BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ALGÉRIE, chronologie contemporaine

 

2014

23-30 septembre 2014
Algérie – France. Exécution d'un otage français par un groupe djihadiste

Le 23, le groupe djihadiste algérien Djound al-Khalifa (« les soldats du califat ») publie sur Internet une vidéo revendiquant l'enlèvement, le 21, près de Tizi Ouzou, d'un guide de haute montagne français, Hervé Gourdel, en visite dans le pays. Djound al-Khalifa a rompu avec Al-Qaida au Maghreb islamique et a fait allégeance à l'État islamique (E ...

16-28 avril 2014
Algérie. Réélection du président Abdelaziz Bouteflika

Le 16, au terme d'une campagne électorale marquée par de fortes tensions, un dernier rassemblement à Alger du mouvement Barakat (« Ça suffit »), opposé à un quatrième mandat pour le président Abdelaziz Bouteflika, est violemment réprimé par la police. Le 17, Abdelaziz Bouteflika est réélu à la tête de l'État dès le premier tour avec 81,5 p. 100 de ...

1er-3 mars 2014
Algérie. Candidature contestée d'Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat

Le 1er, le mouvement Barakat (« Ça suffit »), opposé à un quatrième mandat du président Bouteflika, appelle à une première manifestation de protestation à Alger. Au cours du mois, ce mouvement, ainsi que le collectif « Un autre avenir pour l'Algérie » notamment, organiseront d'autres manifestations. Cette mobilisation inédite, qui reste ...

Retour en haut

 

2013

16-21 janvier 2013
Algérie. Prise d'otages sur un site gazier

Le 16, un groupe islamiste armé prend en otages plusieurs centaines de personnes, dont une quarantaine d'Occidentaux, sur le site gazier de Tiguentourine, près d'In Amenas dans la province d'Illizi, dans le sud-est du pays. L'opération est revendiquée par la brigade Al-Mouthalimin (« les enturbannés »), créée par le chef djihadiste Mokhtar Belmokh ...

Retour en haut

 

2012

19-20 décembre 2012
France – Algérie. Visite officielle du président François Hollande en Algérie

Les 19 et 20, le président français François Hollande effectue une visite d'État en Algérie. Le 20, à Alger, devant les parlementaires réunis au palais des Nations, il déclare: « Pendant cent trente-deux ans, l'Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal, ce système a un nom, c'est la colonisation, et je reconnais ici les sou ...

10 mai 2012
Algérie. Victoire du F.L.N. aux élections législatives

Le Front de libération nationale (F.L.N.) du président Abdelaziz Bouteflika renforce sa domination sur le Parlement, avec 17,4 p. 100 des suffrages et 208 sièges sur 462. Son allié, le Rassemblement national démocratique dirigé par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, obtient 6,9 p. 100 des voix et 68 élus. Les deux partis détiennent la majorité abs ...

Retour en haut

 

2011

3-24 février 2011
Algérie. Manifestations contre le régime

Le 3, le président Bouteflika annonce la levée prochaine de l'état d'urgence en vigueur depuis 1992, le rétablissement du droit de manifester – hormis à Alger –, ainsi que diverses mesures d'ordre social. Ces concessions surviennent alors que des émeutes contre la vie chère ont fait cinq morts en janvier et que les revendications démocratiques en ...

5-9 janvier 2011
Algérie. Émeutes contre les hausses de prix

Le 5, des émeutes contre la hausse des prix des produits de consommation éclatent à Alger et à Oran. Elles prennent le relais de manifestations contre le manque de logements et d'emplois. Les jours suivants, les troubles s'étendent et se radicalisent. Le 9, le bilan des émeutes, qui s'apaisent, s'élève à cinq morts.  ...

Retour en haut

 

2010

31 août 2010
France – Algérie. Non-lieu dans l'affaire Mecili

La chambre d'instruction de la cour d'appel de Paris rend une ordonnance de non-lieu en faveur du diplomate algérien Mohammed Ziane Hasseni, arrêté en août 2008 et soupçonné d'être le commanditaire de l'assassinat, à Paris, en avril 1987, de l'avocat Ali Mecili, membre du Front des forces socialistes et opposant au régime algérien. L'accusation po ...

Retour en haut

 

2009

9 avril 2009
Algérie. Réélection du président Abdelaziz Bouteflika

À l'issue de l'élection présidentielle, le président sortant Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, est réélu avec 90,24 p. 100 des voix. Louisa Hanoune, candidate du Parti des travailleurs (trotskiste), arrive en deuxième position avec 4,2 p. 100 des voix, les quatre autres candidats en lice obtenant des scores très faibles. Les deux parti ...

12 février-7 mars 2009
Algérie. Regain de violences durant la campagne électorale

Le 12, le président Abdelaziz Bouteflika annonce officiellement sa candidature à l'élection présidentielle prévue le 9 avril. Au pouvoir depuis 1999, le chef de l'État a fait amender la Constitution en novembre 2008 pour pouvoir briguer un troisième mandat. Le 12 également, les deux partis kabyles – le Front des forces socialistes, le plus ancien ...

Retour en haut

 

2008

12 novembre 2008
Algérie. Révision partielle de la Constitution

Les deux chambres du Parlement, réunies en congrès à Alger, adoptent, par 500 voix contre 21 et 8 abstentions, un projet de loi portant amendements de la Constitution. L'un de ces derniers lève la limitation à deux du nombre des mandats présidentiels, permettant ainsi au président Abdelaziz Bouteflika de briguer un troisième mandat en avril 2009. ...

10-22 août 2008
Algérie. Série d'attentats-suicides meurtriers à la voiture piégée

Le 10, à Zemmouri, dans la wilaya de Boumerdès, à l'est d'Alger, un attentat-suicide à la voiture piégée mené contre un poste de surveillance de la plage fait huit morts et dix-neuf blessés. Le 19, aux Issers, également dans la wilaya de Boumerdès, un autre attentat du même type dirigé contre une école de gendarmerie fait au moins quarante-huit mo ...

8 juin 2008
Algérie. Vague d'attentats à la bombe

Un double attentat à la bombe perpétré à Beni Amrane, à l'est d'Alger, fait douze morts dont un ingénieur français travaillant dans le pays pour le compte d'une entreprise française. Cette dernière avait déjà été la cible d'une attaque en septembre 2007 à la suite de l'appel lancé par le numéro deux d'Al-Qaida, Ayman Al-Zawahiri, à « nettoyer le M ...

Retour en haut

 

2007

11 décembre 2007
Algérie. Attentats meurtriers revendiqués par Al-Qaida au Maghreb islamique

À Alger, deux attentats quasi simultanés à la voiture piégée frappent les locaux de la Cour constitutionnelle et de la Cour suprême, et ceux de deux agences de l'O.N.U., le Haut-Commissariat pour les réfugiés et le Programme des Nations unies pour le développement. Le bilan humain s'élève à une soixantaine de morts. Les attentats sont revendiqués ...

3-5 décembre 2007
Algérie – France. Visite du président Nicolas Sarkozy en Algérie

Le 3, Nicolas Sarkozy entame sa première visite d'État en Algérie. Celle-ci avait failli être annulée en raison des propos tenus la semaine précédente par Mohamed Cherif Abbès, ministre algérien des Anciens Combattants. Dans un entretien accordé au principal quotidien national El-Khabar, ce dernier avait affirmé ne rien attendre de ce qui ...

6-20 septembre 2007
Algérie. Attentat manqué contre le président Abdelaziz Bouteflika

Le 6, un attentat à la bombe qui visait le président Abdelaziz Bouteflika fait au moins vingt-deux morts à Batna. Le chef de l'État, indemne, dénonce dans une intervention télévisée «les criminels qui tentent de saborder le processus de paix et de réconciliation nationale». Plusieurs attentats-suicides ont été perpétrés dans le pays depuis le prin ...

17 mai 2007
Algérie. Victoire de l'Alliance présidentielle aux élections législatives

Le Front de libération nationale du Premier ministre Abdelaziz Belkhadem demeure la formation dominante du Parlement à l'issue des élections législatives, en fort recul toutefois par rapport au scrutin de mai 2002, avec 23 p. 100 des suffrages et 136 députés sur 389 (— 63). Les deux autres partis de la coalition de l'Alliance présidentielle progre ...

11-26 avril 2007
Algérie. Attentats meurtriers à Alger

Le 11, à Alger et dans sa banlieue, trois attentats-suicides simultanés à la voiture piégée dirigés contre le palais du gouvernement, un commissariat de police et une compagnie de gendarmerie font au moins trente-trois morts. Ils sont revendiqués par l'organisation terroriste Al-Qaida pour le Maghreb islamique (A.Q.M.I., ex-Groupe salafiste pour l ...

Retour en haut

 

2006

28 août 2006
Algérie. Bilan de l'amnistie prévue par la Charte pour la paix et la réconciliation

À l'expiration du délai accordé aux rebelles armés pour bénéficier de l'amnistie prévue par la Charte pour la paix et la réconciliation, adoptée par référendum en septembre 2005, « deux cent cinquante à trois cents terroristes » se sont rendus aux autorités. Quelque deux mille deux cents islamistes emprisonnés ont été libérés. Le nombre des rebell ...

24 mai 2006
Algérie. Nomination d'un nouveau Premier ministre

Le président Abdelaziz Bouteflika nomme Premier ministre Abdelaziz Belkhadem, chef du Front de libération nationale, en remplacement d'Ahmed Ouyahia, chef du Rassemblement national démocratique, en poste depuis mai 2003. Jusqu'alors représentant personnel du chef de l'État, avec rang de ministre, Abdelaziz Belkhadem dénonce la politique économique ...

Retour en haut

 

2005

29 septembre 2005
Algérie. Adoption par référendum d'une Charte pour la paix et la réconciliation nationale

Les électeurs se prononcent massivement en faveur de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale soumise à référendum par le président Abdelaziz Bouteflika, qui s'est personnellement engagé dans la campagne. Destiné à clore la guerre civile, qui a fait officiellement quelque cent cinquante mille morts depuis 1992, le texte propose sous c ...

7 juillet 2005
Algérie – France. Condamnation par Alger d'une loi française reconnaissant « le rôle positif de la présence française outre-mer »

Le Parlement algérien condamne solennellement la loi française du 23 février 2005 « portant reconnaissance de la nation en faveur des Français rapatriés ». Celle-ci préconise que les manuels scolaires « reconnaissent, en particulier, le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord », et qu'ils « accordent [...] aux ...

Retour en haut

 

2004

8-15 avril 2004
Algérie. Réélection du président Abdelaziz Bouteflika

Le 8, Abdelaziz Bouteflika, chef de l'État sortant, remporte l'élection présidentielle dès le premier tour avec 85 p. 100 des suffrages. Son principal adversaire, l'ancien Premier ministre Ali Benflis, arrive en deuxième position avec 7,9 p. 100 des voix. Le candidat du parti islamiste Al-Islah, Abdallah Djaballah, obtient 4,8 p. 100 des voix, et ...

Retour en haut

 

2003

30 décembre 2003
Algérie. Gel des activités du F.L.N.

Le tribunal administratif d'Alger prononce le gel des activités du Front de libération nationale (F.L.N.), ce qui empêche son secrétaire général, Ali Benflis, ancien Premier ministre, de se présenter sous l'étiquette du F.L.N. à l'élection présidentielle prévue en avril 2004. Cette décision contredit un arrêt du Conseil d'État, rendu en octobre, q ...

2-3 octobre 2003
Algérie. Passage du F.L.N. dans l'opposition

Le 2, la cour d'Alger interdit la tenue du congrès extraordinaire du Front de libération nationale (F.L.N.) qui devait désigner son candidat à l'élection présidentielle prévue en avril 2004. Cette décision fait suite à une action en justice intentée par certains militants de l'ancien parti unique, proches du président Abdelaziz Bouteflika, qui con ...

2 juillet 2003
Algérie. Libération d'Abassi Madani et Ali Benhadj

Abassi Madani et Ali Benhadj, principaux dirigeants du Front islamique du salut, arrêtés en juin 1991 et condamnés à douze ans de prison pour atteinte à la sûreté de l'État, sont libérés après avoir purgé leur peine. Les autorités leur interdisent aussitôt toute activité politique. Le 25 août, Abassi Madani appellera à l'arrêt de la lutte armée en ...

9-10 juin 2003
Algérie. Remises en liberté provisoire des dirigeants du mouvement kabyle

Les 9 et 10, quinze dirigeants du mouvement de contestation kabyle des arouchs, les comités de villages, parmi lesquels Belaïd Abrika, sont remis en liberté provisoire sur injonction du pouvoir. Cette mesure concrétise l'offre de dialogue direct lancée devant l'Assemblée nationale par le nouveau Premier ministre Ahmed Ouyahia, nommé en mai.  ...

21-24 mai 2003
Algérie. Violent séisme

Le 21, un violent séisme de force 6,7 sur l'échelle de Richter, dont l'épicentre se situe à la hauteur de la ville de Thenia, frappe la région à l'est d'Alger ainsi que certains quartiers de la capitale, faisant plus de 2 200 morts et causant des dégâts considérables. Il s'agit du plus fort tremblement de terre survenu dans le pays depuis la destr ...

2-4 mars 2003
France – Algérie. Visite d'État du président Jacques Chirac en Algérie

Le 2, Jacques Chirac entame la première visite d'État d'un président français en Algérie depuis l'indépendance de ce pays, en 1962. Reçu à Alger avec les plus grands honneurs, il est accueilli par des centaines de milliers de personnes qui l'acclament tout en réclamant, pour certaines, « des visas » pour la France. Jacques Chirac signe avec son ho ...

25-26 février 2003
Algérie. Grève générale

Les 25 et 26, l'Union générale des travailleurs algériens appelle à une grève générale – la troisième dans l'histoire du pays – afin de protester contre la conduite, par le gouvernement, d'un programme de privatisation sans politique industrielle, ce qu'elle assimile à une « braderie ». Le mouvement est très suivi, excepté dans l'industrie pétroli ...

Retour en haut

 

2002

27 septembre 2002
France – Algérie. Le général Khaled Nezzar débouté de sa plainte en diffamation

Le tribunal correctionnel de Paris déboute le général Khaled Nezzar, ancien ministre algérien de la Défense et « homme fort » du régime, de sa plainte en diffamation contre Habib Souaïdia, ancien officier, réfugié politique en France. En mai 2001, ce dernier avait accusé, sur une chaîne de télévision française, l'armée algérienne et son principal ...

5 juillet 2002
Algérie. Attentat meurtrier

Le jour du quarantième anniversaire de l'indépendance du pays, l'explosion d'une bombe sur le marché de Larbaa, près d'Alger, fait au moins 35 morts. Il s'agit de l'opération la plus meurtrière dirigée contre des civils depuis deux ans et demi. Deux autres attentats à la bombe se produisent le même jour. Ces actions apparaissent comme une réponse ...

30 mai 2002
Algérie. Des élections législatives marquées par une forte abstention

Les élections législatives sont marquées par un taux d'abstention sans précédent dans l'histoire du pays, 54 p. 100, ce qui constitue un revers pour le président Abdelaziz Bouteflika. Les deux partis kabyles estiment les chiffres de participation encore très surestimés. Ces formations – le Front des forces socialistes de Hocine Aït Ahmed et le Ras ...

8-20 avril 2002
Algérie. Accession du berbère au statut de langue nationale

Le 8, le Parlement, réuni en Congrès, adopte à l'unanimité un amendement à la Constitution qui octroie au tamazight – la langue berbère – le statut de langue nationale, mais non celui de langue officielle, privilège réservé à l'arabe. Le Front des forces socialistes et le Rassemblement pour la culture et la démocratie, les deux formations les plus ...

8 février 2002
Algérie. Mort du chef du G.I.A.

Alors que les violences meurtrières se multiplient depuis le début de l'année. le chef du Groupe islamique armé (G.I.A.), Antar Zouabri, est tué par les forces de sécurité à Boufarik, au sud d'Alger. Le corps de celui dont la mort avait souvent été annoncée à tort est présenté à la presse. En déclin, le G.I.A. est notamment affaibli, depuis 1998, ...

Retour en haut

 

2001

10-12 novembre 2001
Algérie. Inondations meurtrières dans le nord du pays

Le 10, les pluies torrentielles qui s'abattent depuis la veille sur le nord du pays provoquent de graves inondations. Plusieurs villes de la côte, et principalement certains quartiers de l'ouest d'Alger, sont envahis par des coulées de boue qui causent la mort de plus de 700 personnes au total. Des milliers de familles sont privées de logis. La pr ...

3 octobre 2001
Algérie. Annonce de l'accession du berbère au statut de langue nationale

Le gouvernement d'Ali Benflis présente un projet de réforme constitutionnelle visant à faire de la langue berbère une langue nationale, à l'égal de l'arabe. Sont également annoncées l'indemnisation des victimes des violences qui ont éclaté en Kabylie en avril, la poursuite des responsables de ces violences et la refonte des « structures de sécurit ...

10-25 juin 2001
Algérie. Extension du mouvement de protestation contre le pouvoir

Le 10, de violentes émeutes accompagnées de destructions des édifices publics éclatent à Khenchela, dans l'Aurès, région berbérophone du sud-est du pays, à la suite d'une simple altercation entre des jeunes et un militaire. Parti de Kabylie en avril, le mouvement de contestation contre le pouvoir s'étend. Le 14, à Alger, une manifestation de plusi ...

1er-31 mai 2001
Algérie. Manifestations contre le régime, à la suite des émeutes en Kabylie

Le 1er, après la répression violente des émeutes en Kabylie, en avril, le Rassemblement pour la culture et la démocratie de Saïd Saadi, formation kabyle, annonce son retrait du gouvernement de coalition. Ses deux ministres démissionnent. Le 3, une manifestation de protestation non autorisée, organisée à l'appel du Front des forces socia ...

18-30 avril 2001
Algérie. Émeutes en Kabylie

Le 18, la mort d'un jeune Berbère dans les locaux de la gendarmerie de Beni-Douala, près de Tizi-Ouzou, provoque des émeutes dans plusieurs villages de Kabylie. Celles-ci illustrent la révolte de la jeunesse berbère contre le pouvoir, pour des raisons tant économiques et sociales que culturelles et, notamment, linguistiques. Les affrontements se p ...

Retour en haut

 

2000

14-17 juin 2000
Algérie – France. Visite du président Abdelaziz Bouteflika en France

Du 14 au 17, Abdelaziz Bouteflika effectue la première visite en France d'un président algérien depuis celle de Chadli Bendjedid en 1983. Les relations franco-algériennes sont marquées par des tensions et des crises, notamment depuis l'annulation des élections de 1991 par l'armée algérienne, prélude aux violences meurtrières que le pays continue d ...

Retour en haut

 

1999

22 novembre 1999
Algérie. Assassinat du numéro trois du F.I.S.

Le 22, Abdelkader Hachani, principal dirigeant en liberté de l'ex-Front islamique du salut (F.I.S.), est assassiné à Alger. Le crime est condamné par l'ensemble de la classe politique. Le président Abdelaziz Bouteflika dénonce cet « acte criminel » qui porte la signature des « ennemis de la concorde civile [...] et de la réconciliation nationale » ...

16 septembre 1999
Algérie. Succès du référendum sur la concorde civile

98,6 p. 100 des électeurs approuvent par référendum « la démarche générale du président de la République visant à la réalisation de la paix et de la concorde civile ». Le taux de participation s'élève à 85 p. 100. Votée en juillet et déjà entrée en application, la loi sur la concorde civile prévoit, jusqu'au 13 janvier 2000, l'amnistie des combatt ...

29-30 juillet 1999
France – Algérie. Visite du ministre français des Affaires étrangères à Alger

Les 29 et 30, Hubert Védrine effectue la première visite à Alger d'un ministre français des Affaires étrangères depuis quatre ans. Celle-ci marque, selon lui, une « véritable refondation » des relations franco-algériennes, qui étaient tendues depuis le début de la vague de violences islamistes, en 1992. Hubert Védrine évoque les « mesures de préca ...

6-11 juin 1999
Algérie. Abandon de la lutte armée par l'A.I.S.

Le 6, dans un message adressé au président Abdelaziz Bouteflika, Madani Mezrag, chef de l'Armée islamique du salut (A.I.S.), le bras armé du Front islamique du salut (F.I.S.), annonce « l'arrêt définitif de [la] lutte armée » et fait part de sa volonté de placer ses forces « au service de la patrie ». Cette initiative répond au premier discours, e ...

14-16 avril 1999
Algérie. Élection d'Abdelaziz Bouteflika, candidat unique, à la présidence de la République

Le 14, six des sept candidats à l'élection présidentielle dénoncent des « fraudes » au profit d'Abdelaziz Bouteflika lors des premières opérations de vote dans les bureaux itinérants du Sahara et dans les casernes. Ils exigent l'annulation du scrutin dans ces bureaux et demandent à rencontrer le président Liamine Zeroual. Ancien ministre des Affai ...

Retour en haut

 

1998

14 décembre 1998
Algérie. Démission du Premier ministre Ahmed Ouyahia

Ahmed Ouyahia, Premier ministre depuis décembre 1995, présente sa démission au président Liamine Zeroual, qui l'accepte. Celle-ci était attendue depuis que le chef de l'État avait annoncé, en septembre, son intention d'abréger son mandat. Il avait indiqué qu'un nouveau Premier ministre serait chargé d'organiser une élection présidentielle anticipé ...

14-19 octobre 1998
Algérie. Conflit entre la presse et le gouvernement et démissions de ministres

Le 14, quatre des principaux quotidiens privés francophones, qui ont fait paraître des articles antigouvernementaux, sont sommés par les imprimeries d'État de régler leurs dettes sous peine de ne plus être imprimés. Le 18, alors que les imprimeries mettent leur menace à exécution, le ministre de la Justice, Mohamad Adami, l'une des personnalités d ...

11 septembre 1998
Algérie. Annonce du départ anticipé du président Liamine Zeroual

Dans une allocution radiotélévisée, Liamine Zeroual, au pouvoir depuis janvier 1994, crée la surprise en annonçant qu'une élection présidentielle anticipée sera organisée avant la fin de février 1999 et qu'il ne s'y présentera pas, afin de « concrétiser le principe de l'alternance ». Son mandat venait à échéance en novembre 2000. La press ...

22 juillet-3 août 1998
Algérie. Mission d'information des Nations unies et rapport du Comité des droits de l'homme de l'O.N.U.

Du 22 au 3 août, une délégation de l'O.N.U., conduite par l'ancien président portugais Mário Soares, effectue une mission d'information à la demande des autorités d'Alger qui, en acceptant la venue de cette mission internationale, opèrent un revirement. Le gouvernement limite toutefois les pouvoirs de celle-ci : la mission n'a pas de mandat d'enqu ...

25-30 juin 1998
Algérie. Assassinat du chanteur kabyle Lounès Matoub

Le 25, le populaire chanteur kabyle Lounès Matoub est assassiné près de Tizi Ouzou par des membres présumés des groupes islamistes armés. Il était connu pour son engagement à la fois contre l'intégrisme et contre la politique d'arabisation du gouvernement. Lounès Matoub avait déjà été victime d'un enlèvement, en septembre 1994. Le 26, Tizi Ouzou e ...

13 février 1998
Algérie. Annonce de la mort du coordonnateur des attentats islamistes de 1995 à Paris

Les services de sécurité algériens révèlent qu'Ali Touchent, alias « Tarek », considéré par la police française comme le coordonnateur des attentats islamistes commis à Paris entre juillet et octobre 1995, est mort en Algérie en mai 1997. Les empreintes digitales envoyées par Alger à Paris confirmeront l'information.  ...

8-11 février 1998
Algérie – Union européenne. Visite en Algérie de la délégation européenne

Le 8, la délégation de neuf parlementaires européens débute à Alger sa mission d'information sur les violences qui se poursuivent dans le pays. Le Parlement de Strasbourg avait pris cette initiative en septembre 1997 ; le gouvernement algérien l'avait acceptée en novembre. Rencontrant des parlementaires algériens, la délégation européenne approuve ...

3-26 janvier 1998
Algérie. Difficile dialogue avec l'Union européenne sur fond de massacres

Le 3, le quotidien privé Liberté révèle que le massacre du 30 décembre, premier jour du ramadan, dans la région de Relizane, dans l'Ouest algérien, aurait fait quatre cent douze morts – le bilan officiel de ce massacre attribué au G.I.A. était de soixante-dix-huit victimes. Le 5, la recrudescence des violences suscite un début de mobilisa ...

Retour en haut

 

1997

25-30 décembre 1997
Algérie. Élection de la nouvelle Haute Assemblée

Le 25, les représentants locaux élisent le Conseil de la nation, dont l'installation, approuvée par le référendum constitutionnel de novembre 1996, doit, selon les autorités, parachever « l'édifice institutionnel de la République ». Le Rassemblement national démocratique du président Liamine Zeroual remporte quatre-vingts des quatre-vingt-seize si ...

23-31 octobre 1997
Algérie. Manifestations à la suite des élections locales

Le 23, alors que les massacres attribués aux groupes islamiques armés se poursuivent à travers le pays, les élections locales sont remportées par le Rassemblement national démocratique (R.N.D.) du président Liamine Zeroual, arrivé loin devant le Front de libération nationale (F.L.N., ex-parti unique) et le Mouvement de la société pour la paix (M.S ...

6-26 septembre 1997
Algérie. Poursuite des massacres et appel au cessez-le-feu de l'A.I.S

Le 6, un nouveau massacre perpétré dans une ville de la banlieue d'Alger par un groupe armé présumé islamiste fait entre soixante et quatre-vingts morts. Les forces de l'ordre n'interviennent pas. Tandis que l'idée d'une initiative internationale se développe depuis la prise de position du secrétaire général de l'O.N.U., Kofi Annan, en août, le po ...

29 août-1er septembre 1997
Algérie. Intensification des massacres

Le 29, une centaine de personnes, selon un bilan officiel, sont sauvagement tuées lors de l'attaque du village de Raïs, proche d'Alger, par un groupe armé présumé islamiste. Des témoignages font état d'un nombre de victimes deux à trois fois supérieur. Il s'agit de l'opération la plus meurtrière depuis le début des violences consécutives à l'arrêt ...

8-22 juillet 1997
Algérie. Libération de dirigeants du F.I.S.

Le 8, le numéro trois de l'ex-Front islamique du salut (F.I.S.), Abdelkader Hachani, est libéré de prison. La veille, il avait été condamné à cinq ans d'emprisonnement pour crimes et délits contre la sûreté de l'État, peine couverte par la durée de sa détention provisoire. Le porte-parole de l'instance exécutive du F.I.S. à l'étranger salue ce « g ...

5-25 juin 1997
Algérie. Victoire du pouvoir aux élections législatives

Le 5, au terme d'une campagne électorale au cours de laquelle de nombreux meurtres ont été commis, se déroule le premier scrutin législatif – à la proportionnelle – depuis les premières élections pluralistes organisées dans le pays, en décembre 1991, remportées par le Front islamique du salut (F.I.S.) et annulées par le pouvoir. La nouvelle Consti ...

24-31 janvier 1997
Algérie. Recrudescence des violences et assassinat politique

Le 24, lors d'une allocution télévisée, le président Zeroual rompt le silence observé par les autorités depuis le début du ramadan, le 10, alors que les massacres de villageois et les attentats à la bombe, en forte recrudescence, ont fait, depuis cette date, plus de deux cents morts. Le chef de l'État continue à prôner l'« extermination » des « te ...

Retour en haut

 

1996

28 novembre 1996
Algérie. Référendum constitutionnel

Les électeurs approuvent à 85,81 p. 100 la révision constitutionnelle qui leur était soumise par référendum. Celle-ci accroît la concentration des pouvoirs entre les mains du président Zeroual, consacre l'islam comme religion d'État, interdit les partis fondés sur une base religieuse, linguistique ou régionale et prévoit la création d'une seconde ...

1er-2 août 1996
Algérie. Assassinat de l'évêque d'Oran

Le 1er, l'évêque d'Oran, Mgr Claverie, est tué par l'explosion d'une bombe. Le jour même, il avait accompagné Hervé de Charette, premier chef de la diplomatie française à se rendre dans le pays depuis janvier 1993, au monastère de Tibéhirine, où sont inhumés les sept moines trappistes assassinés en mai. Il est le cent quatriè ...

14-18 juillet 1996
Algérie. Assassinat de Djamel Zitouni après son éviction de la direction du G.I.A.

Le 14, le conseil consultatif du Groupe islamique armé (G.I.A.) annonce l'éviction de la direction du mouvement de Djamel Zitouni, « émir » de l'aile la plus radicale du G.I.A. Membre de la direction du G.I.A. depuis octobre 1994, Djamel Zitouni avait notamment revendiqué le détournement de l'Airbus d'Air France sur l'aéroport d'Alger, en décembre ...

23-30 mai 1996
Algérie. Assassinat des sept moines français enlevés

Le 23, un communiqué du Groupe islamique armé (G.I.A.) annonce l'assassinat, deux jours plus tôt, des sept moines trappistes français enlevés en mars dans le monastère de Tibéhirine, près de Médéa. Le G.I.A. affirme avoir tenté de négocier leur libération avec les autorités françaises – ce que ces dernières nient – contre l'élargissement de prison ...

27 mars 1996
Algérie. Enlèvement de sept moines français

Un groupe armé enlève sept moines trappistes français, dont un médecin, dans leur monastère proche de Médéa. Les maquis voisins sont un repaire du Groupe islamique armé, dont les membres auraient recherché l'aide d'un médecin pour soigner des combattants blessés lors des affrontements en cours avec l'armée. Trente-trois Français, dont onze religie ...

11-19 février 1996
Algérie. Recrudescence des violences

Le 11, deux voitures piégées explosent à Alger, l'une près de la mairie de Bab el-Oued, l'autre devant la Maison de la presse qui abrite la plupart des journaux indépendants. Ce dernier attentat fait vingt et un morts, dont trois journalistes du Soir d'Algérie. Depuis mai 1993, quarante-huit journalistes ont été tués dans des attentats at ...

5-18 janvier 1996
Algérie. Entrée de l'opposition légale au gouvernement

Le 5, Ahmed Ouyahia, nommé Premier ministre en décembre 1995, rend publique la composition de son gouvernement. Comprenant de nombreux membres de l'équipe sortante, celui-ci accueille également, pour la première fois depuis l'indépendance du pays, quatre représentants de l'opposition légale, à des postes secondaires : deux membres du Mouvement de ...

Retour en haut

 

1995

31 décembre 1995
Algérie. Nomination d'Ahmed Ouyahia au poste de Premier ministre

Le président Liamine Zeroual nomme Ahmed Ouyahia au poste de Premier ministre en remplacement de Mokdad Sifi, en fonctions depuis avril 1994. Diplomate de carrière, Ahmed Ouyahia est un proche du chef de l'État, dont il dirigeait jusqu'à présent le cabinet. Le président Zeroual le charge d'organiser des élections législatives et de poursuivre les ...

16-29 novembre 1995
Algérie. Réélection du président Liamine Zeroual

Le 16, la première élection présidentielle depuis l'indépendance, en 1962, se déroule sous haute protection et dans le calme. Le général Liamine Zeroual, chef de l'État depuis la fin du mandat du Haut Comité d'État, en janvier 1994, est réélu à la présidence de la République avec 61,01 p. 100 des suffrages, dès le premier tour. Mahfoud Nahnah, isl ...

14 octobre 1995
Algérie. Redha Malek écarté de la course à la présidence

Chargé de se prononcer sur la validité des candidatures à la première élection présidentielle pluraliste depuis l'indépendance, qui doit se dérouler le 16 novembre, le Conseil constitutionnel crée la surprise en éliminant de la course l'ancien Premier ministre Redha Malek, candidat de l'Alliance nationale républicaine. Celui-ci affirme qu'il rempl ...

10-26 octobre 1995
France – Algérie. Annulation de la rencontre entre les présidents Jacques Chirac et Liamine Zeroual

Le 10, Jacques Chirac confirme qu'il rencontrera bien le président algérien Zeroual, à l'occasion des cérémonies marquant le cinquantième anniversaire des Nations unies, à New York. Pour le président français, « la solution [à la crise algérienne] ne peut être fondée que sur un dialogue avec l'ensemble de ceux qui, en Algérie, récusent la violence ...

2-28 septembre 1995
Algérie. Poursuite des violences à l'approche de l'élection présidentielle

Le 2, un attentat au camion piégé contre une résidence de policiers à Meftah, près d'Alger, cause la mort de dizaines de personnes. Le 3, deux religieuses, une Française et une Maltaise, sont assassinées à Alger. Quatre-vingt-treize étrangers, dont dix religieux, ont été tués dans le pays depuis le début des violences. Le 17, l'un des seize candid ...

6-31 août 1995
Algérie. Multiplication des attentats à l'approche de l'élection présidentielle

Le 6, un attentat au camion piégé à Boufarik, au sud d'Alger, cause la mort de onze personnes. Les attentats se multiplient à l'approche de l'élection présidentielle et à la suite de l'échec, en juillet, d'une nouvelle série de pourparlers entre le pouvoir et l'ex-Front islamique du salut (F.I.S.). Le 17, deux attentats à la voiture piégée font de ...

3 juin 1995
Algérie. Condamnation à mort de l'assassin du président Mohamed Boudiaf

Au terme d'un procès qui n'a pas permis d'apporter de réponse à toutes les interrogations, la cour criminelle d'Alger condamne à mort le sous-lieutenant Lembarek Boumaarafi, reconnu comme le seul coupable de l'assassinat du président Mohamed Boudiaf, en juin 1992. La famille de l'ancien président conteste la thèse officielle de « l'acte isolé » d' ...

5 mai 1995
Algérie. Assassinat de cinq coopérants

Cinq coopérants – deux Français, Richard Machabert et Jean-Claude Corjon, un Britannique, un Canadien et un Tunisien – sont assassinés à Ghardaïa, au sud d'Alger. Depuis septembre 1993, quatre-vingt-deux étrangers ont été tués en Algérie, dont vingt-neuf Français. Ces assassinats sont revendiqués le 10 par le Groupe islamique armé. Durant le mois, ...

27-28 mars 1995
Algérie. Assassinat du directeur d'« El Moudjahid »

Le 27, le directeur du quotidien progouvernemental El Moudjahid, Mohamed Abderrahmani, est assassiné dans la banlieue d'Alger. Il est le trentième journaliste tué dans le pays depuis mai 1993 et le sixième en 1995. Cet attentat attribué aux islamistes survient après l'offensive meurtrière lancée par l'armée, la semaine précédente, dans le ...

1er-22 février 1995
Algérie. Le ramadan marqué par de nombreuses violences

Le 1er débute le ramadan, période durant laquelle les attentats, notamment contre les intellectuels, se multiplient. Le directeur du Théâtre national algérien sera tué le 13 dans la capitale. Rachid Baba Ahmed, principal producteur de la musique raï dans le pays, sera assassiné à Oran le 15. Le Mouvement pour la République, dirigé par S ...

5 janvier-1er février 1995
Algérie. Appel de l'opposition à une solution négociée et poursuite des violences

Le 5, l'instance exécutive de l'ex-Front islamique du salut (F.I.S.) à l'étranger condamne, dans un communiqué, « tout acte qui vise des innocents, quelle que soit leur tendance ou leur religion, et quels que soient les auteurs de ces actes ». C'est la première fois que le F.I.S. se démarque aussi explicitement du terrorisme aveugle pratiqué notam ...

Retour en haut

 

1994

24-27 décembre 1994
Algérie – France. Prise d'otages à bord d'un Airbus d'Air France

Le 24, un commando islamiste prend le contrôle d'un Airbus d'Air France qui, avec deux cent vingt-sept passagers et membres d'équipage à son bord, s'apprêtait à décoller d'Alger pour Paris. Deux passagers, un policier algérien et un diplomate vietnamien, sont tués ; soixante-trois autres sont relâchés. Le commando exige le décollage de l'avion à d ...

3 décembre 1994
Algérie – France. Assassinat d'un journaliste et mobilisation en faveur de la démocratie

Le directeur du quotidien Le Matin, Saïd Mekbel, est tué dans la banlieue d'Alger. L'attentat est revendiqué par le Groupe islamique armé. Saïd Mekbel est le vingt-quatrième journaliste assassiné en Algérie depuis mai 1993. Le 3 également, des milliers de personnes défilent à Paris et dans les grandes villes de France à l'appel des organi ...

1er-22 novembre 1994
Algérie. Durcissement de la répression et amorce d'un dialogue indépendant du gouvernement

Le 1er, l'explosion d'une bombe dans le cimetière de Mostaganem, lors d'une cérémonie marquant le quarantième anniversaire du déclenchement de la guerre de libération, cause la mort de quatre jeunes scouts. Le Front islamique de salut (F.I.S.) condamne l'attentat dont il rend responsables les services de sécurité. Le 2, l'assaut par les ...

2-31 octobre 1994
Algérie. Poursuite des violences, constat d'échec de la politique de dialogue et annonce d'une élection présidentielle en 1995

Entre le 2 et le 10, deux Français sont assassinés près d'Alger. Le 18, un autre Français sera tué lors de l'attaque d'une base de forage pétrolier dans les Aurès. Ces attentats, revendiqués par le Groupe islamique armé (G.I.A.), portent à vingt le nombre de Français – et à soixante-six le nombre d'étrangers – assassinés en Algérie depuis septembr ...

5-29 septembre 1994
Algérie. Élargissement des chefs historiques de l'ex-F.I.S., tension en Kabylie et assassinat du chanteur Cheb Hasni

Le 5, la présidence confirme la réception, à la fin d'août, des deux premières lettres adressées au président Liamine Zéroual par le président emprisonné de l'ex-Front islamique de salut (F.I.S.) Abassi Madani, dans lesquelles celui-ci évoque « l'éventualité d'une trêve mettant fin à la violence de l'État et des groupes armés, si les conditions so ...

1er-16 septembre 1994
France – Maroc – Algérie. Mise au jour d'un réseau islamiste en France et polémique entre Rabat et Alger

Le 1er, les interpellations et les perquisitions opérées par la police française dans les milieux proches des suspects arrêtés au Maroc après l'attentat, en août, contre un hôtel de Marrakech – trois Français d'origine maghrébine et un Marocain résidant en France – confortent l'hypothèse de l'appartenance de ceux-ci à un réseau islamist ...

24-29 août 1994
Maroc – Algérie. Regain de tension

Le 24, deux touristes espagnols sont tués lors de l'attaque d'un hôtel de Marrakech. Le 27, à la suite de l'arrestation, à Fès et à Casablanca, de plusieurs Franco-Algériens et d'un Marocain vivant à Paris, qui sont soupçonnés d'appartenir à un groupe terroriste armé, Rabat annonce le rétablissement du visa d'entrée pour les ressortissants algérie ...

3-26 août 1994
Algérie. Poursuite des violences et tentative de relance du dialogue national

Le 3, cinq Français – trois gendarmes et deux fonctionnaires de l'ambassade – sont tués dans un attentat à Alger. Depuis septembre 1993, cinquante-sept étrangers dont quinze Français ont été victimes, en Algérie, d'actes de violence attribués à des islamistes. L'assassinat des cinq Français est revendiqué par le Groupe islamique armé (G.I.A.). Le ...

7-22 juillet 1994
Algérie. Poursuite des attentats contre les étrangers

Le 7, sept marins italiens sont égorgés dans leur bateau ancré dans le port de Djendjen, dans l'est du pays. Cet attentat porte à quarante-cinq le nombre d'étrangers assassinés en Algérie depuis septembre 1993. Le lendemain, l'ex-Front islamique de salut condamne ces meurtres. Le 11, alors que la situation algérienne est débattue lors du sommet du ...

1er juin 1994
Algérie. Rééchelonnement de la dette publique

Le ministre des Finances Ahmed Benbitour obtient du Club de Paris le rééchelonnement de la dette publique de son pays, qui atteint 16 milliards de dollars sur 26 au total. En 1993, le service de la dette a atteint 9 milliards de dollars, soit 86 p. 100 des recettes à l'exportation. L'étalement sur quinze ans du paiement de 5 milliards de dollars d ...

8 mai 1994
Algérie. Assassinat de deux religieux français

Deux religieux catholiques français, Hélène Saint-Raymond et Henri Vergès, sont assassinés dans la Casbah, à Alger. Au même moment se déroule dans la capitale une manifestation en faveur du « dialogue » avec les islamistes prôné par le président Liamine Zéroual. L'attentat est revendiqué par le Groupe islamique armé. Le président de l'instance exé ...

11-16 avril 1994
Algérie. Remplacement du Premier ministre Redha Malek par Mokdad Sifi

Le 11, Redha Malek, Premier ministre depuis septembre 1993, présente la démission de son gouvernement. Il est aussitôt remplacé par Mokdad Sifi, ministre de l'Équipement sortant. Ce changement à la tête du gouvernement apparaît comme l'illustration de la volonté des militaires, au premier rang desquels le président Liamine Zéroual, de ne pas laiss ...

10-28 mars 1994
Algérie. Poursuites des violences

Le 10, un commando islamiste attaque la prison de Tazoult, près de Batna, au sud-est d'Alger, et libère 900 détenus dont 400 condamnés à la réclusion à perpétuité et 100 condamnés à mort. Le 10 également, le dramaturge Abdelkader Alloula est grièvement blessé à Oran ; il décédera à Paris le 14. Le 22, à l'appel d'organisations féministes soutenues ...

15 février-3 mars 1994
Algérie. Persistance de l'insécurité et élection de Liamine Zéroual comme chef de l'État à la suite de la Conférence nationale

Le 15, une Française employée au consulat de France et mariée avec un Algérien est tuée à Alger. C'est le vingt-sixième étranger victime de l'action présumée de groupes armés islamistes depuis septembre 1993. Paris annonce une réduction des effectifs officiels français en Algérie. Un Tunisien de confession juive sera tué à Alger le 27. Le 15 égale ...

1er-28 février 1994
Algérie. Dialogue et répression sur fond de poursuite des attentats

Le 1er, un journaliste indépendant français, Olivier Quemener, est tué à Alger par des membres présumés de mouvements islamistes. Il est le cinquième Français, et le premier journaliste étranger, à trouver la mort dans ces circonstances depuis septembre 1993. Le 12, un technicien russe est tué à Jijel, en Petite Kabylie. Le 21, le Franç ...

Retour en haut

 

1993

2-29 décembre 1993
Algérie. Multiplication des assassinats d'étrangers

Le 2, un homme d'affaires espagnol est assassiné. Il est le huitième étranger tué dans le pays depuis les deux géomètres français, en septembre, et le premier depuis l'expiration, à la fin de novembre, de l'ultimatum du Groupe islamique armé (G.I.A.) intimant l'ordre aux étrangers de quitter l'Algérie. Le G.I.A. revendiquera cet assassinat, ainsi ...

11-31 octobre 1993
Algérie. Enlèvement de trois agents consulaires français par des islamsites

Le 11, le ministère de la Justice annonce l'exécution de treize condamnés à mort, ce qui porte à vingt-six le nombre des islamistes exécutés depuis l'instauration de la loi anti-terroriste en octobre 1992. Plus de trois cent soixante personnes ont été condamnées à mort, la plupart par contumace, depuis le début de l'agitation islamiste en février ...

21 septembre 1993
Algérie. Deux Français tués par les islamistes

Enlevés la veille par un groupe armé, deux géomètres français travaillant en Algérie pour le compte d'une entreprise française sont retrouvés assassinés près de Sidi Bel Abbès. C'est la première fois que des étrangers sont victimes des violences islamistes qui sévissent dans le pays depuis le début de 1992. Environ vingt-cinq mille Français – y co ...

3-31 août 1993
Algérie. Nomination de Redha Malek au poste de Premier ministre et assassinat de Kasdi Merbah

Le 3, le journaliste de télévision Rabah Zenati est assassiné à Alger. C'est le second journaliste à être victime d'un attentat perpétré par les intégristes après Tahar Djaout, en mai, et le premier à appartenir au secteur public. La presse devient l'une des cibles du terrorisme islamiste. Le 21, le Haut Comité d'État (H.C.E.) limoge le Premier mi ...

2-22 juin 1993
Algérie. Assassinats d'intellectuels par des intégristes

Le 2, l'écrivain Tahar Djaout, qui avait été victime d'un attentat attribué à des intégristes islamistes, le 26 mai, à Alger, meurt des suites de ses blessures. Il est la quatrième personnalité civile tuée depuis le début de l'année par les intégristes qui continuent également de s'attaquer aux forces de l'ordre. Le 15, Mahfoud Boucebci, psychiatr ...

13-27 mars 1993
Algérie. Des personnalités politiques prises pour cibles par des terroristes islamistes

Le 13, le Haut Comité d'État annonce la reprise du « dialogue national » avec les partis politiques, ajourné durant l'automne de 1992. Ce dialogue est destiné à déterminer les « modalités pratiques de la gestion de la transition ». Plusieurs partis, dont le Front des forces socialistes de Hocine Aït Ahmed, refusent d'y participer. Le 14, Hafid Sen ...

18-19 février 1993
Algérie – France. Visite du Premier ministre Belaïd Abdesslam en France

Les 18 et 19, le Premier ministre algérien Belaïd Abdesslam effectue à Paris son premier voyage à l'étranger depuis sa nomination, le 8 juillet 1992. Il vient entériner l'établissement d'une « coopération exemplaire » entre la France et l'Algérie, après les gestes accomplis par le gouvernement français. Les 8 et 9 janvier, à Alger, le ministre des ...

Retour en haut

 

1992

26 août 1992
Algérie. Attentats aveugles à Alger

L'explosion d'une bombe dans le hall de l'aéroport d'Alger, à une heure de grande affluence, fait huit morts et cent vingt-quatre blessés. Le même jour, un autre attentat qui visait les locaux d'Air France, dans le centre de la capitale, ne provoque que des dégâts matériels. Un autre engin déposé dans les locaux de la Swissair est désamorcé. Depui ...

2-25 juillet 1992
Algérie. Nomination d'un nouveau Premier ministre, à la suite de l'assassinat de Mohamed Boudiaf

Le 2, le Haut Comité d'État (H.C.E.) coopte Ali Kefi pour succéder à son président, Mohamed Boudiaf, assassiné le 29 juin. Combattant de la guerre d'indépendance, diplomate et secrétaire général de l'Organisation nationale des moudjahidin, cet ancien dignitaire du Front de libération nationale (F.L.N.), qui a pris ses distances avec l'ex-parti uni ...

29 juin 1992
Algérie. Assassinat du président Mohamed Boudiaf

Mohamed Boudiaf, président du Haut Comité d'État, est tué dans une fusillade à Annaba, dans l'est du pays. L'un des chefs historiques du F.L.N., exilé au Maroc depuis 1964, il avait été appelé par le gouvernement et l'armée, après la démission du président Chadli Bendjedid et l'annulation des élections législatives, pour présider le nouvel organe ...

1er-29 mars 1992
Algérie. Dissolution du F.I.S.

Le 1er, le tribunal criminel de Tlemcen condamne à mort trois membres d'une organisation intégriste illégale, le Hezbollah, qui ont été reconnus coupables d'avoir volé des explosifs et assassiné un gardien en juillet 1990. Le 4, la chambre administrative près la cour d'appel d'Alger dissout le F.I.S. Cette décision, qui achève de démant ...

4-26 février 1992
Algérie. Proclamation de l'état d'urgence

Le 4, à Batna, capitale des Aurès, des sympathisants du Front islamique de salut (F.I.S.), rassemblés devant le tribunal où étaient jugés des prédicateurs accusés d'« incitation à la rébellion » et d'« utilisation des lieux de culte à des fins politiques », se heurtent aux forces de l'ordre. Les affrontements font une quarantaine de morts en trois ...

2-29 janvier 1992
Algérie. Démission du président Chadli Bendjedid et interruption du processus électoral

Le 2, à Alger, trois cent mille personnes participent à une marche pacifique organisée par le Front des forces socialistes (F.F.S.) de Hocine Aït Ahmed « pour sauver la démocratie ». Le 26 décembre 1991, lors du premier tour des élections législatives, le Front islamique de salut (F.I.S.) avait obtenu près de 48 p. 100 des suffrages. Le 3, trois c ...

Retour en haut

 

1991

26 décembre 1991
Algérie. Victoire du F.I.S. au premier tour des élections législatives

Le Front islamique du salut (F.I.S.) remporte un important succès lors du premier tour des élections législatives, marqué par une forte abstention (41 p. 100). À l'issue de ces premières législatives pluralistes, le F.I.S., qui obtient 188 sièges sur les 430 à pourvoir, semble assuré d'avoir la majorité absolue à l'Assemblée lors du second tour de ...

30 novembre 1991
Algérie. Adoption d'une nouvelle loi pétrolière

Les députés adoptent à une large majorité une nouvelle loi sur les hydrocarbures, qui autorise les compagnies étrangères à prendre des participations d'un montant maximal de 49 p. 100 dans les gisements algériens. Cette loi intervient vingt ans après la nationalisation des intérêts pétroliers étrangers. Elle devrait permettre au gouvernement d'all ...

13-28 octobre 1991
Algérie. Fixation de la date des élections, malgré un conflit entre le gouvernement et le F.L.N.

Le 13, à l'Assemblée nationale, où le F.L.N. est largement majoritaire, une très nette majorité de députés se prononce contre les propositions du gouvernement pour rendre la loi électorale plus équitable. Sid Ahmed Ghozali, Premier ministre, critique la réforme votée et demande, le 14, la saisine du Conseil constitutionnel sur l'article de loi qui ...

2-30 juin 1991
Algérie. Instauration de l'état de siège

Le 2, le président Chadli Bendjedid prononce une allocution télévisée, alors que la campagne pour les premières élections législatives pluralistes, fixées aux 27 juin et 18 juillet, s'est ouverte la veille : il appelle les Algériens à ne pas se laisser entraîner par les « fauteurs de troubles », visant ainsi les intégristes qui manifestent depuis ...

23-26 mai 1991
Algérie. Grève générale illimitée décrétée par le Front islamique du salut

Le 23, Abassi Madani, président et porte-parole du Front islamique du salut (F.I.S.), appelle à une grève générale illimitée, à partir du 25, pour obtenir l'abrogation de la loi électorale, qui défavorise ses candidats aux élections législatives prévues pour les 27 juin et 18 juillet, et réclame l'organisation d'une élection présidentielle anticip ...

Retour en haut

 

1990

26-27 décembre 1990
Algérie. Les députés en faveur de l'arabisation

Le 26, le Parlement algérien vote à une large majorité une nouvelle loi sur la « généralisation de la langue arabe ». Ce texte prévoit l'arabisation totale de l'administration d'ici au 5 juillet 1992 et celle de l'université pour 1997, ce qui devrait réduire, voire supprimer, l'usage officiel du français, mais aussi celui de la langue berbère. Le ...

27 septembre 1990
Algérie. Retour d'Ahmed Ben Bella

L'ancien président Ahmed Ben Bella, destitué par le colonel Boumediène en juin 1965 et qui, après quinze ans de prison, vivait en exil en Suisse, rentre en Algérie. Il est accueilli à Alger par une foule beaucoup moins nombreuse que prévu, à peine vingt mille personnes. Dès son arrivée, il souhaite l'avènement d'un « consensus national », ainsi qu ...

12 juin 1990
Algérie. Victoire des islamistes aux élections locales

Le Front islamique de salut (F.I.S.) sort vainqueur des élections municipales et départementales. Il s'agit du premier scrutin libre depuis l'indépendance, le multipartisme ayant été approuvé par les députés en juillet 1989. Les résultats officiels donnent 54,25 p. 100 pour le F.I.S., 28,13 p. 100 pour le F.L.N., le parti au pouvoir. L'abstention ...

10-31 mai 1990
Algérie. Contre-manifestation des adversaires de l'intégrisme

Le 10, afin de répondre à l'impressionnant rassemblement des islamistes du 20 avril et de contrer la montée de l'intégrisme, des dizaines de milliers de personnes manifestent à Alger à l'appel de plusieurs formations de gauche et des mouvements de défense des droits de l'homme pour la « démocratie », la « tolérance » et pour une « Algérie libre et ...

20 avril 1990
Algérie. Importante manifestation islamique

Le Front islamique du salut (F.I.S.), dirigé par le cheikh Abassi Madani, organise avec succès un rassemblement de plusieurs dizaines de milliers d'hommes dans les rues d'Alger, réclamant la dissolution de l'Assemblée nationale et l'organisation d'élections législatives anticipées. Le F.L.N. (Front de libération nationale), le parti au pouvoir dep ...

Retour en haut

 

1989

10-30 septembre 1989
Algérie. Formation d'un nouveau gouvernement

Le 10, le président Chadli destitue Kasdi Merbah, Premier ministre depuis novembre 1988, et nomme pour le remplacer Mouloud Hamrouche. Kasdi Merbah est sanctionné pour s'être opposé au président Chadli. Face au mécontentement populaire devant la hausse des prix, Kasdi Merbah était resté ferme sur la vérité des prix et s'était montré peu enclin à l ...

2-26 juillet 1989
Algérie. Début d'adoption des réformes

Le 2, les députés votent la loi sur les associations à caractère politique. Autorisant le multipartisme, elle met ainsi fin à plus d'un quart de siècle de monopole du Front de libération nationale (F.L.N.), au pouvoir depuis 1962. Le 19, les députés adoptent un nouveau code électoral qui consacre la liberté des candidatures aux élections. Le 26, l ...

9-10 mars 1989
France – Algérie. Visite du président François Mitterrand en Algérie

Les 9 et 10, François Mitterrand se rend en Algérie, où il est reçu chaleureusement par le président Chadli Bendjedid. Les problèmes bilatéraux, comme ceux des biens des derniers pieds-noirs ou le cas des enfants des couples mixtes, sont abordés, mais ce sont surtout les questions internationales qui se trouvent au centre des entretiens, en partic ...

23 février 1989
Algérie. Approbation de la Constitution par référendum

Les électeurs sont appelés à se prononcer par référendum sur le texte d'une nouvelle constitution, dont le premier article stipule que l'Algérie est une république démocratique et populaire, mais supprime toute référence au socialisme et au F.L.N. Le projet de loi fondamentale ouvre la voie au multipartisme, en reconnaissant le droit de créer des ...

6-17 février 1989
Algérie – Maroc. Visite du président Chadli Bendjedid au Maroc et sommet de Marrakech

Le 6, le président algérien Chadli se rend en visite officielle au Maroc, pour la première fois depuis son accession au pouvoir en 1979. Le 8, à l'issue de son séjour, la conclusion d'un accord algéro-marocain pour la construction d'un gazoduc consacre la coopération retrouvée. Ce gazoduc, qui traversera le Maroc, alimentera l'Europe en gaz nature ...

12 janvier 1989
France – Algérie. Accord gazier et relance de la coopération

Après deux ans de négociations pour trouver un terrain d'entente sur le prix du gaz naturel liquéfié algérien enlevé par la France, la Sonatrach et Gaz de France signent un accord mettant fin à un contentieux qui pesait lourdement sur les relations franco-algériennes. Les dirigeants français ont d'autre part accordé, le 8, une enveloppe de 7 milli ...

Retour en haut

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2015, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média