DUTOURD JEAN (1920-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain français. Né à Paris en 1920, Jean Dutourd est mobilisé en 1940, et fait prisonnier. Il s'évade, et entre par la suite dans la Résistance. Il sera administrateur adjoint du quotidien Libération entre 1944 et 1947, puis attaché aux services français de la B.B.C. de 1947 à 1950. Son premier ouvrage, Le Complexe de César, paraît en 1946. Mais le livre qui le fait connaître du grand public est Au bon beurre (1952, prix Interallié), suite de scènes de la vie des Français sous l'Occupation, qui dresse un tableau à la fois grotesque et des plus noirs de cette période. L'écrivain va poursuivre dans cette veine, faite de drôlerie et de cruauté, avec Doucin (1955), Les Taxis de la Marne (1956), L'Âme sensible (1959), Les Horreurs de l'amour (1963). Parallèlement, il travaille dans la presse, à France-Soir, où il est critique dramatique puis chroniqueur, notamment des émissions télévisées, ce qui donnera Cinq Ans chez les sauvages (1977). Il est élu à l'Académie française en novembre 1978. Ses talents de moraliste, son art de fustiger les mœurs du temps le conduisent à publier, parallèlement à ses romans, des essais proches du pamphlet où il s'en prend avec ironie aux travers de la société : le conformisme, la vanité, les dogmatismes qu'on fait passer pour la vérité (Les Dupes, 1959 ; Le Fond et la forme, 1965 ; L'École des jocrisses, 1970). Au fond, Jean Dutourd ne cesse de dénoncer les jeux de l'illusion qui sont au cœur de la société, et les instruments qui sont les siens : l'ivresse des mots, la fausse monnaie des pensées stéréotypées. Défiance qui l'amène à assumer des positions nettement conservatrices (Le Socialisme à tête de linotte, 1983 ; La Gauche la plus bête du monde, 1985). Il le fait avec un style certain, et une science de la langue dont il s'attachera à préserver les pouvoirs et les richesses (À la recherche du français perdu, 1999). Il a également traduit Hemingway (Le Vieil Homme et la mer), Capote (Les Muses parlent) et Chesterton (L'Œil d'Apollon).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« DUTOURD JEAN - (1920-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-dutourd/