STRASSER OTTO (1897-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membre du Parti national-socialiste, Otto Strasser prend assez rapidement ses distances vis-à-vis de Hitler et fonde en 1930 le Front noir, ou « comité du national-socialisme révolutionnaire », dont les membres se recrutaient essentiellement parmi ceux du Stahlhelm (ou Casque d'acier). À l'arrivée de Hitler au pouvoir, en 1933, Otto Strasser est pourchassé par la Gestapo. Le Front noir entre dans la clandestinité et Otto Strasser se réfugie d'abord à Vienne puis en Tchécoslovaquie. Lors de la crise des Sudètes, il gagne la Suisse puis Paris. En mai 1940, il est interné à Colombes pendant quelques jours, puis il gagne Toulouse et obtient un visa de transit pour l'Espagne puis pour le Portugal. Traqué dans ce dernier pays par la Gestapo, Otto Strasser parvient à gagner les Bermudes puis le Canada. Ce n'est qu'en 1954 qu'il obtient le droit de retourner en Allemagne. Il tente en vain de lancer un parti « social » allemand, dénommé Union socialiste allemande, qui a même pendant quelque temps un journal, la Liberté allemande.

Réfugiés des Sudètes à Londres

Réfugiés des Sudètes à Londres

photographie

Réfugiés des Sudètes à Londres. Le 29 septembre 1938, les accords de Munich font droit aux revendications de l'Allemagne sur cette région germanophone de la Tchécoslovaquie, ouvrant la porte à d'autres démembrements puis à la disparition de cet État. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  André BRISSAUD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STRASSER OTTO (1897-1974)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les oppositions »  : […] La « révolution » de 1918 n'a pas bouleversé les structures sociales de l'Allemagne wilhelminienne : la tentative des spartakistes a échoué, et la République de Weimar est demeurée un État capitaliste. Pourtant, deux mouvements politiques se proclament anticapitalistes. La Sozial-Demokratie a repris en 1925, au congrès de Heidelberg, le programme d'Erfurt de 1891 ; mais ce qui était inspiration ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_11024

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « STRASSER OTTO - (1897-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-strasser/