Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

4 juin-1er juillet 1997

Royaume-Uni - Chine. Rétrocession de Hong Kong à la Chine

Le 4, plus de cinquante mille personnes commémorent, comme chaque année, la répression du « printemps de Pékin », en juin 1989, en participant à une veillée au centre de la ville.

Le 14, l'Assemblée législative provisoire nommée par Pékin, qui doit prêter serment dès la rétrocession de la colonie britannique à la Chine populaire, le 1er juillet, adopte des mesures de restriction des libertés publiques, notamment de la liberté de manifester.

Le 29, le président chinois Jiang Zemin et Tung Chee-hwa, chef de la future « région administrative spéciale » que constituera Hong Kong au sein de la Chine, s'engagent à respecter le haut degré d'autonomie du territoire et les droits et les libertés de ses habitants. Ils annoncent l'organisation d'élections législatives en mai 1998.

Le 30 se déroulent les cérémonies du transfert de la souveraineté sur le territoire du Royaume-Uni – auquel l'empereur de Chine l'avait cédé en 1841 – à la Chine populaire – avec laquelle Londres avait signé un accord à ce sujet en septembre 1984. Jiang Zemin promet une nouvelle fois le maintien du principe « un pays, deux systèmes ». Le Premier ministre britannique Tony Blair et le secrétaire d'État américain Madeleine Albright refusent d'assister à la prestation de serment, devant le Premier ministre chinois Li Peng, de Tung Chee-hwa et des membres de l'Assemblée législative provisoire qui doit remplacer le Conseil législatif. Celui-ci était partiellement élu au suffrage universel depuis septembre 1995, dans le cadre du processus de démocratisation engagé en 1992 par le gouverneur britannique Chris Patten.

Le 1er juillet, quatre mille soldats chinois en armes font leur entrée à Hong Kong. Plusieurs milliers de partisans de Martin Lee, chef du Parti démocrate, participent à une manifestation autorisée par le nouveau pouvoir. À Pékin, lors d'une « manifestation de masse », Jiang Zemin rappelle que le prochain objectif de la Chine en matière de souveraineté est la récupération de l'île nationaliste de Taiwan.

— Universalis

Événements précédents