FRICK WILHELM (1877-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avocat à Kaiserlautern, Frick n'a adhéré officiellement au Parti national-socialiste qu'en 1925, mais il s'était déjà, lors du putsch de Munich (8-9 nov. 1923), et alors qu'il était fonctionnaire de la police de cette ville, rangé aux côtés de Hitler. Il avait été condamné de ce fait en 1924 et amnistié en 1925. Élu membre du Reichstag en 1924, il devient Reichsleiter, en sa qualité de chef du groupe national-socialiste de cette assemblée. Spécialiste reconnu des questions administratives, il fait partie du premier gouvernement de Hitler (30 janv. 1933), à titre de ministre de l'Intérieur du IIIe Reich. Par ces fonctions qui le placent au centre de toute l'administration interne de l'Allemagne, il devient ministre de l'Intérieur de Prusse, directeur des élections du Reich, plénipotentiaire général à l'Administration, ainsi que membre du Conseil de défense du Reich, du Conseil des ministres pour la défense du Reich. Lorsque les divers pays qui devaient être incorporés au Reich sont envahis, Frick est placé à la tête des services centraux chargés de ces incorporations. Souvent en conflit avec Himmler, et surtout Heydrich, il occupe ces postes importants jusqu'en août 1943, date à laquelle lui succède Himmler, et il est nommé Reichsprotektor de Bohême-Moravie. Antisémite fanatique, Frick prépare, signe et fait appliquer un grand nombre de lois destinées à éliminer les Juifs de la vie et de l'économie allemandes. Son œuvre législative est à la base des décrets de Nuremberg (1935). Pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, il est condamné à la peine de mort par pendaison par le tribunal militaire international de Nuremberg, et exécuté.

Adolf Hitler au siège de son parti

Adolf Hitler au siège de son parti

photographie

Le nouveau chancelier Hitler, entouré des deux autres membres nazis du gouvernement, le 31 janvier 1933, à l'hôtel Kaiserhof de Berlin, siège du parti : Hermann Göring, ministre sans portefeuille, et Wilhelm Frick (assis), ministre de l'Intérieur. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  André BRISSAUD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FRICK WILHELM (1877-1946)  » est également traité dans :

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 940 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Munich »  : […] Encouragé par ce succès, Hitler ne tarda pas à s'en prendre à la Tchécoslovaquie. Le 30 mai 1938, une instruction secrète à la Wehrmacht prévoyait « le démembrement de ce pays dans un proche avenir par une action militaire ». Le prétexte fut fourni par l'agitation de la minorité sudète. L'Angleterre ayant conseillé à Prague de faire droit aux revendications des Sudètes, tout dépendait de l'attitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-reich/#i_43383

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « FRICK WILHELM - (1877-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-frick/