PEYRON LOÏCK (1959- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Marin français. Loïck Peyron s'est forgé un formidable palmarès dans les courses transocéaniques. Il a notamment remporté trois fois la Transat anglaise.

Loïck Peyron est né le 1er décembre 1959 à Nantes, dans une famille de cinq enfants installée au Pouliguen (Loire-Atlantique). Fils d'un passionné de voile, Loïck découvre les joies de la navigation dans la baie de La Baule, en compagnie de ses frères, l'aîné, Bruno Peyron (qui remportera notamment la Transat en double Saint-Barthélemy - Lorient en 1989), et le benjamin, Stéphane Peyron. En 1972, à douze ans, Jean-Yves Terlain, son oncle, l'emmène assister à la mise à l'eau de Vendredi-13, qu'il va barrer lors de la Transat anglaise. Impressionné, l'enfant songe déjà à devenir navigateur de compétition. À partir de ce moment, le jeune garçon va en effet rêver de devenir un passionné de vitesse sur mer, dans une quête permanente de la performance.

Le marin fait ses classes dans les années 1980. En 1989-1990, il participe au Vendée Globe et boucle ce tour du monde en solitaire, à la barre de Lada-Poch-III, en deuxième position, derrière Titouan Lamazou. En 1992, il remporte sa première victoire dans la Transat anglaise, à la barre du trimaran Fujicolor-II. En 1996, il s'adjuge la course transatlantique en équipage Québec - Saint-Malo. Surtout, il remporte pour la deuxième fois la Transat anglaise : barrant toujours le trimaran Fujicolor-II, il devance Paul Vatine de 3 heures. Ce succès a pour Loïck Peyron valeur de symbole : un seul marin avait jusque-là gagné deux fois cette course : Éric Tabarly, le « père spirituel » de tous les navigateurs français.

Loïck Peyron enchaîne les succès. En 1999, il remporte, avec Franck Proffit, la Transat Jacques-Vabre (Le Havre-Carthagène). En 2001, il se classe deuxième de The Race, course autour du monde créée par son frère Bruno Peyron. En 2005, associé à Jean-Pierre Dick, il gagne de nouveau la Transat Jacques-Vabre, mais cette fois dans la catégorie monocoques 60 pieds. En 2007, il remporte la première édition de la Transat Ecover B2B (Salvador de Bahia, Brésil - Port-la-Forêt, Bretagne), réservée aux monocoques.

En mai 2008, il entre dans l'histoire de la navigation de course. À la barre du monocoque Gitana-Eighty, il gagne pour la troisième fois la Transat anglaise, après avoir recueilli sur son voilier Vincent Riou, victime d'une avarie. En 12 j 11 h 45 min 35 s, il bat le record de l'épreuve (catégorie monocoques) établi par le Britannique Mike Golding en 2004. Surtout, avec trois victoires, il dépasse Tabarly...

En 2011-2012, à la barre de Banque-Populaire-V, il établit le record du Trophée Jules-Verne (tour du monde en équipage, sans escale), en 45 j, 13 h 42 min 53 s.

En 2014, alors qu’il pensait participer à la Route du rhum à bord d’un petit trimaran, sans autre ambition que de se faire plaisir, il relève un improbable défi : Armel Le Cléa’ch, qui devait barrer le multicoque Banque-Populaire-VII, se blesse à la main droite et est contraint de déclarer forfait ; le sponsor sollicite Loïck Peyron pour le remplacer, et le marin accepte. À bord de ce géant des mers (31,50 m), Loïck Peyron réussit l’exploit de remporter cette course qui ne lui avait jamais réussi, en établissant le record de l’épreuve (7 j 15 h 8 min 32 s).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « PEYRON LOÏCK (1959- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/loick-peyron/