DARRÉ WALTER (1895-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théoricien et homme politique allemand, Walter Darré, après la défaite de 1918 (il avait fait la guerre dans l'artillerie), décide de devenir agriculteur et s'intéresse aux problèmes d'élevage. Il adhère au Parti national-socialiste en 1929, après avoir fait paraître l'année précédente son premier livre : La Paysannerie en tant que source de vie de la race nordique (Das Bauerntum als Lebensquelle der nordischen Rasse).

Darré rencontre Himmler dans une assemblée des Artamen. Ils étaient tous deux ingénieurs agronomes et participaient aux activités de ce mouvement qui avait pour but l'établissement de jeunes Allemands sur leur propre terre. Il entre à la SS et y est le premier chef du Service de la race et du peuplement. Il résume alors ses idées dans un ouvrage traduit en français sous le titre de La Race, et dont le titre exact est Neuadel aus Blut und Boden (« La Nouvelle Noblesse issue du sang et du sol »). En 1933, il devient ministre de l'Agriculture et, l'année suivante, Reichsbauernführer (c'est-à-dire chef des paysans du Reich). Darré favorise l'intensification de l'agriculture allemande et, par la loi de 1933 sur l'indivision du patrimoine familial, sa stabilisation sociale ; mais il est congédié en raison de son incapacité à résoudre les problèmes du ravitaillement de 1941-1942. En 1949, il est condamné à sept ans de prison par un tribunal de guerre américain, mais est libéré l'année suivante. Retiré à Munich, il y reste jusqu'à sa mort.

Les théories de Darré complètent celles de Günther, dont il partage en tous points les préjugés nordiques. Pour lui, les Germains sont à la fois des agriculteurs et des guerriers. Leur monde est colonisateur et héroïque et ne connaît pas de cloison étanche entre la noblesse et la paysannerie. Tout homme libre est noble par essence puisqu'il peut porter les armes. Constatant le déclin du nordisme en Allemagne, lié pour lui au déclin de la paysannerie, Darré estime qu'il faut créer une nouvelle noblesse. Celle-ci doit se composer de familles et non d'individus. Le chef du Service de la race et du peuplement de la SS va lier les idées de sang et de sol. Pas de racisme sans enracinement. La terre n'est pas faite seulement pour nourrir le peuple, mais pour lui apporter la santé physique et morale. Darré résume ses idées en une formule : « La mort du paysan, c'est la mort de notre peuple. Ce n'est pas seulement du pain qui pousse dans les sillons, ce sont aussi des hommes. » Comme Günther, Darré attribue un rôle néfaste au christianisme et estime qu'il a détruit le germanisme originel.

—  André BRISSAUD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DARRÉ WALTER (1895-1953)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'ordre corporatif »  : […] Dans quelle mesure le régime national-socialiste a-t-il modifié la structure de la société allemande ? Le nazisme n'est pas un mouvement de classe, et 1933 ne se traduit pas, sur le plan social, par un bouleversement dans les rapports entre les différents milieux sociaux. Mais le III e  Reich n'est pas, à cet égard, un simple prolongement du régime antérieur. Dans deux dom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_1856

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « DARRÉ WALTER - (1895-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-darre/