BEHBAHANI SIMIN (1927-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La poétesse iranienne Simin Behbahani fut surnommée la « lionne d’Iran » pour avoir défié les autorités de son pays avec éloquence et fait entendre, dans son œuvre, son opposition inébranlable à l’oppression et à la violence.

Siminbar Khalili, son vrai nom, naît à Téhéran le 20 juillet 1927. À partir de 1951, année de publication de son premier recueil, elle revisite les formes de la poésie classique perse pour aborder des thèmes contemporains, inversant fréquemment la structure traditionnelle du ghazal en recourant à un narrateur féminin. À partir de 1979, alors que la révolution iranienne a permis l’instauration d’un régime islamique, elle exprime de plus en plus clairement son aversion pour les violations des droits de l’homme, ce qui lui vaut d’être souvent menacée de censure et d’arrestation. Des poèmes tels que « Cessez de jeter mon pays au vent », au moment de la réélection violemment contestée du président Ahmadinejad, fustigent directement les autorités iraniennes. En 2010, ces dernières empêcheront Simin Behbahani de se rendre aux célébrations de la Journée internationale de la femme, à Paris. Au cours d’une vie largement consacrée à la poésie (elle n’a que quatorze ans lorsque, pour la première fois, l’un de ses poèmes est publié), elle suit une formation de sage-femme, obtient un diplôme de droit et enseigne dans le secondaire pendant plus de vingt ans. Elle reçoit le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes en 2009 et le prix de poésie Janus Pannonius en 2013. Simin Behbahani meurt le 19 août 2014 à Téhéran.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« BEHBAHANI SIMIN - (1927-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/simin-behbahani/