MOUSSE, physique

Une mousse se définit en physique comme un amas de bulles, celles-ci étant des sphères plus ou moins parfaites renfermant un gaz et entourées d’une mince pellicule souvent liquide. Des canaux de liquide soutiennent cet assemblage. Les bulles de savon, avec lesquelles tous les enfants ont un jour joué, en sont l’exemple le plus courant : elles se transforment en mousses légères à la surface d’un bain moussant ou en mousses plus denses sur un visage enduit de crème à raser. Dans le premier cas, elles contiennent beaucoup d’air et un faible pourcentage de liquide, tandis que dans le second elles contiennent beaucoup plus d’eau. Les mousses solides sont très diverses ; elles sont généralement fabriquées par solidification d’une mousse liquide provenant soit de produits naturels comme pour la mie de pain ou le latex, soit de produits synthétiques comme le polyéther ou le polyuréthane des éponges ou des mousses à matelas. Les laboratoires industriels conçoivent et testent sans cesse de nouvelles formules afin d’améliorer les qualités et la durabilité de ces matériaux poreux.

Bulles de savon

Bulles de savon

photographie

Les mousses sont des amas de bulles : des pellicules renfermant un gaz ou un liquide qui influe sur la densité de la mousse. Les bulles de savon agglutinées, comme sur cette photographie, sont des mousses légères, car elles contiennent principalement de l'air ; les crèmes sont des mousses... 

Crédits : A. J. Bramwell/ Shutterstock

Afficher

Les mousses sont très intéressantes par leurs qualités d’isolants thermiques ou phoniques. La mousse de savon, par exemple, bloque complètement la transmission du son dans une large gamme de fréquences. Les nombreuses recherches qui sont menées en acoustique pour comprendre comment le son se propage dans les matériaux utilisent diverses techniques de sondes acoustiques. Mais la mousse de savon est très difficile à étudier car elle est éphémère et le son n'y pénètre pas facilement. Il n’existait jusqu’à récemment aucune sonde acoustique adaptée à ce genre de mousses, et on ne pouvait guère étudier et, par conséquent, comprendre la façon dont les sons y sont atténués. Des physiciens du C.N.R.S. et des universités de Paris et de Rennes ont développé depuis 2012 une technique originale de mesure de la vitesse et de l’atténuation des ultrasons dans ce genre de matériau. Dans leur montage, un générateur pro [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Autres références

«  MOUSSE, physique  » est également traité dans :

INTERFACES

  • Écrit par 
  • Simone BOUQUET, 
  • Jean-Paul LANGERON
  •  • 8 286 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Effets des agents de mouillage »  : […] Si de l'air barbote dans de l'eau, les bulles formées au sein du liquide crèvent en arrivant à la surface ; mais, si l'eau contient un agent tensioactif, les bulles sont stables et s'amassent pour former une mousse. Ces mousses sont particulièrement stables dans le cas des savons qui donnent des films suffisamment rigides et résistants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interfaces/#i_55899

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « MOUSSE, physique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mousse-physique/