PSST...! (févr. 1898-sept. 1899)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La publication de Psst... !, hebdomadaire de quatre pages, tiré en noir, correspond à une période très précise de l'affaire Dreyfus : celle de la révision. À la suite de différentes révélations tendant à mettre en doute la culpabilité du capitaine, à mettre en cause un autre officier du nom d'Esterházy (d'ailleurs acquitté malgré les lourdes charges pesant contre lui), la fabrication d'un faux « patriotique » par le colonel Henry (qui se suicide), la publication du « J'accuse » de Zola dans le journal L'Aurore, la machine judiciaire se remet en marche. La France est, plus que jamais, coupée en deux. Les caricaturistes sont, eux aussi, divisés. Deux des plus célèbres, Forain et Caran d'Ache, entreprennent de publier un journal afin de défendre l'honneur de l'armée qui, pour eux, se confond avec celui de la France. « La révision, oui... 12 balles », telle est la légende d'un dessin de Caran d'Ache. On peut dire que Dreyfus lui-même est le grand absent de cette bataille qui ne met plus en jeu que des idées et des représentations. L'affaire joue le rôle de révélateur des positions politiques. Avant elle, tous les caricaturistes s'entendaient peu ou prou pour faire la critique de la société et de ses injustices. Pendant l'affaire, les ambiguïtés tombent peu à peu et chacun révèle ses arrière-pensées : Forain est monarchiste, Caran d'Ache retrouve en lui le militaire qu'il a été, Willette, antisémite affirmé avant tous les autres (il s'est présenté aux élections législatives de 1889 comme « candidat antisémite »), n'est pas loin d'eux. La position d'un Steinlen demeure équivoque dans la mesure où ses amis anarchistes et socialistes confondent les juifs et les puissances financières. Les dessinateurs de Psst... !, évidemment, jouent sur cette confusion. Ils en appellent à l'esprit des « braves gens », au « bon sens » contre les exploiteurs juifs. Caran d'Ache, en particulier, a souvent recours, dans ses dessins, à la présence d'ouvriers et de paysans pour fustiger les partisans de la révision, en assimilant cette dernière au favoritisme dont les « faibles » font toujours [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PSST...! (févr. 1898-sept. 1899)  » est également traité dans :

FORAIN JEAN-LOUIS (1852-1931)

  • Écrit par 
  • Cécile COUTIN, 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 973 mots
  •  • 1 média

Peintre, dessinateur, graveur, témoin de la Belle Époque comme de la Première Guerre mondiale, Jean-Louis Forain a connu une grande célébrité de son vivant. L'artiste, reconnu dès qu'il intègre la mouvance impressionniste, l'est plus encore par l'esprit caustique des dessins qu'il donne à une presse alors à son apogée. Né à Reims le 23 octobre 1852, Forain manifeste très tôt un goût pour le dessin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-forain/#i_80267

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « PSST...! (févr. 1898-sept. 1899) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psst/