CHILI, chronologie contemporaine

 

2019

2-13 décembre 2019
Chili. Annonce de mesures économiques.

Le 2, en réponse au mouvement de contestation qui secoue le pays depuis octobre, le gouvernement annonce un plan de relance économique d’un montant équivalent à quelque 5 milliards d’euros, que le Parlement adopte deux jours plus tard. Ce plan prévoit des investissements dans des infrastructures publiques, une hausse du minimum vieillesse, ainsi que des aides aux défavorisés et aux petites entrepr […] Lire la suite

10-15 novembre 2019
Chili. Annonce d’un référendum sur une nouvelle Constitution.

Le 10, le ministre de l’Intérieur Gonzalo Blumel admet que « le débat autour d’une nouvelle Constitution est légitime », en réponse à l’une des principales revendications du mouvement de contestation qui agite le pays depuis octobre. La Constitution en vigueur a été approuvée par plébiscite en septembre 1980, sous le régime du dictateur Augusto Pinochet. Le 15, les partis représentés au Parlement  […] Lire la suite

18-30 octobre 2019
Chili. Mouvement de contestation.

Le 18, le président Sebastián Piñera décrète l’état d’urgence à Santiago à la suite des violentes manifestations qui s’y déroulent depuis l’annonce de l’augmentation du prix du ticket de métro, quelques jours plus tôt. Le 20, alors que la mobilisation se poursuit malgré l’annulation de la hausse annoncée, le chef de l’État déclare que le pays est « en guerre ». L’armée est déployée dans les rues p […] Lire la suite

2018

11 avril 2018
Vatican – Chili. Lettre du pape François aux évêques chiliens.

Le Vatican rend publique – fait inhabituel – la lettre adressée le 8 par le pape François aux évêques chiliens. En janvier, lors de sa visite au Chili, le pape avait créé une polémique en prenant la défense de l’évêque d’Osorno, Juan Barros, qu’il avait nommé en 2015 et que plusieurs personnes accusaient d’avoir couvert des agressions sexuelles commises par un prêtre. De retour à Rome, François av […] Lire la suite

16-30 janvier 2018
Vatican – Chili – Pérou. Visite du pape François en Amérique du Sud axée sur la pédophilie dans l’Église.

Le 16, entamant sa visite au Chili, le pape François visite des victimes de prêtres pédophiles et exprime « la douleur et la honte » qu’il ressent face à ces actes. De nombreux scandales liés à des prêtres pédophiles ont secoué la société chilienne, provoquant l’hostilité d’une partie de la population à l’égard du clergé. Le pape évoque également « la souffrance qu’engendre la suspicion » dont son […] Lire la suite

2017

17 décembre 2017
Chili. Élection de Sebastián Piñera à la présidence.

Sebastián Piñera, candidat de Chile Vamos (En avant le Chili, centre droit), remporte le second tour de l’élection présidentielle avec 54,6 p. 100 des suffrages, face à Alejandro Guillier, candidat de Nueva Mayoria (Nouvelle Majorité, centre gauche). Le taux de participation est de 49 p. 100. Sebastián Piñera a déjà dirigé le pays entre 2010 et 2014. […] Lire la suite

19 novembre 2017
Chili. Premier tour de l’élection présidentielle et élections législatives.

L’homme d’affaires et ancien président Sebastián Piñera, candidat de Chile Vamos (En avant le Chili, centre droit), arrive en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 36,6 p. 100 des suffrages. Il devance le sénateur socialiste et ancien journaliste Alejandro Guillier, candidat de Nueva Mayoría (Nouvelle Majorité, centre gauche), qui recueille 22,7 p. 100 des voix. La journaliste Bea […] Lire la suite

2014

27 janvier 2014
Chili – Pérou. Règlement du différend maritime entre les deux pays.

Au terme de six années de procédure, la Cour internationale de justice qui siège à La Haye rend son jugement sur le différend qui oppose le Chili et le Pérou depuis la guerre du Pacifique, à la fin du xixe siècle, au sujet du partage d'un espace maritime frontalier de 67 000 kilomètres carrés dans l'océan Pacifique. Le jugement est globalement favorab […] Lire la suite

2013

15 décembre 2013
Chili. Élection de Michelle Bachelet à la présidence.

La socialiste Michelle Bachelet remporte le second tour de l'élection présidentielle, avec 62,1 p. 100 des suffrages. Elle était opposée à la candidate de la droite Evelyn Matthei. Le taux de participation est de 41 p. 100. Michelle Bachelet a déjà occupé la fonction présidentielle de 2006 à 2010. La principale tâche de la coalition présidentielle est l'adoption d'une nouvelle Constitution pour re […] Lire la suite

17 novembre 2013
Chili. Premier tour de l'élection présidentielle et élections législatives.

La socialiste Michelle Bachelet, ancienne présidente et candidate de la coalition de la Nouvelle Majorité (centre gauche), arrive largement en tête lors du premier tour de l'élection présidentielle, avec 46,7 p. 100 des suffrages. Elle sera opposée au second tour, en décembre, à Evelyn Matthei, candidate de la coalition Alliance (droite) au pouvoir, qui obtient 25 p. 100 des voix. Aux élections lé […] Lire la suite

1er août 2013
Chili. Classement de la plainte des mineurs de San José.

Le procureur d'Atacama classe la plainte déposée contre les propriétaires de la mine de San José par les trente-trois mineurs qui étaient restés bloqués sous terre pendant soixante-neuf jours en août-octobre 2010, en l'absence d'« éléments pour soutenir une quelconque accusation ». Cette décision suscite la colère des mineurs et de leurs défenseurs. En mars 2011, un rapport parlementaire sur la ca […] Lire la suite

2011

4 août-3 septembre 2011
Chili. Mouvement de contestation étudiant.

Le 4, au terme d'une journée de manifestations d'étudiants dans la capitale et les grandes villes du pays réclamant un enseignement public et gratuit, plus de huit cents personnes sont interpellées. Il s'agit des manifestations les plus importantes depuis le retour de la démocratie en 1990. Appuyées par les syndicats de la fonction publique et du secteur minier, celles-ci illustrent l'étendue du m […] Lire la suite

2010

17 décembre 2010
France – Chili. Condamnation à Paris d'agents du régime d'Augusto Pinochet.

Le 17, dans le procès relatif à la disparition de quatre Français au Chili à la suite du putsch du général Augusto Pinochet, en septembre 1973, la cour d'assises de Paris condamne, en l'absence des accusés, les deux anciens chefs de la direction du renseignement national, les généraux Manuel Contreras et Pedro Espinoza, à la prison à vie, et onze autres agents au service de la junte à des peines d […] Lire la suite

13-14 octobre 2010
Chili. Sauvetage des trente-trois mineurs de San José.

Les 13 et 14 se déroule, dans la liesse, la remontée à la surface des trente-trois mineurs bloqués depuis soixante-neuf jours par 700 mètres de profondeur, à la suite d'un éboulement, dans la mine d'or et de cuivre de San José, dans le nord du pays. Les mineurs, tous sains et saufs, sont évacués un par un à l'intérieur d'une nacelle métallique tractée le long du puits de secours creusé à cet effet […] Lire la suite

22 août 2010
Chili. Trente-trois rescapés après un éboulement dans une mine.

Dix-sept jours après un éboulement survenu dans la mine d'or et de cuivre de San José, près de Copiapo, dans le nord du pays, un contact est établi avec trente-trois ouvriers bloqués dans un refuge à 700 mètres de profondeur. Un conduit permettant de communiquer et de leur transmettre de la nourriture et des médicaments relie le refuge à la surface. Le creusement d'une galerie destinée à les ramen […] Lire la suite

27-28 février 2010
Chili. Violent tremblement de terre.

Le 27, les provinces chiliennes de Maule et de Bío-Bío sont dévastées par un séisme de magnitude 8,8 sur l'échelle de Richter, dont l'épicentre se trouve en mer, à 90 kilomètres au nord-ouest de Concepción, deuxième ville du pays. Il provoque un tsunami sur la quasi-totalité de la côte pacifique. Le 28, alors que les répliques se succèdent depuis la veille, le gouvernement instaure l'état d'urgenc […] Lire la suite

17 janvier 2010
Chili. Retour de la droite au pouvoir.

Le candidat de la Coalition pour le changement (droite), l'homme d'affaires milliardaire et ancien sénateur Sebastian Piñera, chef du parti Rénovation nationale (centre droit), remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 51,6 p. 100 des suffrages. Il devance l'ancien président démocrate-chrétien Eduardo Frei, candidat de la Concertation des partis pour la démocratie – coalition de ce […] Lire la suite

11 janvier 2010
Chili. Adhésion à l'O.C.D.E.

Le Chili devient le trente et unième pays membre de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (O.C.D.E.). Il est le deuxième État d'Amérique latine après le Mexique, et le premier d'Amérique du Sud, à adhérer à cette organisation. […] Lire la suite

2006

10 décembre 2006
Chili. Mort de l'ancien dictateur Augusto Pinochet.

L'ancien président Augusto Pinochet, au pouvoir de 1973 à 1990, meurt à Santiago. Les autorités annoncent leur refus de lui accorder des funérailles d'État et de décréter un deuil national. Le général recevra les honneurs militaires en sa qualité d'ancien commandant en chef de l'armée. […] Lire la suite

25-26 mai 2006
France. Visite du président Jacques Chirac en Amérique latine.

Le 25, le président français Jacques Chirac, en visite au Brésil, rencontre son homologue, Luiz Inácio Lula da Silva, et s'exprime devant le Congrès national. Il défend l'importance du multilatéralisme et d'un monde multipolaire, dénonce les méfaits de la mondialisation, prône la lutte contre la pauvreté et la défense de l'environnement. Il salue le processus « irréversible » de démocratisation en […] Lire la suite

15 janvier 2006
Chili. Élection de Michelle Bachelet à la présidence.

La socialiste Michelle Bachelet, candidate de la Concertation démocratique (centre gauche), remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 53,5 p. 100 des suffrages, face au chef d'entreprise Sebastian Piñera, candidat de Rénovation nationale (droite modérée). Elle est la première femme élue à la tête du Chili. Michelle Bachelet était arrivée en tête au premier tour, le 11 décembre 2005 […] Lire la suite

2005

16 août 2005
Chili. Réforme constitutionnelle.

Le 16, le Parlement adopte massivement un projet de révision de la Constitution imposée par le général Augusto Pinochet en 1980. Le chef de l'État peut désormais limoger les commandants en chef des forces armées. Les huit sièges de sénateurs désignés ainsi que les sièges de sénateurs à vie, occupés par les anciens présidents, sont supprimés. Le mandat présidentiel est ramené de six à quatre ans et […] Lire la suite

2004

13 décembre 2004
Chili. Inculpation d'Augusto Pinochet.

Le juge Juan Guzmán inculpe l'ancien dictateur Augusto Pinochet et ordonne sa mise en résidence surveillée dans le cadre de l'instruction de l'affaire du plan « Condor », une opération menée par les dictatures sud-américaines, dans les années 1970-1980 en vue d'éliminer leurs opposants. En août, la Cour suprême avait levé l'immunité du sénateur à vie. […] Lire la suite

26 août 2004
Chili. Levée de l'immunité d'Augusto Pinochet.

La Cour suprême de justice décide de lever l'immunité dont jouissait Augusto Pinochet en tant qu'ancien président, ratifiant ainsi le jugement rendu le 28 mai par la cour d'appel de Santiago. L'ancien dictateur est poursuivi pour sa responsabilité dans le plan Condor, opération conjointe des dictatures d'Amérique du Sud pour éliminer leurs opposants, et qui avait fait des milliers de victimes entr […] Lire la suite

2002

1er-9 juillet 2002
Chili. Non-lieu pour Augusto Pinochet.

Le 1er, la Cour suprême prononce un non-lieu au bénéfice de l'ancien dictateur Augusto Pinochet, invoquant son état de démence sénile. Celui-ci était poursuivi pour son implication dans l'enlèvement et l'exécution d'opposants politiques au lendemain du coup d'État contre le président Salvador Allende, en septembre 1973. Cet arrêt confirme celui de la cour d'appel de Santiago […] Lire la suite

2001

16 décembre 2001
Chili. Progrès de l'opposition de droite aux élections législatives.

Avec 47,9 p. 100 des suffrages aux élections législatives, la Concertation démocratique du président Ricardo Lagos, qui rassemble le Parti démocrate-chrétien (P.D.C.) et le Parti socialiste, conserve de justesse la majorité à la Chambre des députés en remportant 62 sièges sur 120. L'Alliance pour le Chili, qui regroupe l'Union démocrate indépendante (U.D.I.) et Rénovation nationale, recueille 44,3 […] Lire la suite

9 juillet 2001
Chili. Suspension des actions contre le général Pinochet.

La cour d'appel de Santiago ordonne la suspension des poursuites judiciaires engagées à l'encontre d'Augusto Pinochet pour les crimes commis sous son régime. Elle estime que l'état de santé mentale dans lequel se trouve l'ancien président l'empêche d'assurer correctement sa défense. Dans la capitale, des affrontements opposent la police à un millier de manifestants qui protestent contre cette déci […] Lire la suite

4-29 janvier 2001
Chili. Nouvelle inculpation du général Pinochet.

Le 4, Augusto Pinochet fait savoir qu'il refuse de se soumettre aux examens médicaux et à l'interrogatoire ordonnés par le juge Juan Guzman chargé de l'instruction des plaintes déposées contre l'ancien dictateur pour des crimes commis sous son régime, entre 1973 et 1990. Une première inculpation, prononcée en décembre 2000, pour enlèvements et assassinats de détenus politiques, avait été annulée p […] Lire la suite

2000

1er-26 décembre 2000
Chili. Inculpation d'Augusto Pinochet dans l'affaire de la « caravane de la mort ».

Le 1er, le juge Juan Guzman inculpe et assigne à résidence le général Augusto Pinochet pour sa responsabilité, en tant qu'« auteur intellectuel », dans l'affaire de la « caravane de la mort », cette opération militaire qui visait à éliminer des opposants politiques, menée à travers le pays en octobre 1973. Soixante-quinze personnes avaient été exécutées. Cette décision crée  […] Lire la suite

8 août 2000
Chili. Levée de l'immunité parlementaire d'Augusto Pinochet.

La Cour suprême rend public le jugement par lequel elle lève l'immunité parlementaire d'Augusto Pinochet. Sénateur à vie depuis qu'il avait quitté le commandement en chef de l'armée, en mars 1998, celui-ci est l'objet de plus de cent cinquante plaintes déposées dans son pays par les victimes de la dictature. La Cour estime qu'il existe des « soupçons fondés » quant à la responsabilité directe du g […] Lire la suite

2-25 mars 2000
Chili – Royaume-Uni. Libération du général Augusto Pinochet.

Le 2, le ministre de l'Intérieur britannique, Jack Straw, annonce la remise en liberté du général Augusto Pinochet, « pour raisons médicales », comme il l'avait laissé entendre dès janvier, au vu d'un rapport sur l'état de santé de l'ancien dictateur chilien. Ce dernier avait été arrêté à Londres en octobre 1998 à la demande de la justice espagnole qui instruit des plaintes relatives à des crimes  […] Lire la suite

16 janvier 2000
Chili. Élection du socialiste Ricardo Lagos à la présidence.

Le socialiste Ricardo Lagos, ancien collaborateur du président Salvador Allende, remporte le second tour de l'élection présidentielle, avec 51,32 p. 100 des suffrages. Il était le candidat de la Concertation démocratique (centre gauche) au pouvoir depuis le retour à la démocratie en 1990 et qui rassemble le Parti démocrate-chrétien, le Parti socialiste, le Parti pour la démocratie et le Parti radi […] Lire la suite

1998

9-17 décembre 1998
Royaume-Uni – Chili. Mise en cause du rejet de l'immunité du général Pinochet.

Le 9, le ministre britannique de l'Intérieur, Jack Straw, annonce sa décision de « laisser la procédure d'extradition [d'Augusto Pinochet], engagée par les juges espagnols, suivre son cours devant les tribunaux du Royaume-Uni ». L'ancien dictateur chilien a été arrêté à la demande de deux juges espagnols, en octobre, alors qu'il se trouvait à Londres.Le 17, un tribunal de cinq lords-juges casse, e […] Lire la suite

6-25 novembre 1998
Royaume-Uni – Chili. Rejet de l'immunité pour le général Pinochet.

Le 6, le Chili décide de rappeler son ambassadeur à Madrid à la suite de l'autorisation, par le gouvernement espagnol, de la demande d'extradition déposée par le juge Baltasar Garzon à l'encontre du général Augusto Pinochet. L'ancien dictateur chilien a été arrêté à Londres en octobre à la demande du juge espagnol qui instruit contre lui une plainte pour génocide. La demande d'extradition espagnol […] Lire la suite

16-30 octobre 1998
Royaume-Uni – Chili. Arrestation à Londres d'Augusto Pinochet.

Le 16, dans une clinique de Londres, la police britannique arrête le général Augusto Pinochet, ancien dictateur chilien au pouvoir de septembre 1973 à mars 1990, devenu sénateur à vie, à la demande de deux juges espagnols. Baltasar Garzon enquête depuis mai 1997 sur l'opération « Condor », réseau clandestin de lutte contre les opposants aux régimes dictatoriaux d'Amérique latine créé dans les anné […] Lire la suite

10-11 mars 1998
Chili. Nomination du général Pinochet comme sénateur à vie.

Le 10, terme constitutionnel de ses fonctions, le général Augusto Pinochet remet ses pouvoirs de commandant en chef de l'armée de terre à son successeur.Le 11, l'ancien dictateur, au pouvoir de 1973 à 1990, prête serment comme sénateur à vie, en application de la Constitution votée sous sa présidence. De nombreux manifestants protestent, à travers le pays, contre cette nomination qui est contestée […] Lire la suite

13 janvier 1998
Chili. Maintien du général Pinochet à la tête de l'armée jusqu'à la date limite.

Le général Augusto Pinochet, ancien dictateur, déclare qu'il ne quittera pas ses fonctions de commandant en chef de l'armée à la fin du mois, comme le prévoyait un accord conclu avec le gouvernement d'Eduardo Frei, mais à la date limite du 10 mars, en application de la Constitution adoptée en 1988 sous le régime militaire. Il réagit ainsi aux démarches de plusieurs partis politiques qui visent à l […] Lire la suite

1997

11 décembre 1997
Chili. Victoire de la coalition de centre gauche au pouvoir aux élections législatives.

La Concertation démocratique, coalition de centre gauche au pouvoir qui comprend notamment les démocrates-chrétiens et les sociaux-démocrates, remporte les élections législatives tout en perdant une partie de son audience, avec 50,5 p. 100 des suffrages seulement (70 sièges sur 120, + 2 par rapport à 1993). Le Parti communiste et ses alliés progressent, avec 7,5 p. 100 des suffrages. L'opposition  […] Lire la suite

1995

30 mai 1995
Chili. Difficile application des condamnations du général Manuel Contreras et de son ancien adjoint.

La Cour suprême confirme les peines prononcées en novembre 1993 à l'encontre du général à la retraite Manuel Contreras, ancien chef de la police secrète du régime militaire (la D.I.N.A.), et du général Pedro Espinoza, toujours en service, ancien adjoint du précédent, condamnés respectivement à sept et six ans de prison. Les deux hauts responsables militaires avaient été reconnus coupables de l'ass […] Lire la suite

1993

11 décembre 1993
Chili. Élection du démocrate-chrétien Eduardo Frei à la présidence.

Eduardo Frei, fils du président qui a dirigé le pays de 1964 à 1970 et candidat de la Concertation des partis pour la démocratie, coalition de centre gauche regroupant la Démocratie chrétienne et les deux partis socialistes, remporte l'élection présidentielle avec 58 p. 100 des suffrages contre 24 p. 100 pour Arturo Alessandri, candidat commun de l'Union démocratique indépendante (pinochétiste) et […] Lire la suite

13 novembre 1993
Chili. Condamnation des commanditaires de l'assassinat d'Orlando Letelier.

Le tribunal de Santiago condamne respectivement à sept et six ans de prison le général à la retraite Manuel Contreras, ancien homme de confiance du général Augusto Pinochet et fondateur de la police politique du régime militaire, la D.I.N.A., et le général Pedro Espinoza, qui dirigeait les opérations de la D.I.N.A. à l'étranger, pour l'assassinat d'Orlando Letelier, ancien ministre des Affaires ét […] Lire la suite

1991

2 août 1991
Argentine – Chili. Accord sur le contentieux frontalier.

Patricio Aylwin, premier président chilien à se rendre en visite officielle à Buenos Aires depuis 1953, et Carlos Menem, son homologue argentin, signent plusieurs accords sur le tracé de la frontière entre les deux pays. Long de 5 400 kilomètres, celui-ci était l'objet de litiges et la cause de plusieurs incidents graves depuis un siècle. Les deux chefs d'État décident de soumettre le dernier suje […] Lire la suite

4-27 mars 1991
Chili. Le rapport de la commission sur la répression durant la dictature dénoncé par le général Pinochet.

Le 4, le président Patricio Aylwin présente aux Chiliens le rapport remis le 8 février par la commission officielle « pour la vérité et la réconciliation », formée en avril 1990 et qui a enquêté sur la répression exercée durant la dictature du régime du général Augusto Pinochet, entre 1973 et 1990. Celui-ci recense deux mille deux cent quatre-vingts cas de mort violente avérée et six cent quarante […] Lire la suite

1990

4 septembre 1990
Chili. Transfert à Santiago des cendres de Salvador Allende.

Les obsèques solennelles du président Salvador Allende, qui avait été enterré par les militaires dans une tombe anonyme du cimetière de Viña del Mar, à 100 kilomètres de la capitale, sont organisées à Santiago en présence de l'actuel président Patricio Aylwin et d'une foule nombreuse et émue. Danielle Mitterrand, Michel Rocard et Laurent Fabius assistent à ces funérailles, célébrées par l'archevêq […] Lire la suite

11-12 mars 1990
Chili. Prise de fonctions du président Patricio Aylwin.

Le 11 a lieu à Santiago la passation de pouvoir entre le général Augusto Pinochet, au pouvoir depuis le coup d'État de 1973, et le démocrate-chrétien Patricio Aylwin, candidat unique de l'opposition et vainqueur de l'élection présidentielle du 14 décembre 1989. Le général Pinochet demeure, sur sa demande et comme la Constitution l'y autorise, commandant en chef de l'armée de terre. À Santiago, des […] Lire la suite

1989

14 décembre 1989
Chili. Élection du candidat unique de l'opposition à la présidence.

Le candidat unique des dix-sept partis – communistes compris – regroupés au sein de la Concertation pour la démocratie, le démocrate-chrétien Patricio Aylwin, est élu président de la République en remportant, dès le premier tour, 55,2 p. 100 des suffrages, contre 29,4 p. 100 au candidat du gouvernement de droite Hernan Buchi et 15,4 p. 100 à celui du « centre-centre » Francisco Javier Errazuriz. C […] Lire la suite

30 juillet 1989
Chili. Réforme constitutionnelle.

Le référendum constitutionnel, qui a été imposé au général Pinochet après l'accord conclu le 31 mai entre le gouvernement et l'opposition, recueille 85,7 p. 100 de « oui ». Parmi les 54 amendements, qui faisaient l'objet d'un quasi-consensus au sein de la classe politique, les principaux portent sur la réduction du prochain mandat présidentiel de huit à quatre ans et l'abrogation de l'article mett […] Lire la suite

1988

5-9 octobre 1988
Chili. Échec du général Pinochet au plébiscite sur sa reconduction

Le 5, le plébiscite organisé par le général Augusto Pinochet, candidat unique désigné par la junte à sa propre succession à la tête de l'État pour la période 1989-1997, se déroule dans un climat d'ordre mais aussi de crainte pour l'opposition qui redoute un coup de force ou une manipulation des chiffres de la part du pouvoir. Les résultats accordent 54,71 p. 100 des voix aux partisans du « non »,  […] Lire la suite

1er-24 septembre 1988
Chili. Manifestations de l'opposition et campagne pour le plébiscite

Le 1er, la junte militaire autorise tous les exilés politiques à rentrer au Chili.Le 4, les partis d'opposition renouvellent leur démonstration de force du 30 août en réunissant plus de 200 000 personnes dans les rues de Santiago. Les manifestations hostiles, au régime, désormais quasi quotidiennes, donnent parfois lieu à de violentes échauffourées avec les forces de l'ordre […] Lire la suite

27-30 août 1988
Chili. Violentes manifestations de l'opposition à l'annonce de la candidature du général Pinochet au plébiscite

Le 27, la levée, annoncée le 24, de l'état d'urgence en vigueur depuis le coup d'État du général Augusto Pinochet, le 11 septembre 1973, est officiellement décrétée.Le 30, après certaines hésitations et malgré l'appel de l'Église chilienne, le 11, en faveur d'un « candidat de consensus », les trois commandants en chef de la junte militaire désignent le général Pinochet comme candidat au plébiscite […] Lire la suite

1987

1er-12 avril 1987
Vatican – Uruguay – Chili – Argentine. Visite du pape Jean-Paul II en Amérique latine

Le 1er, en descendant à Santiago du Chili de l'avion qui l'amène de Montevideo (Uruguay), où il a effectué, le 31 mars, une courte étape de seize heures, Jean-Paul II entame la partie la plus délicate de son huitième voyage en Amérique latine. Reçu par le général Augusto Pinochet, qui dirige un régime qualifié par le pape lui-même d'« actuellement dictatorial mais, dans sa p […] Lire la suite

1986

7 septembre 1986
Chili. Attentat contre le général Pinochet et proclamation de l'état de siège

Le général Augusto Pinochet échappe à un attentat, dans les faubourgs de la capitale : le cortège officiel essuie des rafales d'armes automatiques et des tirs de roquettes pendant dix minutes. Cinq membres de l'escorte présidentielle sont tués, mais le chef de l'État n'est que légèrement blessé à la main gauche. L'attentat est revendiqué par le Front patriotique Manuel Rodriguez, groupe clandestin […] Lire la suite

2-3 juillet 1986
Chili. Grève générale et répression

Les 2 et 3, une grève générale paralyse Santiago, la capitale, et plusieurs grandes villes de province. Ce mouvement a été organisé à l'appel de l'Assemblée civile, en organisme formé à la fin d'avril par les principales organisations sociales et syndicales, qui tente d'amener les partis politiques de l'opposition à surmonter leurs divergences. Bien que l'Assemblée civile préconise la non-violence […] Lire la suite

1985

4-26 septembre 1985
Chili. Renforcement des mesures d'exception après une nouvelle « protesta »

Le 4 a lieu la première journée nationale de protestation depuis la levée, le 16 juin, de l'état de siège, proclamé le 6 novembre 1984. Elle est organisée par le Commandement national des travailleurs (C.N.T.), qui regroupe les principaux syndicats du pays. Tandis que l'activité nationale est en grande partie paralysée, de nombreux affrontements opposent des manifestants aux forces de l'ordre, le  […] Lire la suite

26-28 août 1985
Chili. Accord en faveur d'une transition démocratique signé par la plupart des partis d'opposition

Le 26, l'Église catholique organise une « table ronde » avec des représentants de onze courants politiques d'opposition, allant de la droite nationale à la gauche chrétienne, en passant par les démocrates-chrétiens, les sociaux-démocrates, les radicaux et certains socialistes. Seuls le Parti communiste et l'extrême gauche ne participent pas à cette rencontre, au cours de laquelle est adopté un « a […] Lire la suite

1er-2 août 1985
Chili. Démission de l'un des quatre membres de la junte, compromis dans l'assassinat de trois opposants

Le 1er, le général Pinochet ordonne la destitution de quatorze membres du corps de police des carabiniers, dont sept officiers, après leur inculpation par un juge civil pour l'assassinat de trois dirigeants communistes qui avaient été enlevés le 29 mars.Le 2, le général Cesar Mendoza, commandant en chef des carabiniers et l'un des quatre membres de la junte militaire, démiss […] Lire la suite

3 mars 1985
Chili. Violent séisme

Un tremblement de terre de magnitude 7,6 sur l'échelle de Richter ravage la région centrale du Chili, où vivent près des trois quarts de la population, et fait 143 morts, 2 000 blessés et 150 000 sans-abri. […] Lire la suite

11-12 février 1985
Chili. Limogeage de Sergio Onofre Jarpa par le général Pinochet

Le 11, le général Pinochet demande la démission du gouvernement constitué en août 1983 par Sergio Onofre Jarpa. Ce dernier, homme politique de la droite traditionnelle, avait été alors nommé ministre de l'Intérieur, avec une certaine liberté pour former le gouvernement et pour tenter d'ouvrir un dialogue avec l'opposition. Toutes ses tentatives ont échoué car, en réalité, le général Pinochet n'ent […] Lire la suite

1984

5-28 novembre 1984
Chili. Rétablissement de l'état de siège par le général Pinochet

Le 5, Sergio Onofre Jarpa, ministre de l'Intérieur qui exerce les fonctions de chef du gouvernement depuis le 10 août 1983, remet sa démission : il estime qu'il a échoué à établir un dialogue avec l'opposition.Le 6, le général Augusto Pinochet refuse la démission de Sergio Onofre Jarpa et décrète l'état de siège sur tout le territoire chilien. L'opposition déclare que le retour à l'état de siège,  […] Lire la suite

29-30 octobre 1984
Chili. Première grève générale

Le 29 est organisée la onzième journée de protestation nationale depuis mai 1983 pour obtenir le départ du général Augusto Pinochet, au pouvoir depuis 1973 et en principe en fonctions jusqu'en 1989.Le 30, le Commandement national des travailleurs (C.N.T.), dirigé par Rodolfo Seguel, appelle à la première « grève nationale et populaire » depuis le coup d'État militaire du 11 septembre 1973. Le mouv […] Lire la suite

18 octobre 1984
Argentine – Chili. Fin du différend entre Buenos Aires et Santiago sur le canal de Beagle

L'Argentine et le Chili paraphent au Vatican un accord qui met fin au différend qui les oppose depuis 1881 à propos de la zone maritime entourant trois petites îles, Picton, Nueva et Lennox, situées à l'embouchure du canal de Beagle, entre la Terre de Feu et le cap Horn, à l'extrémité australe de l'Amérique du Sud. Cet accord, obtenu grâce à la médiation du Saint-Siège acceptée en 1979 par les deu […] Lire la suite

4-11 septembre 1984
Chili. Mort d'un prêtre français pendant la dixième « protesta »

Les 4 et 5, les trois principaux groupements politiques d'opposition (Alliance démocratique, Bloc socialiste et Mouvement démocratique populaire) et le Commandement national des travailleurs appellent à deux nouvelles journées de protestation nationale. Cet appel, le dixième depuis mai 1983, n'est pas massivement suivi, mais les forces de l'ordre font preuve d'une grande brutalité dans la répressi […] Lire la suite

11-17 mai 1984
Chili. Échec de la neuvième journée de protestation nationale

Le 11, la neuvième journée nationale de protestation, organisée par le Commandement national des travailleurs (C.N.T.) exactement un an après la première protesta contre le régime militaire du général Pinochet, est beaucoup moins suivie que les précédentes. L'activité, qui avait été paralysée le 27 mars, est normale durant la journée, et le pouvoir, qui n'avait pris aucune des  […] Lire la suite

11-27 mars 1984
Chili. Succès de la première « journée de protestation » de l'année

Le 11, le général Pinochet annonce l'organisation prochaine d'un référendum sur une réforme constitutionnelle pour établir les bases permettant le « rétablissement de la démocratie au Chili ».Le 23, l'état d'urgence, suspendu en août 1983, est rétabli sur tout le territoire.Le 27 a lieu une protesta (journée de protestation) à l'initiative des syndicats, la huitième à avoir lie […] Lire la suite

1983

18 novembre 1983
Chili. Manifestation unitaire à Santiago

Une « grande parade du peuple » est organisée à Santiago, à l'appel de tous les partis d'opposition, des syndicats, des organisations d'étudiants et des associations depobladores (habitants des bidonvilles). Cette première manifestation unitaire contre le régime du général Pinochet rassemble, selon les estimations, entre cinq cent mille et un million de personnes. […] Lire la suite

7-27 octobre 1983
Chili. Durcissement de l'opposition au général Pinochet

Le 7, les autorités militaires interdisent la « marche pour la démocratie », convoquée pour le 11 par toute l'opposition au général Pinochet.Le 10, l'Alliance démocratique, qui regroupe autour de la Démocratie chrétienne l'opposition modérée, rompt les négociations engagées avec le ministre de l'Intérieur, Sergio Onofre Jarpa.Les 11, 12 et 13, a lieu le sixième mouvement de protestation nationale, […] Lire la suite

7-29 septembre 1983
Chili. Cinquième journée de protestation et dixième anniversaire de la chute de l'Unité populaire

Le 7, cinq membres du Mouvement de la gauche révolutionnaire (M.I.R.) sont tués par les forces de l'ordre. Il s'agirait, selon les autorités, de membres du commando extrémiste qui a assassiné, le 30 août, le général Carol Urzua.Le 8, a lieu la cinquième journée de protestation nationale à l'appel de l'Alliance démocratique, coalition qui regroupe autour de la Démocratie chrétienne des partis de la […] Lire la suite

16-26 août 1983
Amérique latine. Difficultés financières de l'Argentine, du Chili, du Brésil, du Pérou et du Mexique

Le 16 est signé à New York un accord pour un prêt à l'Argentine de 1,5 milliard de dollars par un groupe de deux cent soixante-trois banques occidentales et japonaises. Le principe de ce prêt était acquis depuis plusieurs mois, mais, dernière séquelle de la guerre des Malouines, les quatre banques britanniques concernées n'étaient pas autorisées à y participer par leur gouvernement. Après la suppr […] Lire la suite

3-30 août 1983
Chili. Sévère répression de la quatrième journée de protestation, suivie d'une ouverture politique

Le 3, le Proden (Projet de développement national), organisation d'opposition créée en novembre 1982, qui regroupe des personnalités politiques de la droite modérée à la gauche non communiste, demande, pour la première fois ouvertement, la démission du général Pinochet.Le 6, les dirigeants des cinq principales formations politiques allant de la droite à la gauche socialiste annoncent la création d […] Lire la suite

9-19 juillet 1983
Chili. Troisième journée de protestation nationale

Le 9, Gabriel Valdès, président de la Démocratie chrétienne, et deux autres dirigeants de ce parti sont arrêtés pour avoir participé à l'élaboration de tracts appelant les Chiliens à protester pacifiquement le 12 contre la dictature militaire du général Pinochet.Le 11, Carlos Dupré, responsable du Proden (projet de développement national) qui regroupe des membres de presque tous les partis d'oppos […] Lire la suite

14-27 juin 1983
Chili. Mouvements de protestation

Le 14, de nouvelles manifestations hostiles au régime militaire ont lieu au Chili. Cette journée de protestation est, selon les syndicats organisateurs, plus massive et de nature plus clairement politique que celle du 11 mai. Dans les quartiers pauvres et à l'université de Santiago, les manifestants s'affrontent violemment aux forces de l'ordre : trois d'entre eux sont tués et une vingtaine sont b […] Lire la suite

11-21 mai 1983
Chili. Répression des manifestations d'opposition à la dictature

Le 11, une journée de « protestation civile » organisée par la Confédération des travailleurs du cuivre (C.T.C.) et soutenue par d'autres syndicats, tolérés ou clandestins, donne lieu à d'importantes manifestations contre le régime du général Pinochet. Le bilan de cette journée, sans précédent depuis le coup d'État militaire de 1973, est lourd : deux personnes qui ne participaient pas aux manifest […] Lire la suite

1982

26-30 août 1982
Chili. Deuxième remaniement gouvernemental en quatre mois

Le 26, le gouvernement formé le 22 avril remet sa démission, à la demande du général Pinochet.Le 30, le nouveau cabinet entre en fonctions : sur dix-neuf personnes, il comprend six nouveaux ministres et onze militaires au lieu de treize. Le général Pinochet leur assigne pour principale tâche de combattre la grave crise économique qui frappe le pays. […] Lire la suite

19-22 avril 1982
Chili. Important remaniement gouvernemental

Le 19, les dix-neuf membres du gouvernement remettent leur démission au général Pinochet, dont l'intention, semble-t-il, est de renouveler son équipe alors que la politique économique ultra-libérale pratiquée jusqu'alors a provoqué une grave récession, un niveau de chômage très élevé et un accroissement considérable de l'endettement extérieur.Le 22, le nouveau cabinet est formé : il comprend vingt […] Lire la suite

1981

11 août 1981
Chili. Expulsion de quatre personnalités politiques

Jaime Castillo Velasco, président de la commission chilienne des droits de l'homme et ancien président de la Démocratie-chrétienne, Carlos Brione et Orlando Cantuarias, anciens ministres de Salvador Allende, ainsi que Alberto Jérez, ancien sénateur de l'Unité populaire, sont expulsés vers l'Argentine. La France leur accorde, le 13, l'asile politique. […] Lire la suite

— Universalis