BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

RAKOTO RATSIMAMANGA ALBERT (1907-2001)

Né le 28 décembre 1907 à Antananarivo, Albert Rakoto Ratsimamanga était le petit-fils du prince Ratsimamanga, oncle et conseiller de la reine Ranavalona III, exécuté en 1897 au début de la colonisation française de Madagascar. Puisant ses racines dans le xixe siècle malgache, sa vie a été solidaire des grands enjeux historiques et scientifiques de son époque.

D'abord médecin de l'Assistance médicale indigène, il prend conscience de l'immense précarité sanitaire des populations rurales de Madagascar. Accompagnant la délégation malgache pour l'Exposition coloniale de 1930, il continue ses études à Paris et devient docteur en médecine, docteur ès sciences, diplômé de l'Institut de médecine exotique et de l'Institut Pasteur.

Son combat pour la liberté dans un cadre légaliste et pacifiste fut sans relâche. Fondateur en 1934 de l'Association des étudiants d'origine malgache, il s'engage dans les F.F.I. pendant la Résistance. Cofondateur du Mouvement démocratique de la rénovation malgache en 1946, il s'élève contre la répression sanglante de l'insurrection malgache de 1947. À la déclaration de l'indépendance il est nommé ambassadeur de la nouvelle République malgache en France et crée les ambassades en Allemagne fédérale, en U.R.S.S., en Chine, en Corée du Nord et en Sierra Leone.

Il épouse une scientifique française, Suzanne Urverg, qui devient dès lors sa plus proche collaboratrice.

En outre, il représente son pays auprès de l'O.M.S., de la F.A.O.et de l'U.N.E.S.C.O., dont il devient vice-président du conseil exécutif.

Mais Albert Rakoto Ratsimamanga a surtout été un éminent scientifique, de la communauté de pensée des Joliot-Curie, Langevin, Leblond, Nicolle, Minz et bien d'autres.

D'abord assistant à la faculté de médecine de Paris, il est l'un des quatre directeurs scientifiques refondateurs du C.N.R.S. d'après guerre et devient directeur de recherche de classe exceptionnelle.

Ses travaux concernent la biochimie, la physiologie des hormones, notamment corticosurrénaliennes, des vitamines, spécialement la vitamine C. Il montre la présence d'hormones dans l'alimentation et leur rôle dans le développement de l'organisme, tout en dégageant les facteurs de détoxification cellulaire, particulièrement dans le foie, anticipant ainsi la notion moderne de nutraceutique. Son souci permanent est d'apporter concrètement une contribution à la santé publique par la mise sur le marché international de spécialités résultant de ses recherches : citons la Cortine, extrait corticosurrénalien contre les chocs opératoires, le Patelen traitant les hépatites et les réactions lépreuses, le Madécassol, cicatrisant majeur des lésions cutanéomuqueuses graves : brûlures, escarres, gangrènes, plaies lépreuses, inspiré par les observations de botanistes, comme Pierre Boiteau, et de tradipraticiens sur la Centella asiatica, talapetraka.

Par la création de l'Institut malgache de recherches appliquées, l'I.M.R.A., en 1957, il concrétise un des grands rêves de sa vie qui est de mettre au point des médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle, adaptés aux ressources des populations du pays. Avec son équipe, il crée des thérapies contre le paludisme, la lèpre, l'asthme, la lithiase, l'hypertension artérielle, les hépatites et autres affections courantes. Il met au point le premier antidiabétique d'origine entièrement végétale, issu d'Eugenia jambolana, rotra.

Actuellement, l'I.M.R.A. est un centre de recherche internationalement connu, travaillant en partenariat national et international, présidé par Suzanne Ratsimamanga-Urverg, entourée de chercheurs de premier plan.

Longtemps doyen de l'Académie nationale malgache, Albert Rakoto Ratsimamanga est professeur émérite de la faculté de médecine d'Antananarivo. Membre fondateur de l'Académie des sciences du Tiers Monde et de l'Académie des sciences d'Afrique, membre de l'Académie des sciences d'outre-mer, il est correspondant de l'Académie des sciences (Institut de France) depuis 1966 et de l'Académie de médecine française depuis 1967.

Personnalité particulièrement charismatique, humaniste fervent au service des humbles et des déshérités, ce grand savant encourageait les initiatives pour relever les grands défis par des stratégies adaptées au génie malgache, tout en régénérant les richesses de la biodiversité de l'île.

Ses compatriotes l'avaient choisi pour être « le Malgache du vingtième siècle » à la veille de l'an 2000 en raison de l'importance de son œuvre scientifique et de ses engagements en faveur de la fraternité et de la tolérance, témoignages de sa longue vie passionnée. Sa disparition, le 16 septembre 2001, a été ressentie comme une perte incommensurable et des funérailles nationales lui furent réservées, le consacrant comme l'un des plus grands Ancêtres de la terre malgache. Il repose comme il a vécu, très simplement, dans les jardins de son institut à Avarabohitra, aux portes nord d'Antananarivo.

Suzy-Andrée RAMAMONJISOA

Retour en haut

Offre essai 7 jours

Pour citer cet article

Suzy-Andrée RAMAMONJISOA, « RAKOTO RATSIMAMANGA ALBERT - (1907-2001)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-rakoto-ratsimamanga/

Thématique

Classification thématique de cet article :

Retour en haut

Voir aussi

Retour en haut

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2015, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.