BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GANDA OUMAROU (1935-1981)

Né au Niger, dans la région du fleuve, Ganda s'engage, en 1951, dans le corps expéditionnaire français en Indochine : il a seize ans. De retour au Niger en 1955, il est enquêteur-statisticien durant un an, puis part pour Abidjan (Côte-d'Ivoire) où se trouve un important groupe d'émigrés ghanéo-nigériens ; il rencontre Jean Rouch qui prépare un film sur ces émigrés, devient enquêteur dans son équipe, puis accepte de jouer dans le film en préparation le rôle d'un manœuvre du port d'Abidjan. Moi un Noir, film dont la durée passa d'un quart d'heure à une heure trente, fut un modèle pour l'école du « cinéma-vérité » : il fit découvrir à Ganda l'efficacité du cinéma comme instrument de prise de conscience et d'éducation.

De retour au Niger, Ganda est assistant-réalisateur dans le groupe Culture & Cinéma, fondé à Niamey, sous l'égide du Centre culturel franco-nigérien. Il obtient ainsi les moyens de tourner son premier film, Cabascabo, moyen métrage dont il est à la fois l'auteur, le réalisateur et l'acteur principal ; la qualité de son œuvre lui permet de bénéficier d'une aide de la coopération pour le tournage de deux nouveaux films, Le Wazzou polygame et Saïtane. Enfin, après un long silence dû aux changements politiques que connaît le Niger, Ganda tourne Cock cock cock, seul film disponible d'une série de trois documentaires inspirés par les chants et traditions populaires et L'Exilé, qui sort peu de temps avant sa mort. L'œuvre de Ganda ne présente pas le côté flamboyant, engagé, de la plupart des films africains reconnus. Elle annonce plutôt le jeune cinéma africain actuel, plus tourné désormais vers l'analyse des réalités sociales vécues quotidiennement que vers la dénonciation de la colonisation et de ses méfaits.

Le premier film de Ganda, Cabascabo (1969), le « Caïd », retrace les mésaventures d'un ancien combattant d'Indochine, revenu à Niamey, et menant joyeuse vie jusqu'à ce que son argent s'épuise ; il est alors en butte au mépris général et doit se faire manœuvre pour […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

Hervé CRONEL, « GANDA OUMAROU - (1935-1981)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oumarou-ganda/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média