’Italie et le gouvernement libyen de Fayez al-Sarraj, qui prévoit d’affecter une aide de 200 millions d’euros aux garde-côtes libyens, ainsi qu’à l’accueil et au traitement des migrants dans les camps libyens. Ces derniers sont pour la plupart aux mains des milices qui gèrent également le trafic des migra […] Lire la suite

25 janvier 2017
Italie. Validation de la loi électorale.

La Cour constitutionnelle valide le projet de loi électorale dite « Italicum » ‒ la précédente a été jugée inconstitutionnelle en décembre 2013. Ce projet avait été conçu par le précédent gouvernement de Matteo Renzi pour s’appliquer à la suite de la réforme constitutionnelle soumise à référendum ‒ et rejetée ‒ en décembre 2016. Il vise à favoriser des majorités stables, en garantissant 55 p. 100  […] Lire la suite

16 janvier 2017
France – Italie. Fusion annoncée entre Essilor et Luxottica.

Le fabricant français de verres Essilor et le fabricant italien de montures Luxottica annoncent leur fusion qui doit aboutir d’ici à la fin de 2017, par le biais d’une offre publique d’échange initiée par Essilor, à la création du numéro un mondial du secteur lunetier. […] Lire la suite

2016

4-12 décembre 2016
Italie. Rejet du référendum constitutionnel et démission du Premier ministre Matteo Renzi.

Le 4, les électeurs consultés par référendum rejettent par 59,1 p. 100 des suffrages les réformes constitutionnelles présentées par le gouvernement, qui visaient à réduire les prérogatives du Sénat et des régions, et à supprimer le Conseil national de l’économie et du travail – équivalent du Conseil économique, social et environnemental français. Le taux de participation est de 65,5 p. 100. Matteo […] Lire la suite

24 août 2016
Italie. Séisme meurtrier.

Dans la nuit du 23 au 24, un séisme de magnitude 6,2 sur l’échelle de Richter secoue une zone limitrophe des provinces de l’Ombrie, du Latium et des Marches. Les communes d’Amatrice et d’Accumoli, dans le Latium, et d’Arquata del Tronto, dans les Marches, sont particulièrement touchées. Bien que la région de la catastrophe soit peu peuplée, près de trois cents personnes meurent dans l’effondrement […] Lire la suite

19 juin 2016
Italie. Percée du Mouvement 5 étoiles aux élections municipales partielles.

Les candidates du Mouvement 5 étoiles (M5S, populiste) Virginia Raggi, à Rome, et Chiara Appendino, à Turin, remportent le second tour des élections municipales face à des candidats du Parti démocrate (PD) au pouvoir. Le candidat du PD avait été exclu dès le premier tour, le 5, à Naples. Le PD conserve toutefois les municipalités de Milan et de Bologne. […] Lire la suite

11 mai 2016
Italie. Création d’une union civile homosexuelle.

Le Parlement adopte le projet de loi créant une union civile pour les personnes de même sexe. L’Italie était le dernier grand pays occidental à ne pas disposer d’une telle législation. Le gouvernement de Matteo Renzi avait engagé sa responsabilité devant la Chambre des députés sur ce projet de loi, évitant ainsi le passage du texte devant le Sénat, réputé proche des positions de l’Église.  […] Lire la suite

2015

11 février 2015
Italie. Condamnation du commandant du « Costa-Concordia ».

Le tribunal de Grosseto (Toscane) condamne à seize ans de prison Francesco Schettino, l'ancien commandant du paquebot de croisière Costa-Concordia qui s'était échoué sur l'île du Giglio, en janvier 2012, causant la mort de trente-deux personnes. Il est reconnu responsable du naufrage et coupable d'abandon de navire et d'homicides involontaires.  […] Lire la suite

14-31 janvier 2015
Italie. Élection de Sergio Mattarella à la présidence.

Le 14, le président Giorgio Napolitano présente sa démission, comme il l'avait annoncé en décembre 2014. Élu en mai 2006, il avait été réélu en avril 2013 – une première pour la République italienne –, les grands électeurs n'étant pas parvenus à s'entendre sur le nom d'un successeur. Le 31, les grands électeurs désignent le juge à la Cour constitutionnelle Sergio Mattarella à la tête de l'État, au […] Lire la suite

2014

19 novembre 2014
Italie. Acquittement de l'ancien propriétaire d'Eternit.

Le 19, la Cour de cassation acquitte l'ancien propriétaire du groupe suisse fabricant d'amiante Eternit, Stephan Schmidheiny, condamné en février 2012 à seize ans de prison – peine alourdie en appel en juin 2013 – pour sa responsabilité dans la mort, due à l'amiante, de quelque trois mille personnes ayant travaillé sur les sites italiens du groupe. Son co-accusé Louis de Cartier de Marchienne étai […] Lire la suite

10 novembre 2014
Italie. Acquittement des scientifiques condamnés à la suite du séisme de L'Aquila.

La cour d'appel de L'Aquila acquitte les six scientifiques membres de la Commission nationale des grands risques, condamnés en première instance, en octobre 2012, pour avoir sous-estimé le risque qui menaçait la ville, avant le séisme meurtrier d'avril 2009. Seul l'ancien sous-directeur de la Protection civile reste condamné; sa peine est réduite à deux ans de prison.  […] Lire la suite

18 juillet 2014
Italie. Acquittement de Silvio Berlusconi en appel dans l'affaire Ruby.

La cour d'appel de Milan acquitte l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, condamné en juin 2013 à sept ans de prison et à une interdiction à vie d'exercer toute fonction publique pour prostitution de mineure et abus de pouvoir dans l'affaire Ruby.  […] Lire la suite

12 mars 2014
Italie. Annonce d'un vaste plan de relance de l'économie.

Matteo Renzi, nommé président du Conseil en février, présente un plan de relance de l'économie de 90 milliards d'euros incluant des mesures nouvelles et d'autres déjà décidées, qui doivent entrer en vigueur avant la fin mai. Il annonce notamment une baisse de 10 milliards de l'impôt sur le revenu des particuliers, une réduction de 10 p. 100 de la taxe professionnelle des P.M.E., le règlement des 6 […] Lire la suite

13-25 février 2014
Italie. Nomination de Matteo Renzi à la présidence du Conseil.

Le 13, le comité directeur du Parti démocrate (P.D., gauche), dont est membre le président du Conseil Enrico Letta, adopte une motion qui défend la formation d'un nouveau gouvernement et une accélération des réformes. Cette motion était présentée par le maire de Florence Matteo Renzi, élu à la tête du P.D. en décembre 2013.Le 14, Enrico Letta présente sa démission. Le 17, le président Giorgio Napo […] Lire la suite

2013

16-27 novembre 2013
Italie. Scission au sein de la droite et exclusion du Sénat de Silvio Berlusconi.

Le 16, Forza Italia, qui regroupe les partisans de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, formalise sa scission avec le Parti de la liberté. Le 26, Forza Italia annonce son ralliement à l'opposition. Le gouvernement d'Enrico Letta conserve toutefois sa majorité parlementaire. Le 27, le Sénat exclut de ses rangs Silvio Berlusconi, définitivement condamné en août à quatre ans de prison – d […] Lire la suite

3-26 octobre 2013
Italie. Naufrage meurtrier de migrants africains au large de Lampedusa.

Le 3, un bateau provenant de Libye et transportant environ cinq cents migrants, principalement des Somaliens et des Érythréens, fait naufrage au large de l'île italienne de Lampedusa, située entre la Sicile et la Tunisie. Seules cent cinquante-cinq personnes sont secourues. « C'est un drame européen, pas seulement italien », déclare le ministre italien de l'Intérieur Angelino Alfano. Les organisat […] Lire la suite

2-25 octobre 2013
Italie. Vote de confiance au gouvernement d'Enrico Letta.

Le 2, le Parlement accorde au président du Conseil Enrico Letta, par 235 voix sur 307, la confiance que celui-ci lui avait réclamée à la suite de la démission en septembre des ministres du Peuple de la liberté (P.D.L.), la formation de Silvio Berlusconi. Ce dernier a in extremis demandé aux élus du P.D.L. de voter la confiance, sous la pression d'une partie de ses troupes et notamment du secrétair […] Lire la suite

28-29 septembre 2013
Italie. Retrait du gouvernement des ministres du parti de Silvio Berlusconi.

Le 28, l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, chef du Peuple de la liberté, demande aux cinq ministres de sa formation de quitter le gouvernement de coalition d'Enrico Letta, prenant prétexte de l'augmentation du taux de T.V.A. Définitivement condamné par la justice en août 2013, Silvio Berlusconi risque d'être déchu de son siège de sénateur. La chute du gouvernement pourrait entraîner d […] Lire la suite

1er août 2013
Italie. Condamnation définitive de Silvio Berlusconi.

Le 1er, la Cour de cassation confirme la peine de quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale – réduite à un an par l'effet d'une loi d'amnistie de 2006 – prononcée à l'encontre de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi en première instance et en appel, respectivement en octobre 2012 et en mai 2013. Celui-ci est reconnu coupable d'avoir organisé un système de fau […] Lire la suite

19-24 juin 2013
Italie. Nouvelle condamnation de Silvio Berlusconi.

Le 19, la Cour constitutionnelle rejette le pourvoi formé par l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi contre sa condamnation en appel, en mai, à un an de prison et cinq années d'interdiction d'exercer toute fonction publique, pour fraude fiscale dans le dossier Mediaset. Cette décision ouvre la voie à un arrêt définitif de la Cour de cassation. Le 24, le tribunal de Milan condamne en premi […] Lire la suite

26-27 mai 2013
Italie. Échec du Mouvement 5 étoiles aux élections municipales.

Les 26 et 27 se tient le premier tour des élections municipales partielles. Aucun des candidats du Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, qui avait créé la surprise en obtenant le quart des suffrages et 108 députés lors des élections législatives de février, ne sera présent au second tour. Le Parti démocrate de Pier Luigi Bersani se trouve en position favorable face au Peuple de la liberté de Silvio […] Lire la suite

8 mai 2013
Italie. Confirmation en appel de la condamnation de Silvio Berlusconi.

La cour d'appel de Milan confirme la condamnation, en octobre 2012, de Silvio Berlusconi, président du Peuple de la liberté, à quatre ans de prison – ramenés à un an après une remise de peine – et à cinq ans d'inéligibilité pour fraude fiscale dans le dossier Mediaset. Le Peuple de la liberté participe au gouvernement d'Enrico Letta.  […] Lire la suite

20-30 avril 2013
Italie. Réélection du président Giorgio Napolitano et nomination d'Enrico Letta à la présidence du Conseil.

Le 20, les grands électeurs réélisent Giorgio Napolitano, quatre-vingt-sept ans, à la présidence de la République au sixième tour de scrutin, faute d'être parvenus à s'entendre sur un autre nom. Premier président italien à être élu pour un second mandat, Giorgio Napolitano a accepté de se représenter à la demande du Parti démocrate (P.D.), du Peuple de la liberté, de la Ligue du Nord et du Choix c […] Lire la suite

24-25 février 2013
Italie. Élections législatives sans majorité.

Les 24 et 25 se déroulent les élections générales. Le président du Conseil Mario Monti, qui avait démissionné en décembre 2012 à la suite de la perte du soutien parlementaire du Peuple de la liberté (P.D.L.) de Silvio Berlusconi, avait été chargé des affaires courantes jusqu'à la date prévue du scrutin. La coalition de centre gauche, réunie autour du Parti démocrate (P.D.) de Pier Luigi Bersani, a […] Lire la suite

2012

5-28 décembre 2012
Italie. Démission du président du Conseil Mario Monti.

Le 5, l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi annonce son retour « au premier plan » de la vie publique, dans la perspective des élections législatives prévues au début de 2013, estimant que « la situation est bien plus grave qu'il y a un an », lorsqu'il avait quitté le pouvoir. Le 6, le Peuple de la liberté, la formation de Silvio Berlusconi, s'abstient lors de deux votes de confiance au  […] Lire la suite

26 octobre 2012
Italie. Condamnation de Silvio Berlusconi.

Le tribunal de Milan condamne Silvio Berlusconi à quatre ans de prison ferme, cinq ans d'interdiction d'exercice d'une fonction publique et 10 millions d'euros de dommages et intérêts pour fraude fiscale. L'ancien chef du gouvernement a déjà été condamné trois fois à des peines de prison, en 1997 et 1998, avant d'être amnistié ou de bénéficier de la prescription de ses délits.  […] Lire la suite

22 octobre 2012
Italie. Condamnation de scientifiques à la suite du séisme de L'Aquila.

Le juge de L'Aquila (Abruzzes) condamne à six ans de prison, pour homicides par imprudence, les membres de la Commission nationale des grands risques, six scientifiques et le sous-directeur de la Protection civile, pour avoir sous-estimé le risque de tremblement de terre qui menaçait la ville, avant le séisme d'avril 2009 qui a fait trois cent neuf morts. Les sept condamnés se voient interdits d'e […] Lire la suite

5-26 juillet 2012
Union européenne. Poursuite de la dégradation de la situation économique dans la zone euro.

Le 5, la Banque centrale européenne (B.C.E.) baisse d'un quart de point son taux directeur – qui descend à 0,75 p. 100, son plus bas niveau historique –, afin de faciliter l'accès au crédit des entreprises et des particuliers. Cette décision ne convainc pas les marchés financiers. Le 11, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy annonce un plan d'austérité supplémentaire de 65 milliards  […] Lire la suite

20-29 mai 2012
Italie. Séismes meurtriers.

Le 20, un séisme de magnitude 6 sur l'échelle de Richter secoue la région de Ferrare, en Émilie-Romagne, causant la mort d'au moins huit personnes et endommageant sévèrement le patrimoine architectural local.Le 29, un nouveau tremblement de terre, de magnitude 5,8, fait au moins seize morts dans la région de Modène, dans la même province. […] Lire la suite

3-5 avril 2012
Italie. Démission du chef de la Ligue du Nord Umberto Bossi.

Le 3, les magistrats des parquets de Naples, de Milan et de Reggio de Calabre effectuent une perquisition au siège de la Ligue du Nord, à Milan, dans le cadre de leur enquête pour détournements de fonds et escroquerie aux dépens de l'État, visant la formation d'Umberto Bossi. Le trésorier du parti, Francesco Belsito, qui est soupçonné d'avoir détourné l'argent des remboursements électoraux au prof […] Lire la suite

2-30 mars 2012
Union européenne. Mesures de sauvetage et montée du mécontentement social dans la zone euro.

Le 2, lors du Conseil européen réuni à Bruxelles, les chefs d'État et de gouvernement des pays membres – Royaume-Uni et République tchèque exceptés – signent le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (dit pacte budgétaire), qui renforce la discipline budgétaire en Europe. Le 9, la Grèce annonce la conclusion d'un accord avec ses créanciers privés sur la restructuration des 206  […] Lire la suite

14 février 2012
Union européenne. Dégradation de la note de six États de la zone euro.

L'agence de notation Moody's dégrade les notes de l'Italie, de l'Espagne, du Portugal, de la Slovénie, de la Slovaquie et de Malte. En revanche, elle maintient la note AAA de la France, tout en l'assortissant d'une perspective négative.  […] Lire la suite

13 février 2012
Italie. Condamnation de l'ancien président d'Eternit dans le procès de l'amiante.

Le 13, le tribunal de Turin condamne l'ancien propriétaire du groupe suisse fabricant d'amiante Eternit, Stephan Schmidheiny, et l'ancien administrateur d'Eternit Italie, Louis de Cartier de Marchienne, à seize ans de prison et 250 millions d'euros de dommages et intérêts. Ceux-ci sont reconnus responsables de la mort, due à l'amiante, de quelque trois mille personnes qui ont travaillé sur les qua […] Lire la suite

13-18 janvier 2012
Italie. Naufrage du « Costa-Concordia » au large de la Toscane.

Le 13, le paquebot Costa-Concordia heurte des rochers bordant l'île du Giglio, au large de la côte toscane, et s'échoue. La plupart des quelque quatre mille deux cents personnes présentes à son bord sont évacuées. Toutefois, le naufrage fait trente morts, et deux personnes sont portées disparues. La compagnie de croisières italienne Costa, qui affrétait le navire, appartient au […] Lire la suite

13-30 janvier 2012
Union européenne. Dégradation de la note de neuf États de la zone euro.

Le 13, l'agence de notation Standard & Poor's dégrade la note de neuf États de la zone euro. La France et l'Autriche passent de AAA à AA+; la Slovénie de AA– à A+; l'Espagne de AA– à A; la Slovaquie de A+ à A; Malte de A à A–; l'Italie de A à BBB+; Chypre de BBB à BB+; le Portugal de BBB– à BB.Le 16, l'agence abaisse, en conséquence, la note du Fonds européen de stabilité financière (F.E.S.F.) de  […] Lire la suite

2011

8-20 novembre 2011
Italie. Départ de Silvio Berlusconi et nomination de Mario Monti à la présidence du Conseil.

Le 8, une majorité de députés s'abstient lors d'un vote sur une question technique, signifiant ainsi au président du Conseil Silvio Berlusconi qu'il ne dispose plus de majorité absolue à la Chambre des députés. Trois fois président du Conseil depuis 1994, Silvio Berlusconi annonce qu'il démissionnera à l'issue du vote par le Parlement de la loi de finances qui inclut le nouveau plan de rigueur. Le […] Lire la suite

1er-28 novembre 2011
Union européenne. Accentuation de la pression des marchés sur la zone euro.

Le 1er, l'ancien gouverneur de la Banque d'Italie Mario Draghi prend ses fonctions de président de la Banque centrale européenne (B.C.E.). Il succède au Français Jean-Claude Trichet. Le 2, à la veille de l'ouverture du sommet du G20 à Cannes, le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel rencontrent le Premier ministre grec Georges Papandréo […] Lire la suite

4-17 octobre 2011
Union européenne. Dégradation des notes des dettes souveraines de plusieurs pays européens.

Le 4, l'agence de notation Moody's abaisse de AA2 à A2 la note de la dette souveraine italienne. Le 7, l'agence de notation Fitch abaisse la note de la dette espagnole de AA+ à AA–. Le 14, l'agence Standard & Poor's ramène son estimation de la dette espagnole de AA à AA–. Le 17, l'agence Moody's annonce son intention de placer sous surveillance pendant trois mois la note de la dette française, ava […] Lire la suite

8-27 août 2011
Union européenne. Tension sur les marchés financiers et plans d'austérité des gouvernements.

Le 8, alors que les valeurs boursières continuent de chuter et que la pression des marchés financiers sur l'Espagne et l'Italie s'accentue, le président de la Banque centrale européenne (B.C.E.) Jean-Claude Trichet annonce que celle-ci interviendra pour racheter de la dette espagnole et italienne sous forme d'obligations d'État. Cette décision fait suite à l'engagement pris par Madrid et Rome d'ad […] Lire la suite

9 juillet 2011
Italie. Revers judiciaire pour Silvio Berlusconi.

La cour d'appel de Milan confirme un jugement d'octobre 2009, condamnant le groupe Fininvest, propriété du président du Conseil Silvio Berlusconi, à verser 560 millions d'euros à la Compagnie Industriali Riunite de Carlo De Benedetti en dédommagement de la décision de justice ayant permis à la Fininvest d'acquérir le groupe d'édition Mondadori, en 1991. En 2007, la justice avait établi que cette d […] Lire la suite

12-13 juin 2011
Italie. Référendums d'initiative populaire.

Les 12 et 13 se tiennent quatre référendums d'initiative populaire proposant l'abrogation de lois relatives à la construction de nouvelles centrales nucléaires, à la privatisation de la gestion des services de l'eau dans les communes et à l'« empêchement légitime » qui permet aux ministres et au président du Conseil de ne pas se présenter à un procès en raison de leurs activités publiques. Hostile […] Lire la suite

9 juin 2011
Brésil – Italie. Libération de Cesare Battisti.

La Cour suprême de Brasília rejette la demande d'extradition de l'ancien activiste italien d'extrême gauche Cesare Battisti formulée par l'Italie et se prononce en faveur de sa libération. Condamné par contumace à la réclusion à perpétuité dans son pays en mars 1993 pour assassinat et complicité d'assassinat, Cesare Battisti avait été arrêté à Rio de Janeiro en mars 2007 puis incarcéré. Saisie par […] Lire la suite

30 mai 2011
Italie. Victoire de l'opposition de gauche aux élections municipales partielles.

Le 30, à l'issue du second tour des élections municipales partielles, l'opposition de gauche remporte la ville de Milan jusque-là contrôlée par le Peuple de la liberté (P.D.L.), la formation du président du Conseil Silvio Berlusconi. La défaite de la maire sortante, Letizia Moratti, battue par le candidat du Parti démocrate, Giuliano Pisapia, témoigne de la perte d'influence du Cava […] Lire la suite

5-26 avril 2011
France – Italie. Désaccord au sujet de l'accueil des réfugiés tunisiens.

Le 5, les ministres italien et tunisien des Affaires étrangères concluent un accord en vue d'endiguer le flux de réfugiés tunisiens qui tentent, depuis la chute du régime de Zine El-Abidine Ben Ali en janvier, de gagner l'Europe en passant par l'île italienne de Lampedusa proche des côtes tunisiennes. Le texte prévoit que Rome accordera un titre de séjour de six mois aux quelque vingt mille à ving […] Lire la suite

2010

23-27 décembre 2010
Italie. Envois de colis piégés à des ambassades.

Le 23, deux colis piégés explosent dans les ambassades de Suisse et du Chili à Rome, faisant deux blessés. La Fédération anarchiste informelle revendique ces attentats. Les enquêteurs évoquent une ressemblance avec l'envoi de quatorze paquets piégés à des personnalités et des institutions européennes par des anarchistes grecs en novembre. Le 27, la police désamorce un colis piégé adressé à l'ambas […] Lire la suite

14 décembre 2010
Italie. Rejet de la motion de censure du gouvernement.

La Chambre des députés rejette à trois voix près la motion de censure du gouvernement de Silvio Berlusconi déposée sur l'initiative de l'ancien allié de celui-ci, Gianfranco Fini. Ce sont trois membres du nouveau parti de ce dernier, Futur et Liberté pour l'Italie, qui ont fait défection. Le président du Conseil, qui ne dispose plus que d'une majorité réduite, a proposé aux centristes d'entrer dan […] Lire la suite

7-15 novembre 2010
Italie. Crise gouvernementale.

Le 7, à Pérouse, lors de la première convention nationale de son nouveau parti, Futur et liberté pour l'Italie, Gianfranco Fini, ancien allié du président du Conseil Silvio Berlusconi, demande la démission de ce dernier et la formation d'un gouvernement soutenu par une majorité élargie. Il agite la menace du retrait du gouvernement des ministres qui lui sont proches. Le président de la Chambre des […] Lire la suite

28-29 mars 2010
Italie. Progrès de la droite gouvernementale aux élections régionales.

Les 28 et 29, les élections régionales organisées dans treize des vingt régions que compte le pays sont marquées par les progrès de la droite gouvernementale, et notamment par la poussée de la Ligue du Nord. La majorité au pouvoir enlève à la gauche quatre nouvelles régions dont le Piémont, remporté par la Ligue du Nord, qui obtient également la présidence de la Vénétie. Au total, le Peuple de la  […] Lire la suite

2009

25 octobre 2009
Italie. Victoire de Pier Luigi Bersani lors des primaires du Parti démocrate.

Le 25, à l'issue des primaires organisées au sein du Parti démocrate (centre gauche), fondé en 2007, qui mettaient en compétition trois candidats, Dario Franceschini, le secrétaire général sortant, Ignazio Marino et Pier Luigi Bersani, ce dernier remporte l'élection avec 52 p. 100 des voix. La participation est importante (2,5 millions de votants) et témoigne, selon les dirigeants du centre gauche […] Lire la suite

30 avril 2009
Italie – États-Unis. Rachat du constructeur automobile Chrysler par Fiat.

Un accord est conclu entre le constructeur automobile italien Fiat et Chrysler, le troisième constructeur automobile américain, par lequel Fiat prendra 20 p. 100 du capital de Chrysler, avec une option pour atteindre à terme 35 p. 100. Grâce à cet accord, Fiat apportera sa technologie sur la motorisation de petits véhicules économes et peu polluants à Chrysler qui, en échange, lui ouvrira son rése […] Lire la suite

6 avril 2009
Italie. Séisme meurtrier dans les Abruzzes.

Dans la nuit du 5 au 6, un tremblement de terre d'une magnitude de 6,3 sur l'échelle de Richter frappe la région des Abruzzes (centre de l'Italie), faisant près de trois cents morts, environ mille deux cents blessés et quelque cinquante-huit mille sans abri. L'épicentre du séisme est situé à L'Aquila, capitale de la région; toutes les villes situées dans un rayon de 30 kilomètres sont touchées. Le […] Lire la suite

22-29 mars 2009
Italie. Naissance d'un nouveau parti de droite.

Le 22, Gianfranco Fini, leader de l'Alliance nationale (A.N., droite post-fasciste), choisit de dissoudre son parti afin de rejoindre Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, avec lequel il constituait depuis décembre 2007 une simple alliance électorale, pour former un parti politique, le Peuple de la liberté (P.D.L.), que présidera le « Cavaliere ». L'A.N. disposera d'un tiers des postes de d […] Lire la suite

15-21 février 2009
Italie. Défaite électorale de la gauche en Sardaigne.

Les 15 et 16 se déroule le scrutin régional en Sardaigne. Le candidat de la coalition de droite Ugo Cappellacci remporte l'élection avec 51,9 p. 100 des voix, face au président du conseil régional sortant, Renato Soru, du Parti démocrate (P.D., centre gauche), qui n'obtient que 42,9 p. 100 des suffrages. Cette victoire peut être largement imputée au président du Conseil Silvio Berlusconi, très imp […] Lire la suite

2008

3-28 novembre 2008
Crise économique mondiale. Plans de relance.

Le 3, la Commission européenne publie des prévisions de croissance en baisse: ramenées à 1,2 p. 100 au titre de 2008 pour la zone euro comme pour l'ensemble des pays de l'U.E. les augmentations du produit intérieur brut (P.I.B.) devraient être respectivement de 0,1 p. 100 et 0,2 p. 100 en 2009. Le 5, le gouvernement allemand adopte un plan de relance de 31 milliards d'euros sur deux ans. Celui-ci  […] Lire la suite

7-10 juillet 2008
Italie. Recensement controversé de la population rom.

Le 7, la Commission européenne exige de l'Italie qu'elle lui remette un « rapport complet » sur le recensement de la population rom – avec collecte des empreintes digitales et précision de l'ethnie et de la religion –, entrepris par les services du ministre de l'Intérieur Roberto Maroni, membre de la Ligue du Nord. Consciente des « risques » que comporte cette mesure, elle entend juger de la légal […] Lire la suite

3-31 juillet 2008
Chypre – Pays-Bas – Belgique – Espagne – Italie – Union européenne. Ratifications nationales du traité de Lisbonne.

Le 3, à Chypre, le Parlement autorise la ratification du traité de Lisbonne sur la réforme des institutions européennes par 31 voix contre 17.Le 5, aux Pays-Bas, la Chambre des députés fait de même par 111 voix contre 39, suivie par le Sénat le 8.Le 10, la Belgique achève le processus de ratification du traité de Lisbonne après le vote favorable des deux chambres du Parlement fédéral – la Chambre  […] Lire la suite

9-21 mai 2008
Italie. Désignation du gouvernement et premières mesures.

Le 9, le gouvernement de Silvio Berlusconi prête serment. Il est composé en majorité de personnalités déjà ministres lors des précédents passages du Cavaliere à la tête du gouvernement. Forza Italia fournit les titulaires de douze portefeuilles sur vingt et un, l'Alliance nationale et la Ligue du Nord, chacune quatre, et la Démocratie chrétienne pour les autonomies, un.Le 14 et […] Lire la suite

13-28 avril 2008
Italie. Victoire électorale de Silvio Berlusconi.

Les 13 et 14 se déroulent les élections législatives et sénatoriales anticipées que remporte la coalition de droite emmenée par Silvio Berlusconi, déjà président du Conseil en 1994-1995 et de 2001 à 2006, devant la coalition de centre gauche de l'ancien maire de Rome, Walter Veltroni. Aux législatives, la première obtient 46,8 p. 100 des suffrages et 344 sièges sur 630; la seconde 37,5 p. 100 des  […] Lire la suite

4-6 février 2008
Italie. Dissolution du Parlement.

Le 4, le président du Sénat, Franco Marini, remet au président Giorgio Napolitano le mandat que celui-ci lui avait confié en janvier, à la suite de la démission du Premier ministre Romano Prodi. Il n'a pas constaté l'existence d'une majorité favorable au projet de former un gouvernement transitoire chargé de réformer le mode de scrutin avant la convocation d'élections législatives.Le 6, le préside […] Lire la suite

16-24 janvier 2008
Italie. Chute du gouvernement de Romano Prodi.

Le 16, Clemente Mastella, chef du petit parti centriste de l'Union des démocrates pour l'Europe (Udeur) et ministre de la Justice, est contraint à la démission à la suite de son implication dans une affaire de corruption et de trafic d'influence. Il reproche à ses alliés au gouvernement leur « absence de solidarité ».Le 21, l'Udeur annonce son retrait de la coalition au pouvoir, privant le gouvern […] Lire la suite

2007

20 mai 2007
Italie. Fusion d'Unicredit et de Capitalia.

Le 20, les conseils d'administration du premier groupe bancaire national, Unicredit, et du quatrième, Capitalia, approuvent la fusion des deux établissements. Celle-ci, qui doit être effective avant la fin de l'année, donnera naissance, sous le nom d'Unicredit, à un géant bancaire de 100 milliards d'euros de capitalisation boursière, sixième mondial et deuxième en Europe derrière le britannique H. […] Lire la suite

21-22 avril 2007
Italie. Fusion annoncée des partis des Démocrates de gauche et de La Marguerite.

Les 21 et 22, les congrès respectifs du parti des Démocrates de gauche, issu de l'ancien Parti communiste italien, et de La Marguerite démocratie et liberté, aile gauche de l'ancienne Démocratie chrétienne, décident de dissoudre leurs formations pour les fusionner à l'automne, au sein d'un nouveau Parti démocrate. Les deux formations ont totalisé environ 28 p. 100 des suffrages aux élections légis […] Lire la suite

18 mars 2007
Italie – France. Arrestation au Brésil de Cesare Battisti.

La police brésilienne arrête à Rio de Janeiro Cesare Battisti, ancien activiste du groupe italien d'extrême gauche Prolétaires armés pour le communisme, condamné en Italie à la réclusion à perpétuité pour son implication dans quatre homicides, en 1978 et 1979. Cesare Battisti s'était évadé de prison avant sa condamnation et réfugié au Mexique puis en France, en 1990, où le président François Mitte […] Lire la suite

21 février-2 mars 2007
Italie. Démission et reconduction du gouvernement de Romano Prodi.

Le 21, le président du Conseil Romano Prodi présente – sans y être constitutionnellement obligé – la démission de son gouvernement après que celui-ci a été mis en minorité au Sénat sur une motion présentant ses orientations de politique étrangère. Les deux voix qui ont fait défaut au gouvernement proviennent des rangs Refondation communiste et du Parti des communistes italiens, tous deux membres d […] Lire la suite

17 février 2007
Italie. Manifestation contre l'extension d'une base militaire américaine.

Quelque cent mille personnes manifestent pacifiquement contre l'extension de la base militaire américaine de Vicence, en Vénétie, décidée par le gouvernement précédent de Silvio Berlusconi et entérinée par celui de Romano Prodi. Cette extension divise le gouvernement. Elle est rejetée par Refondation communiste, le Parti des communistes italiens et les Verts, tous membres de la coalition au pouvoi […] Lire la suite

12-15 février 2007
Italie. Arrestation d'un groupe terroriste d'extrême gauche.

Le 12, une vaste opération de police, menée dans les régions de Milan, Turin, Padoue et Trieste, aboutit à l'arrestation, de quinze personnes suspectées d'appartenir à un groupe terroriste d'extrême gauche identifié comme les « nouvelles Brigades rouges », en référence au mouvement armé des années 1980. Ce groupe avait des attentats en projet, selon les autorités. Huit des personnes arrêtées appar […] Lire la suite

2-8 février 2007
Italie. Mort d'un policier lors d'affrontements avec des supporters de football.

Le 2, à Catane (Sicile), lors d'un match de football du championnat italien entre l'équipe locale et celle de Palerme, des affrontements violents opposent des supporters aux forces de l'ordre, entraînant la mort d'un policier. La Fédération italienne de football décide la suspension de tous les matches du week-end. La mort d'un supporter de Gênes, en janvier 1995, avait déjà entraîné une telle mes […] Lire la suite

2006

25-26 juin 2006
Italie. Révision constitutionnelle repoussée par référendum.

Les 25 et 26, les électeurs consultés par référendum repoussent par 61,7 p. 100 des voix le projet de révision constitutionnelle qu'avait élaboré Silvio Berlusconi, battu aux élections législatives en avril. Le texte adopté par l'ancienne majorité en novembre 2005 prévoyait le renforcement des pouvoirs du président du Conseil et l'octroi de « compétences exclusives » aux régions en matière de sant […] Lire la suite

10-23 mai 2006
Italie. Élection de Giorgio Napolitano à la présidence et formation du gouvernement Prodi.

Le 10, après l'échec des trois premiers tours de scrutin à la majorité qualifiée, les grands électeurs élisent à la majorité simple le sénateur Giorgio Napolitano, membre des Démocrates de gauche (centre gauche, ex-communistes), au poste de président de la République. L'opposition vote blanc. Le président sortant, Carlo Azeglio Ciampi, avait choisi de ne pas se représenter.Le 16, Giorgio Napolitan […] Lire la suite

11 avril 2006
Italie. Arrestation du chef de Cosa Nostra.

Le 11, la police procède à l'arrestation de Bernardo Provenzano, près de Corleone, en Sicile. Le successeur de Toto Riina – arrêté en 1993 – à la tête de Cosa Nostra, la mafia sicilienne, était recherché depuis 1963. […] Lire la suite

9-29 avril 2006
Italie. Victoire de l'Union de Romano Prodi aux élections législatives.

Les 9 et 10 se déroulent les élections législatives qui mettent aux prises la coalition de centre gauche, l'Union, dirigée par Romano Prodi, et la Maison des libertés, coalition de centre droit menée par le président du Conseil sortant, Silvio Berlusconi. La première l'emporte de justesse avec 49,8 p. 100 des suffrages contre 49,7 p. 100 pour la seconde – quelque 25 000 voix sur 38 millions de suf […] Lire la suite

2005

13-19 décembre 2005
Italie. Démission du gouverneur de la Banque d'Italie.

Le 13, la police arrête Gianpiero Fiorani, ancien dirigeant de la Banca popolare italiana (B.P.I.), accusé de malversations. Celui-ci est un proche d'Antonio Fazio, gouverneur de la Banque d'Italie, nommé à vie, qui avait déjà été mis en cause dans le scandale Parmalat en décembre 2003 et qui est soupçonné d'avoir couvert les manœuvres frauduleuses de certaines banques, dont la B.P.I.Le 19, Antoni […] Lire la suite

27 juillet 2005
France – Italie. Jugement dans le procès de la catastrophe du tunnel du Mont-Blanc.

Le 27, le tribunal correctionnel de Bonneville (Haute-Savoie) rend son jugement dans le procès de l'incendie dans le tunnel du Mont-Blanc, qui avait fait trente-neuf morts en mars 1999. Il prononce une seule peine de prison ferme – six mois sur une peine de trente mois –, à l'encontre du responsable de la sécurité de la concession française de ce tunnel binational. Plusieurs autres responsables de […] Lire la suite

12 juin 2005
Italie – Allemagne. Fusion annoncée entre Unicredito Italiano et HypoVereinsbank.

La première banque italienne par la capitalisation boursière, Unicredito Italiano, et la deuxième banque cotée d'Allemagne, HypoVereinsbank (HVB), annoncent leur fusion. L'opération doit se faire par le biais du lancement d'une offre publique d'échange de la première sur la seconde et sur deux filiales de cette dernière, pour un montant total de plus de 19 milliards d'euros. Avec une capitalisatio […] Lire la suite

12-13 juin 2005
Italie. Échec du référendum sur la procréation médicalement assistée.

Les 12 et 13 est organisé un référendum d'initiative populaire relatif à l'assouplissement de la loi de février 2004 sur la procréation médicalement assistée. Cette législation, qui compte parmi les plus restrictives sur le sujet dans l'Union européenne, assimile notamment l'embryon à un être humain à part entière. Seuls 25,9 p. 100 des électeurs s'expriment, alors que le seuil de validité pour ce […] Lire la suite

4 juin 2005
France – Italie. Incendie meurtrier dans le tunnel du Fréjus.

Le 4, l'embrasement d'un camion dans le tunnel du Fréjus, qui relie la France à l'Italie, provoque un incendie qui cause la mort de deux chauffeurs routiers ainsi que d'importants dégâts. Le tunnel est fermé, et la circulation détournée vers le tunnel du Mont-Blanc. Depuis l'incendie dans ce dernier tunnel en mars 1999, deux autres sinistres meurtriers impliquant des camions se sont produits dans  […] Lire la suite

6 mai 2005
France – Italie. Règlement du contentieux lié à la présence d'E.D.F. dans le capital d'Edison.

Le gouvernement italien adopte un décret levant le gel des droits de vote d'E.D.F. dans l'administration du groupe d'énergie italien Edison. Cette mesure avait été prise en mai 2001, après l'acquisition par E.D.F. de 20 p. 100 du capital d'Edison – alors Montedison – lors d'une O.P.A. jugée hostile par les autorités italiennes, et dont les autorités françaises n'avaient pas été informées. Le règle […] Lire la suite

6-19 avril 2005
Italie – Grèce – Union européenne. Ratification par l'Italie et la Grèce du projet de traité constitutionnel.

Le 6, le Parlement italien adopte définitivement le projet de traité instituant une Constitution européenne. Forza Italia, la formation du président du Conseil Silvio Berlusconi, son alliée l'Alliance nationale ainsi que l'opposition de centre gauche, y étaient favorables. La Ligue du Nord, membre de la coalition au pouvoir, y était opposée.Le 19, le Parlement grec ratifie à son tour le projet de  […] Lire la suite

3-26 avril 2005
Italie. Victoire de l'opposition lors d'élections régionales partielles et nouveau gouvernement Berlusconi.

Les 3 et 4, la coalition de droite au pouvoir subit une sévère défaite aux élections régionales. Sur les treize régions où se déroulent des scrutins (vingt au total), la droite n'en conserve que deux – la Lombardie et la Vénétie – et en perd six au profit de l'opposition de centre gauche. Cette dernière l'emporte également dans les cinq régions qu'elle contrôlait déjà. Ces résultats sont un succès […] Lire la suite

2004

10-16 décembre 2004
Italie. Suite de l'affrontement entre Silvio Berlusconi et les milieux judiciaires.

Le 10, dans une affaire de corruption de magistrats remontant à 1986 et impliquant la Fininvest et son principal dirigeant, le président du Conseil Silvio Berlusconi, le jugement du tribunal de Milan exonère ce dernier de toute responsabilité, au titre de la prescription pour l'un des volets de l'affaire.Le 11, le tribunal de Palerme condamne le sénateur Marcello Dell'Utri, ancien dirigeant de la  […] Lire la suite

7-25 août 2004
Libye – Italie. Lutte contre l'immigration clandestine.

Le 7, un cargo allemand recueille soixante-quatorze candidats à l'immigration originaires du Liberia, de la Côte d'Ivoire et de Sierra Leone, dont l'embarcation en panne de moteur dérivait dans le canal de Sicile. Ils étaient une centaine à avoir embarqué en Libye, une dizaine de jours plus tôt, les survivants ayant, au fil des décès, jeté les corps par-dessus bord. Alors que le ministre italien d […] Lire la suite

3-26 juillet 2004
Italie. Démission du ministre des Finances et crise gouvernementale.

Le 3, le ministre de l'Économie, des Finances et du Trésor, Giulio Tremonti (Forza Italia), présente sa démission, sous la pression de Gianfranco Fini, numéro deux du gouvernement. La modification du rapport des forces au sein de la coalition gouvernementale, à la suite des échecs essuyés par la formation du président du Conseil, Silvio Berlusconi, lors des élections européennes et régionales, a r […] Lire la suite

13 janvier 2004
Italie. Invalidation de la loi d'immunité protégeant Silvio Berlusconi.

La Cour constitutionnelle invalide la loi adoptée en juin 2003 qui conférait une immunité judiciaire aux cinq plus hauts responsables de l'État pendant la durée de leur mandat. Le texte, selon la Cour, viole « le principe d'égalité » et le « droit à la défense » des citoyens. Cette loi avait permis la suspension du procès relatif à l'affaire de la S.M.E. dans lequel le président du Conseil, Silvio […] Lire la suite

2003

19-27 décembre 2003
Italie. Manipulations des comptes du groupe agroalimentaire Parmalat.

Le 19, une enquête judiciaire révèle l'existence d'un « trou » de 3,95 milliards d'euros dans les comptes de Bonlat, une filiale du groupe agroalimentaire Parmalat, numéro un mondial du lait U.H.T., dont le chiffre d'affaires s'est élevé à 7,6 milliards d'euros en 2002. Tandis que le ministre de l'Économie évoque « une affaire Enron à l'européenne », le président du Conseil Silvio Berlusconi déplo […] Lire la suite

2-15 décembre 2003
Italie. Renvoi de la loi sur l'audiovisuel devant le Parlement.

Le 2, le Parlement adopte définitivement le projet de loi Gasparri, du nom du ministre de la Communication. Ce texte interdit à une société de cumuler plus de 20 p. 100 des recettes du marché de la communication, mais il élargit la base de calcul d'une manière avantageuse pour le groupe Mediaset, dirigé par le président du Conseil, Silvio Berlusconi. Il permet également à ce dernier de conserver s […] Lire la suite

30 octobre 2003
Italie. Giulio Andreotti définitivement innocenté.

La Cour de cassation innocente définitivement l'ancien président du Conseil démocrate-chrétien et sénateur à vie Giulio Andreotti, condamné en appel à vingt-quatre années de prison en novembre 2002 pour avoir été l'« instigateur » de l'assassinat, en mars 1979, d'un journaliste qui enquêtait sur l'affaire Aldo Moro. […] Lire la suite

20 octobre 2003
Italie. Drame de l'immigration clandestine.

Le 20, la découverte au large de l'île de Lampedusa d'une barque transportant 15 immigrés clandestins d'origine africaine – Somaliens pour la plupart – et les corps de 13 autres, morts durant la traversée, suscite une vive émotion dans le pays. Selon le récit des rescapés, 70 personnes auraient péri en mer lors de cette tentative de rallier l'Italie à partir des côtes libyennes. Le ministre de l'I […] Lire la suite

28 septembre 2003
Italie. Panne générale d'électricité.

La totalité du pays est privée d'électricité pendant plusieurs heures à la suite d'une panne provoquée par une défaillance des systèmes d'interconnexion avec la Suisse et la France. L'Italie importe des pays voisins 17 p. 100 de son électricité. L'incident relance les débats sur la dépendance énergétique du pays. Il illustre également la fragilité des réseaux électriques européens. […] Lire la suite

2-11 juillet 2003
Italie. Polémique avec Berlin à la suite de propos germanophobes.

Le 2, alors qu'il préside depuis la veille l'Union européenne, Silvio Berlusconi, lors de la présentation de son programme devant le Parlement de Strasbourg, traite de « kapo » le député social-démocrate allemand Martin Schulz qui l'avait interpellé avec virulence.Le 3, le chancelier allemand Gerhard Schröder exige des excuses officielles, que Silvio Berlusconi lui présente dans la soirée.Le 4, le […] Lire la suite

18 juin 2003
Italie. Immunité au profit de Silvio Berlusconi.

Le 18, le Parlement dominé par la Maison des libertés, la formation de Silvio Berlusconi, adopte définitivement un amendement à la Constitution qui instaure une « immunité temporaire », pour la durée de leur mandat, au profit des cinq plus hauts personnages de l'État, dont le président du Conseil. L'opposition de gauche, qui ne prend pas part au vote, dénonce « la honte » de ce texte qui doit entr […] Lire la suite

5 mai 2003
Italie. Nouvelle mise en cause judiciaire de Silvio Berlusconi.

Silvio Berlusconi, président du Conseil italien, assiste à une audience du procès jugeant la tentative de rachat, présumée frauduleuse, de la société agroalimentaire S.M.E. par son groupe audiovisuel Fininvest en 1985. Ce dernier est accusé d'avoir soudoyé des juges pour obtenir une décision favorable. Silvio Berlusconi contre-attaque, mettant en cause Romano Prodi, alors président de l'I.R.I., co […] Lire la suite

2002

24 novembre 2002
Italie. Condamnation de l'ancien président du Conseil Giulio Andreotti.

Le 24, la cour d'appel de Pérouse condamne l'ancien président du Conseil démocrate-chrétien, Giulio Andreotti, à vingt-quatre ans de prison pour avoir commandité l'assassinat, à Rome, en mars 1979, du journaliste Mino Pecorelli, directeur de l'hebdomadaire Osservatorio politico. Celui-ci se serait apprêté à faire des révélations sur l'assassinat du président de la Démocratie ch […] Lire la suite

18 octobre 2002
Italie. Journée de grève générale.

La C.G.I.L., principale confédération syndicale, appelle à une journée de grève générale pour la défense des droits des travailleurs, contre la loi de finances 2003 et la politique économique et sociale du gouvernement. La grève est largement suivie à travers le pays. Environ deux millions de manifestants défilent dans les grandes villes. La mobilisation est toutefois moindre que lors de la journé […] Lire la suite

14 septembre 2002
Italie. Manifestation contre la politique judiciaire du gouvernement.

Plusieurs centaines de milliers de personnes manifestent, à Rome, contre la politique judiciaire du gouvernement de Silvio Berlusconi, à l'appel des Rondes citoyennes (un mouvement d'intellectuels), de leur porte-parole le cinéaste Nanni Moretti, de personnalités du centre gauche et de nombreux artistes et créateurs. Le même jour, une commission de la Chambre des députés adopte un projet de loi qu […] Lire la suite

16 avril 2002
Italie. Grève générale contre la politique sociale du gouvernement.

À la suite de la manifestation massive organisée en mars, l'appel à la grève générale lancé par les principaux syndicats pour protester contre le projet gouvernemental de réforme du Code du travail connaît un immense succès. Quelque deux millions de personnes manifestent dans les grandes villes du pays, selon les syndicats. La précédente mobilisation de cette ampleur remonte à la contestation de l […] Lire la suite

19-26 mars 2002
Italie. Assassinat d'un collaborateur du ministère du Travail et contestation sociale.

Le 19, le professeur d'économie Marco Biagi, conseiller au ministère du Travail, est tué par balles à Bologne. En mai 1999, Massimo D'Antona, qui occupait les mêmes fonctions que lui, avait été tué à Rome. Les Brigades rouges-Parti communiste combattant (B.R.-P.C.C.) avaient revendiqué le meurtre. Marco Biagi était l'artisan de la réforme, en cours, du Code du travail, réforme qui vise notamment à […] Lire la suite

2 mars 2002
Italie. Mobilisation de l'opposition contre Silvio Berlusconi.

Plusieurs centaines de milliers de personnes manifestent à Rome contre le président du Conseil, Silvio Berlusconi, à l'appel de l'opposition de gauche regroupée au sein de L'Olivier. Critiquée pour son inertie et ses divisions, celle-ci tente de reprendre la tête du mouvement de protestation engagé depuis janvier par la société civile contre les lois « honteuses » que Silvio Berlusconi aurait fait […] Lire la suite

5-28 janvier 2002
Italie – Union européenne. Tension entre Rome et Bruxelles.

Le 5, Renato Ruggiero annonce sa démission. La crise entre l'europhile ministre italien des Affaires étrangères et le reste du gouvernement a éclaté à l'occasion de la mise en circulation de l'euro, critiquée par plusieurs ministres. Umberto Bossi, chef de la Ligue du Nord et numéro trois du gouvernement, se réjouit de cette démission, qui est accueillie avec inquiétude par les quatorze partenaire […] Lire la suite

2001

6-14 décembre 2001
Italie – Union européenne. Adoption d'un mandat d'arrêt européen.

Le 6, l'Italie met son veto à l'adoption d'un texte communautaire destiné à remplacer, au sein de l'Union, les procédures judiciaires d'extradition par une formule de mandat d'arrêt européen. Cette mesure, qui devrait entrer en vigueur en janvier 2004, avait été préconisée par les chefs d'État et de gouvernement des Quinze au lendemain des attentats du 11 septembre. Le gouvernement de Silvio Berlu […] Lire la suite

26 septembre 2001
Italie. Déclaration controversée du président du Conseil, Silvio Berlusconi.

Lors d'une conférence de presse donnée à l'occasion de sa visite à Berlin, le président du Conseil Silvio Berlusconi proclame la « supériorité des valeurs occidentales » sur celles d'« une partie du monde islamique [...] restée mille quatre cents ans en arrière ». Il relève aussi une « coïncidence singulière » entre les protestataires antimondialistes présents, notamment, au sommet du G8 organisé  […] Lire la suite

1er-21 août 2001
Italie. Premières conséquences des brutalités policières de Gênes.

Le 1er, le Sénat rejette une motion de défiance présentée par l'opposition contre le ministre de l'Intérieur, Claudio Scajola. Elle avait pour objet les violences policières survenues lors des manifestations contre la réunion du G8 à Gênes, en juillet, qui avaient entraîné la mort d'un jeune manifestant antimondialisation. Il vote ensuite, comme l'a déjà fait la Chambre des  […] Lire la suite

2-22 juillet 2001
Italie. O.P.A. de Fiat et E.D.F. sur Montedison.

Le 2, le groupe Fiat, allié au français E.D.F., lance une offre publique d'achat sur l'italien Montedison et sa filiale d'électricité Edison, qui la rejettent. Les « assaillants » contrôlent déjà 48 p. 100 du capital de Montedison. L'annonce, en mai, de la forte participation acquise par le groupe public français dans le capital du groupe italien avait suscité les vives protestations des autorités […] Lire la suite

9-21 juin 2001
Italie. Installation du gouvernement de Silvio Berlusconi.

Le 9, le président Carlo Azeglio Ciampi nomme au poste de président du Conseil Silvio Berlusconi, chef de la coalition de la Maison des libertés, victorieuse des élections législatives en avril.Le 10, le nouveau président du Conseil présente son équipe. Ses deux alliés électoraux, Gianfranco Fini, président de l'Alliance nationale (extrême droite) et Umberto Bossi, président de la Ligue du Nord (r […] Lire la suite

23-24 mai 2001
France – Italie. Forte prise de participation d'E.D.F. dans Montedison.

Le 23, E.D.F. annonce qu'il détient désormais directement 20 p. 100 du capital du groupe italien Montedison, dont une des filiales, Edison, est le deuxième électricien transalpin. E.D.F. devient ainsi le premier actionnaire de Montedison. Cette opération, qui n'a pas reçu le visa du gouvernement français, est vivement critiquée par les autorités italiennes qui reprochent à la France le manque d'ou […] Lire la suite

13-27 mai 2001
Italie. Victoire de la coalition de droite de Silvio Berlusconi aux élections législatives.

Le 13, à l'issue d'une campagne centrée sur la personnalité de son chef, Silvio Berlusconi, la coalition de droite de la Maison des libertés remporte la majorité absolue aux élections législatives avec 368 sièges sur 630 à la Chambre des députés (+ 98 par rapport à la Chambre sortante) et 177 sièges sur 315 au Sénat (+ 61 par rapport au Sénat sortant). La coalition de centre gauche de L'Olivier, d […] Lire la suite

2000

21 mai 2000
Italie. Échec du référendum sur le mode de scrutin.

Les scrutins référendaires portant sur divers projets de réforme sont annulés en raison du taux de participation trop faible : un peu plus de 30 p. 100, alors qu'il aurait dû atteindre au moins 50 p. 100. La principale proposition visait à modifier la loi électorale en supprimant les 25 p. 100 de représentation proportionnelle à la Chambre des députés, afin de remédier à l'instabilité chronique de […] Lire la suite

16-28 avril 2000
Italie. Remplacement du président du Conseil Massimo D'Alema par Giuliano Amato.

Le 16, le Pôle de la liberté, qui regroupe Forza Italia (centre droit) de Silvio Berlusconi et l'Alliance nationale (extrême droite) de Gianfranco Fini, allié à la Ligue du Nord (droite nationaliste) d'Umberto Bossi, remporte huit des quinze présidences de région à pourvoir. L'opposition en détenait déjà quatre. Dotés de pouvoirs étendus, les présidents de région étaient pour la première fois élus […] Lire la suite

13 mars 2000
Italie – États-Unis. Alliance dans le secteur de l'automobile.

Le constructeur italien Fiat et le numéro un mondial du secteur, l'américain General Motors, annoncent la conclusion d'une alliance. Celle-ci doit se traduire par un échange d'actions d'une valeur de 2,4 milliards de dollars – General Motors doit acquérir 20 p. 100 du capital de Fiat Auto et lui céder 5,1 p. 100 du sien – ainsi que par une coopération industrielle dans les domaines de la productio […] Lire la suite

1999

18-23 décembre 1999
Italie. Brève crise gouvernementale.

Le 18, le président du Conseil, Massimo D'Alema, présente sa démission. Il était désavoué par la composante socialiste de sa majorité qui est hostile à sa candidature aux élections générales de 2001.Le 20, le président Carlo Azeglio Ciampi désigne le président du Conseil sortant pour constituer un nouveau gouvernement.Le 23, la Chambre des députés accorde, à une faible majorité, sa confiance au go […] Lire la suite

23 octobre 1999
Italie. Acquittement de Giulio Andreotti accusé de liens avec la mafia.

Le tribunal de Palerme acquitte le sénateur à vie Giulio Andreotti, qui était inculpé d'association mafieuse. L'affaire avait débuté en mars 1993. L'ancien président du Conseil avait été désigné par de nombreux « repentis » comme l'« homme de référence » de la mafia à Rome, à l'époque où il dirigeait le gouvernement démocrate-chrétien. Le 24 septembre, la cour d'assises de Pérouse l'avait déjà acq […] Lire la suite

27 mai 1999
France – Italie. Victoire de P.P.R. sur L.V.M.H. pour le contrôle de Gucci.

La cour d'appel d'Amsterdam donne l'avantage au groupe français Pinault-Printemps-Redoute (P.P.R.) de François Pinault dans la lutte qui l'oppose à Louis Vuitton-Moët-Hennessy (L.V.M.H.), le groupe de Bernard Arnault, pour le contrôle de Gucci, firme italienne mais de droit néerlandais. En janvier, L.V.M.H., numéro un mondial du luxe, annonçait l'augmentation de sa participation dans le capital de […] Lire la suite

21 mai 1999
Italie. Succès de l'offre publique d'Olivetti sur Telecom Italia.

Le 21, la Bourse de Milan indique que l'offre publique d'achat et d'échange d'Olivetti sur Telecom Italia, annoncée en février, a été souscrite à plus de 51 p. 100. Pour contrer cette opération, Telecom Italia avait annoncé, en avril, un projet de fusion avec Deutsche Telekom qui n'a pas attiré les actionnaires. […] Lire la suite

20 mai 1999
Italie. Revendication d'un assassinat politique par les Brigades rouges.

Le 20, un haut fonctionnaire du ministère du Travail proche du Parti démocratique de la gauche, Massimo D'Antona, est assassiné dans la rue, à Rome. L'attentat est revendiqué par les Brigades rouges. Leur communiqué présente la victime, qui servait d'intermédiaire du gouvernement dans les négociations sociales, comme le « représentant de pointe de l'équilibre politique dominant » et l'incarnation  […] Lire la suite

13 mai 1999
Italie. Élection de Carlo Azeglio Ciampi à la présidence.

Les grands électeurs élisent Carlo Azeglio Ciampi à la présidence de la République en remplacement d'Oscar Luigi Scalfaro. Faisant l'objet d'une quasi-unanimité au sein de la classe politique, Carlo Azeglio Ciampi est élu dès le premier tour de scrutin, avec 71,4 p. 100 des suffrages. Le nouveau président apparaît comme un technicien laïque, ce qui constitue une rupture avec ses prédécesseurs. Jus […] Lire la suite

22 avril 1999
Allemagne – Italie. Annonce de la fusion entre Deutsche Telekom et Telecom Italia.

Deutsche Telekom, premier opérateur européen de télécommunications par son chiffre d'affaires, et Telecom Italia présentent leur projet de fusion. Leur offre publique d'échange d'actions doit donner naissance au numéro deux mondial des télécommunications par le chiffre d'affaires – 64 milliards d'euros – derrière le japonais N.T.T., et au premier groupe mondial par la capitalisation – environ 159  […] Lire la suite

24 mars-13 avril 1999
France – Italie. Incendie meurtrier dans le tunnel sous le Mont-Blanc.

Le 24, un camion prend feu au milieu du tunnel sous le Mont-Blanc qui relie la France à l'Italie. L'incendie ravage le tunnel et cause la mort d'environ quarante personnes. Les pompiers français, italiens et suisses mettent plus de deux jours à le maîtriser. La vétusté de l'ouvrage, mis en service en 1965, est invoquée. Mais l'existence de deux rapports des sapeurs-pompiers et du service départeme […] Lire la suite

9-11 mars 1999
Iran – Italie. Visite du président Mohamad Khatami en Italie.

Le 9, Mohamad Khatami entame, à Rome, la première visite officielle à l'étranger d'un président de la République islamique iranienne. En juillet 1998, Romano Prodi avait été le premier dirigeant occidental à se rendre à Téhéran. Devant les députés et les sénateurs, Mohamad Khatami appelle à une « collaboration réciproque entre le monde islamique et l'Europe ». Le gouvernement ne cache pas ses rése […] Lire la suite

20-27 février 1999
Italie. O.P.A. géante d'Olivetti sur Telecom Italia.

Le 20, le conseil d'administration du groupe de télécommunications Olivetti approuve le lancement d'une offre publique d'achat (O.P.A.) sur la totalité du capital de Telecom Italia, ancien monopole public de téléphone privatisé en 1997, sixième opérateur mondial. Le capital de Telecom Italia s'élève à 52,5 milliards d'euros – soit 344 milliards de francs.Le 27, les autorités boursières italiennes  […] Lire la suite

9 février 1999
Italie. Régularisation massive de travailleurs immigrés clandestins.

Le gouvernement publie le décret autorisant la régularisation de 250 000 travailleurs immigrés clandestins en 1999. Cette mesure est présentée comme exceptionnelle. En novembre 1998, le gouvernement avait lancé une opération de régularisation en fixant les conditions permettant d'obtenir un permis de séjour. Plus de 308 000 dossiers ont été déposés avant le 15 décembre, alors que le nombre de régu […] Lire la suite

1998

4-27 novembre 1998
Italie – Turquie. Crise diplomatique à la suite de l'arrestation du chef du P.K.K.

Le 4, Abdullah Öcalan, dit « Apo », chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (P.K.K.), dépose une demande d'asile politique auprès des autorités russes. En octobre, le chef du mouvement autonomiste armé kurde avait été contraint de quitter la Syrie, où il disposait de bases arrière, à la suite des menaces exprimées par Ankara à l'encontre de Damas. Moscou lui refusera l'asile et l'incitera à qu […] Lire la suite

4-23 octobre 1998
Italie. Nomination de Massimo D'Alema à la présidence du Conseil.

Le 4, le secrétaire général de Rifondazione comunista, Fausto Bertinotti, annonce le refus de son parti de voter le projet de budget pour 1999. Comme lors de la précédente crise, en octobre 1997, le Parti communiste orthodoxe condamne la « dérive libérale » de la coalition de L'Olivier. Le gouvernement de centre gauche de Romano Prodi ne dispose pas de majorité à la Chambre des députés sans l'appu […] Lire la suite

7-13 juillet 1998
Italie. Condamnation de Silvio Berlusconi pour corruption et financement illégal de parti politique.

Le 7, le tribunal de Milan condamne Silvio Berlusconi à deux ans et neuf mois de prison pour corruption. Ancien Premier ministre et chef de l'opposition, le président de Forza Italia est reconnu coupable de corruption envers trois hauts responsables de la police financière auxquels il a versé 380 millions de lires, entre 1989 et 1992, à l'occasion de contrôles fiscaux visant des sociétés de son gr […] Lire la suite

26 mai 1998
Europe. Opération policière anti-islamiste.

Un coup de filet anti-islamiste opéré en France ainsi qu'en Allemagne, en Belgique, en Italie et en Suisse permet l'interpellation de près d'une centaine de suspects, dont cinquante-trois dans l'Hexagone. Deux semaines avant le début de la Coupe du monde de football en France, les autorités françaises déclarent qu'elles disposaient d'informations « laissant présumer la préparation d'actions terror […] Lire la suite

7 mars 1998
Italie. Condamnation d'Erich Priebke à la prison à vie.

La cour d'appel du tribunal militaire de Rome condamne l'ex-capitaine des SS Erich Priebke à la prison à vie pour sa participation au massacre des fosses Ardéatines, en mars 1944. En août 1996, un premier jugement l'avait acquitté, mais il avait été annulé en octobre de la même année. En juillet 1997, un deuxième jugement l'avait condamné à quinze ans de prison. […] Lire la suite

1997

27 décembre 1997
Italie. Recrudescence de l'immigration clandestine kurde.

L'échouage sur les côtes de Calabre d'un navire transportant huit cent trente-cinq immigrés clandestins kurdes, l'Ararat, met en lumière l'afflux croissant en Europe, depuis plusieurs mois, de populations kurdes turques ou irakiennes chassées de leurs pays par la misère et la guerre. Cet exode massif emprunte une filière contrôlée principalement par les mafias italienne, turque […] Lire la suite

7-14 octobre 1997
Italie. Crise politique provoquée par Rifondazione comunista.

Le 7, le vote du projet de loi de finances à la Chambre des députés est ajourné afin de tenter de résoudre la crise qui menace le gouvernement de Romano Prodi. La formation Rifondazione comunista (communiste orthodoxe), membre de la coalition de centre gauche au pouvoir et sans laquelle le gouvernement ne dispose pas de majorité parlementaire, refuse de voter le texte. Alors que les refondateurs o […] Lire la suite

22 juillet 1997
Italie. Condamnation de l'ancien SS Erich Priebke.

Le 22, le tribunal militaire de Rome condamne l'ancien capitaine SS Erich Priebke à quinze ans de prison pour sa responsabilité dans le massacre des fosses Ardéatines, en mars 1944. En août 1996, un premier jugement avait acquitté l'ancien officier nazi, qui avait bénéficié de circonstances atténuantes rendant ses crimes prescriptibles. Il avait été annulé par la Cour de cassation en octobre de la […] Lire la suite

23 avril 1997
Union européenne. Avis sur la non-participation de l'Italie à l'euro.

Le 23, un an avant l'établissement de la liste des participants à la monnaie unique, les prévisions économiques semestrielles de la Commission européenne font apparaître que tous les pays de l'Union pourraient adopter l'euro dès janvier 1999, à l'exception de l'Italie et de la Grèce, qui présenteraient un taux de déficit public supérieur au plafond de 3 p. 100 du P.I.B. fixé par le traité de Maast […] Lire la suite

1996

24 novembre 1996
Union européenne. Retour de la lire au sein du S.M.E.

Le 24, les ministres des Finances des Quinze acceptent le retour de la lire dans le mécanisme de change du système monétaire européen (S.M.E.) que la devise italienne avait quitté en septembre 1992. Cette décision illustre les efforts d'assainissement financier entrepris par le gouvernement de Romano Prodi et permet à l'Italie de prétendre adhérer à la monnaie unique dès 1999. Seules les monnaies  […] Lire la suite

14 novembre 1996
Italie. Démission d'Antonio Di Pietro du gouvernement.

Antonio Di Pietro, ancien magistrat coordinateur de l'opération anticorruption Mani pulite (« Mains propres »), démissionne du poste de ministre des Travaux publics qu'il occupe dans le gouvernement de Romano Prodi, après l'annonce de l'ouverture par le parquet de Brescia d'une enquête préliminaire à son encontre pour corruption et concussion au cours de l'opération « Mains pro […] Lire la suite

15 septembre 1996
Italie. Proclamation de l'indépendance de la Padanie par la Ligue du Nord.

Le chef de la Ligue du Nord Umberto Bossi proclame, à Venise, l'indépendance de la Padanie – la région de la plaine du Pô – devant quinze mille à vingt mille partisans. Jusque-là favorable au fédéralisme, la Ligue prône à présent ouvertement la sécession de l'Italie du Nord que « l'État oppresseur [...] exploite économiquement ».Le 15 également, l'Alliance nationale (droite, ex-fasciste) de Gianfr […] Lire la suite

1er-12 août 1996
Italie. Acquittement de l'ancien SS Erich Priebke.

Le 1er, le tribunal militaire de Rome acquitte l'ancien capitaine SS Erich Priebke, qui était accusé d'être l'un des responsables du massacre des fosses Ardéatines, à Rome, en mars 1944 : trois cent trente-cinq otages civils avaient alors été tués par les Allemands en représailles d'un attentat commis par la Résistance où trente-trois de leurs avaient trouvé la mort. Jugé co […] Lire la suite

12-31 mai 1996
Italie. Formation du gouvernement de Romano Prodi.

Le 12, Umberto Bossi, chef de la Ligue du Nord, investit un « gouvernement du Nord », à Mantoue, déjà siège d'un « parlement du Nord » autoproclamé. Il nomme également un « comité de libération » chargé de préparer – « pacifiquement » – l'autonomie ou la sécession de la « Padanie » qui rassemble les provinces septentrionales du pays.Le 17, Romano Prodi, chef de la coalition de gauche L'Olivier qui […] Lire la suite

21 avril 1996
Italie. Victoire de la coalition de gauche L'Olivier aux élections législatives.

L'Olivier, coalition de gauche emmenée par l'économiste catholique Romano Prodi, remporte les élections législatives anticipées, avec 284 sièges sur 630 à la Chambre des députés, contre 246 pour la coalition de droite du Pôle de la liberté dirigée par l'homme d'affaires et ancien président du Conseil Silvio Berlusconi. L'Olivier regroupe le Parti démocratique de la gauche (P.D.S., ex-communiste) d […] Lire la suite

1er-23 février 1996
Italie. Dissolution des deux chambres.

Le 1er, le président Oscar Luigi Scalfaro charge Antonio Maccanico, juriste constitutionnel et ancien ministre, de former un gouvernement.Le 14, faute d'un compromis entre le Pôle des libertés dirigé par Silvio Berlusconi et L'Olivier, alliance de gauche dominée par le Parti démocratique de la gauche (ex-communiste) de Massimo d'Alema, Antonio Maccanico renonce à former un g […] Lire la suite

11 janvier 1996
Italie. Démission du président du Conseil Lamberto Dini.

Le président Oscar Luigi Scalfaro accepte la démission du gouvernement que lui présente Lamberto Dini, président du Conseil depuis janvier 1995. En décembre 1995, il avait refusé sa précédente démission et avait renvoyé Lamberto Dini devant le Parlement. Au terme de trois jours de débats parlementaires, le dépôt de huit motions de censure illustre l'absence de majorité du gouvernement que seul le  […] Lire la suite

1995

30 décembre 1995
Italie. La démission du président du Conseil refusée par le président.

Le président du Conseil, Lamberto Dini, chef d'un gouvernement « transitoire » nommé en janvier, présente sa démission au président Oscar Luigi Scalfaro, qui la refuse. En un an, Lamberto Dini est parvenu à assainir les finances publiques et à restaurer la confiance dans l'économie italienne en menant une politique de rigueur grâce au soutien de la gauche parlementaire. Le chef de l'État renvoie l […] Lire la suite

26 octobre 1995
Italie. Échec d'une motion de censure déposée par Silvio Berlusconi.

Le 26, la motion de censure déposée par le Pôle de la liberté (centre droit) de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi contre le gouvernement de son successeur, Lamberto Dini, n'est pas adoptée. Elle visait à protester contre le vote du Sénat qui a suspendu de ses fonctions, le 19, le ministre de la Justice, Filippo Mancuso, pour avoir critiqué les juges de la campagne anti-corruption Man […] Lire la suite

20 juillet 1995
Italie. Ouverture du capital de Mediaset par Silvio Berlusconi.

L'homme d'affaires Silvio Berlusconi, ancien président du Conseil, annonce la vente de près de 20 p. 100 du holding Mediaset qui regroupe les trois chaînes de télévision et la centrale publicitaire qu'il possède. Au lendemain du référendum qui lui avait permis de conserver la propriété de plusieurs chaînes de télévision, en juin, il avait annoncé la vente de son groupe. Au terme d'une augmentation […] Lire la suite

11 juin 1995
Italie. Victoire de Silvio Berlusconi aux référendums sur l'audiovisuel.

Le 11, les Italiens se prononcent par référendum sur douze questions concernant, notamment, l'audiovisuel. Une majorité d'électeurs se déclarent opposés à l'abolition du droit pour une personne privée de détenir plus d'une chaîne de télévision, à l'abolition du droit pour une régie publicitaire de travailler pour plus de deux chaînes et à la suppression des coupures publicitaires dans les émission […] Lire la suite

23 avril-7 mai 1995
Italie. Le P.D.S., premier parti du pays.

Le 23, démentant la victoire annoncée du mouvement de Silvio Berlusconi Forza Italia, le Parti démocratique de la gauche (P.D.S., ex-communiste) remporte le premier tour des élections régionales, provinciales et municipales partielles, test significatif avant les prochaines élections législatives dont la date n'est pas encore fixée. Les résultats du scrutin proportionnel accordent au P.D.S. la pla […] Lire la suite

28 janvier 1995
Italie. Fusion du Mouvement social italien dans l'Alliance nationale.

Le 28, à l'issue de son congrès, le Mouvement social italien (M.S.I.), créé en décembre 1946, achève sa transformation de mouvement néofasciste en parti de droite « moderne, libéral et démocrate » : il procède à sa dissolution en se fondant dans l'Alliance nationale sous l'égide de Gianfranco Fini, son président depuis juillet 1991. Le nouveau parti reconnaît l'antifascisme comme « valeur démocrat […] Lire la suite

13-25 janvier 1995
Italie. Nomination de Lamberto Dini à la présidence du Conseil.

Le 13, le président Oscar Luigi Scalfaro charge Lamberto Dini, ministre du Trésor du cabinet de Silvio Berlusconi, démissionnaire depuis décembre 1994, de former un nouveau gouvernement. La désignation de ce technicien, ancien directeur de la banque centrale d'Italie, rassure les marchés financiers perturbés par la crise gouvernementale.Le 17, Lamberto Dini présente la composition du cinquante-qua […] Lire la suite

1994

13-22 décembre 1994
Italie. Démission du président du Conseil Silvio Berlusconi.

Le 13, Silvio Berlusconi est longuement interrogé par les juges milanais de l'opération Mains propres. Le président du Conseil, qui fait l'objet d'une enquête pour corruption d'agents fiscaux à l'occasion du contrôle de certaines sociétés de son groupe Fininvest, dénonce la tentative de « lynchage » dont il serait victime.Le 19, le Parti populaire italien (ex-Démocratie chrétienne), le Parti démoc […] Lire la suite

6 décembre 1994
Italie. Démission du juge Antonio Di Pietro.

Le magistrat milanais Antonio Di Pietro, qui dirige l'instruction de l'enquête contre la corruption politique connue sous le nom d'opération Mani pulite (« Mains propres »), remet sa démission. Il explique que ses « devoirs de magistrat ont été interprétés [...], créant des discordes dans le pays... », et justifie son geste par la volonté de « rétablir la foi dans les institutions et la sérénité d […] Lire la suite

12 novembre-1er décembre 1994
Italie. Silvio Berlusconi confronté à plusieurs revers.

Le 12, plus d'un million de personnes venues de tout le pays défilent dans les rues de Rome à l'appel des syndicats, contre le projet de budget 1995 présenté par le gouvernement de Silvio Berlusconi. Le projet de loi de finances comporte des mesures d'austérité destinées à réaliser l'équivalent de 160 milliards de francs d'économie, dont la plus controversée est une réforme du système des retraite […] Lire la suite

13-29 juillet 1994
Italie. Le projet de modification du régime de la détention provisoire au centre d'une crise politique.

Le 13 est publié un décret-loi qui vise à limiter l'usage de la détention préventive aux délits « très graves », parmi lesquels ne figurent ni la corruption ni la concussion, principaux chefs d'accusation retenus dans le cadre de l'opération Mani pulite.Le 14, les quatre procureurs milanais chargés de l'enquête, dont le juge Antonio Di Pietro, demandent collectivement leur changement d'affectation […] Lire la suite

10-20 mai 1994
Italie. Formation du gouvernement de Silvio Berlusconi.

Le 10, au terme de longues et difficiles négociations entre les trois formations du Pôle de la liberté vainqueur des élections législatives d'avril, le président du Conseil Silvio Berlusconi rend publique la composition de son gouvernement. La veille, dans une intervention sans précédent dans le jeu politique, le président de la République Oscar Luigi Scalfaro lui avait rappelé par écrit les « cri […] Lire la suite

16-28 avril 1994
Italie. Silvio Berlusconi chargé de former le gouvernement.

Le 16, l'élection des présidents des Assemblées constitue un premier test pour la cohésion de la nouvelle majorité issue des élections de mars. À la Chambre des députés, où le Pôle de la liberté de Silvio Berlusconi dispose de la majorité absolue, sa candidate Irene Pivetti (Ligue du Nord) est facilement élue. Au Sénat, où les partisans de l'homme d'affaires ne détiennent qu'une majorité relative, […] Lire la suite

27-28 mars 1994
Italie. Victoire de la coalition de droite menée par Silvio Berlusconi aux élections législatives.

Les 27 et 28, les élections législatives se déroulent pour la première fois selon le nouveau mode de scrutin dont le principe a été adopté par référendum en avril 1992 : le scrutin uninominal à un tour s'applique aux trois quarts des sièges, le quart restant étant attribué à la proportionnelle aux partis obtenant au moins 4 p. 100 des voix. Les effets conjugués de cette nouvelle loi électorale, co […] Lire la suite

5 janvier-11 février 1994
Italie. Dissolution du Parlement et recomposition du paysage politique.

Le 5, le dissident démocrate-chrétien Mario Segni, initiateur des référendums constitutionnels d'avril 1993 sur l'assainissement de la vie politique, annonce la création du Pacte pour l'Italie. Ce nouveau mouvement visant au regroupement des forces du centre et du centre droit est destiné à faire front à la gauche lors des prochaines élections législatives au cours desquelles s […] Lire la suite

1993

5-22 décembre 1993
Italie. Victoire de la gauche aux élections municipales partielles.

Le 5 se déroule le second tour des élections municipales partielles, qui ont lieu pour la première fois au scrutin majoritaire. Elles font suite à celles du mois de juin au cours desquelles la Ligue lombarde avait remporté la mairie de Milan. Le 21 novembre, lors du premier tour, Leoluca Orlando, chef du mouvement anti-mafia Rete, avait été élu à Palerme avec 75 p. 100 des suffrages. L'effondremen […] Lire la suite

2-11 novembre 1993
Italie. Arrestation du président d'Olivetti pour corruption.

Le 2, Carlo De Benedetti, P.-D.G. du groupe informatique Olivetti, est interpellé à Rome à la suite d'un mandat d'arrêt pour corruption délivré le 30 octobre par le parquet de la capitale. Il est soupçonné d'avoir versé, entre 1988 et 1991, des pots-de-vin d'un montant de 10 milliards de lires à l'administration des Postes pour obtenir d'importants contrats. En mai, dans le cadre de l'enquête  […] Lire la suite

20-30 juillet 1993
Italie. Suicides et attentats à la bombe suscitent interrogation et colère.

Le 20, Gabriele Cagliari, ancien président de l'E.N.I., groupe public des hydrocarbures, met fin à ses jours dans la prison de Milan où il était en détention provisoire depuis le mois de mars dans le cadre de l'enquête « Mains propres » sur le financement illégal des partis politiques.Le 23, Raul Gardini, ancien président du groupe Ferruzzi-Montedison, se donne la mort à son domicile milanais. Il  […] Lire la suite

6-20 juin 1993
Italie. Déroute des partis traditionnels aux élections municipales partielles.

Le 6 se déroule le premier tour des élections municipales partielles auxquelles s'applique pour la première fois le mode de scrutin direct pour l'élection des maires des villes de plus de quinze mille habitants, adopté en mars dans le cadre des réformes visant à assainir la vie politique. Les résultats confirment le déclin des grands partis, excepté le Parti démocratique de la gauche (P.D.S., ex-c […] Lire la suite

9-28 mai 1993
Italie. Voyage de Jean-Paul II en Sicile, poursuite de la lutte anti-mafia et intensification du terrorisme.

Les 9 et 10, le pape Jean-Paul II effectue son troisième voyage en Sicile. Le 9, à Agrigente, il s'en prend à la mafia et aux mafieux, comme il ne l'avait jamais fait auparavant. Il fustige la « culture de mort de la mafia », appelle les mafieux à se « convertir » et exhorte le clergé local à prendre ses distances avec l'organisation criminelle.Le 13, la levée par le Sénat de l'immunité parlementa […] Lire la suite

18 avril-12 mai 1993
Italie. Formation d'un nouveau gouvernement après le référendum institutionnel.

Les 18 et 19, les Italiens se prononcent par référendum – dont l'initiative revient à l'ex-démocrate-chrétien Mario Segni – en faveur d'une réforme d'un système politique discrédité. Ils approuvent notamment à 82,7 p. 100 l'introduction du système majoritaire dans le mode d'élection des sénateurs, et à 90,3 p. 100 la limitation du financement public des partis politiques. Ils votent également en f […] Lire la suite

5-30 mars 1993
Italie. Poursuite des enquêtes sur la corruption dans les milieux politique et industriel.

Le 5, suivant les suggestions faites le 26 février par le président de la République Oscar Luigi Scalfaro, le gouvernement adopte un projet de décret-loi destiné à apporter une « solution politique » à l'implication de nombreux hommes politiques et industriels dans des affaires de corruption et de financement illégal des partis politiques. Le texte prévoit notamment la dépénalisation des délits po […] Lire la suite

10-26 février 1993
Italie. Démissions en série d'hommes politiques et d'hommes d'affaires compromis dans les scandales.

Le 10, Claudio Martelli, ministre de la Justice du gouvernement du socialiste Giuliano Amato et candidat rénovateur à la succession du secrétaire général du Parti socialiste (P.S.I.) Bettino Craxi, présente sa démission. Sa décision est suscitée par l'ouverture d'une information judiciaire contre lui dans le cadre de l'opération mani pulite (mains propres), nom donné à l'enquêt […] Lire la suite

15-26 janvier 1993
Italie. Arrestation de Salvatore Riina, chef présumé de la mafia et mesures européennes anti-mafia.

Le 15, la police italienne arrête, à Palerme, Salvatore « Toto » Riina, chef présumé de la Cosa Nostra sicilienne, recherché depuis vingt-trois ans. Cette arrestation résulte de l'accélération de la lutte anti-mafia, aux niveaux italien, européen et mondial, à la suite des assassinats des juges Giovanni Falcone, le 23 mai 1992, et Paolo Borsellino, le 19 juillet suivant.Les 17 et 18, la réunion à  […] Lire la suite

1992

17 septembre 1992
Italie. Annonce d'un plan de rigueur très controversé.

Le jour de la sortie de la lire du système monétaire européen, le président du Conseil Giuliano Amato annonce une série de décrets qui modifient les prévisions de dépenses publiques pour 1993 en vue de satisfaire aux conditions de l'Union économique et monétaire prévue par le traité de Maastricht. Ce plan d'austérité doit aboutir pour l'État à une économie de 93 000 milliards de lires (plus de 465 […] Lire la suite

6-28 septembre 1992
Italie. Succès dans la lutte anti-Mafia.

Le 6, la police arrête Giuseppe Madonia près de Vicence, en Vénétie. Considéré comme le « parrain » de la Cosa nostra sicilienne, et qualifié par le ministre de l'Intérieur de numéro deux de la Mafia, il était recherché depuis 1984. Il serait impliqué dans les assassinats des juges Giovanni Falcone, en mai, et Paolo Borsellino, en juillet.Le 11, Carmine Alfieri, chef présumé de la Camorra – la Maf […] Lire la suite

19-25 juillet 1992
Italie. Assassinat du juge Paolo Borsellino par la Mafia.

Le 19, à Palerme, Paolo Borsellino, magistrat responsable de la lutte contre la Mafia en Sicile, est victime d'un attentat à la voiture piégée qui cause également la mort de cinq membres de son escorte. Son assassinat, qui survient deux mois après celui de Giovanni Falcone, son prédécesseur à ce poste, ravive l'indignation et la colère à travers le pays et déstabilise un peu plus un État déjà miné […] Lire la suite

18-28 juin 1992
Italie. Formation d'un nouveau gouvernement.

Le 18, le président Oscar Luigi Scalfaro charge le numéro deux du Parti socialiste italien Giuliano Amato de former un nouveau gouvernement.Le 28, près de trois mois après des élections législatives marquées par un affaiblissement des grands partis politiques, Giuliano Amato présente une équipe qui reconduit la coalition quadripartite sortante (démocrates-chrétiens, socialistes, sociaux-démocrates […] Lire la suite

13-29 mai 1992
Italie. Assassinat du juge Giovanni Falcone et élection présidentielle.

Le 13, les grands électeurs – députés, sénateurs et délégués régionaux – se réunissent à Rome pour désigner un successeur à Francesco Cossiga, qui a démissionné de ses fonctions de chef de l'État le 28 avril. Les résultats des élections législatives des 5 et 6 avril rendent difficile la constitution d'une majorité. Quinze tours de scrutin se succèdent sans résultat, ce qui aggrave la crise de conf […] Lire la suite

5-28 avril 1992
Italie. Élections législatives et démission du président Francesco Cossiga.

Les 5 et 6 se déroulent les élections législatives dont les résultats bouleversent le paysage politique italien. Minoritaire en voix avec 48,8 p. 100 des suffrages (— 4,8 p. 100), la coalition quadripartite sortante – Démocratie chrétienne, Parti socialiste (P.S.I.), libéraux et sociaux-démocrates – conserve toutefois la majorité à la Chambre des députés (331 sièges sur 630) et au Sénat (163 siège […] Lire la suite

1991

8-18 août 1991
Italie – Albanie. Exode massif d'Albanais vers l'Italie.

Le 8, deux cargos albanais arrivent dans les ports italiens d'Otrante et de Bari, chargés de milliers de personnes. Les jours suivants, d'autres navires, voire des embarcations de fortune, continuent à aborder. Face à cette troisième vague d'immigration sauvage depuis le printemps, les autorités se déclarent décidées à renvoyer les fuyards vers leur pays d'origine, quitte à négocier avec Tirana un […] Lire la suite

10-14 avril 1991
Italie. Double catastrophe maritime.

Le 10, le ferry Mobi-Prince, qui assure la liaison régulière entre Livourne et Olbia en Sardaigne, éperonne le pétrolier Agip-Abruzzo, chargé de quatre-vingt-deux mille tonnes de brut. Le témoignage de l'unique survivant, selon lequel l'équipage et les passagers du ferry regardaient un match de football à la télévision au moment de la collision, semble accré […] Lire la suite

3-8 février 1991
Italie. Transformation du Parti communiste en Parti démocratique de la gauche.

Le 3, les délégués participant au XXe – et dernier – congrès du Parti communiste à Rimini décident, par huit cent sept voix contre soixante-quinze, trois cent vingt-deux abstentions et quarante-neuf bulletins blancs, sa transformation en Parti démocratique de la gauche (P.D.S.). La diminution et le vieillissement des adhérents expliquent la disparition d'une des composantes  […] Lire la suite

1990

18 juillet 1990
Italie. Acquittement des auteurs présumés de l'attentat de la gare de Bologne.

Le 18, la cour d'appel de Bologne acquitte pour insuffisance de preuves les treize personnes impliquées dans l'affaire de la gare de Bologne, parmi lesquelles quatre militants d'extrême droite condamnés à perpétuité en première instance, le 11 juillet 1988. Le 2 août 1980, l'explosion d'une bombe dans une salle d'attente bondée avait fait quatre-vingt-cinq morts et environ deux cents blessés. Le v […] Lire la suite

21-29 juin 1990
Italie. Silvio Berlusconi privé de la présidence de Mondadori.

Le 21, une décision d'arbitrage oblige le détenteur de 25 p. 100 des actions de l'A.M.E.F. – le holding contrôlant Mondadori –, qui les avaient vendues à Silvio Berlusconi, à les céder à Carlo De Benedetti, comme il s'y était initialement engagé.Le 29, à la suite de l'élection d'un nouveau conseil d'administration plus favorable à Carlo De Benedetti, Silvio Berlusconi perd la présidence de Mondado […] Lire la suite

25-29 janvier 1990
Italie. Prise de contrôle de l'éditeur Mondadori par Silvio Berlusconi.

Le 25, au terme d'une bataille engagée le 2 décembre contre Carlo De Benedetti pour le contrôle de l'A.M.E.F., société financière détenant 50,3 p. 100 de Mondadori, Silvio Berlusconi, qui possède déjà trois télévisions privées, est élu président du conseil d'administration de la première société d'édition et de presse d'Italie. Celle-ci détient une participation majoritaire dans le groupe Espresso […] Lire la suite

5-7 janvier 1990
Italie. Dévaluation de la lire.

Le 5, le comité monétaire de la C.E.E. accepte une dévaluation d'environ 4 p. 100 de la lire italienne au sein du système monétaire européen.Le 7, le gouvernement rend public un plan d'accompagnement du réaménagement monétaire, prévoyant une plus grande rigueur budgétaire ainsi que le gel de toute création d'emploi dans la fonction publique. […] Lire la suite

1989

23 juillet 1989
Italie. Formation d'un nouveau gouvernement par Giulio Andreotti.

Au terme de soixante-quatre jours de crise gouvernementale provoquée par la démission, le 19 mai, de Ciriaco De Mita (démocrate-chrétien) en butte à des divergences avec son allié socialiste Bettino Craxi, Giulio Andreotti (D.C.) parvient à constituer un nouveau cabinet, le quarante-neuvième que connaît l'Italie depuis la guerre, et le sixième qu'il dirige. Constitué, comme le précédent, des cinq  […] Lire la suite

19-29 mai 1989
Italie. Crise gouvernementale.

Le 19, Ciriaco De Mita (démocrate chrétien) présente au chef de l'État, Francisco Cossiga, la démission du gouvernement de coalition qu'il dirige depuis avril 1988. Des divergences de vues sur la politique économique et les réformes constitutionnelles avec les socialistes de Bettino Craxi sont à l'origine de la chute du quarante-huitième cabinet italien depuis 1945, qui comprend également les libé […] Lire la suite

1988

29 juillet 1988
Italie. Constitution d'un groupe chimique de niveau mondial par E.N.I. et Montedison

La société publique E.N.I. (Ente Nazionale Idrocarburi) et le groupe privé Montedison signent un accord, en négociation depuis de longs mois, regroupant leurs secteurs chimiques respectifs pour former un nouvel ensemble industriel baptisé Enimont. Axé essentiellement sur la chimie de base, les fibres et le caoutchouc synthétiques, le nouveau groupe sera également présent dans les secteurs des déte […] Lire la suite

11-16 avril 1988
Italie. Installation du gouvernement De Mita dans un climat de violence

Le 11, un mois après la démission de Giovanni Goria, son successeur désigné, Ciriaco De Mita, secrétaire général de la Démocratie chrétienne (D.C.), obtient l'accord des quatre autres composantes de la coalition sortante (Partis socialiste, républicain, social-démocrate et libéral) sur son programme de gouvernement, le quarante-huitième de l'après-guerre.Le 13, le nouveau cabinet prête serment. Su […] Lire la suite

18 mars 1988
Italie – Suisse. Vente de Buitoni à Nestlé par De Benedetti

Le groupe italien De Benedetti annonce la vente de l'ensemble des activités industrielles et commerciales de sa filiale agro-alimentaire Buitoni au groupe suisse Nestlé. D'un montant de 1 600 milliards de lires (environ 7,3 milliards de francs), cette opération consacre le désengagement de Carlo De Benedetti du secteur agro-alimentaire, dans lequel Nestlé est le leader mondial. Elle a été rendue n […] Lire la suite

10-16 mars 1988
Italie. Démission du gouvernement de Giovanni Goria

Le 10, après plus de cinq mois de discussions, la Chambre des députés italienne adopte, pour 1988, un projet de budget largement déficitaire (120 000 milliards de lires de découvert, 12 p. 100 du P.I.B.). C'est l'échéance qui a été fixée, en février, par son propre parti à Giovanni Goria (démocrate-chrétien) pour renoncer à la présidence du Conseil qu'il occupe depuis juillet 1987.Le 11, Giovanni  […] Lire la suite

1987

16 décembre 1987
Italie. Fin du procès de la mafia de Palerme

Le 16, la cour d'assises de Palerme rend son verdict dans le procès des quatre cent cinquante-six mafiosi ouvert le 10 février 1986. Le tribunal prononce dix-neuf condamnations à la détention à perpétuité (le maximum de la peine) et un total de 2 500 ans de réclusion pour les autres inculpés. Leoluca Orlando, maire (démocrate-chrétien) de Palerme, voit dans ce verdict d'une grande sévérité « une r […] Lire la suite

26 novembre 1987
France – Italie. Sommet annuel franco-italien

Le sommet annuel franco-italien se tient à Naples. François Mitterrand est reçu par le président du Conseil italien Giovanni Goria. À une semaine du Conseil européen de Copenhague, les discussions portent principalement sur les problèmes communautaires : participation italienne aux « fonds structurels » (aide aux régions défavorisées), et mode de financement des dépenses européennes. Les questions […] Lire la suite

8-19 novembre 1987
Italie. Référendums et fausse crise politique

Les 8 et 9, les électeurs italiens sont invités, par voie de référendum, à répondre à cinq questions portant sur l'énergie nucléaire et le fonctionnement de la justice. En répondant « oui » aux trois premières (80,6 p. 100, 79,7 p. 100), le corps électoral remet en cause le plan énergétique national : le Parlement devra se prononcer sur le choix des sites retenus pour l'implantation des centrales, […] Lire la suite

25 août-1er septembre 1987
Italie. Prise d'otages à la prison de l'île d'Elbe

Le 25, six détenus de la prison de Porto Azzuro, dans l'île d'Elbe, prennent en otage vingt et une personnes, dont le directeur de l'établissement, et se barricadent dans l'infirmerie de la prison. Exigeant un hélicoptère pour fuir, les mutins semblent conduits par Mario Tuti, terroriste d'extrême droite, condamné à la prison à vie, et qui paraît très déterminé.Le 26, les mutins relâchent quatre d […] Lire la suite

2-29 juillet 1987
Italie. Formation d'un gouvernement par Giovanni Goria

Le 2, les deux Chambres italiennes se réunissent pour leur rentrée, après les élections législatives des 14 et 15 juin, et élisent leurs présidents : Giovanni Spadolini (républicain), ancien Premier ministre, succède à Amintore Fanfani à la présidence du Sénat, tandis que la Chambre des députés réélit à sa présidence la communiste Nilde Iotti.Le 9, Amintore Fanfani (démocrate-chrétien) présente la […] Lire la suite

14-15 juin 1987
Italie. Progression du P.S.I. et recul du P.C.I. aux élections législatives

Les 14 et 15, le corps électoral italien renouvelle la Chambre des députés et le Sénat, au terme d'une campagne électorale qui, bien qu'ouverte depuis le début de la crise politique en mars, n'a pas permis de traiter les problèmes de fond. Le Parti socialiste de Bettino Craxi enregistre la plus forte poussée : avec 14,3 p. 100 des voix (+ 2,9 p. 100), il emporte 94 des 630 sièges (+ 21). Ces résul […] Lire la suite

1er-28 avril 1987
Italie. Dissolution de la Chambre en raison d'une crise politique

Le 1er, le président de la République, Francesco Cossiga, annonce qu'il refuse la démission, donnée le 3 mars par Bettino Craxi, après plusieurs tentatives infructueuses pour former un nouveau gouvernement.Le 8, comme ils en avaient exprimé la menace, les seize ministres démocrates-chrétiens du gouvernement donnent leur démission.Le 9, Bettino Craxi (socialiste) remet au che […] Lire la suite

3-25 mars 1987
Italie. Démission de Bettino Craxi et crise gouvernementale

Le 3, Bettino Craxi, Premier ministre (socialiste) depuis quarante-trois mois, annonce devant le Sénat sa décision de présenter la démission de son gouvernement. De graves divergences divisent en effet les cinq partis membres de la coalition (démocrates-chrétiens, socialistes, sociaux-démocrates, libéraux et républicains) sur la politique nucléaire, ainsi que sur la mise en œuvre de la responsabil […] Lire la suite

12-14 janvier 1987
Pologne – Italie. Visite officielle du général Jaruzelski à Rome

Le 12, le général Jaruzelski arrive à Rome pour une visite officielle de trois jours. La première en Europe occidentale depuis l'instauration de l'état de guerre en décembre 1981, puisque sa visite parisienne de décembre 1985 n'était qualifiée que d'« escale technique ». Reçu par le chef du gouvernement, Bettino Craxi, s'entretenant avec le président de la République (démocrate-chrétien) Francesco […] Lire la suite

1986

21-28 novembre 1986
France – Royaume-Uni – Italie. Sommets franco-britannique et franco-italien à Paris

Le 21, Margaret Thatcher participe, à Paris, au onzième sommet franco-britannique. S'entretenant alternativement avec Jacques Chirac et François Mitterrand, en compagnie de qui elle donne la traditionnelle conférence de presse finale, le Premier ministre britannique se félicite du climat de cette rencontre, véritable « entente cordiale au plus haut niveau ».Le 28, Bettino Craxi se rend à son tour  […] Lire la suite

27 octobre 1986
Italie. Rencontre interreligieuse à Assise en faveur de la paix à l'initiative du pape Jean-Paul II

Le 27, à Assise, près de deux cents représentants de douze religions se réunissent à l'invitation de Jean-Paul II qui avait lancé, le 25 janvier, l'idée d'une rencontre de prière pour la paix coïncidant avec l'Année internationale de la paix (1986) proclamée par l'O.N.U. Complétant cette idée, le 4 octobre, au cours de sa visite à Lyon, Jean-Paul II avait appelé à une trêve complète des combats da […] Lire la suite

1er-8 août 1986
Italie. Présentation du nouveau gouvernement Craxi

Le 1er, Bettino Craxi annonce la composition de son nouveau gouvernement, après qu'un accord est intervenu entre les cinq partis de la coalition sortante : le Parti socialiste, le Parti démocrate-chrétien, et les trois petits partis « laïcs » : républicains, sociaux-démocrates et libéraux. La crise gouvernementale ouverte le 27 juin par la démission du président du Conseil s […] Lire la suite

10-11 juillet 1986
Italie. Condamnation des pirates de l'« Achille-Lauro »

Le 10, la cour d'assises de Gênes rend son verdict dans le procès, commencé le 18 juin, des auteurs du détournement du paquebot Achille-Lauro en octobre 1985. Aboul Abbas, chef du Front de libération de la Palestine, jugé par contumace et reconnu coupable de l'organisation de l'opération, est condamné à la réclusion à perpétuité. L'assassin du passager paraplégique américain Le […] Lire la suite

26-27 juin 1986
Italie. Démission du gouvernement Craxi

Le 26, la Chambre des députés rejette, à la faveur d'un vote secret, un projet de loi gouvernemental répartissant les fonds publics entre les collectivités locales (communes, provinces, régions). Cet avatar procédurier ne constitue, en fait, que la cent soixante-troisième mise en minorité du gouvernement de coalition à cinq (Parti socialiste, Démocratie-Chrétienne et trois petits partis « laïcs »  […] Lire la suite

13 avril 1986
Italie. Visite du pape Jean-Paul II à la synagogue de Rome

Jean-Paul II se rend à la synagogue de Rome, située non loin du Vatican, de l'autre côté du Tibre. C'est la première fois dans l'histoire du Vatican qu'un pape accomplit ce geste. Accueilli par Giacomo Saban, président de l'Union israélite de Rome, puis par le grand rabbin Elio Toaff, Jean-Paul II, après la lecture en italien et en hébreu d'un passage du Livre de la Genèse, répond à l'allocution d […] Lire la suite

29 mars 1986
Italie. Acquittement des accusés de la « filière bulgare » dans l'attentat contre le pape Jean-Paul II

La cour d'assises de Rome acquitte, pour insuffisance de preuves, les trois Bulgares, dont l'ex-chef d'escale de la Balkan Air à Rome, Serguei Ivanov Antonov, impliqués dans la tentative d'assassinat du pape, le 13 mai 1981. Les deux autres Bulgares étaient jugés par contumace. Sont également acquittés pour insuffisance de preuves deux Turcs, Musa Serdar Celebi, présent au procès, et Oral Celik, e […] Lire la suite

21 mars-3 avril 1986
Italie. Dénonciation d'une vaste fraude portant sur des vins de table

Le 21, le ministère ouest-allemand de la Santé met en garde les consommateurs contre plusieurs vins italiens contenant de l'alcool méthylique (méthanol), qui ont causé la mort de trois personnes et quarante intoxications en Italie.Le 22, deux viticulteurs du Piémont sont arrêtés et inculpés d'homicide volontaire et de violation des normes sur la préparation du vin.Le 24, tandis que le nombre des v […] Lire la suite

18-22 mars 1986
Italie. Mort par empoisonnement de l'ex-banquier Michele Sindona

Le 18, la cour d'assises de Milan condamne à la prison à vie l'ex-banquier Michele Sindona, qui avait été mêlé aux scandales de la banque Ambrosiano et de la loge P 2. L'ex-patron de la Banque privée italienne (B.P.I.), déjà condamné en 1985 pour faillite frauduleuse, est cette fois reconnu coupable d'avoir ordonné l'assassinat, commis le 11 juillet 1979, de l'avocat Giorgio Ambrosoli, liquidateur […] Lire la suite

1985

27-29 décembre 1985
Autriche – Italie. Attentats simultanés contre El Al dans les aéroports de Vienne et de Rome

Le 27, peu après 9 heures, deux commandos suicides lancent des grenades et ouvrent le feu, à peu près au même moment, devant les guichets de la compagnie israélienne El Al dans les aéroports de Vienne-Schwechat et de Rome-Fiumicino. Les policiers autrichiens et italiens interviennent, ainsi que les gardes de sécurité israéliens, et des fusillades éclatent : à Fiumicino, seize personnes sont tuées, […] Lire la suite

17-30 octobre 1985
Italie. Brève crise politique provoquée par l'affaire de l'« Achille-Lauro »

Le 17, Bettino Craxi, premier chef du gouvernement italien socialiste, remet au président Francesco Cossiga la démission de son cabinet de coalition, au pouvoir depuis août 1983. La crise a été provoquée par le départ des ministres et secrétaires d'État membres du Parti républicain (P.R.I.), à la suite du détournement du paquebot italien Achille-Lauro. Giovanni Spadolini, minis […] Lire la suite

19-20 juillet 1985
C.E.E. – Italie. Dévaluation de la lire

Le 19, les marchés de changes italiens sont fermés précipitamment en raison de la chute de la lire, qui a atteint son cours plancher au sein du système monétaire européen (S.M.E.). Le ministre du Trésor, Giovanni Goria, est chargé par le chef du gouvernement, Bettino Craxi, de demander un réalignement des parités du S.M.E.Le 20, le comité monétaire de la C.E.E., réuni à Bâle, s'oppose à un réaména […] Lire la suite

19-24 juillet 1985
Italie. Rupture du barrage de Tesero

Le 19, la rupture d'une digue retenant un lac artificiel libère un torrent de boue qui dévaste la vallée de la Stava, dans le Trentin. Les secours dégagent difficilement plus de deux cents cadavres, au nombre desquels on doit ajouter plus de cent disparus « certifiés » et une cinquantaine de disparus « présumés ». Le président de la République, Francesco Cossiga, se rend sur place et promet que ju […] Lire la suite

24 juin 1985
Italie. Désignation de Francesco Cossiga à la présidence de la République

Députés et sénateurs italiens, auxquels se joignent cinquante-huit délégués régionaux, se réunissent à Rome pour désigner un successeur au président socialiste sortant, Sandro Pertini, dont le mandat s'achève le 8 juillet. Pour la première fois depuis 1946, c'est dès le premier tour de scrutin que les grands électeurs désignent Francesco Cossiga pour être le huitième président de la République ita […] Lire la suite

9-10 juin 1985
Italie. Maintien de l'échelle mobile des salaires

Les 9 et 10, les électeurs italiens se prononcent par référendum sur l'abrogation d'un décret diminuant de quatre points le mécanisme d'indexation des salaires : 54,3 p. 100 des suffrages exprimés sont favorables au maintien du décret, 45,7 p. 100 se prononcent pour son abrogation. Ce vote représente une victoire pour le président du Conseil, Bettino Craxi, car le P.C.I. et la confédération syndic […] Lire la suite

27 mai 1985
Italie. Procès de la « filière bulgare » de l'attentat contre le pape Jean-Paul II

Le procès des ressortissants bulgares soupçonnés d'avoir participé à l'attentat du 13 mai 1981 contre le pape Jean-Paul II s'ouvre à Rome. La thèse selon laquelle Sofia et, par son intermédiaire, Moscou auraient commandité l'attentat repose essentiellement sur les déclarations d'Ali Agça, le tireur turc condamné en juillet 1981 à la prison à vie par un tribunal romain. Le principal inculpé, et seu […] Lire la suite

12-13 mai 1985
Italie. Renforcement de la coalition gouvernementale à l'issue des élections régionales et municipales

Les 12 et 13, quarante-quatre millions d'électeurs italiens sont appelés à renouveler les institutions locales et régionales. La participation est particulièrement élevée : 89,7 p. 100. Les premiers résultats connus concernent les conseils provinciaux et régionaux : la Démocratie chrétienne, en obtenant 35 p. 100 des voix, progresse par rapport aux élections européennes de juin 1984 (33 p. 100), s […] Lire la suite

23-24 avril 1985
République démocratique allemande – Italie. Visite officielle d'Erich Honecker à Rome

Le 23, Erich Honecker, chef du P.C. et de l'État est-allemands, arrive à Rome pour une visite officielle de deux jours, la première d'un dirigeant est-allemand dans un pays de l'O.T.A.N. Le chef du gouvernement italien, Bettino Craxi, s'était rendu à Berlin-Est en juillet 1984. Les entretiens entre les deux hommes, portant essentiellement sur les questions de la détente et du dialogue entre les bl […] Lire la suite

1984

23 décembre 1984
Italie. Attentat contre le train Naples-Milan

Une bombe explose à bord du train reliant Naples à Milan alors que celui-ci se trouve à l'intérieur du tunnel de Sambro, au nord de Florence. Au terme de difficiles opérations de secours, on dénombre quinze morts et cent seize blessés. Sandro Pertini, président de la République, se rend au chevet des blessés et déclare que « le peuple italien a le droit d'être défendu ». Bettino Craxi, président d […] Lire la suite

3-12 novembre 1984
Italie. Poursuite de l'offensive contre la Mafia

Le 3, Vito Ciancimino, ancien maire démocrate-chrétien de Palerme, est arrêté pour participation à association criminelle et exportation illégale de capitaux à l'étranger. Considéré comme un des « intouchables » de la Mafia, il est transféré dans une prison romaine.Le 12, c'est au tour des cousins Ignazio et Nino Salvo d'être arrêtés. Ils sont considérés comme des responsables très importants de l […] Lire la suite

26 octobre 1984
Italie. Conclusions de l'instruction sur l'attentat contre le pape Jean-Paul II

Le juge d'instruction italien Ilario Martella défère devant la cour d'assises de Rome Sergueï Ivanov Antonov, fonctionnaire de la compagnie bulgare Balkan Air, pour complicité dans l'attentat commis à Rome contre Jean-Paul II le 13 mai 1981.Deux autres Bulgares et quatre Turcs seront aussi jugés, au terme d'une instruction de deux ans et demi qui confirme que l'attentat a été organisé à Sofia par  […] Lire la suite

29 septembre-2 octobre 1984
Italie. Coup de filet contre la Mafia après les révélations d'un « parrain »

Les 29 et 30, a lieu en Italie – principalement en Sicile – une opération anti-Mafia de grande envergure. Sous la houlette du juge palermitain Giovanni Falcone, qui utilise les révélations de Tommaso Buscetta, un « parrain » qui a accepté de rompre la loi du silence, trois cent soixante-six mandats d'arrêt sont lancés, aboutissant à l'arrestation de près de soixante-dix membres de l'« honorable so […] Lire la suite

28-30 juillet 1984
France – Italie. Visite du Premier ministre Pierre Mauroy à Rome

Le 28, Pierre Mauroy entame à Rome une visite officielle de trois jours ; depuis vingt-quatre ans, c'est la première visite effectuée en Italie par un Premier ministre français. Intervenant peu de temps après deux voyages du président de la République, cette visite est essentiellement consacrée aux problèmes bilatéraux (immigration clandestine, production de vin, extraditions). Le jour même de son […] Lire la suite

12-30 juillet 1984
Italie. Remaniement ministériel

Le 12, Pietro Longo, secrétaire général du Parti social-démocrate (P.S.D.), présente sa démission de ministre du Budget ; il avait été mis en cause dans le rapport sur l'activité de la loge maçonnique P2.Le 30, le président du Conseil, Bettino Craxi, remplace Pierluigi Romita (P.S.D.), qui cède son portefeuille des Affaires régionales à Carlo Vizzini (P.S.D.). […] Lire la suite

7-26 juin 1984
Italie. Mort d'Enrico Berlinguer

Le 7, Enrico Berlinguer, secrétaire général du P.C.I., est frappé d'une hémorragie cérébrale à l'issue d'une réunion électorale, à Padoue. L'émotion est vive dans tout le pays. Le président de la République, Sandro Pertini, se rend au chevet du malade. La classe politique, toutes opinions confondues, exprime sa sympathie envers un homme connu et respecté pour son intégrité et sa rigueur morale.Le  […] Lire la suite

23-24 mars 1984
Italie. Manifestation communiste contre la modification de l'indexation des salaires

Le 23, le gouvernement à direction socialiste de Bettino Craxi doit recourir, au Sénat, à la procédure du vote de confiance pour faire adopter le décret-loi modifiant le mécanisme d'indexation des salaires. Cette mesure d'austérité, que la rupture du front syndical en février l'a empêché d'imposer par la négociation, rencontre l'opposition du Parti communiste.Le 24, les communistes de la confédéra […] Lire la suite

18-21 février 1984
Italie – Vatican. Nouveau concordat et nouveaux rapports entre les États et les Églises

Le 18, Bettino Craxi, président du Conseil italien, signe avec Mgr Agostino Casaroli, secrétaire d'État du Vatican, un nouveau concordat, qui remplace les accords du Latran signés par Mgr Gasparri et par Mussolini en 1929 : le catholicisme cesse d'être religion d'État en Italie, et l'État italien renonce à tout contrôle politique ou administratif sur l […] Lire la suite

13-14 février 1984
Italie. Rupture du front syndical

Le 13, une rupture intervient au sein du front syndical italien, uni depuis 1972. La C.G.I.L., organisation regroupant quatre millions et demi d'adhérents, se désolidarise des deux autres syndicats composant la fédération, la C.I.S.L. et l'U.I.L. Le désaccord porte sur les propositions gouvernementales de mesures de lutte contre l'inflation. Ce sont surtout les communistes, majoritaires à la C.G.I […] Lire la suite

1983

21 septembre 1983
Italie. Levée de l'immunité parlementaire de Toni Negri

La Chambre des députés italienne autorise la levée de l'immunité parlementaire du député radical Toni Negri, ex-chef d'Autonomie ouvrière, emprisonné pendant quatre ans pour terrorisme. Le jour même, un nouveau mandat d'arrêt est lancé contre lui. […] Lire la suite

4-12 août 1983
Italie. Premier gouvernement de coalition à direction socialiste

Le 4, Bettino Craxi, secrétaire général du P.S.I., constitue, pour la première fois dans l'histoire de la République italienne, un gouvernement présidé par un socialiste. Mais, seize des vingt-neuf membres qui le composent, dont deux anciens présidents du Conseil : Giulio Andreotti (Affaires étrangères) et Arnaldo Forlani, vice-président du Conseil), appartiennent à la Démocratie chrétienne.Le 12, […] Lire la suite

26-27 juin 1983
Italie. Défaite de la Démocratie chrétienne aux élections

Les élections italiennes ont lieu les 26 et 27, au terme d'une campagne sans passion. Contre toute attente, la Démocratie chrétienne subit une grave défaite, en enregistrant son score le plus bas depuis 1948 : 32,9 p. 100 des suffrages (— 5,4 p. 100 par rapport à 1979) et 225 sièges à la Chambre des députés (— 37). Elle demeure toutefois le parti le plus important du jeu politique ; elle est suivi […] Lire la suite

4 mai 1983
Italie. Dissolution du Parlement

Le 4, le président Pertini prononce la dissolution du Parlement. La date des élections législatives anticipées est fixée aux 26 et 27 juin.Cette décision fait suite à la démission, intervenue le 29 avril, du cabinet présidé par Amintore Fanfani, après le retrait des socialistes de la coalition gouvernementale. […] Lire la suite

2-6 mars 1983
Italie. XVIe congrès du Parti communiste

Du 2 au 6 se tient, à Milan, le XVIe congrès du Parti communiste italien, qui réélit Enrico Berlinguer à sa tête, et confirme son évolution dans trois directions : le détachement à l'égard de l'U.R.S.S., le rejet du centralisme démocratique qui n'est plus un « principe », mais une « méthode » et l'abandon progressif de l'idée de « compromis historique » avec la Démocratie ch […] Lire la suite

14-15 février 1983
France – Italie. Sommet franco-italien à Paris

Le 14, Amintore Fanfani, président du Conseil italien, accompagné de cinq membres de son gouvernement, arrive à Paris pour participer à la réunion annuelle du sommet franco-italien. Le principe de telles rencontres avait été arrêté lors de la visite à Rome, en février 1982, de François Mitterrand. Tandis que les chefs d'État et de gouvernement s'entretiennent, les ministres spécialisés se rencontr […] Lire la suite

15-28 janvier 1983
Italie. Vers la fin du terrorisme

Le 15, à Milan, Sergio Segio, fondateur du groupe Prima Linea, est arrêté. Ce terroriste, un des plus recherchés d'Italie, est accusé d'une dizaine d'homicides.Le 24, se termine le procès, commencé en avril 1982, des ravisseurs d'Aldo Moro, assassiné en mai 1978. Vingt-cinq réclusions à vie, sept peines de prison à vie, et une vingtaine d'autres condamnations sont également prononcées.Le 27, la pr […] Lire la suite

4-22 janvier 1983
Italie. Adoption de mesures d'austérité et agitation sociale

Le 4, un accord, conclu entre les syndicats et le ministère des Finances, prévoit une diminution de l'impôt sur les salaires d'environ 7 000 milliards de lires. Toutefois, cet accord ne s'appliquera que si les partenaires sociaux arrivent à s'entendre sur la question de l'échelle mobile des salaires et il est à rapprocher du relèvement de la fiscalité indirecte décidé fin décembre 1982 par le gouv […] Lire la suite

1982

7-30 décembre 1982
Italie. Polémique autour de la « filière bulgare »

Le 7, la justice italienne rejette la demande de mise en liberté provisoire d'Ivanov Antonov, fonctionnaire bulgare arrêté le 25 novembre et soupçonné, ainsi que deux autres fonctionnaires bulgares, de complicité dans l'attentat perpétré contre Jean-Paul II le 13 mai 1981 par le terroriste turc Ali Agca. La Bulgarie proteste contre cette mesure, mais de nombreux commentateurs évoquent la responsab […] Lire la suite

1er-16 décembre 1982
Italie. Formation du cinquième gouvernement Fanfani

Le 1er, Amintore Fanfani (démocrate-chrétien) constitue son gouvernement, qui prête serment le jour même. Reposant sur une coalition de quatre partis (démocrates-chrétiens, socialistes, sociaux-démocrates et libéraux ; les républicains ne font plus partie de la coalition), celui-ci est formé, pour plus de la moitié, de ministres nouveaux, en particulier dans les secteurs éco […] Lire la suite

20-21 novembre 1982
Vatican – Italie. Visite du pape Jean-Paul II en Sicile

Le 20, Jean-Paul II entame à Palerme une visite de deux jours en Sicile. Dans ses discours, le pape condamne par périphrase l'action de la Mafia, qui serait responsable de cent vingt-six assassinats en Sicile depuis le début de l'année, mais ne prononce pas le réquisitoire attendu par le clergé local. […] Lire la suite

11-13 novembre 1982
Italie. Démission du gouvernement Spadolini

Le 11, Giovanni Spadolini présente la démission de son cabinet de coalition. Cette nouvelle crise gouvernementale trouve son origine dans une querelle ayant opposé, au sujet de la politique économique, Beniamino Andreatta, ministre du Trésor, et Salvatore Formica, ministre des Finances. Exceptionnellement, Alessandro Pertini, président de la République, refuse la démission du gouvernement, ce qui  […] Lire la suite

9-11 octobre 1982
Italie. Attentat à la synagogue de Rome

Le 9, un commando de cinq hommes mitraille la foule et lance deux grenades à la sortie de la synagogue de Rome, tuant un enfant de deux ans, et blessant une trentaine de personnes. La colère est grande parmi les juifs de la capitale italienne, qui attribuent au gouvernement et aux médias la responsabilité d'un regain d'antisémitisme.Le 11, des manifestations de protestation ont lieu, auxquelles n' […] Lire la suite

3-7 septembre 1982
Italie. Assassinat du général Dalla Chiesa

Le 3, à Palerme (Sicile), le général Carlo Alberto Dalla Chiesa est assassiné dans sa voiture, ainsi que son épouse. Chargé, depuis 1978, de coordonner la lutte antiterroriste, le général, nommé le 2 avril préfet de Palerme, avait pour mission de lutter sur son terrain contre la Mafia.Le 5, un Conseil des ministres exceptionnel se réunit à Rome et nomme, pour lui succéder, Emanuele De Francesco, c […] Lire la suite

5-23 août 1982
Italie. Crise gouvernementale

Le 5, le Parti socialiste italien annonce la démission de ses sept ministres pour protester contre l'attitude de députés démocrates-chrétiens qui, la veille, n'avaient pas respecté la discipline de vote des partis de la majorité et provoqué le rejet par la Chambre d'un décret-loi du ministre des Finances, Salvatore Formica (P.S.I.), sur les évasions fiscales dans le secteur pétrolier.Le 9, Giovann […] Lire la suite

5-9 juillet 1982
Italie – France. Visite du président Sandro Pertini à Paris

Le 5, Sandro Pertini, président de la République italienne, arrive à Paris pour une visite officielle de deux jours. Il s'entretient avec François Mitterrand et est reçu à l'Hôtel de Ville de Paris par Jacques Chirac, et à l'hôtel de Lassay par Louis Mermaz, président de l'Assemblée nationale. Sandro Pertini et ses hôtes insistent sur l'importance du cadre européen pour régler les problèmes qui pe […] Lire la suite

19 juin 1982
Italie. Scandale financier

À Londres, la police trouve pendu, sous un pont de la Tamise, le banquier italien, Roberto Calvi, en fuite depuis le 11. Dirigeant de la banque Ambrosiano (première banque privée italienne), auteur de nombreuses opérations frauduleuses, lié aux milieux politiques, Roberto Calvi était en outre en relation avec la Banque vaticane. Sa disparition n'est pas sans embarrasser le Vatican, qui redoute d'ê […] Lire la suite

2-11 juin 1982
États-Unis – Europe. Premier voyage en Europe du président Ronald Reagan

Le 2, Ronald Reagan arrive à Paris pour une tournée qui le conduira à visiter quatre pays européens. Sa présence en France se justifie essentiellement par la tenue, du 4 au 6, à Versailles, du sommet des pays industrialisés. Mais, avant cette réunion, ses rencontres avec François Mitterrand et Jacques Chirac lui donnent l'occasion de réaffirmer l'amitié franco-américaine.Le 7, le président américa […] Lire la suite

1er-29 juin 1982
Italie. Tension sociale à la suite de la dénonciation patronale des accords de salaires

Le 1er, la Cofindustria (confédération patronale italienne) dénonce l'accord conclu en 1975 sur l'échelle mobile des salaires (indexation sur les prix). Les syndicats lancent aussitôt un mot d'ordre de grève générale, largement suivi le 2.Le 25, la Fédération unifiée des syndicats (C.G.I.L., C.I.S.L. et U.I.L.) renouvelle l'épreuve de force. L'Italie est paralysée par une gr […] Lire la suite

26-27 février 1982
France – Italie. Voyage du président François Mitterrand à Rome

Le voyage de François Mitterrand, en « visite officielle de travail » à Rome, en compagnie de cinq ministres, illustre la volonté de la diplomatie française de rééquilibrer la Communauté européenne vers le sud.Le 26, il est reçu par Giovanni Spadolini, président du Conseil, et déjeune au Quirinal avec Sandro Pertini, président de la République.Le 27, après s'être entretenu avec les chefs des princ […] Lire la suite

28 janvier 1982
Italie. Libération du général Dozier

Le 28, un commando de la police italienne libère, à Padoue, le général américain James Lee Dozier, enlevé le 17 décembre 1981, à Vérone, par les Brigades rouges. Le commandant en chef adjoint de l'état-major de l'O.T.A.N. était détenu dans un appartement du centre de la ville. Au cours de l'opération, qui constitue un grand succès pour la police italienne dans sa lutte contre les Brigades rouges,  […] Lire la suite

4-31 janvier 1982
États-Unis – U.R.S.S. Tension accrue dans les rapports Est-Ouest et remise en question du modèle soviétique par les P.C. italien et espagnol

Le 4, les ministres des Affaires étrangères des dix pays membres de la Communauté européenne, réunis à Bruxelles, « lancent un appel pressant pour que les autorités polonaises lèvent la loi martiale, libèrent les personnes arrêtées et restaurent un dialogue réel avec l'Église et Solidarité ». Le passage de la déclaration des Dix dénonçant « l'incapacité des systèmes totalitaires, tels que ceux de  […] Lire la suite

1981

17 décembre 1981
Italie. Enlèvement du général Dozier

À Vérone, un groupe de terroristes enlève le général James Lee Dozier, commandant en chef adjoint de l'état-major de l'O.T.A.N. pour l'Europe du Sud. L'enlèvement est immédiatement revendiqué par les Brigades rouges, qui annoncent que le général sera jugé par un « tribunal populaire ». Les B.R. préconisent, dans un document parvenu à la presse, la constitution d'une « Internationale terroriste »,  […] Lire la suite

12-27 août 1981
France – Italie. Conflit franco-italien à propos du vin

Le 12, devant les manifestations qui agitent depuis plusieurs jours le Midi viticole, Pierre Mauroy, tout en exprimant sa « très ferme réprobation » à l'égard des incidents, présente un ensemble de mesures destinées à compenser l'effondrement des cours du vin : le vin italien embarqué à destination de Sète sera conservé sous douane « jusqu'à ordre contraire du gouvernement » ; les vins de coupage  […] Lire la suite

3 août 1981
Italie. Assassinat d'un otage par les Brigades rouges

Le corps criblé de balles de Roberto Peci est retrouvé dans une décharge publique de la banlieue de Rome. Enlevé le 11 juin dernier, la victime était le frère d'un ancien responsable repenti de l'organisation terroriste, arrêté en février 1980 et qui avait fait d'importantes révélations sur ses anciens complices. L'un des directeurs de la Montedison avait été également exécuté le 6 juillet. […] Lire la suite

28-30 juillet 1981
Italie. Formation du gouvernement Spadolini

Le 28, après une crise ministérielle d'un mois, Giovanni Spadolini, secrétaire du Parti républicain, forme le quarante et unième gouvernement italien depuis la Libération. Pour la première fois depuis 1946, le gouvernement n'est pas dirigé par un représentant de la Démocratie chrétienne. Le nouveau président du Conseil choisit ses vingt-huit ministres parmi les socialistes, les républicains, les s […] Lire la suite

20-22 juillet 1981
Italie. Procès de l'auteur de l'attentat contre le pape Jean-Paul II

Le 20 s'ouvre devant la cour d'assises de Rome le procès de Mehmet Ali Agca. Le jeune terroriste turc, âgé de vingt-trois ans, a tiré le 13 mai, place Saint-Pierre, sur le pape Jean-Paul II et l'a blessé gravement, ainsi que deux autres personnes.Le 21, le prévenu refuse d'assister à son procès, dénonçant ses conditions de détention, et, réfutant la compétence du tribunal italien, demande à être j […] Lire la suite

17-28 mai 1981
Italie. Référendums et scandale à la loge P 2

Les 17 et 18, les électeurs italiens se prononcent par référendum sur l'abrogation de cinq lois. Quatre d'entre elles sont combattues par le Parti radical (extension de l'avortement, suppression de l'emprisonnement à vie, réglementation du port d'armes, loi contre le terrorisme), la dernière (limitation de l'avortement aux seules nécessités thérapeutiques) par le Mouvement catholique pour la vie.  […] Lire la suite

4-28 avril 1981
Italie. Lutte contre le terrorisme

Le 4, la police arrête à Milan Mario Moretti, considéré comme l'un des principaux responsables de l'organisation des Brigades rouges. Le terroriste, quoique armé et escorté de trois compagnons, se laisse appréhender sans se défendre.Le 7, un gardien de prison est tué devant son domicile à Rome. Les Brigades rouges revendiquent cet attentat.Le 27, l'un des dirigeants de la Démocratie chrétienne, an […] Lire la suite

22 mars 1981
Italie. Dévaluation de la lire

Le 22, le gouvernement italien annonce que la parité centrale de la lire italienne au sein du système monétaire européen (S.M.E.) est abaissée de 6 p. 100. Cette mesure, accompagnée d'une hausse de 2,5 p. 100 du taux d'escompte, qui passe ainsi de 16,5 p. 100 à 19 p. 100, est destinée à redresser une situation économique compromise par une inflation galopante (+ 1,8 p. 100 en février) et un grave  […] Lire la suite

22-23 janvier 1981
France – Italie. Visite du président Valéry Giscard d'Estaing à Rome

Le 22, Valéry Giscard d'Estaing arrive à Rome pour une visite officielle de travail de deux jours, qui s'insère dans le cadre des échanges de vues réguliers franco-italiens. Il s'entretient successivement avec le président du Conseil, Arnaldo Forlani, et le président de la République, Sandro Pertini. Si les questions européennes et africaines (en particulier la « fusion » du Tchad et de la Libye)  […] Lire la suite

3-15 janvier 1981
Italie. Détention et libération du juge Giovanni D'Urso

Le 3, l'hebdomadaire L'Espresso publie les réponses des Brigades rouges aux cinquante-quatre questions que leur avait posées par écrit le journaliste Mario Scialoja, ainsi que le texte des « interrogatoires » du juge Giovanni D'Urso (spécialement chargé au ministère de la Justice du transfert des prisonniers « politiques » dans les prisons de haute sécurité), enlevé à Rome le 1 […] Lire la suite

— Universalis