TRASSARD JEAN-LOUP (1933- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mutations se sont bousculées au point que déjà s'estompent les contours de la civilisation industrielle, qui avait elle-même en quelques décennies brutalement submergé une civilisation agraire millénaire. Les écrivains qui se risqueraient encore à dire le pays français s'exposent alors à n'être bientôt plus compris par personne. Surtout si, comme c'est le cas chez Jean-Loup Trassard, le projet s'élabore dans une langue économe de ses effets, classique, travaillée comme un labour. Ce Mayennais qui a longtemps vécu à Paris, né en 1933, a fait de la littérature son univers, sans toutefois lui confier le soin de rapporter sur le mode autobiographique les événements d'une vie affective ou les choix d'une éthique. L'écriture en revanche, tisse patiemment un lien originaire au monde, elle engage la quête poétique des nourritures d'une terre-mère.

Dès ses premières œuvres (L'Amitié des abeilles, 1961 ; L'Érosion intérieure, 1965 ; Paroles de laine, 1969), Jean-Loup Trassard propose des récits où des personnages solitaires pris dans leur débâcle intérieure déchiffrent les signes des lieux et des odeurs, au plus profond d'un rapport intime et sensuel avec les matières, les pierres et les plantes. Caloge (1991) qui regroupe des textes écrits entre 1968 et 1987, sera d'une veine semblable, et le « soyeux fumant de [l'] âme » des personnages s'y confond avec le « poli » et le « râpeux » des choses. Tous ces textes accordent évidemment moins d'importance à la narration que les nombreux récits que l'auteur imagine pour les enfants (Bleue bergère, 1983). Les neuf récits de L'Ancolie (1975) cheminent parmi les fermes, la neige, les étangs et les forêts, pour mêler les éléments à une mythologie universelle de fusion avec la nature. L'intimité subtile et paradoxale qui se loge dans les rivières ou les ornières, on la retrouve dans Des cours d'eau peu considérables (1981), traversé par les images d'un archaïsme qui engloutit l'histoire individuelle.

Avec Inventaire des outils à main dans une ferme (1981), Trassard se fait plus précis dans so [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « TRASSARD JEAN-LOUP (1933- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-loup-trassard/