OLDENBOURG ZOÉ (1916-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancière et historienne française d'origine russe. Arrivée à Paris en 1925 avec sa famille fuyant la révolution soviétique, Zoé Oldenbourg s'adonne à la poésie dès l'âge de douze ans. Elle pratique également la peinture et goûte même à la théologie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle devient médiéviste en autodidacte. En 1946, elle publie son premier roman, Argile et cendres, qui ne passe pas inaperçu aux yeux des professionnels. Lorsque le prix Femina – dont elle sera membre du jury de 1961 à 1996 – récompense en 1953 La Pierre angulaire, s'ouvre pour elle une série de romans historiques médiévaux, dont Les Irréductibles (1958) et La Joie des pauvres (1970). Sa passion pour les cathares l'amène à rédiger sa grande trilogie historique : Le Bûcher de Montségur (1959), Les Brûlés (1960) et Les Cités charnelles (1961). Zoé Oldenbourg est également l'auteur d'essais sur Les Croisades (1963) et Catherine de Russie (1965). En pleine maîtrise de son art, elle donne son étonnant Visages d'un autoportrait (1977), puis revient au roman avec La Joie-Souffrance (1981), belle évocation de la communauté russe dans le Paris des années 1930, et Les Amours égarées (1987).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« OLDENBOURG ZOÉ - (1916-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zoe-oldenbourg/