KOZOVOÏ VADIM (1937-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1937, le poète russe Vadim Kozovoï fut un prisonnier politique dans le goulag de 1957 à 1963, suite de sa participation à un groupe hétérodoxe d'étudiants de la faculté d'Histoire de Moscou. Il garda de cette expérience amère un goût fort pour l'histoire comme matière même de la poésie, et pour la catastrophe comprise comme nourrice des grands textes.

Juif par le sang, Kozovoï avait dû se détacher d'un père marxiste, et se forger par lui-même une force de vivre, une volonté d'ériger le mot à la plus haute responsabilité. Ce qui lui permit d'entamer un dialogue avec René Char, à qui le lia une amitié forte mais non égale, et plus encore avec Henri Michaux, qui lui fit l'honneur d'illustrer son deuxième recueil, Hors de la colline (1984), traduit par Jacques Dupin et Michel Deguy, postfacé par Maurice Blanchot. Une telle attention rendait hommage à la capacité presque chamanique de fascination qu'avait Kozovoï dans son obstination à vouloir dire « le pli mortel » du mot. Maurice Blanchot, dans sa postface, souligne le lien pressenti entre terreur et parole, lien issu des religions archaïques, et reflété dans « la pythie ancienne qui incarne l'horreur propre à tout dire ». Les brisures narratives, les dévastations du champ de la parole que Blanchot pressent à travers la traduction de certains poèmes de Vadim Kozovoï font entrer le poète russe dans la famille étroite des véhéments. Cependant que les termitières brunes où s'avance le cheminement répétitif et inquiétant des micro-organismes de Michaux font diptyque avec ces éclats de paroles qui sont comme des éclats de métal entrés dans la page et qui expulsent à tout jamais le moi. « Je sors » est le mot clé de cette poésie.

L'humour ravageur, dans ces échardes narratives, vient aussi bien d'Alexis Remizov et ses petits contes auto-illustrés que de Henri Michaux lui-même, avec son Plume, sans parler de l'influence des Illuminations de Rimbaud. Les trois recueils de poésie de Kozovoï, le premier Sursis d'orage, puis Hors de la colline, enfin Le Nominal marquent trois parcours mutins et violents, trois initiations à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Genève, recteur de l'université internationale Lomonosov à Genève, président des Rencontres internationales de Genève

Classification

Pour citer l’article

Georges NIVAT, « KOZOVOÏ VADIM - (1937-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vadim-kozovoi/