BANGLADESH, chronologie contemporaine

 

2018

30 décembre 2018
Bangladesh. Victoire du pouvoir aux élections législatives.

Au terme d’une campagne marquée par des violences et des milliers d’arrestations d’opposants, la ligue Awami de la Première ministre Sheikh Hasina remporte les élections législatives avec 76,9 p. 100 des suffrages et 257 sièges sur 300 – 288 avec ses alliés réunis au sein de la Grande Alliance. Le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP), principale formation d’opposition, obtient 12,3 p. 100 des vo […] Lire la suite

8 février 2018
Bangladesh. Condamnation de la chef de l’opposition Khaleda Zia.

La justice condamne la dirigeante du Parti nationaliste du Bangladesh (BNP) et chef de l’opposition Khaleda Zia à cinq ans de prison pour avoir détourné des fonds destinés à un orphelinat lorsqu’elle était Première ministre, entre 1991 et 1996. Cette condamnation compromet les chances de celle-ci de se présenter aux élections législatives prévues en décembre. Khaleda Zia est poursuivie dans le cad […] Lire la suite

7 février 2018
Bangladesh. Réélection du président Abdul Hamid.

Le Parlement réélit pour un second mandat le président Abdul Hamid, membre de la Ligue Awami au pouvoir et candidat unique. Le chef de l’État dispose essentiellement de pouvoirs honorifiques. […] Lire la suite

16 janvier 2018
Birmanie – Bangladesh. Accord sur le retour des Rohingya.

Naypyidaw et Dacca présentent les modalités de l’accord, annoncé en novembre 2017, relatif au retour en Birmanie des Rohingya qui se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir la répression de l’armée. Ce retour, qui doit s’étendre jusqu’au début de 2020, concerne les Rohingya qui peuvent prouver qu’ils ont été résidents en Birmanie avant août 2017 ; Naypyidaw ne leur reconnaît pas la citoyenneté. Envi […] Lire la suite

2017

27 novembre-2 décembre 2017
Vatican – Birmanie – Bangladesh. Visite du pape François en Asie.

Les 27 et 28 novembre, le pape François se rend en visite en Birmanie où il rencontre le général Min Aung Hlaing, commandant en chef de l’armée, la conseillère d’État Aung San Suu Kyi et le clergé bouddhiste. Invité à ne pas prononcer le nom de Rohingya pour ne pas sembler valider l’origine birmane de cette minorité, il appelle ses interlocuteurs à bâtir « une paix fondée sur le respect de tout gr […] Lire la suite

23 novembre 2017
Birmanie – Bangladesh. Accord sur le retour des Rohingya.

La Birmanie et le Bangladesh annoncent la conclusion d’un accord sur le retour des Rohingya, dont les détails ne sont pas rendus publics. Plus de six cent mille membres de cette communauté musulmane persécutée en Birmanie se sont réfugiés au Bangladesh, pour la plupart depuis août. Ce pays, l’un des plus pauvres et des plus densément peuplés du monde, refuse l’installation de camps supplémentaires […] Lire la suite

2016

1er-2 juillet 2016
Bangladesh. Attentat à Dacca revendiqué par l‘État islamique.

Le 1er, des hommes armés font irruption dans un restaurant du centre de Dacca, ouvrant le feu sur les expatriés qui le fréquentent habituellement et prenant des otages. L’organisation État islamique (EI) revendique l’attaque. Les assaillants – de jeunes gens radicalisés depuis peu – lui avaient prêté allégeance.Le 2, la police donne l’assaut, tuant les six membres du command […] Lire la suite

5-11 mai 2016
Bangladesh. Exécution d’un responsable islamiste.

Le 5, la Cour suprême confirme la condamnation à mort de Motiur Rahman Nizami, chef du Jamaat-e-Islami, principal parti islamiste. Celui-ci avait été condamné en première instance en octobre 2014 par le Tribunal international des crimes du Bangladesh, une juridiction controversée mise en place en mars 2010 pour juger les crimes commis pendant la guerre d’indépendance de 1971. Certains islamistes a […] Lire la suite

2015

6 juin 2015
Inde – Bangladesh. Signature d’un accord frontalier.

Les Premiers ministres indien et bangladais, Narendra Modi et Sheikh Hasina Wajed, procèdent à la signature officielle, à Dhaka (ou Dacca), d’un accord frontalier historique qui règle, par le biais d’un échange de territoires, la question de la centaine de petites enclaves que chaque pays possédait sur le territoire de l’autre. L’accord conclu en septembre 2011 avait aussitôt été ratifié par le Ba […] Lire la suite

2014

5 janvier 2014
Bangladesh. Élections législatives troublées par des violences.

Les élections législatives donnent lieu à des troubles qui entraînent la mort d'une vingtaine de personnes. Ceux-ci ont été orchestrés par la coalition des partis d'opposition, menée par le Bangladesh Nationalist Party de Khaleda Zia, qui appelait au boycottage du scrutin en raison du refus de la Ligue Awami au pouvoir de charger un gouvernement intérimaire neutre d'organiser les élections, comme  […] Lire la suite

2013

12 décembre 2013
Bangladesh. Exécution d'un chef du Jamaat-e-Islami.

Un des chefs historiques du Jamaat-e-Islami (parti islamiste), Abdul Kader Mollah, est exécuté par pendaison. Il avait été condamné à mort en septembre par le Tribunal international des crimes (I.C.T.) mis en place par la Ligue Awami (laïque), au pouvoir, pour juger les crimes perpétrés durant la guerre d'indépendance en 1971. Cette exécution attise les tensions entre le pouvoir et l'opposition is […] Lire la suite

15 juillet 2013
Bangladesh. Condamnation de l'islamiste Ghulam Azam.

Le Tribunal international des crimes (I.C.T.), créé en 2010 à Dacca (Dhaka), condamne Ghulam Azam, à la tête jusqu'en 2000 du principal parti islamiste du pays, le Jamaat-e-Islami, à quatre-vingt-dix ans de prison pour incitation au meurtre et complicité de génocide. Les milices que celui-ci avait mises sur pied durant la guerre d'indépendance en 1971 sont accusées d'avoir massacré des insurgés in […] Lire la suite

24-28 avril 2013
Bangladesh. Effondrement meurtrier d'un immeuble.

Le 24, l'effondrement du Rana Plaza, un immeuble de Savar, dans la banlieue de Dhaka, qui abritait des ateliers de confection, fait plus d'un millier de morts, principalement des femmes. Les autorités mettent en cause la construction illégale et défectueuse du bâtiment. Le drame met en lumière les conditions de travail des ouvriers du secteur textile, dont les revenus représentent 15 p. 100 du P.I […] Lire la suite

22 avril 2013
Bangladesh. Élection d'Abdul Hamid à la présidence.

Le président de l'Assemblée nationale Abdul Hamid, chef de l'État par intérim depuis le décès du président Zillur Rahman en mars, est élu à la présidence de la République par le Parlement. Il était le seul candidat. La fonction présidentielle est essentiellement honorifique.  […] Lire la suite

2008

17-29 décembre 2008
Bangladesh. Victoire électorale de Hasina Wajed.

Le 17, l'état d'urgence instauré en janvier 2007, qui restreignait l'activité des formations politiques, est levé.Le 29 se tiennent des élections législatives qui marquent une normalisation de la vie politique. En octobre 2006, à la suite de l'agitation qui avait troublé la fin du gouvernement de Khaleda Zia, le chef de l'État Iajuddin Ahmed s'était proclamé chef du gouvernement provisoire et l'ar […] Lire la suite

2007

22-27 août 2007
Bangladesh. Manifestations étudiantes et couvre-feu.

Le 22, le gouvernement impose le couvre-feu dans six grandes villes du pays, dont la capitale, Dhaka, où les étudiants, qui protestent contre la présence de l'armée sur le campus de l'université, affrontent la police depuis le 20. Il s'agit du plus fort mouvement de contestation depuis l'instauration de l'état d'urgence en janvier. Le 24, la police interpelle une dizaine d'universitaires et de res […] Lire la suite

11 janvier 2007
Bangladesh. Instauration de l'état d'urgence.

Le président Iajuddin Ahmed proclame l'état d'urgence et annule les élections législatives prévues pour le 22. Depuis octobre 2006, la Ligue Awami (opposition) de Hasina Wajed, qui exige la refonte des listes électorales avant le scrutin, entretient un climat de violences meurtrières. Les observateurs internationaux avaient suspendu leur mission en raison de l'incapacité du président à garantir de […] Lire la suite

2006

16 octobre 2006
Bangladesh. Le créateur bangladais du microcrédit récompensé par le prix Nobel de la paix.

Le comité suédois décerne le prix Nobel de la paix au professeur d'économie bangladais Muhammad Yunus et à la Grameen Bank, la banque de microcrédit qu'il a fondée. Lancé en 1976, le programme Grameen a obtenu le statut d'établissement bancaire en 1983. Depuis sa création, celui-ci a accordé 5,72 milliards de dollars de prêts à six millions d'exclus du système bancaire traditionnel. Le comité suéd […] Lire la suite

2005

17 août 2005
Bangladesh. Vague d'attentats islamistes.

Quelque trois cent cinquante attentats à la bombe frappent Dhaka et une cinquantaine d'autres villes du pays. Les explosions, de faible puissance, ne font que deux morts. Des tracts signés d'une petite organisation islamiste récemment interdite, Jamayetul Mujahideen, sont retrouvés sur place. Ils exigent « l'instauration de la loi islamique au Bangladesh » et somment les États-Unis et le Royaume-U […] Lire la suite

1996

12-23 juin 1996
Bangladesh. Victoire de l'opposition aux élections législatives.

Le 12, la Ligue Awami de Hasina Wajed remporte les élections législatives, avec 147 élus (+ 54 par rapport au scrutin de février 1991) sur 300 au Parlement. Le Parti national du Bangladesh (B.N.P.) de l'ancien Premier ministre Khaleda Zia n'obtient que 116 sièges (— 24). Le Jatiya, formation de l'ancien dictateur Mohammed Ershad – qui reste emprisonné –, a 31 élus (— 4). Le Jamaat-i-Islami, parti  […] Lire la suite

27-30 mars 1996
Bangladesh. Remplacement de Khaleda Zia par un Premier ministre intérimaire.

Le 27, le Premier ministre Khaleda Zia demande au président Abdur Rahman Biswas de nommer un gouvernement « neutre » en vue de préparer de nouvelles élections législatives, comme l'exige l'opposition dirigée par Cheikh Hasina Wajed. Celle-ci avait appelé au boycottage du précédent scrutin, organisé en février, et maintenait son mot d'ordre de désobéissance civile, entraînant des grèves générales à […] Lire la suite

15 février 1996
Bangladesh. Forte abstention aux élections législatives.

Moins de 10 p. 100 des électeurs participent aux élections législatives boycottées par l'opposition que dirige Sheikha Hasina Wajed, chef de la ligue Awami et fille du « père de la nation » Mujibur Rahman, tué en août 1975. Les députés de la ligue Awami, du Jatiya, parti de l'ancien président Hussein Mohammed Ershad, et du Jamaat-i-Islami, formation des intégristes musulmans, ont quitté l'Assemblé […] Lire la suite

1994

3-10 août 1994
Bangladesh. Exil de l'écrivain Talisma Nasreen.

Le 3, l'écrivain féministe Talisma Nasreen, dans la clandestinité depuis qu'elle a été assignée à comparaître devant la justice, le 4 juin, pour « affront aux sentiments religieux musulmans », se présente devant la Haute Cour de Dacca, qui la laisse en liberté sous caution. Sa tête avait été mise à prix par des fondamentalistes musulmans à la suite de propos jugés « blasphématoires » dès septembre […] Lire la suite

1991

30 avril 1991
Bangladesh. Nouvelle catastrophe provoquée par un cyclone.

Un très violent cyclone dévaste les côtes du Bangladesh. La bégum Khaleda Zia, Premier ministre depuis mars, lance un appel à l'aide internationale. Alors que le bilan dépasse les cent vingt-cinq mille morts et que plus de dix millions de personnes sont sans abri, la C.E.E. décide d'allouer 12 millions de dollars, le Canada débloque 1,2 million de dollars et les États-Unis promettent 20 millions d […] Lire la suite

27 février 1991
Bangladesh. Victoire de la bégum Khaleda Zia aux élections législatives.

Pour la première fois depuis l'indépendance en 1971, des élections démocratiques sont organisées après le retrait du président Ershad, chassé du pouvoir par le mécontentement populaire, en décembre 1990. À l'inverse des précédentes, elles se déroulent à peu près sans violence et sans fraudes massives. C'est le Parti national (B.N.P.) de la bégum Khaleda Zia, veuve du président Ziaur Rahman assassi […] Lire la suite

1990

4-12 décembre 1990
Bangladesh. Démission du président Mohammed Ershad.

Le 4, le général Ershad, en butte depuis plusieurs semaines à un mouvement de protestation organisé par les partis d'opposition, annonce sa décision de démissionner de ses fonctions, qu'il exerce depuis huit ans pratiquement sans partage : il était arrivé au pouvoir en mars 1982 après un coup d'État.Le 5, Shahabuddin Ahmed, président de la Cour suprême, est nommé vice-président à titre intérimaire […] Lire la suite

19-24 février 1990
France – Pakistan – Bangladesh. Visite de François Mitterrand au Pakistan et au Bangladesh.

Le 19, François Mitterrand entame la première visite officielle d'un chef d'État français au Pakistan.Le 21, au cours d'une conférence de presse, le président Mitterrand donne son accord à la livraison par la France d'une centrale nucléaire au Pakistan, « dans le respect des normes internationales ». La dénonciation unilatérale par Paris, en 1978, d'un accord conclu en 1976 et portant sur la const […] Lire la suite

1989

22-24 mars 1989
Bangladesh – France. Visite officielle du président Mohammed Ershad à Paris.

Du 22 au 24, Mohammed Ershad, président du Bangladesh, se rend à Paris en visite officielle. Il s'entretient avec François Mitterrand et Michel Rocard, en particulier du projet français de contrôle des inondations au Bangladesh. En effet, alors que ce pays est périodiquement victime des grands fleuves qui l'arrosent et que les dernières inondations de septembre 1988 ont fait des dégâts estimés à 2 […] Lire la suite

1988

29-30 novembre 1988
Bangladesh. Dévastation des côtes sud par un cyclone

Un cyclone tropical, accompagné d'un raz de marée, dévaste les côtes sud du pays, qui commençait à peine à se remettre des inondations catastrophiques de septembre. Des bilans non officiels chiffrent à plus de deux mille le nombre des morts et à près de dix mille le nombre des disparus, tandis que 7 millions de personnes sont sans abri et que plus de 90 p. 100 des récoltes, en particulier de riz,  […] Lire la suite

2-8 septembre 1988
Bangladesh. Dégâts considérables dus aux inondations

Le 2, les inondations qui ont commencé à la fin d'août s'aggravent à tel point qu'il faut fermer l'aéroport international de Dacca, par lequel les secours commençaient à être acheminés. En quelques jours, les trois quarts du pays ont été recouverts par les eaux, obligeant près de la moitié des 105 millions d'habitants à abandonner leur maison. Ces inondations sont les pires jamais enregistrées.Le  […] Lire la suite

3 mars 1988
Bangladesh. Élections législatives

Le général Hussein Mohamed Ershad ayant décidé, en décembre 1987, de dissoudre le Parlement afin de mettre fin à l'agitation politique qui paralysait le pays, les élections législatives ont lieu le 3. Les principaux partis d'opposition boycottant le scrutin, qui est marqué par ailleurs par de nombreuses irrégularités, le Jatiya, parti du président Ershad, remporte 251 des 300 sièges à pourvoir. […] Lire la suite

1987

10 novembre-6 décembre 1987
Bangladesh. Guerre d'usure de l'opposition contre le président Ershad

Le 10, l'opposition appelle la population à faire le « siège de Dacca » afin d'obtenir la démission du général Hussein Mohamed Ershad, chef de l'État depuis le coup d'État de mars 1982. La manifestation est un demi-échec, l'armée et la police quadrillant les rues de la ville. Mais les deux principaux dirigeants de l'opposition, la bégum Khaleda Zia, chef du Parti national du Bangladesh (B.N.P.), e […] Lire la suite

1986

15 octobre 1986
Bangladesh. Fraude généralisée pour l'élection présidentielle

Le 15, le général Hussein Mohamed Ershad, au pouvoir depuis le coup d'État de mars 1982, remporte une victoire « massive » à l'élection présidentielle, boycottée par l'opposition : selon les résultats officiels, le chef de l'État aurait obtenu dix fois plus de voix que l'ensemble de ses adversaires. Cependant, des observateurs étrangers impartiaux indiquent que la participation électorale n'aurait […] Lire la suite

7 mai 1986
Bangladesh. Fraude massive lors des élections législatives

Le général Mohamed Hussein Ershad convoque des élections législatives pour tenter de légitimer par les urnes son coup d'État de mars 1982. En dépit de fraudes massives et de manœuvres d'intimidation, le Jatiya, parti du général Ershad, n'obtient qu'une courte majorité : 152 des 300 sièges du Parlement. La ligue Awami, parti fondé par Mujibur Rahman, le « père de la nation » assassiné en 1975, et d […] Lire la suite

1985

24 mai 1985
Bangladesh. Cyclone très meurtrier sur la côte orientale

Un cyclone accompagné d'une violente onde de tempête frappe les régions côtières orientales du pays. De nombreuses îles sont submergées. La catastrophe aurait fait de 10 000 à 15 000 morts. Le nombre des sans-abri est supérieur à 250 000. Le chef de l'État, le général Ershad, sollicite de la communauté internationale une aide de 50 millions de dollars pour les sinistrés. […] Lire la suite

1er-21 mars 1985
Bangladesh. Rétablissement de la loi martiale et référendum

Le 1er, le général Ershad, président du Bangladesh, impose à nouveau la loi martiale qui avait été partiellement suspendue en décembre 1984. Les dirigeants de l'opposition sont placés en résidence surveillée ou arrêtés. Les élections générales, prévues pour le 6 avril, sont reportées sine die, mais le général Ershad, désireux de légitimer le régime milita […] Lire la suite

1984

18-29 mars 1984
Bangladesh. Ajournement des élections cantonales

Le 18, devant les grèves et les manifestations lancées par les deux partis d'opposition, la Ligue du peuple de H. Wajed, fille de l'ancien ministre Mujibur Rahman, et le Parti national du Bangladesh de Khaleda Zia, veuve de l'ancien président Ziaur Rahman, pour réclamer le report des élections locales du 24 mars et le retour à la démocratie, le général Ershad ajourne les élections cantonales.Le 29 […] Lire la suite

1983

11 décembre 1983
Bangladesh. Autoproclamation du général Ershad à la tête de l'État

Le général H. M. Ershad, administrateur en chef de la loi martiale depuis mars 1982, se proclame chef de l'État. Il annonce la remise en liberté des personnalités de l'opposition arrêtées à la fin de novembre. Le président A. Chowdhury démissionne et prend la tête d'un nouveau parti destiné à soutenir l'action du général Ershad. L'opposition dénonce cette initiative comme une volonté accrue de la  […] Lire la suite

14-28 novembre 1983
Bangladesh. Interdiction des activités politiques

Le 14, le général Ershad, administrateur en chef de la loi martiale instaurée en mars 1982, annonce le rétablissement des activités politiques au Bangladesh, des élections présidentielles pour mai 1984 et des élections législatives six mois plus tard.Le 28, après des affrontements violents à Dacca entre policiers et manifestants réclamant la levée de la loi martiale et des élections législatives a […] Lire la suite

1982

24-27 mars 1982
Bangladesh. Coup d'État militaire

Le 24, le général Hussain Mohammed Ershad, chef d'état-major des forces armées, relève de ses fonctions le président Abdus Sattar, élu le 15 novembre 1981, et se proclame chef de l'État. Le coup d'État se fait sans effusion de sang. La loi martiale et l'état d'urgence sont imposés.Le 27, lors d'une conférence de presse, le général Ershad justifie son action par la nécessité de mettre fin à la corr […] Lire la suite

11-12 février 1982
Bangladesh. Remaniement gouvernemental

Le 11, le président Abdus Sattar dissout le gouvernement qu'il avait formé le 27 novembre 1981, peu après son élection à la magistrature suprême. Le président souligne que cette décision n'est qu'un premier pas rendu nécessaire par le mécontentement populaire envers le gouvernement, certains ministres étant soupçonnés de corruption.Le 12, le nouveau cabinet est constitué : il ne comprend que seize […] Lire la suite

1981

15 novembre 1981
Bangladesh. Élection d'Abdus Sattar à la présidence

Le 15, les électeurs doivent désigner le successeur du président Ziaur Rahman, assassiné le 30 mai. Abdus Sattar, président par intérim et candidat du Parti national du Bangladesh (P.N.B.), est élu avec deux tiers des voix, contre un tiers à Kamal Hossain, candidat de la Ligue Awami (« du Peuple »), qui se réclame du « père de la nation », Mujibur Rahman. […] Lire la suite

30 mai-1er juin 1981
Bangladesh. Assassinat du président Ziaur Rahman

Au cours d'une visite dans la région de Chittagong, Ziaur (« Zia ») Rahman, chef de l'État du Bangladesh, est assassiné, tandis que des officiers supérieurs proclament l'état d'urgence dans tout le pays. Le président Zia, âgé de quarante-six ans, avait pris le pouvoir en 1975, quand le président Mujibur Rahman, qui avait conduit le pays à l'indépendance en 1972, avait été lui-même assassiné. Le 1 […] Lire la suite

— Universalis