ZABOLOTSKI NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH (1903-1958)

Fils d'un agronome de la région de la Volga, Nikolaï Zabolotski fait ses études aux facultés de médecine et des lettres de Moscou, puis, en 1921, à l'Institut pédagogique de Petrograd. Il fréquente le groupe des « obérioutes » qui pratique l'ironie et l'acrobatie poétique. En 1929, il publie le recueil Vers en colonnes : il y décrit la veulerie de la vie quotidienne, le règne des trafiquants et des escrocs en tableaux de genre à la manière flamande. En 1933, paraît le poème Le Triomphe de l'agriculture  : pour bien accomplir la révolution, il faut l'étendre aux animaux et leur inculquer la raison et la liberté. La critique soupçonne Zabolotski de mauvais esprit. L'année 1937 voit la publication d'un second livre de vers ; Zabolotski est relégué en Extrême-Orient. Il rentre en 1945, puis il publie en 1948 un livre de poèmes : l'univers y est le lieu du combat entre les forces du mal, situées dans les espaces inférieurs, et les forces du bien, légères et ailées. Zabolotski envoyé de nouveau en déportation ne rentre qu'en 1953. Parmi ses dernières poésies, certaines constituent une galerie de portraits de la société soviétique. Sa dernière œuvre est un poème historique, Robrouk : un moine franciscain (il s'agit de Guillaume de Rubrouck, effectivement envoyé en mission par Saint Louis en 1253-1255) fait en vain le voyage de Mongolie pour convertir le grand-khān, généralissime des steppes. Zabolotski est un remarquable traducteur.

—  Claude KASTLER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Grenoble

Classification

Pour citer l’article

Claude KASTLER, « ZABOLOTSKI NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH - (1903-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-alexeievitch-zabolotski/