LANTERNE DES MORTS

Petit édicule de pierre, ajouré de fenêtres au sommet, où l'on plaçait un fanal allumé pour marquer pendant la nuit l'emplacement d'un cimetière. L'usage de la lanterne des morts est probablement une survivance de traditions celtiques plutôt que le reflet de croyances chrétiennes. Elle se présente en général sous la forme d'une colonne simple, d'une colonne fasciculée ou d'une petite tourelle, coiffée souvent d'une calotte conique surmontée d'une croix. La lampe, introduite en bas de la lanterne par une ouverture, était hissée par une poulie. La lanterne des morts est une invention française. On en compte une cinquantaine environ, situées surtout dans l'ouest et le centre de la France, qui datent toutes des xiie et xiiie siècles. On citera parmi les plus intéressantes celles de Cellefrouin (Charente) et de Ciron (Indre), qui datent du xiie siècle, et celle d'Antigny (Vienne), du xiiie siècle. Les lanternes des morts qu'on trouve dans d'autres pays européens sont plus récentes ; ainsi, un édicule en Italie date du xive siècle, plusieurs en Allemagne, en Autriche et en Bohême datent des xve et xvie siècles.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« LANTERNE DES MORTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanterne-des-morts/