MUNIER ROGER (1923-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roger Munier est né en 1923 à Nancy. Après avoir dû interrompre ses études en 1940 pour raisons de santé, il entre chez les Jésuites en 1944. Il quittera l'ordre en 1953.

Cet écrivain – à la fois essayiste, traducteur, poète et philosophe – chemine hors littérature, dans la voie d'un questionnement de l'être, et cherche à se faire l'écho impersonnel d'une parole qui le traverse. Une orientation résolue vers la spiritualité l'entraîne à la publication de grands textes mystiques de tous horizons religieux et à diffuser par ses traductions des voix qui explorent l'espace intérieur : Angelus Silesius, Maître Eckhart et quelques poètes et penseurs contemporains de langue espagnole, Roberto Juarroz, Octavio Paz, Antonio Porchia. Roger Munier s'est d'abord fait connaître par ses traductions de Heidegger : La Lettre sur l'humanisme, Postface à Qu'est-ce que la métaphysique ? et Le Retour au fondement de la métaphysique (in Questions I et III). Son approche de l'énigme du monde révèle une parenté profonde avec le philosophe allemand, mais aussi avec la pensée du vide que formule le taoïsme et avec la poésie du haïku, dont il traduira une anthologie en 1977. Enfin, il ne faut pas oublier la figure capitale de Rimbaud, à qui Munier a consacré plusieurs essais, parmi lesquels L'Ardente Patience d'Arthur Rimbaud (1993).

Son premier essai, Contre l'image (1963), s'interroge sur l'essence du réel que les techniques photographiques parviennent à surprendre dans sa vie propre. Un même questionnement, celui de notre rapport à l'inaccessible réel, parcourt tous ses recueils (L'Instant, 1973 ; Le Moins du monde, 1982 ; L'Ordre du jour, 1982 ; Le Visiteur qui jamais ne vient, 1983 ; Tous feux éteints, 1992 ; Opus incertum, 1984-1986, et 2002). Impossible présence à soi de l'homme, dont nous croyons discerner le secret dans le témoignage muet de l'inanimé, dans ce « il y a » (Le Contour, l'éclat, 1977) qui est appel et existe plus fortement de n'être jamais expliqué. Roger Munier réitère inlassablement ce mouvement vers le monde qui toujours se dérobe dans l'attente du « visiteur qui jam [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Sylvie JAUDEAU, « MUNIER ROGER - (1923-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-munier/