LIN YUTANG [LIN YU-T'ANG] (1895-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né d'une famille aisée du Fujian, Lin Yutang apprend l'anglais dès son plus jeune âge, comme beaucoup de jeunes Chinois de la bourgeoisie éclairée de l'époque. En 1911, il entre à la St. John's University de Shanghai et en sort diplômé en 1916. En 1919, il s'embarque pour les États-Unis et acquiert à l'université Harvard une solide formation en philologie, qu'il complète à l'université de Leipzig où il passe son doctorat en 1923.

Après avoir enseigné la philologie anglaise dans les universités de différentes villes de Chine, il repart pour les États-Unis en 1936. Sa mésentente avec les milieux de l'intelligentsia radicale et notamment avec Luxun n'est peut-être pas étrangère à cet exil. Il occupe alors un poste à l'ambassade de Chine aux États-Unis. Après la Seconde Guerre mondiale, la fonction qu'il remplit à l'U.N.E.S.C.O. le met en contact avec les milieux intellectuels parisiens. Après la victoire des communistes chinois en 1949, il partage son temps entre Formose et les États-Unis.

Intellectuel et occidentalisé, Lin Yutang collabore avec les écrivains et les penseurs issus du Mouvement du 4-Mai à différentes revues et périodiques. Il écrit des articles pour la revue de Luxun et de son frère Zhou Zuoren, Yusi (Fragments) ; contribue au développement d'une langue simple et familière par son périodique Renjian shi (Le Monde humain) ; publie Xi Feng (Vent d'ouest), revue consacrée à la traduction d'œuvres occidentales. Mais c'est la revue Lunyu (Analectes) qui devait lui valoir sa réputation d'humoriste. Il créa un nouveau style journalistique, inspiré des xiao pinwen, petits essais familiers, qu'il compare à Jing Wen, l'héroïne toujours mal coiffée et négligée du Hong lou meng, antithèse taoïste de la trop sérieuse et confucéenne Bao Cha. Pour Lin Yutang, l'humour, cette qualité profondément chinoise, trait d'union entre le réalisme et la fantaisie, est le meilleur garant contre le fanatisme et l'idéalisme, les deux grands maux dont souffre l'Occident. De fait, l'humour de Lin Yutang n'est pas cette raillerie amère et corros [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : assistant de recherche au Centre de linguistique chinoise

Classification

Pour citer l’article

Jean LEVI, « LIN YUTANG [LIN YU-T'ANG] (1895-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lin-yutang-lin-yu-t-ang/