SALIH TAYEB (1929-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour explorer dans ses romans et nouvelles le mélange des modes de vie traditionnels et modernes en Afrique, l'écrivain soudanais Tayeb Salih savait recourir à une langue arabe envoûtante, aux rythmes pluriels.

Né en 1929 dans la province d'Al-Shamaliyah, dans le nord du Soudan, Tayeb (Al-Tayyib) Salih étudie à l'université de Khartoum, puis à Londres. Il travaille à la radio durant une grande partie de sa carrière, et sélectionne pendant de nombreuses années les pièces radiophoniques qui sont diffusées sur l'antenne arabe de la B.B.C. Originaire d'une zone rurale peuplée de petits paysans, Salih fait de la confrontation entre modernité et sociétés traditionnelles un de ses thèmes majeurs. Le dialogue entre Moyen-Orient et Afrique noire y est également très présent. Le roman Mawsim al-hijrah iln al-shamnl (1969, traduit sous le titre Le Migrateur puis sous celui de Saison de la migration vers le Nord), souvent qualifié de poème en prose, reflète ainsi les conflits inhérents à l'Afrique contemporaine, tandis que les nouvelles du recueil 'Urs al-Zayn (1967, Les Noces de Zeyn et autres récits) évoquent, dans la musique savante de leurs rythmes, la chaleur, la compassion, l'humour et la tristesse propre au mode de vie traditionnel du Soudan arabe. Au cours des années 1970, Tayeb Salih compose le roman Bandar Sah (1971, Bandarchâh), puis Maryud (1978), avant de publier une autobiographie en plusieurs volumes. Il disparaît le 18 février 2009, à Londres.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Pour citer l’article

« SALIH TAYEB - (1929-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tayeb-salih/