PRIESTLEY JOHN BOYNTON (1894-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien que John Boynton Priestley ait commencé à écrire au début des années 1920, il se rattache, tant par sa conception du rôle de l'écrivain que par son œuvre, à la génération précédant la sienne, celle de Shaw, de Chesterton, de Wells et de Bennett. Romancier, dramaturge, essayiste, critique, journaliste et historien, il fut aussi une grande figure publique et, pendant la guerre, le représentant que se choisit la Grande-Bretagne, comparable seulement à Winston Churchill pour la détermination et la foi dont il fit preuve. En 1940, il devint, par ses fameux discours à la radio, « la voix non officielle du peuple anglais ». Corpulent, doté d'un fort accent régional, il incarnait à merveille l'Anglais moyen ; il en partageait l'apparence, les préjugés et les colères. Né à Bradford, dans le Yorkshire, le 13 septembre 1894, John Boynton Priestley est élevé à l'école publique de Bradford, qu'il quitte à l'âge de seize ans pour écrire. Ce Bradford de sa jeunesse, il le présente dans Margin Released (1962), petite ville paradisiaque, à l'abri des modes qui sévissent dans la métropole, de surcroît dotée d'une culture autonome et d'une société sans classe. Il commence à publier poésie et articles tout en fréquentant assidûment les théâtres, les music-halls et les salles de concert : premiers signes d'une passion qui allait s'affirmer de diverses façons.

J. B Priestley reste dans l'armée jusqu'en 1919, puis entre à l'université de Cambridge où il publie, en 1922, son premier livre, Brief Diversions. À Londres, il acquiert très vite une réputation en tant que critique littéraire (avec les biographies de Meredith et de Peacock – 1926, 1927 – qui font encore autorité), mais c'est la publication de son roman The Good Companions (1929) qui lui assure une célébrité telle qu'il fera l'objet d'une adaptation au théâtre en 1931. Ces saynètes peuplées de multiples héros, artisans, petits bourgeois ou comédiens, et situées dans une Angleterre familière et rassurante permettent à des millions de lecteurs dans le monde de se livrer à une sorte de rêverie heureuse où la crise économique, l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Christine JORDIS, « PRIESTLEY JOHN BOYNTON - (1894-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-boynton-priestley/